Le syndrome de l’intestin irritable est une maladie bénigne qui peut survenir au quotidien. Ses symptômes disparaissent souvent après l’émission de gaz ou de selles. Cela se produit habituellement au bout de quelques heures ou quelques jours, ce qui explique pourquoi ce syndrome est souvent négligé. Cette maladie peut toucher tout le monde, indépendamment de l’âge. Pour mieux le comprendre, ce guide dévoile toutes les informations à connaître sur le syndrome de l’intestin irritable, pour déterminer la prise en charge ou le traitement approprié. 

 

Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin irritable ?

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est également connu sous le nom de colopathie fonctionnelle ou côlon irritable. Il se définit comme un trouble fonctionnel des intestins. Il s’agit d’une maladie digestion bénigne qui peut atteindre le côlon ainsi que les intestins grêles. Cette pathologie ne provoque pas de symptômes néfastes pour l’organisme, mais elle peut altérer la qualité de vie de la personne concernée. Elle affecte les femmes plus que les hommes. En France, en Europe et en Amérique du Nord, plus de 2/3 des patients qui présentent cette maladie sont des femmes. D’ailleurs, le SII est une maladie assez fréquente en France puisqu’il touche environ 5 % de la population. 

 

En général, le syndrome de l’intestin irritable survient après une fatigue ou une situation de stress liée à un changement dans votre routine quotidienne ou aux voyages. La gastro-entérite fait partie des facteurs pouvant provoquer cette maladie. Des facteurs psychologiques comme l’anxiété ou l’angoisse peuvent également favoriser l’apparition du SII. Les symptômes peuvent s’aggraver ou s’amplifier à cause d’un repas non équilibré ou trop copieux.

 

Sans prise en charge, cette maladie peut devenir chronique. Les symptômes évoluent vers ce stade s’ils persistent au-delà de 6 mois. 

 

Comment se manifeste le syndrome de l’intestin irritable ?

Le syndrome de l’intestin irritable est souvent accompagné de douleurs abdominales, d’inconfort intestinal et de troubles du transit intestinal. Ces derniers se manifestent sous forme de constipation, de ballonnements ou de diarrhées. 

 

En cas de SII, la personne concernée souffre de mal de ventre. Les douleurs abdominales se manifestent dans ce cas sous forme de spasme ou de crampe qui s’installe au niveau des fosses iliaques droite et gauche, et parfois dans la zone de l’ombilic. Ces symptômes surviennent après le repas ou au réveil. Ils peuvent durer quelques heures ou plusieurs jours. En général, l’organisme se soulage de lui-même en émettant des selles ou des gaz.

 

Les ballonnements font également partie des symptômes les plus fréquents du SII. Dans la plupart des cas, ils résultent d’une gêne provoquée par le port de vêtements trop serrés ou d’un repas mal digéré. La personne qui en souffre présente une tension permanente et difficilement supportable au niveau du ventre, accompagnée d’une distension. Dans certains cas, ce symptôme provoque des bruits à l’intérieur du tube digestif. Comme les douleurs, les ballonnements sont soulagés par l’émission de gaz ou de selles.

 

Chez certains patients, le syndrome de l’intestin irritable se manifeste par une constipation ou une diarrhée, voire l’alternance des deux. La diarrhée se caractérise par le besoin fréquent d’aller aux toilettes et l’évacuation de selles liquides. En général, elle survient dans la journée, plus souvent le matin ou après le repas.

 

Quelle que soit l’intensité des symptômes, le SII reste une maladie bénigne. Il ne présente pas de risques notables pour l’organisme. Contrairement à la maladie de Crohn ou la rectocolite hémorragique, il ne se développe pas en cancer du côlon ou en maladie inflammatoire chronique intestinale.

 

Quels sont les traitements pouvant soigner le syndrome de l’intestin irritable ?

La prise en charge des personnes atteintes d’une colopathie fonctionnelle vise en général les symptômes prédominants. Dans ce cas, le traitement consiste à combattre la constipation, la diarrhée, les douleurs abdominales, les ballonnements ainsi que des troubles psychologiques. 

 

Pour traiter la constipation, la prise en charge médicamenteuse engage souvent la lubiprostone qui est un activateur du canal chlore. Destinée à une administration par voie orale, elle se prend 2 fois par jour, à raison de 8 à 24 mg de lubiprostone. Il est aussi possible d’avaler 3 mg de plécanatide, en une seule fois et par jour. Généralement utilisés dans le cadre d’une coloscopie, les laxatifs à base de polyéthylène glycol ne sont pas indiqués pour traiter la constipation SII. Par contre, le prucalopride, qui est un agoniste sélectif des récepteurs de la sérotonine, peut être utilisé pour traiter cette maladie.

 

Pour soigner la diarrhée liée au SII, il est possible de prendre du diphénoxylate 2,5 à 5 mg ou du lopéramide 2 à 4 mg. Ce médicament doit être avalé avec les repas. La dose indiquée peut être augmentée progressivement en fonction de l’intensité des symptômes, en prenant garde d’éviter la constipation. Chez certaines personnes, la diarrhée peut être traitée grâce à la prise d’antidépresseurs tricycliques. Dans ce cas, il faut privilégier ceux appartenant à la catégorie « amine secondaire » à ceux de la catégorie « amine tertiaire ». En effet, les nortriptylines et les désipramines sont mieux tolérés par l’organisme, comparés aux amitriptylines, imipramines ou doxépines.

 

Les antibiotiques du type de rifaximine sont souvent recommandés pour soulager les ballonnements et les douleurs abdominales. La prise de ce médicament permet d’améliorer la consistance des selles et de limiter la fréquence de la défécation. À titre indicatif, il est préconisé de prendre 550 mg de rifaximine par voie orale, 3 fois par jour, pour traiter ces symptômes.

 

Chez certains sujets, le syndrome de l’intestin irritable est lié à un état psychologique, en particulier au stress ou à l’angoisse. C’est en raison de ces réactions que les thérapies psychologiques sont recommandées comme compléments de traitement de SII. On préconise pour cela la psychothérapie et la relaxation. Les démarches thérapeutiques consistent à identifier l’origine du problème et à apprendre à la personne concernée comment le gérer. Ce type de thérapie consiste également à encourager le patient vers la pratique régulière d’activités physiques. Cela permet de combattre facilement le stress et de stimuler le bon fonctionnement des intestins.

 

Découvrez toutes les autres gammes pour les problèmes digestifs 

Les traitements contre le syndrome de l'intestin irritable
Soigner les crampes abdominales
Les médicaments contre le mal de ventre
Soigner les douleurs abdominales
Lutter contre les douleurs du bas du ventre chez l'homme
Douleurs du haut du ventre : tous les soins
Traiter le colon irritable
Syndrome colon irritable : tous les remèdes 
La tisane de romarin pour les problèmes de digestion