» » Gynécologie

Gynécologie

Conseils santé

 

Le risque de fausse couche existe, surtout dans les 3 premiers mois de grossesse. D'un point de vue médical, la fausse couche est un événement assez fréquent qui touche près de deux grossesses sur dix et ne compromet que très rarement le succès des grossesses futures. 


Au stade d'une grossesse précoce, le signal d'alerte habituel est l'apparition de saignements. la fausse couche peut aussi s'accompagner de crampes ou de douleurs ressemblant à des règles un peu plus fortes qu'habituellement, mais ce n'est pas systématique. Quelquefois, c'est la disparition des signes de la grossesse (seins moins tendus, plus de nausées) qui peut être un indice. Il faut se rendre chez son médecin ou aux urgences, ou une échographie sera réalisée. 
L'homéopathie a ici un rôle préventif; Tout saignement ou fatigue anormale impose une consultation chez son gynécologue. 


Le traitement homéopathique de la fausse couche consiste à prendre 5 granules toutes les heures des deux souches les plus approchantes : 

  • sepia 5 CH : indiqué en cas de menace d'avortement avec une sensation de pesanteur dans le petit bassin, la face étant pâle avec les yeux cernés. 
  • Actea racemosa 5 CH : à utiliser en cas de douleurs utérine ou abdominale soulagée en se pliant en deux, chez une femme très nerveuse. 
  • Arnica 4 CH : préconisé s'il y a menace d'avortement à la suite d'un choc, d'un traumatisme ou d'un choc émotionnel. 
  • Caulophyllum 5 CH : traitement homéopathique utile lorsqu'il y a des spasmes du col, à prendre en préventif s'il y a déjà eu un avortement spontané. 
  • Sabina 5 CH : indiqué en cas de menace d'avortement avec des saignements aggravés par le mouvement. 

Le saviez vous ? Il y a encore quelques dizaines d'années, faire une fausse couche faisait partie de l'ordre des choses, alors qu'aujourd'hui, cela est plus mal accepté. les facteurs susceptibles d'entraîner des fausses couches sont maintenant bien connus : tabac, alcool et même café sont ainsi à éviter. les situations provoquant du stress et les longs trajets en voitures ont aussi été évoqués comme facteurs aggravants. En revanche, les relations sexuelles ne semblent pas avoir d'effets délétères.
 

Gynécologie

L'homéopathie particulièrement plébiscité

L'homéopathie ne devrait pas être prise à la légère ! Il est vivement recommandé de rendre visite à un spécialiste avant d'entamer tout nouveau traitement. Effectivement, il est possible qu'il vous prescrive différents produits additionnels, dosés différemment, en définissant les moments précis où l'on doit les ingérer.

 

Deux tendances en homéopathie

Le traitement homéopathique en gynécologie soigne des affections aiguës, mais aussi de multiples maladies récidivantes. Un traitement d'une semaine peut réussir à guérir une affection aiguë. En cas d'affection récidivante ou chronique, l'homéopathie va premièrement faire baisser le nombre de crises.

On peut mettre en pratique l'homéopathie suivant deux orientations. La première est l'homéopathie pluraliste, qui associe différents médicaments. L'homéopathie uniciste n'emploie pas de produits additionnels, mais une seule substance active.

 

Quels problèmes peuvent être soulagés par l'homéopathie ?

On conseille l'homéopathie pour traiter des pathologies courantes telles que l'arthrite ou les problèmes digestifs, par exemple. Diverses pathologies chroniques telles que l'herpès ou l'allergie au pollen se traitent aussi avec l'homéopathie. Aider votre corps à se battre contre la maladie tout en diminuant les symptômes qu'elle produit est l'un des rôles principaux de l'homéopathie. L'homéopathie ne peut bien entendu pas vous débarrasser d'un cancer. Par contre, elle permet de lutter contre les désagréments des traitements.



Divers types de soins

Des bébés aux personnes du troisième âge, tous peuvent bénéficier de l'homéopathie.

Pommades, comprimés, granules, mais aussi dentifrices, suppositoires ou sirops : la variété des formes de produits homéopathiques à la vente est impressionnante.

 

Autoguérison et dilution à la base des principes de l'homéopathie

La pratique homéopathique obéit à un principe fondamental : le corps humain a un pouvoir naturel d'autoguérison. Décupler les capacités innées du corps, c'est l'objectif d'un produit homéopathique. À proprement parler, il ne correspond pas à un médicament. Avant de faire une ordonnance, l'homéopathe procède à un examen exhaustif non seulement sur la maladie dont il est question, mais également sur les réactions ou les antécédents du patient. Saviez-vous que les soins homéopathiques reposent sur le principe de la similitude ? Le dosage des substances utilisées est fondamental puisque c'est cette quantité prédéfinie qui va donner à l'homéopathe les moyens de soigner le patient. L'homéopathie se sert de plantes, mais également de produits tels que le calcaire d'huîtres ou le venin de serpent. Sous une forme particulière et correctement dosée, de très nombreuses substances d'origine naturelle peuvent agir sur le corps. Les substances minérales peuvent de ce fait également être utilisées dans les remèdes homéopathiques. La dilution de substances actives est ce qui est à la source de l'efficacité de l'homéopathie. En principe, les produits recevant une haute dilution se révèlent plus efficients que ceux qui ont un niveau de dilution moins important.

 

L'homéopathie, une médecine douce qui existe depuis 200 ans

Quelques années après la Révolution française, c'est un praticien exerçant en Allemagne qui a posé les grands principes de l'homéopathie. L'homéopathie a maintenant acquis ses lettres de noblesse : l'OMS la considère comme une spécialité médicale complémentaire. En outre, elle compte parmi les pratiques médicales de nombreux pays, dont l'Allemagne, la France et les États-Unis. En France, plus de 50% des habitants utilisent à présent l'homéopathie, prescrite par de nombreux généralistes. Les pharmaciens peuvent d'habitude vous conseiller et ils vendent presque tous l'homéopathie, car il figure parmi les traitements incontournables.