» » Cheveux et ongles

Cheveux et ongles

Conseils santé

 

Il est normal de perdre ses cheveux. Les cheveux ne sont pas éternels. Leur durée de vie est de 2 à 4 ans chez l'homme, de 4 à 6 ans chez la femme. Par jour, nous perdons en général 25 à 100 cheveux. Heureusement, les 150 000 cheveux de notre chevelure ne meurent pas en même temps, pour éviter d'être chauve. Il existe toutefois quelques variations saisonnières avec deux pics de chute de cheveux plus prononcée : au printemps et à l'automne. C'est un phénomène transitoire et banal. En dehors de ce cas précis, il faut distinguer les chutes de cheveux (alopécies) aiguës et les chutes de cheveux chroniques. 


Si la chute de cheveux est aiguë, (chute rapide et diffuse), cela peu correspondre à une perte de cheveux passagère, avec une maladie grave, un accouchement, ou un choc psychoaffectif. Si la perte de cheveux est rapide et localisée (en plaque), il peut s'agir d'une pelade pouvant durer quelques mois. 


Une chute de cheveux lente chronique caractérise l'alopécie androgénétique. C'est l'homme, cette forme de chute de cheveux est banale, elle est facile à reconnaître. Souvent familiale, elle débute aux golfes temporaux. Chez la femme, cette forme d'alopécie est rare : la chevelure s'éclaircit progressivement à partir de la raie. 


Pour traiter la chute de cheveux aigüe, il est possible de prendre des médicaments à base d'acides aminés soufrés, comme la Lobamine Cystéine (2 gélules 3 fois par jour), et de la vitamine H, comme Biotine (3 comprimés par jour pendant 6 semaines). 
En cas d'alopécie androgénétique, il sera possible d'utiliser du Minoxidil (Alostil), qui s'utilise en usage externe. Il existe aussi un médicament sur ordonnance pour traiter la chute de cheveux : le Finastéride. 
 

Cheveux et ongles

Quelques cas de chute de cheveux et leurs causes

La perte de cheveux, qu’elle soit durable ou passagère, provoque autant chez l’homme que chez la femme un sentiment de peur. L’alopécie existe sous diverses formes apparaissant à des degrés différents : congénitale, androgénétique, diffuse, circonscrite. Si nous prenons le cas de l’alopécie androgénétique, les causes sont très variées. Sachant que cette pathologie touche près des trois quarts des femmes, la raison est probablement un accouchement, une fausse couche, un changement hormonal ou même un traitement contraceptif à base d’œstrogène. Les pertes capillaires peuvent être uniquement temporaires. Par ailleurs, lorsqu’elles persistent, les facteurs en cause sont le stress, un régime accéléré, des troubles thyroïdiens ou un manque en sels minéraux. Les effets peuvent durer 8 à 16 semaines après l’apparition du premier symptôme.

 

Chez les hommes cette forme d’alopécie est due à une extrême sensibilité à la testostérone. Les premiers signes se montrent dès la puberté avec quelques dégarnissements du front et ensuite du sommet de la chevelure.

 

Les moyens de traitement et de prévention

Après avoir constaté une chute des cheveux, la première mesure à prendre est de contacter immédiatement son dermatologue qui préconisera des traitements constitués de shampoings et de sérums antichute. Des compléments alimentaires spécifiques à base de gélatine végétale et de vitamines seront également recommandés. Selon le degré de complication, le spécialiste pourrait prescrire une cure médicamenteuse. Pour les hommes présentant une alopécie androgénétique, les traitements sont disponibles sous forme de capsules ou d’ampoules contenant généralement du finastéride ou du minoxidil. Ces derniers peuvent être utilisés chez la femme par application directe sur le cuir chevelu. Toutefois, si les pertes sont importantes, recourez à l’intervention d’un médecin qui fera un examen complet (prise de sang, prélèvements cellulaires et capillaires, etc.). Par ailleurs, afin d’éviter la chute de cheveux, la prévention est la meilleure des solutions en adoptant une vie saine et une alimentation équilibrée.