» » Comment soigner une rhinopharyngite ?

Comment soigner une rhinopharyngite ?

mercredi 24 novembre 2021

 

La baisse de température provoque le développement de diverses pathologies, dont la rhinopharyngite. Accompagnée d’une diminution de l’appétit et de quelques symptômes désagréables, la Rhinopharyngite peut toucher aussi bien les adultes que les enfants. Découvrez tout sur cette maladie hivernale.

 


 

rhinopharyngite

 

Qu’est-ce qu’une Rhinopharyngite ?

On parle de rhinopharyngite lorsqu’une personne souffre d’une infection dans ses voies respiratoires. Elle est principalement localisée dans la sphère rhino-pharynx. Il s’agit d’une infection d’origine virale qui se transmet d’un individu à un autre via des gouttelettes contaminées. Autrement dit, un patient atteint de rhinopharyngite peut infecter une autre lorsqu’elle éternue ou qu’elle tousse. La contamination peut se faire par le contact des objets touchés par une personne malade. Cette pathologie contagieuse se développe fréquemment en automne et durant la période hivernale.

 

En général, les rhinopharyngites sont causées par des virus, principalement des coronavirus. Les chercheurs ont dénombré plus de 200 virus qui peuvent provoquer cette pathologie. Il s’agit entre autres des rhinovirus, des influenzæ et para-influenzæ ou encore des entérovirus. Ces coronavirus vont stimuler les sécrétions tout en limitant l’évacuation de ces dernières. Ce processus va causer une congestion nasale.

 

Par contre, les enfants de bas âge ainsi que les nouveau-nés sont souvent atteints de rhinopharyngite aiguë. Au cours de leur premier jour et jusqu’à un certain âge, les petits ne disposent que de leurs anticorps pour servir de défense immunitaire. Leur corps est donc un terrain favorable pour le développement de divers virus. Face à ceux qui sont responsables de rhinopharyngite aiguë, le nourrisson va avoir un nez irrité et aura du mal à éliminer le virus source de l’infection. Par conséquent, ses voies respiratoires sont obstruées par les mucosités. Toutefois, la rhinopharyngite aiguë est plus ou moins bénigne et peut être traitée facilement.

 

Celle maladie peut être occasionnée par des bactéries. Il s’agit d’un fait très rare, mais touchant plus de 10% de personnes adultes touchées de rhinopharyngites. Par ailleurs, une infection bactérienne est difficile à traiter. Pour combattre cette maladie généralement saisonnière, il est indispensable de comprendre ses causes, ses symptômes ainsi que les préventions. 

 

Comment attrape-t-on une pharyngite ?

La transmission de la rhinopharyngite s’effectue habituellement à travers les muqueuses nasales, buccales et celles des yeux. Voici quelques facteurs qui favorisent considérablement la propagation de cette maladie :

  • vous êtes à côté d’une personne contaminée lorsque celle-ci éternue ou tousse sans qu’elle prenne la peine de se couvrir le visage
  • vous êtes en contact direct avec un individu contaminé : lui serrer la main, ou lui faire un bisou.
  • Vous manipulez un objet qui a été infecté par la salive ou les sécrétions d’une personne malade de rhinopharyngite.

Le temps d’incubation et de contagion

gestes barrières

 

La durée d’incubation d’une rhinopharyngite varie de quelques heures à une semaine. C’est au cours de cette période qu’elle risque fort de se propager sur votre entourage. Mais, des recherches ont prouvé que cette pathologie demeure très contagieuse 21 jours à compter de la première apparition des symptômes. Heureusement qu’il existe divers moyens faciles à réaliser pour éviter d’être contaminés par le virus.

 

Quels sont les symptômes d’une rhinopharyngite ?

Ayant les caractéristiques d’une infection virale, la rhinopharyngite se manifeste souvent par quelques symptômes. Tout d’abord, elle se traduit par un écoulement important du nez. Chez certains individus, le nez peut être bouché à cause d’une rhinite. Le patient développe une irritation de la gorge. Cette dernière vire au rouge et provoque une douleur lorsque la personne avale des aliments ou de la salive.  Ces quelques signes sont accompagnés d’une toux modérée, une sensation de fatigue, une migraine, une fièvre, des courbatures et rarement des ganglions dans le cou.

 

Ces symptômes disparaissent au bout de quelques semaines dans le cas où l’infection virale n’a pas engendré des complications. Ces dernières se manifestent souvent par une hyperthermie associée à des crises de convulsions. Une rhinopharyngite qui se complique se traduit également par des otites, des sinusites ou des conjonctivites qui sont dues à des infections bactériennes. Chez certains patients, la complication peut se manifester par des laryngites, des diarrhées, et des vomissements.

 

Un enfant qui est fréquemment sujet à de la rhinopharyngite peut développer une augmentation des végétations sur le long terme. Il n’existe pas jusqu’à ce jour de traitement médicamenteux pour combattre ce gonflement. L’enfant doit parfois subir une opération chirurgicale pour éliminer les végétations.

 

Quelle est la durée des symptômes d’une rhinopharyngite ?

En général, les symptômes de la rhinopharyngite peuvent durer jusqu’à 7 jours chez les patients adultes. Ils disparaissent simultanément au bout de cette période. Si la fièvre persiste entre 2 à 3 jours, l’écoulement nasal peut s’étaler sur une dizaine de jours. Par contre, la toux est présente jusqu’à 3 semaines.

 

Une consultation chez le médecin est vivement recommandée si jamais ces symptômes sont encore visibles au-delà de ces délais mentionnés.

 

Personnes à risque et facteurs risques personne à risque rhinopharyngite

Selon les experts médicaux, la rhinopharyngite apprécie une catégorie de personne.

 

Avant d’atteindre leur première année, les enfants sont atteints de rhinopharyngite au moins une fois. Ceci est dû à la faiblesse de leur système immunitaire. Toutefois, le risque est plus élevé jusqu’à leur sixième année. Au cours de cette période, ils peuvent attraper la rhinopharyngite jusqu’à une dizaine de fois tous les ans. Ils sont plus vulnérables à cette pathologie virale lorsqu’ils fréquentent les garderies. Mais en grandissant, ils sont plus aptes à contrer la rhinopharyngite puisque leur système immunitaire est renforcé.

 

La rhinopharyngite est également fréquente chez les personnes adultes ayant un système immunitaire affaibli ou ceux qui sont sous traitement médical à vie.

La rhinopharyngite est aussi favorisée par le tabagisme. En effet, les substances qui s’introduisent dans le corps vont affaiblir les muqueuses du rhinopharynx. L’exposition à la pollution est un autre facteur favorisant la rhinopharyngite. Cela va irriter la muqueuse nasale la rendant plus vulnérable aux virus.

 

Rhinopharyngite : quand faut-il consulter ?

Jugée généralement bénigne, la rhinopharyngite nécessite une consultation médicale dans certaines situations. C’est le cas lorsque :

  • Vous êtes sujets à une fièvre importante qui persiste plus de 72 heures
  • L’angle intérieur de votre œil développe un gonflement
  • Vous ressentez une difficulté à respirer ou souffrez d’une toux rauque. Ces faits se manifestent lorsque l’inflammation atteint un organe de votre système ORL.

Persistance des symptômes après une semaine.

Lors d’une consultation chez un médecin généraliste ou un spécialiste ORL, celui-ci va établir un diagnostic. A part les examens physiques, il va vous questionner sur les symptômes que vous avez développés au cours des derniers jours.

 

Il utilisera généralement un appareil pour examiner votre cavité nasale, vos oreilles ainsi que votre gorge. Il va effectuer un prélèvement pour déterminer la nature de votre infection. Par la même occasion, il va toucher vos ganglions lymphatiques pour vérifier s’ils s’enflent ou pas. À l’aide d’un stéthoscope, il va constater votre respiration tout en faisant attention au bruit fait par vos poumons. Pour s’assurer de son examen, il arrive que le médecin vous recommande d’effectuer des analyses médicales plus approfondies.

 

Mesures préventives de base

Comme toute maladie, il existe quelques mesures préventives que vous pourrez adopter pour éviter d’attraper la Rhinopharyngite.

  • Mesures d’hygiène

Le lavage fréquent des mains est l’une des principales mesures pour prévenir la contraction de la rhinopharyngite. Cette action doit être réalisée après s’être mouchée ou après avoir uriné ou déféqué. Il faut toujours se couvrir le nez et la bouche lorsque vous éternuez ou vous toussez. Si possible, employez un mouchoir à usage unique à cet effet. Sinon, éternuez ou toussez toujours dans le creux de votre coude. En plus, de vous éloigner d’une personne atteinte de rhinopharyngite, vous devez aussi éviter d’entrer en contact avec les objets qu’il a utilisés. Il peut s’agir des verres ou des serviettes de toilette dont il s’est servi. Isolez-vous dans votre maison lorsque vous êtes malades afin de limiter la propagation du virus sur votre entourage.

 

se laver les mains

  • Environnement et habitudes de vie

Il existe également quelques mesures que vous pourrez adopter dans votre environnement pour éviter la contamination ou le développement de la rhinopharyngite. Gardez la température de vos chambres entre 18 °C et 20 °C. Un climat chaud ou trop froid favorise l’apparition des virus ou bactéries. Par ailleurs, un air frais est un allié de taille pour soulager divers symptômes de la rhinopharyngite pour ne citer que la congestion nasale.

 

Pensez également à une aération quotidienne de vos pièces ; pendant au moins 10 minutes durant l’automne et l’hiver. Lorsque vous vous trouvez dans un espace public, vous devez éviter de vous rapprocher des systèmes de climatisation. Ces derniers sont les premiers canaux de propagation des virus.

 

Autant que possible, éviter de fumer à la maison pour protéger vos proches. En effet, la fumée stimule l’irritation des voies respiratoires qui va engendrer des infections. Faire des exercices physiques pour désenclaver fréquemment vos voies respiratoires et un autre moyen efficace de minimiser les risques de rhinopharyngite. L’adoption d’une alimentation saine et équilibrée est aussi une solution fiable pour prévenir le développement des virus.

 

Enfin, ayez un bon sommeil et évitez les situations stressantes.

  • Mesures pour prévenir les complications

Pour éviter que vous soyez atteints fréquemment de la rhinopharyngite, adoptez en premier lieu les mesures citées auparavant. Ensuite, vous devez vous moucher fréquemment le nez. Préférez des mouchoirs à usage unique. Chaque semaine, nettoyez vos fosses nasales avec une solution saline en se servant d’un vaporisateur.

  • Mesures complémentaires

La phytothérapie est une alternative efficace pour prévenir la rhinopharyngite. Il existe effectivement des produits phytothérapiques qui peuvent être utilisés pour renforcer votre système immunitaire. Voici quelques-uns d’entre eux :

Traitement d’une rhinopharyngite

Souvent, la rhinopharyngite disparaît naturellement après une semaine. Toutefois, quelques traitements sont nécessaires pour venir totalement à bout des différents symptômes. En même temps, ils sont destinés pour éviter les éventuelles complications.

 

spray nasal rhume

  • Soigner la rhinopharyngite chez l’adulte

Pour soulager une rhinopharyngite chez l’adulte, il faut s’attaquer aux divers symptômes de la pathologie. Il n’existe pas de solution radicale pour éradiquer complètement ce virus. Toutefois, vous pouvez recourir à des soins et gestes pour atténuer la gêne : 

 

Vous devez toujours vous moucher avec un mouchoir jetable
Nettoyez vos narines avec du sérum physiologique.
Optez pour un vasoconstricteur nasal ou oral pour déboucher votre nez
Traitez les migraines, la fièvre ou encore les courbatures avec du paracétamol. Évitez de recourir à des aspirines ou de l’ibuprofène
Préférer les pastilles pour soulager les irritations qui accentuent la toux dans la gorge. Si cette dernière est sèche, prenez un sirop antitussif après avoir contacté un médecin.

  • Soigner une rhinopharyngite chez la femme enceinte

Face à une rhinopharyngite durant la grossesse, il suffit de suivre les mêmes recommandations. Cependant, la prise de paracétamol doit obtenir un avis médical tout en respectant la posologie recommandée par le praticien. Cependant, la femme enceinte ne doit pas faire usage de :

- médicaments vasoconstricteurs décongestionnants 
- huiles essentielles.

  • Soigner une rhinopharyngite chez un nourrisson

Aucun traitement particulier n’est destiné pour soulager définitivement une rhinopharyngite chez les enfants. Toutefois, il est indispensable de se conformer à ces contre-indications :

 

L’huile essentielle ne doit pas être utilisée chez les enfants de moins de 3 ans
Préférez toujours un nettoyage du nez avec un spray d’eau de mer ou un sérum physiologique chez les enfants âgés de moins de 2 ans. L’un et l’autre sont commercialisés sans ordonnance auprès des pharmacies. Mais, il est également possible que vous confectionniez de l’eau saline faite-maison. Pour cela, vous devez porter à ébullition de l’eau et du sel. Transvasez le mélange dans un récipient compte-gouttes stérilisé. La préparation obtenue est à conserver au réfrigérateur.
Utilisez une mouche-bébé pour décongestionner le nez de votre enfant. Ceci est indispensable pour prévenir une surinfection bactérienne.

Dans le cas où les symptômes persistent durant de nombreux jours après la suivie de ces recommandations, il est judicieux de s’approcher d’un pédiatre.

  • Traitement de la rhinopharyngite aiguë

Les mesures énumérées précédemment doivent être maintenues pour traiter une rhinopharyngite aiguë. Pour garantir un rétablissement rapide, il faut les compléter par ces diverses dispositions :

 

- Le patient doit se reposer : il doit se mettre à l’abri des bruits gênants. Il doit être installé dans une pièce respirant la quiétude. Pour les tout-petits, il faut éviter qu’ils pleurent pendant de longues minutes puisque cette situation ne fera qu’empirer les symptômes.
- Le patient doit bien d’hydrater. Pour les nourrissons, il est important que sa tétée soit espacée pour éviter qu’il suffoque. La prise de repas doit être également espacée pour éviter de fatiguer ses organes.


L’utilisation d’un humidificateur est recommandée pour conserver une température d’au moins 21 °C dans la pièce. En même temps, ce dispositif permet de bénéficier d’un taux d’humidité comprise entre 80 % et 90 %. Ceci est nécessaire pour une liquéfaction des sécrétions des voies respiratoires.
Le recours à une désinfection rhinopharyngée (DRP) avec drainage nasal est vivement conseillé. Après avoir versé quelques gouttes de sérum physiologique dans les narines, il faut utiliser une mouche-bébé ou une petite seringue pour aspirer les sécrétions ORL. Cette action peut être répétée plusieurs fois sans pour autant en abuser et tout en respectant les recommandations du médecin. Il est fortement déconseillé de recourir à l’usage d’un vasoconstricteur par voie nasale chez les enfants.
Pour faire baisser la température, il est permis d’utiliser des antipyrétiques.

  • Soigner une rhinopharyngite naturellement

Il est possible de traiter une rhinopharyngite de manière naturelle, sans recourir à une médication. Toutefois, ces méthodes naturelles peuvent être complétées par divers médicaments prescrits par un thérapeute. La médecine douce a toujours été une solution préconisée pour traiter diverses pathologies. La rhinopharyngite n’est pas une exception.

 

En pharmacie, vous pourrez acheter des solutions pour gargarisme afin d’atténuer les douleurs à l’ingestion. Mais, il est également possible que vous prépariez vous-même votre propre gargarisme. Pour désobstruer le nez, vous pourrez recourir à des inhalations de vapeurs. Ces dernières permettent en outre d’obtenir un apaisement des symptômes.

 

Les huiles essentielles sont aussi recommandées pour déboucher le nez. Vous avez le choix entre les formats sprays disponibles en pharmacie et les solutions à diffuser via un appareil spécifique. L’huile essentielle d’eucalyptus est la plus conseillée pour traiter une rhinopharyngite. Il arrive que des médecins recommandent aux patients souffrant de cette pathologie de suivre un traitement homéopathique.

 

Médicaments

médicaments rhinopharyngite

 

Il existe quelques médicaments qui sont prescrits par les thérapeutes pour soigner les symptômes de la rhinopharyngite :

 

L’Acétaminophène ou paracétamol qui est souvent préconisé pour atténuer et éradiquer les maux de tête et la fièvre. L’aspirine est à prohiber puisqu’elle peut provoquer le syndrome de Reye. Mortel, ce trouble se manifeste par une irritation du foie et du cerveau. Le patient, notamment les enfants, vomit abondamment et de manière violente. Parfois il peut même causer une confusion.


Des vasoconstricteurs nasaux ou oraux sont à favoriser pour mieux respirer, car le nez va être dégagé et la muqueuse se décongestionne. Il n’est pas recommandé d’utiliser les deux solutions en même temps. Il est préférable de choisir entre les 2 selon les recommandations de votre médecin. Quelle que soit l’option que vous choisirez, vous devez limiter le traitement à 5 jours. Les vasoconstricteurs nasaux ou oraux ne conviennent pas aux enfants de moins de 15 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes. De même, ils ne sont pas adaptés aux personnes souffrant de maladie cardiovasculaire, d’hypertension artérielle, d’épilepsie et/ou ayant déjà été victimes d’un AVC.


Il existe toutefois des produits médicamenteux qui peuvent être utilisés pour traiter le rhume. Ils sont généralement proposés en comprimés. Bon nombre d’entre eux renferment un antidouleur AINS, du paracétamol et un décongestionnant oral. Ils sont préconisés pour soulager les symptômes, mais ne procurent pas une guérison totale. Ils ne sont pas indiqués chez les enfants.

 

Dans la majorité des cas, la rhinopharyngite ne doit pas être traitée avec des antibiotiques. En effet, ces derniers sont préconisés pour soulager les infections bactériennes. Comme la rhinopharyngite est causée par un virus, les antibiotiques ne sont donc pas prescrits pour la soigner. Cependant, il arrive que le médecin les prescrive dans le cas où le patient développe une complication telle qu’une otite.

 

Notez que si l’une de ces solutions médicamenteuses a eu des effets positifs sur vous, il n’est pas obligatoire qu’elles en soient autant chez une autre personne même si vous présentez les mêmes symptômes. Chaque traitement est personnel.

 

Rhinopharyngite : solutions pour calmer le mal de gorge et la toux 

Pour soigner le mal de gorge et la toux séparément, vous avez à votre disposition différentes solutions qui ont prouvé leur efficacité.

 

Tout d’abord, pour un mal de gorge, il suffit d’opter pour du gargarisme avec de l’eau salée. Il est important que celle-ci ne soit ni trop froide, ni trop chaude. Il est également possible de recourir à une application de cataplasme fait maison sur votre gorge. Pour cela, vous devez utiliser de l’argile verte et des feuilles de chou. Commencez par dissoudre la poudre d’argile avec une petite quantité d’eau avant de le recouvrir par du linge. Laisser la solution se reposer durant une heure au moins. Séparez les feuilles de chou avant de les enduire de crème d’argile d’un ou 2 cm d’épaisseur. Vous devez remplacer le cataplasme lorsque vous constatez que la couche d’argile s’est consolidée.

 

Pour la toux, vous pouvez confectionner votre propre sirop en remplacement de l’habituelle pastille. Pour cela, mélangez du miel avec du vinaigre de cidre et du jus de citron. La prise doit se faire par gouttes pour éviter d’avaler de travers. Il est également possible de se servir d’une tisane à base de thym.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 489
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164