» » Médicaments de phytothérapie

Médicaments de phytothérapie

Les médicaments de phytothérapie sont de plus en plus populaires auprès du grand public qui cherche des soins efficaces à base de plantes végétales. Ces dernières sont très nombreuses à avoir des vertus thérapeutiques pour favoriser la santé de manière douce et naturelle. Nos conseils avant de vous lancer dans le traitement par médicaments de phytothérapie.

  • Adoptez sans inquiétude les médicaments de phytothérapie

Vous n’avez aucune raison d’avoir peur de la phytothérapie. Elle est à base de plantes végétales naturelles et non toxiques. Les médicaments en phytothérapie proposés en pharmacie sont tous fabriqués suivant les normes pharmaceutiques et médicales en vigueur.

  • Sachez faire la différence entre médicaments de phytothérapie et recette de grand-mère

Les médicaments de phytothérapie sont sûrs. Les effets secondaires sont minimes, voire inexistants. À titre d’exemple, la reine-des-prés a les mêmes vertus anti-inflammatoires que l’aspirine. Les principes actifs de ce médicament allopathique proviennent d’ailleurs de cette plante. L’avantage est énorme : les tanins que renferme la reine des prêts vous protègent des ulcères d’estomac.

  • Informez-vous sur les plantes utilisées couramment en phytothérapie

La recette de grand-mère sous forme de tisane garde sa place dans la pharmacie familiale traditionnelle. L’automédication est courante en phytothérapie. Il faut cependant bien connaître les vertus de chaque plante, notamment celles des espèces habituellement exploitées.

 

Vous pouvez recourir sans crainte à certaines plantes : cassis, frêne, bouleau, ortie… Toutefois, vous pouvez parfois avoir affaire à des plantes qu’il faut utiliser avec prudence, car leurs propriétés peuvent être nocives pour l’organisme. Le millepertuis est un puissant antidépresseur. Sachez que la prise des pilules contraceptives et des anticoagulants sans le bon dosage peut les rendre inefficaces.

  • Évitez tout traitement de phytothérapie de longue durée

Les traitements trop longs, sauf exception pour la vigne rouge pour traiter les jambes lourdes, sont déconseillés en phytothérapie. Cette recommandation est surtout à suivre concernant toute prise de produit issu d’une seule plante. En effet, au bout de quelques mois le médicament risque de perdre son efficacité. C’est le cas du marronnier d’Inde qui est conseillé pour soigner les hémorroïdes. Après un traitement de longue durée, il peut ne plus produire les effets voulus. Prenez un temps de pause pour que le corps puisse de nouveau bien assimiler.

  • Choisissez bien les médicaments de phytothérapie à utiliser

Préférez les médicaments de phytothérapie proposés en pharmacie ou en herboristerie. Il est recommandé de demander l’avis d’un phytothérapeute avant de commencer un traitement naturel. Si vous n’avez pas la connaissance suffisante et l’expérience requise, surtout ne récoltez jamais des plantes en pleine nature et de vous en servir comme médicaments.

  • Consultez un bon phytothérapeute

En demandant l’avis d’un phytothérapeute expérimenté, celui-ci vous expliquera que la médecine conventionnelle et la médecine douce comme la phytothérapie ne sont pas concurrentes. Elles se complètent. Ce spécialiste vous guidera dans le choix du traitement.

Site autorisé pour la vente de médicaments

Ce qu’il faut savoir sur les médicaments de phytothérapie

La phytothérapie est l’utilisation de plantes ou de médicaments à base uniquement de plantes, mais sous forme, entre autres, de poudre, d’infusion, de crème ou d’ampoule. L’objectif est de soigner les maladies de manière naturelle, dont particulièrement les maux du quotidien. Ce qui explique la popularité des médicaments de phytothérapie.

 

Historique de la phytothérapie

La phytothérapie a pour origine les médecines traditionnelles chinoise, africaine, sud-américaine et indienne. Elles reposaient à travers les siècles sur la connaissance des vertus naturelles des plantes en thérapie. Ses vertus sont à la fois préventives et curatives.

 

Avec le développement de la science et de la médecine et de l’industrie pharmaceutique, la phytothérapie se modernise. Elle n’a pas pour autant perdu son aspect naturel.

 

Des médicaments de phytothérapie sont fabriqués par des grandes marques comme Weleda, Pharmastra, Nature Active, Nat and Form, Arkopharma et Inelda.

 

Les particularités des médicaments de phytothérapie et des plantes

Les médicaments de phytothérapie contiennent des molécules chimiques, qui viennent cibler les symptômes de la maladie pour aider l’organisme à guérir. Ils sont recommandés pour divers maux ; douleurs, fatigue passagère, nervosité, insomnie, troubles veineux, etc. La phytothérapie utilise uniquement des principes provenant de nombreuses plantes.

 

Voici quelques exemples de végétaux qui sont très sollicités dans la fabrication de médicaments en phytothérapie :

  • Ail des ours, chou, citronnelle, Desmodium, gelée royale, nigelle, vigne rouge, bardane, cassis.
  • Gingembre, ginseng, guarana, maca, origan, Konjac, noisetier, boileau, thé vert.
  • Myrtille, persil, sauge, busserole, canneberge, maronnier d’Inde.
  • Orthosiphon, Piloselle, Pissenlit. Cannelle, Cardamome.
  • Curcuma, ravintsara, fenouil, fenugrec. aubépine, ginkgo biloba, houblon, lavande.
  • Millepertuis, arnica, consoude, verveine, Reine-des-prés.

Cette liste n’est pas exhaustive.

 

Une réglementation rigoureuse

La production de médicaments de phytothérapie est soumise à une réglementation stricte. Les préparations doivent répondre à des normes standardisées émises par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM). Chaque critère est à respecter pour espérer obtenir une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM).

 

Aujourd’hui les plantes utilisées en phytothérapie sont aussi employées dans l’industrie cosmétique. La quasi-totalité des produits cosmétiques est à base de plantes végétales.