Bouton rouge : tous les soins pour les plaques rouges, furoncles, mycoses

Monazol ovule - boîte de 2 ovules
Victime de son succès
7.95 €
Roll-on piqûres Naturactive - flacon 10 ml
Victime de son succès
7.15 €
Monazol ovule - boîte de 1 ovule
Victime de son succès
4.04 €
Sédermyl démangeaisons crème 0.75% - tube de 35g
Victime de son succès
3.99 €
Lomexin 2% crème - tube de 30 g
Produit en stock
5.56 €
MycoHydralin 200mg - 3 comprimés vaginaux
Victime de son succès
6.40 €
Myleugyne creme 1% - tube de 30 g
Produit en stock
3.98 €
Lomexin 2% crème - tube de 15 g
Produit en stock
3.01 €
BabyApaisyl crème - tube de 30 ml
Victime de son succès
6.50 €
Insect ecran après piqûres - tube de 20 g
Victime de son succès
5.99 €
Sebiaclear Active gel correcteur intensif SVR - tube de 40 ml
Produit en stock
12.79 € 9.59 €
-25%
Quotane 0,5% crème démangeaisons - tube de 30g
Victime de son succès
5.88 €
Cortapaisyl 0,5% crème - tube de 15g
Victime de son succès
4.26 €
Onctose crème - tube de 48 g
Victime de son succès
5.90 €

 

Quels sont les facteurs qui favorisent le furoncle ?

Comme la majorité des affections cutanées, plusieurs facteurs peuvent intervenir dans l’apparition de furoncle, incluant une éventuelle transpiration importante ou hypersudation, une hygiène négligée ou insuffisante, mais aussi la présence d’un foyer bactérien chronique au niveau du nez, du périnée ou d’une plaie. Il arrive aussi que le furoncle puisse surgir, quand le sujet est en contact avec une personne atteinte et porteuse de staphylocoques.

 

Qui sont les personnes les plus à risque ?

Le furoncle peut particulièrement toucher les adolescents et les jeunes adultes de sexe masculin et qui sont assujettis à une hypersudation et à une peau grasse. Il peut facilement affecter les personnes diabétiques ou en surcharge pondérale, les malades déficients immunitaires comme ceux qui sont atteints du VIH, ou ceux qui suivent un traitement immunosuppresseur, ou un traitement par corticoïdes, sans oublier les patients qui présentent une anémie par carence en fer.

 

Un Bouton rouge qui gratte à la vulve peut-il être une mycose ?

Outre le furoncle, il arrive que des boutons rouges apparaissent ailleurs que sur le visage, le dos, ou la peau en général. Les boutons rouges qui se manifestent au niveau de la vulve sont souvent considérés comme étant l’expression d’une mycose. En clair, il peut s’agir d’une prolifération de champignons microscopiques. Certes, une mycose génitale peut s’avérer bénigne, mais c’est assez incommodant et peut quelquefois être un obstacle majeur pour les relations sexuelles. Toutefois, les boutons rouges qui grattent et peuvent être d’une origine autre que la mycose vaginale.

 

Le Bouton rouge à la vulve et la mycose génitale

Pour une mycose génitale, qu’elle soit vaginale ou vulvaire, se démarque par l’apparition de petits boutons rouges qui grattent, sans oublier la manifestation de brûlures et de pertes abondantes et nauséabondes, qui ressemblent à un lait caillé. Pour une mycose vaginale ou vulvaire, le traitement peut concerner la prise de certains antifongiques par voie locale, généralement sous la forme d’ovule.

 

Le Bouton rouge qui gratte et l’herpès génital

Mis à part la mycose génitale ou vulvaire, l’apparition d’un bouton rouge qui gratte au niveau de la vulve peut être le signe d’un herpès génital. Il s’agit habituellement d’un bouton rouge qui s’accompagne de vésicules remplies d’un liquide transparent. Ce genre de bouton rouge gratte de manière considérable, et est causé par une contamination par le virus HS1 ou HS2, des virus herpès simplex. Ainsi, ces boutons sont extrêmement contagieux et relèvent des infections sexuellement transmissibles. Toutefois, les symptômes peuvent être allégés avec la prise de médicaments antiviraux et antalgiques, de préférence par voie orale. Quoi qu’il en soit, dans tous les cas, il est recommandé de se rapprocher d’un médecin pour déterminer le traitement le plus adapté à chaque cas.

C’est rouge, ça pique et ça chauffe, les boutons rouges peuvent apparaître n’importe où sur le corps ou sur le visage. Pourtant, les causes et les origines peuvent être différentes. Parfois, le bouton rouge peut même concerner un éventuel furoncle qui nécessite un traitement adapté pour ne pas risquer de tomber sur des complications.

 

Un Bouton rouge peut s’agir d’un petit bouton qui est entouré d’un halo rouge

Quand le bouton est entouré d’un halo rouge, il n’est pas rare que le sujet ressente des démangeaisons et de la chaleur. Ce bouton peut concerner une piqûre de moustique ou d’araignée, mais peut aussi provenir d’une guêpe. Quand l’organisme est soumis à une agression extérieure, il déclenche un système de défense qui se manifeste à travers une réaction inflammatoire localisée. Pour s’en débarrasser, le mieux c’est de désinfecter le bouton avec un antiseptique et d’appliquer ensuite une crème apaisante, de préférence celle qui est à base de cortisone.

 

S’il s’agit d’une petite plaque ?

C’est rouge, mais présentant une cloque ou même une croûte qui est généralement accompagnée de lésions similaires satellites. Le cas peut éventuellement provoquer des démangeaisons considérables. Il s’agit d’un impétigo ou une lésion surinfectée. En clair, la petite plaque peut provenir d’une piqûre bénigne, mais qui a été grattée et laisser s’infecter. Résultat, les germes sont passés dans le sang. D’un point de vue scientifique, ce genre de petite plaque requiert l’intervention d’un médecin. Il se peut qu’un antibiotique soit préconisé en guise de traitement.

 

Qu’en est-il des plaques rouges, gonflées et qui apparaissent puis disparaissent ?

Pour ces manifestations cutanées, le patient ressent une grosse chaleur accompagnée de démangeaisons. Il peut s’agir d’une urticaire qui est provoquée par une réaction allergique à certains végétaux ou parfois au latex. Habituellement, une crème apaisante et un traitement antihistaminique suffisent pour écarter ces plaques.

 

Et s’il s’agit d’un furoncle ?

Quand le cas se manifeste par l’apparition d’un bouton rouge dur et assez douloureux, qui est centré par un poil et qui se transforme rapidement en pustule, il peut évidemment s’agir d’un furoncle. Toutefois, s’il est traité à temps et dans les normes, le furoncle se dissipe en quelques jours et ne présente pas de complications que dans de rares cas.

 

C’est quoi un furoncle ?

Le furoncle est une sorte d’infection profonde au niveau de la cavité où le poil prend racine dans la peau. La cavité en question est généralement connue sous l’appellation de follicule pilosébacé ou follicule pileux. Le furoncle est une infection causée par une bactérie qui est le staphylocoque doré. Ce sont les toxines sécrétées par cette bactérie qui provoquent la destruction du follicule pileux ou pilo-sébacé, ainsi que la formation d’un bourbillon. Une fois que celui-ci est éliminé, il laisse place à un cratère rouge sur la peau.

 

Quelles sont les zones de prédilection d’un furoncle ?

Le furoncle peut apparaître dans plusieurs zones du corps humain, notamment sur le visage, le dos, les épaules, la nuque, les cuisses ou les fesses.

 

Quels sont les symptômes du furoncle ?

La manifestation d’un furoncle peut se faire en plusieurs étapes. La première concerne l’apparition d’un bouton rouge, assez douloureux et dur, mais ne présente pas de pus. Ce bouton rouge se forme sur la peau, principalement au niveau d’un poil. Il peut ensuite évoluer pour former un bouton rouge qui dispose d’une tête blanche, qui renferme une pustule. Il peut être chaud et plus ou moins douloureux. Pour le dernier stade de son évolution, le furoncle peut se percer pour laisser échapper le pus, entraînant la destruction du follicule pilo-sébacé. Il ne reste plus alors qu’un cratère rouge sur l’épiderme concerné. Généralement, la cicatrisation arrive à son terme au bout de 2 semaines, mais laisse une cicatrice en creux.