Paracetamol doliprane : contre la douleur et la fièvre

Doliprane 1000mg - 8 comprimés
Produit en stock
2.18 €
DolipraneOro 500mg - 12 comprimés orodispersibles
Victime de son succès
3.50 €

Considéré comme étant un substitut analgésique et antipyrétiques-anilides, le Paracétamol présente un mécanisme d’action central et périphérique. Le Doliprane fait partie de ces dérivés dont la substance principale est le paracétamol. Il produit donc des effets similaires quant à ses fonctions sur l’organisme. Le Paracétamol ou le Doliprane est surtout indiqué pour le traitement symptomatique des douleurs qui se manifestent par une intensité plus ou moins modérée, mais aussi par des états fébriles.

 

Qui peut utiliser le Doliprane Paracétamol ?

Le Doliprane est un médicament contenant du Paracétamol. Il est commercialisé sous plusieurs formes et déclinaisons, à savoir en comprimés, en solution orale ou également sous forme de suppositoires, notamment pour les nourrissons. À partir de ces critères, ce médicament pharmaceutique peut donc être conseillé chez les adultes, les enfants et même chez les bébés.

 

Comment prendre le Doliprane Paracétamol ?

Chez les enfants et les nourrissons, il est crucial de bien respecter les posologies indiquées, notamment en fonction du poids de l’enfant. Il convient aussi de choisir scrupuleusement la présentation la plus adaptée. Notez que les âges approximatifs sont indiqués seulement à titre d’information.

 

Néanmoins, d’une manière générale, la dose quotidienne conseillée est d’environ 60 mg par kilogramme par jour de Paracétamol. Cette proportion est à répartir en 4 ou en 6 prises. Ce qui fait environ 15 mg par kg toutes les 6 heures ou également 10 mg par kg toutes les 4 heures.

 

Chez les enfants de 27 à 40 kg, soit entre 8 à 13 ans, la posologie idéale est de 1 gélule de 500 mg par prise. Il est possible de renouveler cette prise en cas de besoin en respectant un intervalle de 6 heures, sans excéder les 4 gélules par jour. Pour les enfants entre 12 à 15 ans, la posologie recommandée est la même que celle citée, mais le renouvellement peut se faire au bout de 4 heures sans dépasser les 6 gélules par jour.

 

Pour les adultes et les adolescents de 50 kg et plus, la posologie est de 1 à 2 gélules de 500 mg par prise. Cette dernière peut être renouvelée après un intervalle minimum de 4 heures. Quoi qu’il en soit, il n’est pas toujours nécessaire de dépasser 3 g de Paracétamol par jour. Cela fait environ 6 unités si l’on se réfère à sa forme en gélules. Toutefois, pour les douleurs intenses, la posologie peut être augmentée jusqu’à 4 gélules par jour.

 

Comment prendre le Doliprane Paracétamol en cas d’insuffisance rénale ?

Pour les personnes souffrant d’une insuffisance rénale sévère, c’est-à-dire une éventuelle clairance de la créatinine qui est inférieure à 30 ml par minutes, l’intervalle entre les prises doit au moins durer 8 heures. Idem pour la dose optimale qui ne devra en aucun cas excéder les 3 g de paracétamol par jour. Sous forme de gélules, cela fait en tout 6 gélules.

 

Et qu’en est-il des autres situations cliniques ?

Pour les autres cas, il convient de se référer à une dose journalière la plus faible possible, c’est-à-dire des prises qui ne doivent pas dépasser les 60 mg par kg par jour, notamment sans excéder les 3 g de paracétamol par jour. Cela inclut les situations particulières des patients adultes de moins de 50 kg, les individus souffrants d’insuffisance hépatocellulaire plus ou moins modérée, chez les personnes assujetties à l’alcoolisme chronique ou à la déshydratation. Mais aussi chez celles dont les réserves en glutathion sont faibles, à l’exemple d’une malnutrition chronique, de jeûne, d’un amaigrissement récent, d’un sujet âgé de plus de 65 ans, des polypathologiques, ceux ayant de l’hépatite virale chronique ou VIH, de mucoviscidose ou de cholémie familiale.

 

Quelles sont les précautions à prendre avant de recourir au Doliprane Paracétamol ?

Chez certaines personnes, la prise de Paracétamol peut d’une manière assez exceptionnelle engendrer une toxicité hépatique. Le cas est le même pour une dose thérapeutique après un traitement d’une courte durée, notamment chez les patients sans antécédents de troubles hépatiques.

 

Peu importe sa forme ou sa déclinaison, le paracétamol n’est pas un médicament anodin, il est à utiliser avec précaution, surtout concernant son usage qui ne doit pas dépasser les 3 g par jour. Cette remarque s’applique essentiellement chez les patients qui ont un poids inférieur à 50 kg, qui souffrent d’une insuffisance hépatocellulaire plus ou moins modérée, d’une insuffisance rénale aiguë, d’intolérance à l’aspirine ou aux anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS.

 

Par ailleurs, il est fortement déconseillé de s’adonner à de la consommation de boissons alcoolisées durant le traitement. En cas de sevrage récent d’un éventuel alcoolisme chronique, le patient peut tout à fait présenter un risque d’atteinte hépatique majeur. Sans oublier qu’en cas de manifestation prouvée d’une hépatite virale sévère, le traitement doit être arrêté immédiatement.

 

Existe-t-il des possibles interactions médicamenteuses concernant le Doliprane Paracétamol ?

Avec certaines molécules, il est préférable de prendre des précautions avant d’utiliser le Doliprane ou le Paracétamol. Tel est, par exemple, le cas des anticoagulants oraux comme la wafarine ou les autres antivitamines.

 

Ces derniers peuvent en effet provoquer une hémorragie, notamment avec la prise de paracétamol à dose maximale de 4 g par jour durant au moins 4 jours. Les résines chélatiques ne doivent pas être associées au paracétamol. La prise en concomitance avec de la résine de chélatrice peut régresser l’absorption intestinale et diminuer ainsi l’effet du paracétamol. Généralement, un intervalle de plus de deux heures est conseillé entre ces deux substituts.

 

En outre, le flucloxacilline et le paracétamol présentent un risque d’acidose métabolique lorsqu’ils sont pris en concomitance, notamment chez les patients qui présentent un facteur de risque de déficit en glutathion comme la septicémie, la malnutrition ou l’alcoolisme chronique. Sans compter aussi les substituts médicamenteux hépatotoxiques qui peuvent augmenter la toxicité du paracétamol, notamment chez les patients qui sont traités par ces types de médicaments, mais aussi d’autres qui sont des inducteurs enzymatiques du cytochrome P450.

 

La toxicité du paracétamol peut être augmentée chez les patients traités par des médicaments potentiellement hépatotoxiques ou par des médicaments inducteurs enzymatiques du cytochrome P450, tels que les médicaments antiépileptiques (tels que phénobarbital, phénytoïne, carbamazépine, topiramate), la rifampicine ou en cas de prise concomitante d’alcool. L’induction du métabolisme entraîne une production importante du métabolite hépatotoxique du paracétamol. L’hépatotoxicité se produit si la quantité de ce métabolite dépasse les capacités de liaison au glutathion.

 

Doliprane Paracétamol peut-il être conseillé chez la femme enceinte ou allaitante ?

En cas de nécessité, le Paracétamol peut être administré chez la femme enceinte, étant donné qu’aucune information relative aux risques de toxicité de ce médicament n’a été révélée. Il en est de même chez celles qui allaitent, à condition d’adopter une dose thérapeutique adaptée. En cas de doute, demandez conseil auprès d’un pharmacien ou d’un médecin.

 

Recherche associée au Doliprane

Doliprane enceinte Doliprane bébé Doliprane posologie - Doliprane 300 Doliprane enfant - Doliprane suppo - Posologie doliprane - Doliprane 1000 Posologie - Doliprane femme enceinte - Doliprane grossesse - Doliprane paracetamol -  Paracetamol Doliprane - Doliprane nourrisson - Doliprane prix - Doliprane 1000 - Doliprane 500 - Doliprane suppositoire - Doliprane sirop Doliprane effervescent Doliprane 500 poids - Doliprane caps - Doliprane liquiz