Remède contre la constipation

Activa Chrono transit - 15 comprimés
Produit en stock
9.22 €
Chlorumagene poudre orale - boîte de 100 g
Produit en stock
10.86 €
Melaxose gelée orale en pot - pot de 200 g
Victime de son succès
4.97 €
Lansoyl gel oral - 9 unidoses de 15 g
Produit en stock
5.38 €
Huile essentielle bio Giroflier Puressentiel - flacon de 5 ml
Produit en stock
3.85 € 3.08 €
-20%
Lansoÿl framboise gel oral - pot de 225 g
Victime de son succès
6.19 €
Movicol sans arôme - boite de 20 sachet-doses
Victime de son succès
4.26 €
Page 1 sur 2>>>

La constipation est un trouble du transit. On parle de constipation quand on défèque moins de trois fois par semaine. Les selles sont dures et difficiles à évacuer. La prise de médicaments, un trouble du système nerveux, une occlusion intestinale, ou simplement une alimentation pauvre en fibres en sont des causes possibles. Ses conséquences peuvent se présenter par une fissure anale, des hémorroïdes ou une formation d’un fécalome. Cette pathologie doit être prise en charge pour éviter les complications.

 

Remèdes contre la constipation

Selon la médecine moderne, il n’est pas nécessaire d’aller à la selle quotidiennement. La fréquence d’évacuation dépend de chaque personne. En cas de constipation, le médecin déterminera s’il s’agit d’une constipation secondaire, c’est-à-dire, qui fait suite à une autre maladie ou une constipation primaire.

 

Si la constipation est secondaire, il faut traiter la maladie causale en priorité. Le médecin peut prescrire des examens complémentaires comme une coloscopie pour confirmer son diagnostic. Par exemple, il faut d’abord traiter une crise hémorroïdaire pour soulager la constipation si elle est due à la prise d’un médicament prescrit contre ce trouble. Il faut donc consulter un médecin si vous pensez que la constipation est un effet secondaire d’un produit pharmaceutique.

 

Si la pathologie provient d’un dérèglement de transit, le médecin vous demandera de modifier le régime alimentaire. Il vous recommandera d’apporter plus de fibres via les crudités, les légumes cuits et les fruits riches en pectine comme les poires, les pêches et les pommes, à votre alimentation. Les pruneaux contiennent du sorbitol qui est un laxatif naturel. Le médecin vous conseillera aussi de boire beaucoup d’eau, en évitant les boissons alcoolisées et/ou qui contiennent de la caféine. Ces dernières irritent le colon et déshydratent le corps.

 

Si la constipation est chronique et qu’elle est accompagnée d’une irritation intestinale, il ne faut pas brusquer le changement de régime alimentaire.

 

Les traitements médicamenteux sont indiqués si la constipation persiste. Le médecin recommandera la prise de laxatifs. Ils peuvent être classés en 5 catégories et peuvent être obtenus sans ordonnance.

 

Les laxatifs de lest

Ces remèdes contiennent des extraits de végétaux riches en mucilage. Ces substances vont ramollir les selles et augmenter leur volume pour faciliter leur évacuation. Les plantes les plus utilisées incluent le psyllium, l’ispaghul et la sterculia. Leurs effets se font ressentir au bout de 1 à 3 jours.

 

Ces produits peuvent avoir des effets indésirables comme des ballonnements, des flatulences et des crampes. Il est conseillé d’intégrer progressivement les laxatifs pour limiter ces désagréments.

 

Les laxatifs osmotiques

Ces remèdes attirent l’eau dans l’intestin. Les selles vont gagner en masse, se ramollir et grâce à l’hydratation elles seront faciles à évacuer. Ces laxatifs contiennent du macrogol, du sorbitol, du lactilol ou de l’hydroxyde de magnésium. Pour ce dernier, il faut attendre 6 à 8 heures après la prise pour ressentir l’effet, tandis que pour les autres, l’effet se produit après 24 à 48 heures.

 

La prise de fortes doses de ces laxatifs osmotiques peut entraîner des diarrhées, des flatulences, des crampes et de la déshydratation.

 

Les laxatifs irritants

Ces remèdes ont pour rôle de stimuler la muqueuse intestinale. Ils renforcent la motricité intestinale et aident à l’évacuation des selles. Ces laxatifs contiennent des extraits de plantes comme la bourdaine, la cascara et le séné. Leurs actions se font sentir dans les 6 à 8 heures suivant la prise. Ces remèdes contiennent également des dérivés anthracéniques et peuvent être à l’origine de la coloration des urines. Des risques de perte de potassium peuvent survenir lors de la prise de ces laxatifs. Ils sont réservés à un usage occasionnel.

 

Appelés aussi laxatifs stimulants, ils peuvent entraîner des crampes d’estomac et des sensations de brûlure dans le rectum. Ils sont très irritants pour la muqueuse du colon. Sachez que sa prise peut provoquer le syndrome de l’intestin paresseux par accoutumance, un risque de baisse de sodium et de potassium sanguin avec une déshydratation accentuée. Les laxatifs irritants sont contre-indiqués aux femmes enceintes.

 

Les laxatifs lubrifiants

Ce sont des substances huileuses. Ils vont entourer les selles et favoriser la rétention d’eau. Les selles vont prendre du volume et seront faciles à évacuer. Ces remèdes aident à lubrifier l’intestin. Parmi leurs composants, on peut citer l’huile de paraffine. Ces remèdes agissent dans les 6 à 8 heures suivant la prise. Sachez que l’huile de paraffine peut entraîner des fuites anales et qu’il colorie en orange. Il peut aussi réduire l’absorption des vitamines liposolubles. Il est conseillé de ne pas se coucher immédiatement après la prise de ce type de laxatif, car il peut passer dans les poumons et entraîner des pneumopathies d’inhalation. L’usage de ce remède doit être occasionnel.

 

Ce type de laxatif peut entraîner des diarrhées et des crampes d’estomac légères.

 

Les laxatifs par voie rectale

Ces remèdes contiennent de la glycérine ou du bicarbonate de sodium. Ils ont une action presque instantanée. En effet, ils font effet dans les 5 à 15mn suivant l’application. Mais ils ne sont efficaces que pour traiter les constipations terminales, lorsque les selles s’accumulent dans le rectum. Il est déconseillé de prendre ce type de laxatif sur le long terme, car il entraîne une perte du réflexe d’exonération. Il s’agit de la stimulation naturelle poussant à aller aux toilettes pour évacuer les selles.

 

Surveillance des effets des laxatifs

La prise à long terme de laxatifs entraîne une pathologie appelée maladie des laxatifs. C’est une dépendance à l’usage de ces produits. Leur utilisation doit être la plus courte possible. La maladie des laxatifs se manifeste par un état de maigreur chronique, une perte de sodium et de potassium, une déshydratation et la sécheresse des muqueuses. La peau peut aussi se pigmenter. Les muscles vont également s’affaiblir. Des cas d’arythmies cardiaques peuvent être observés, ainsi que des lésions de la muqueuse colique. L’intestin peut devenir fainéant. Toutefois, un arrêt des laxatifs provoque immédiatement une constipation, ce qui entraîne un cercle vicieux. C’est pourquoi il est conseillé de se référer à un avis médical avant de prendre un laxatif.

 

Découvrez les principaux traitements contre la constipation 

Tous les soins pour la constipation chronique
Lutter contre la constipation en période de grossesse
Tous les médicaments pour la constipation
Soigner la constipation pour les femmes enceintes
Constipation : tous les traitements pour en venir à bout 
Soins adaptés pour la constipation des bébés
Médicaments pour le traitement de la constipation 
Tous les remèdes contre la constipation
L'utilisation de l'homéopathie pour soigner la constipation
Ensemble des médicaments contre la constipation