» » Comment différencier une grippe d'un rhume ?

Comment différencier une grippe d'un rhume ?

jeudi 30 août 2018

 

Un grand nombre de personnes a encore du mal à différencier une grippe d’un rhume, vu que ces deux infections respiratoires sont d’origine virale. Certes, ces deux pathologies possèdent des caractères communs comme : 

Elles sont toutefois bien différentes. Pour assurer l’efficacité du traitement adopté, tenez compte des caractéristiques suivantes.

 


 

La grippe

Maladie virale qui sévit le monde depuis les temps anciens, la grippe fait partie des épidémies qui touchent l’être humain. Survenant dans la majorité des cas tout au long de l’automne et de l’hiver, cette épidémie n’épargne pas la France chaque année. Généralement considérée comme étant une pathologie bénigne, la grippe est une maladie qui se transmet assez facilement et peut engendrer de graves complications, voire des décès, notamment chez les individus hypersensibles.

 

Toutefois, la prévention la plus efficace repose sur une éventuelle vaccination qui doit être renouvelée tous les ans. Par ailleurs, il est tout à fait possible d’éviter la propagation des épidémies à travers un certain nombre de mesures d’hygiène. Lors d’une infection à la grippe, le traitement commence habituellement par du repos, une hydratation équilibrée et la prise de médicaments adaptée en cas de fièvre.

 

La grippe est une affection des voies respiratoires qui est très contagieuse.

 

Elle est causée par un virus appartenant à la famille influenzae. Cet agent pathogène se manifeste surtout en automne et au printemps ou bien entre le mois de novembre et d’avril.

 

Son mode de contamination se fait directement par les mains ou par les voies aériennes comme par la salive après éternuement ou les gouttelettes de sécrétion nasale.

 

grippe ou rhume

 

Comment reconnaître la grippe et la soigner ?

Appelée également grippe saisonnière, la grippe est classée dans la catégorie des infections virales qui peuvent être diagnostiquées assez facilement, notamment lors d’une consultation clinique chez le médecin généraliste. Néanmoins, si cette maladie présente des complications, d’autres examens complémentaires peuvent être envisageables. Avant de se rapprocher d’un personnel de la santé, il est quand même utile de savoir soi-même si on a vraiment la grippe.

Pour ce faire, il convient de remarquer certains symptômes fréquents qui sont plus ou moins inquiétants, pouvant se manifester dès le début de la maladie. Parmi ces manifestations se démarquent l’apparition de la fièvre, les douleurs musculaires et articulaires qui sont similaires à des courbatures, une asthénie, des maux de tête, une toux sèche, une irritation de la gorge, une congestion nasale, des éternuements, des frissons et une perte d’appétit. D’une manière générale, les premiers signes du virus de la grippe apparaissent environ entre 24 jusqu’à 48 heures après la contamination.

 

Cette maladie est plus grave que le rhume, car elle est susceptible de faire se développer chez certains patients :

Comme caractéristiques, la grippe s’accompagne souvent de :

C’est quoi la grippe ?

Connue aussi sous le nom d’influenza, la grippe est une pathologie contagieuse et aussi fréquente qui est causée par un certain nombre de virus appartenant à la famille des orthomyxoviridés. Parmi eux se distinguent le virus de la grippe A, le virus de la grippe B, le virus de la grippe C et aussi le virus de la grippe D2. La grippe concerne également les volatiles sauvages et un bon nombre de mammifères tels que le porc, le phoque et l’humain.

 

La grippe affecte ses cibles à travers un mode épidémique saisonnier, notamment au cours de l’automne et l’hiver dans les pays tempérés. Elle peut être active tout au long de l’année dans quelques contrées tropicales comme le Cameroun. La grippe se démarque chez les êtres humains à travers des symptômes spécifiques, incluant la fièvre, les céphalées, la toux, la pharyngite, les myalgies, l’asthénie et l’anorexie. Ces signes qui sont des éléments du syndrome grippal font partie des causes qui sont d’ailleurs nombreuses. Son diagnostic se caractérise par une apparition spontanée de ces symptômes cités dessus, surtout quand ils surviennent durant la période d’épidémie et qu’ils disparaissent habituellement après quelques jours d’évolution. Cependant, dans les cas plus ou moins sévères, la grippe peut s’avérer plus grave avec quelques complications qui peuvent être fatales, pour ne citer que les pneumonies bactériennes et la déshydratation.

 

Quand la grippe se transmet entre chaque personne, elle provient essentiellement des voies respiratoires ou des gouttelettes pleines de virus qui sont évacuées par la toux ou les éternuements des patients infectés. Pour une épidémie simple ou considérée comme bénigne, le diagnostic se traduit généralement par une variété de grippe qui est non compliquée et qui ne requiert qu’un traitement symptomatique habituel. Heureusement aussi qu’avec les avancées de la science et de la médecine, les antiviraux sont désormais disponibles sur le marché. Ils sont tout autant indispensables, entre autres, pour le traitement de la prophylaxie de la grippe où les inhibiteurs de la neuraminidase occupent une place importante à l’heure actuelle. Quoi qu’il en soit, la prévention de la grippe est également un souci majeur qui ne doit pas être prise à la légère, se reposant essentiellement sur une vaccination annuelle. Cette dernière est proposée aux personnes à risque et aussi aux espèces à plume qui sont destinées à l’élevage.

 

Qu’est-ce qui provoque la grippe ?

Comme indiqué, la grippe est une maladie infectieuse qui est causée par un virus appelé Myxovirus influenzae ou Influenzavirus. Celui-ci se multiplie à l’intérieur des cellules de la muqueuse qui se trouve dans l’appareil respiratoire. D’après les dernières recherches, les scientifiques ont pu distinguer trois genres d’Influenza virus qui se différencient par leur terminaison A, B et C. Il s’avère que le virus de type A est le plus à craindre. En effet, ce type de virus peut se modifier de manière importante et peut également se propager à travers quelques animaux comme les volatiles aquatiques, les poulets, les porcs et les chevaux. Concernant le virus de type B, il est le plus fréquent qui sévit particulièrement l’homme et est catégorisé parmi les pathologies épidémiques. Pour le virus de type C, il engendre surtout des symptômes qui sont assez proches de ceux du rhume.

 

Sur leurs parties externes, les virus bénéficient de deux protéines antigéniques qui sont l’hémagglutinine (H) et la neuraminidase (N). Toutefois, c’est le virus de type A qui est apte à provoquer de graves pandémies. Les virus A sont classés en sous-types H qui varient entre 1 à 18 et N, variant entre 1 à 11. Concernant les virus B, ils se fractionnent en deux catégories : Yamagata et Victoria. Dans leur ensemble, ces virus sont susceptibles d’être exceptionnellement instables pour une mutation en permanence. C’est en quelque sorte pour cette raison que la vaccination doit être renouvelée chaque année.

 

Quelles sont les principales causes ?

À travers sa forme épidémique, la grippe se manifeste surtout pendant l’hiver et dure environ entre 4 à 12 semaines. Il s’agit d’une maladie très contagieuse et très répandue qui se transmet de manière directe par la voie respiratoire et par les gouttelettes infectées par le virus qui s’évacuent par la toux ou les éternuements. Cependant, la contamination peut aussi être observée dans les échanges d’objets contaminés ou le contact direct avec une personne infectée. Chaque période hivernale, la grippe affecte des millions de sujets. Malgré le fait qu’elle est le plus souvent sans gravité, la grippe peut néanmoins engendrer des complications sévères qui sont la cause de plusieurs milliers de décès par an.

 

Quand arrive la grippe ?

La grippe est une maladie virale saisonnière qui peut survenir tous les ans, plus précisément entre le mois de novembre et le mois d’avril. Elle propose généralement son démarrage entre la fin du mois de décembre et le début du mois de janvier. La grippe dure en moyenne entre 10 à 11 semaines si elle ne présente pas de complications.

 

Comment savoir si on la grippe ?

Entre la contamination et l’apparition des signes préliminaires, l’incubation peut éventuellement durer entre 1 à 5 jours. En revanche, il est assez facile de constater que l’on est affecté par la grippe, étant donné que son commencement est souvent brutal avec l’apparition d‘une fièvre qui peut s’élever jusqu’à 40 ° avec des frissons et d’une sensation de malaise intense, de manifestations de douleurs diffuses comme les maux de tête et des muscles, une perte d’appétit, la fatigue, une infection des voies respiratoires qui se manifeste sous l’aspect d’une rhinite, de pharyngite ou de bronchite.

 

Malgré un certain nombre de similarités en ce qui concerne les symptômes, la grippe ne doit pas être confondue avec les infections pulmonaires virales comme l’adénovirus, la rougeole, le virus respiratoire syncitial, la rubéole et le cytomégalovirus, mais aussi quelques infections pulmonaires bactériennes telles que le Mycoplasma pneumoniae ou le Chlamydiae.

 

Quelle est la durée d’une grippe ?

Extrêmement contagieuse, la grippe est susceptible de se transmettre par une inhalation par inadvertance de postillons ou de contact. Les premiers signes se manifestent généralement entre 24 à 48 heures après que sujet a été contaminé. À noter aussi que la durée de l’incubation peut aller jusqu’à 48 heures avant l’apparition des symptômes et que la grippe reste toujours transmissible durant plusieurs jours. Selon les estimations, une personne adulte qui est contaminée par le virus de la grippe peut la transmettre jusqu’à une semaine après les premiers signes. Chez l’enfant, la durée de la contagion n’excède pas généralement les 7 jours.

 

Qui sont concernés par les vaccins contre la grippe ?

vaccin grippe

 

En pleine saison, la grippe peut être considérée comme étant une infection virale bénigne chez la majorité des individus. Pourtant, des complications sont à craindre, notamment chez les personnes qui sont assujetties à l’hypersensibilité, d’où la nécessité primordiale de la vaccination qui doit se faire tous les ans.

Les principaux sujets concernés par cette mesure de prévention concernent surtout les personnes âgées, les patients souffrant d’obésité, les diabétiques, les sujets atteints par l’insuffisance cardiaque ou l’insuffisance rénale, les personnes qui disposent d’un système immunitaire affaibli, les sujets qui souffrent de maladies respiratoires chroniques et les femmes enceintes. Par ailleurs, les nourrissons de moins de 6 mois peuvent être considérés comme étant des personnes fragiles par rapport à l’épidémie de virus de la grippe. Cependant, ces bébés ne peuvent pas bénéficier du vaccin. De ce fait, des précautions sont à privilégier chez ces enfants afin d’écarter le risque de contamination. En cas de doute, il est toujours préférable de demander l’avis d’un médecin.

 

Comment faire pour ne pas attraper la grippe ?

Pour éviter la propagation du virus de la grippe, notamment au cours d’une période saisonnière, il suffit habituellement de respecter les gestes barrières recommandés. Parmi ces pratiques à adopter figurent le fait de se laver les mains avec du savon ou une solution hydroalcoolique de manière régulière durant au minimum 30 secondes, sans oublier de bien frotter la paume des mains, le dos des mains, les doigts ou encore les poignets. Il convient ensuite de sécher les mains à l’aide d’une serviette propre ou un essuie-tout à usage unique, notamment après un lavage soigneux. Il est également conseillé de n’utiliser que des mouchoirs jetables ou à usage unique pour se moucher et de les jeter directement dans la poubelle après usage. S’il n’y a pas de mouchoirs, il est préférable d’éternuer ou de tousser sur le creux du coude.

 

Le port d’un masque est une alternative à privilégier afin de se protéger des éventuelles contaminations. À la maison, il est indispensable d’aérer régulièrement chaque pièce, notamment si un ou plusieurs membres de la famille sont contaminés. Les sujets sains se doivent aussi d’éviter le contact physique avec les patients contaminés, à l’exemple des poignées de main.

 

Comment soigner une grippe rapidement ?

Dès que les premiers signes de contamination se font ressentir, il est impératif de veiller à bien se reposer, de s’hydrater convenablement tout au long de la journée et même la nuit pour écarter le risque de déshydratation. En cas de fièvre, il est aussi conseillé de le faire baisser le plus vite possible avec l’aide du paracétamol, d’un anti-inflammatoire non stéroïdien comme l’ibuprofène ou aussi avec l’aspirine, tout en respectant les doses recommandées et la durée de traitement préconisée par le médecin ou le pharmacien.

 

Quel traitement pour soigner la grippe ?

Étant donné sa fréquence et la survenue des signes qui décrivent une épidémie de grippe saisonnière, il est assez facile pour les scientifiques de diagnostiquer la grippe. En effet, le médecin ou le spécialiste pourra facilement distinguer la grippe des autres pathologies pour adapter le traitement adéquat. Malgré aussi le fait que les analyses et les examens ne sont pas généralement des priorités, ils peuvent être réalisés si des difficultés sont constatées au niveau du diagnostic ou si une urgence est à prévoir.

 

Quel médicament prendre en cas de grippe ?

En règle générale, il n’existe pas de médicaments spécifiques pour soigner une grippe saisonnière. D’ailleurs, s’il n’y a pas de complications, notamment chez les personnes qui ne sont pas sensibles, la grippe disparaît au bout d’une à deux semaines, sans recourir à un traitement clinique particulier. De plus, les antibiotiques ne sont pas souvent utiles en cas de grippe saisonnière, étant donné que cette maladie est due à un virus, et non à cause d’une bactérie. À la place, il n’est pas rare que l’utilisation de médicaments antiviraux soit à considérer, surtout pour les patients à risques ou chez les personnes plus ou moins fragiles. Toutefois, afin de bénéficier de leur efficacité, ces substituts médicamenteux doivent être administrés dans les deux jours qui suivent la manifestation des premiers symptômes.

 

En ce qui concerne les médicaments, quelques-uns d’entre eux peuvent être d’une aide précieuse pour traiter la grippe. Les antipyrétiques, par exemple, sont des atouts bénéfiques pour faire baisser la fièvre, pour ne citer que le paracétamol, l’ibuprofène, la kéroprofène ou l’aspirine. Pour cette dernière, il est préférable de ne pas envisager la prise chez les enfants. Il y a aussi les antiviraux, malgré qu’ils soient rarement prescrits dans la pratique. Parmi eux se démarquent les inhibiteurs de la protéine virale M2, incluant entre autres, l’amantadine et la rimantadine. Ils sont particulièrement actifs contre les virus de type A, mais sont susceptibles d’engendrer quelques inconvénients. Sans mentionner aussi les inhibiteurs de la neuraminidase comme le zanamivir — Relenza et l’oseltamivir — Tamiflu. Ils agissent généralement en atténuant l’intensité et la durée des symptômes, à condition de les administrer dans les 48 heures qui suivent l’apparition des premiers symptômes. En outre, ces médicaments disposent également d’une propriété préventive par rapport à l’infection de la grippe.

 

Concernant les antibiotiques, ils ne doivent pas être indiqués que lorsqu’il y a un risque de surinfection bactérienne ou de manière préventive, surtout chez les personnes qui sont susceptibles ne pas supporter une surinfection bactérienne, incluant les nourrissons et les personnes âgées. En effet, il n’est plus à expliquer que le virus de la grippe est totalement insensible aux antibiotiques. Ainsi, sauf en cas de risque de surinfection bactérienne, ce type de médicament n’est pas vraiment nécessaire.

Il existe aussi des traitements non médicamenteux qui peuvent parfaitement être associés à ces médicaments. En effet, le traitement de la grippe peut également comporter quelques critères comme le repos, l’humidification de l’atmosphère environnante, l’habitude au port de vêtements légers, incluant les couvre-pieds et les couettes qui peuvent accentuer la montée de la température, mais aussi le fait d’adopter une bonne hydratation accompagnée d’une alimentation saine et suffisante.

 

Et pour le vaccin contre la grippe ?

A part les gestes barrières recommandés, le vaccin contre la grippe figure parmi les préventions les plus efficaces pour éviter la contamination. Jusqu’à l’heure actuelle, il est à administrer en une seule injection par voie cutanée, mais se doit d’être renouvelé tous les ans, étant donné que les virus sont susceptibles de se modifier en permanence. D’ailleurs, chaque année, les scientifiques s’efforcent de développer des vaccins qui s’adaptent aux éventuelles souches qui surviennent. Généralement, l’immunité se manifeste entre deux à trois semaines après l’injection du vaccin. Ainsi, la meilleure alternative est de se faire vacciner dès le mois d’octobre. À noter que la vaccination réduit jusqu’à 80 % le taux de la morbidité en relation avec la grippe chez les personnes adultes saines.

 

Il y va de soi également que le vaccin est fortement sollicité chez les sujets qui peuvent présenter des risques de complications à de graves maladies, pour ne citer que les personnes âgées, les patients assujettis à une insuffisance respiratoire et cardiaque.

 

Comment se soigner de la grippe naturellement ?

traitement naturel contre la grippe

 

Si le traitement médicamenteux est conseillé en cas de grippe saisonnière, il est aussi possible de recourir à un traitement naturel, à condition d’opérer dès l’apparition des premiers symptômes. Tel est par exemple, l’utilisation du cuivre en oligo-élément, à employer seul ou en association avec l’argent et l’or. Pour en bénéficier, il suffit de s’adonner à 3 prises par jour, notamment au cours des deux premiers jours, puis continuer par deux prises par jour durant toute la durée de l’infection.

 

À titre d’exemple, le Pyrogenium 5 CH est à administrer par voie orale à raison de 1 fois par jour en une seule prise durant quelques jours. Chez l’adulte, la vitamine C est aussi conseillée à raison de 500 mg par jour et 250 mg par jour chez l’enfant, à poursuivre durant au moins 15 jours.

 

Sinon, les plantes médicinales sont également efficaces, surtout si elles sont préparées en teinture mère, en extraits ou tisanes, à l’instar de l’échinacée et du ginseng. Pour ces deux végétaux, il est possible de les utiliser en teinture mère pour 50 gouttes d’échinacée à raison de 2 fois par jour, et 50 gouttes de ginseng le matin. En extraits, il est aussi possible de prendre 1 gélule d’échinacée le matin et le midi et 1 gélule de ginseng uniquement le matin.

 

En tisane, les plantes les plus efficaces pour combattre la grippe restent la reine-des-prés et le citron. Connue également sous l’appellation d’« aspirine végétale », la reine-des-prés recèle parmi les éléments de l’acide salicylique. Elle est indiquée au moment où les refroidissements et la fièvre se font ressentir avec l’état grippal qui s’accompagne de douleurs aux membres. Cette préparation est surtout conseillée en cas d’allergie à l’aspirine. Il est tout à fait possible d’y ajouter du tilleul afin de compléter les effets.

 

Pour concocter une tisane anti-grippe, prendre 50 g de reine-des-prés séchées, 50 g de fleurs de sureau séchées et 50 g de fleur de tilleul. Mettre ensuite 1 cuillère à café du mélange dans une théière, puis arroser d’une eau bouillante et laisser infuser environ 10 minutes. Boire plusieurs tasses durant la journée.

 

Pour la tisane à base de citron, il n’est plus à présenter que le citron est un puissant stimulant qui est parfaitement apte à combattre les infections hivernales, grâce surtout à ses propriétés antiseptiques, antimicrobiennes et dépuratives. L’utilisation du citron est fortement conseillée pour lutter contre les infections. Pour en fabriquer une tisane, couper 1 citron en quatre. Les mettre ensuite dans de l’eau pour les faire bouillir et les laisser infuser environ 10 minutes. Pour une efficacité avérée, il est recommandé d’écraser les citrons coupés avant de les mettre à bouillir.

 

Comment soigner la toux d’une grippe ?

Pour la toux lors d’une grippe saisonnière, elle s’évacuera plus vite à l’aide des antitussifs ou d’un fluidifiant, dépendant de sa nature. Toutefois, il est aussi possible de se fier aux antiviraux de type Tamiflu ou Relenza pour réduire l’épisode de la grippe, à prendre en compte seulement sur avis médical.

 

Le rhume

Quant au rhume, son infection est liée aux rhinovirus qui sont présents toute l’année.

 

Les virus responsables de cette maladie se présentent en plus de 200 versions. Il est également contagieux, mais pas aussi grave que la grippe. Il survient environ 2 à 3 fois par an et l’organisme en vient à bout en 7 à 10 jours.

 

consultation médecin

 

La contamination se fait de la même manière que pour la grippe. D’ailleurs, les enfants sont les plus touchés par cette pathologie.

 

Le rhume se manifeste par :

Pour la majorité des cas, il se produit habituellement en automne, en hiver et en début de printemps.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 515
Beauté 8
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164