» » » Qu'est-ce que l'allergie au soleil ?

Qu'est-ce que l'allergie au soleil ?


 

Comme toutes les formes d’allergie, l’allergie au soleil peut survenir chez les personnes vulnérables à ses effets. Elle apparait après une exposition au rayon du soleil. Comme cet astre est omniprésent au quotidien, le risque avec cette pathologie est donc énorme surtout si l’on ne connait pas son niveau de sensibilité. L’ampleur des symptômes dépend de la capacité du système de défense de chacun. De ce fait, certaines personnes pourraient s’exposer sans le savoir à cette maladie. Pour limiter la propagation de cette allergie, il convient donc que tout le monde connaisse au moins les bases concernant l’allergie au soleil. Justement, ce guide révèle en détail l’origine et les symptômes de cette pathologie ainsi que les traitements qui peuvent l’éradiquer ou la prévenir.

 


 

allergie au soleil

Présentation de l’allergie au soleil

De manière générale, l’allergie est une réponse de l’organisme face à la présence d’un allergène donné, comme le cas de l’allergie au pollen et l’allergie acariens. Il s’agit plus précisément d’une réaction du système immunitaire qui a entrainé la libération d’une substance nommée histamine. Celle-ci va par la suite provoquer des réactions inflammatoires qui sont les manifestations de l’hypersensibilité ou de l’intolérance. Cette dernière se manifeste différemment d’une personne à une autre et peut être immédiate ou retardée. Elle peut aussi être grave ou bénigne.

 

En partant de cela, l’allergie au soleil également connue sous le nom de lucite estivale est une réaction d’inflammation provoquée par l’histamine suite à l’exposition du sujet aux rayons de soleil. Les personnes qui en souffrent sont donc sensibles aux effets des rayons ultra-violets A. Ces derniers deviennent ainsi un allergène pour elles. Ils peuvent ainsi causer une réaction allergique, même en passant par une vitre, un pare-brise ou un parasol. Il faut noter dans ce cadre que lorsque cette pathologie se déclenche, elle se répète souvent chaque année. Sans prise en charge, le cas d’une récidive provoque des symptômes de plus en plus agressifs qui se manifestent même lors d’une simple exposition modérée. 

 

Les études menées par l’institution américaine Mayo Clinic permettent de comprendre qu’il existe plusieurs types d’allergie au soleil. L’éruption lumineuse polymorphe ou la lucite polymorphe serait la principale forme.

  • Quelles sont les causes de l’allergie au soleil cause de l'allergie au soleil

Comme son nom l’indique, l’allergie au soleil concerne l’effet de cet astre sur l’organisme. Les symptômes de cette pathologie apparaissent après le contact avec le rayon du soleil, plus exactement les radiations provoquées par l’ultra violet A (UVA). De cette hypothèse, le bronzage et l’exposition excessive serait l’origine évidente de ce type d’allergie. Certaines gammes de crèmes solaires peuvent aussi en être la cause. Effectivement, leurs effets sont seulement limités à la protection contre les rayons UVB, mais pas contre les UVA, qui est allergène. C’est pour cette raison que certaines personnes ne comprennent pas pourquoi elles présentent les symptômes de cette allergie alors qu’elles ont utilisé de la crème solaire.

 

Ce type d’allergie se manifeste sous l’effet du rayon ultra-violet, quelle que soit sa source. De cette manière, les séances de bronzage en cabine comportent aussi un risque, car les machines utilisées diffusent de façon artificielle les rayons. 

 

Selon les études cliniques, la cause de l’allergie au soleil pourrait être d’origine héréditaire. Chez certaines personnes, la génétique joue donc un rôle important sur la transmission de l’intolérance aux effets de l’allergène.

 

Dans certains cas, l’allergie au soleil pourrait avoir une origine médicamenteuse. On parle ici de photoallergie ou photosensibilisation. Souvent, les antibiotiques seraient le premier responsable. Certains médicaments pour le diabète, l’hypertension artérielle, l’épilepsie, la dépression ou le cancer pourraient en outre provoquer une allergie. Il existe également de risque avec certaines plantes médicinales et quelques aliments comme le millepertuis, le cèleri, le persil, le citron, le figuier ou la berce. Les produits cosmétiques avec ou sans parfum peuvent aussi être photosensibilisants. Suite à la prise de ces dispositifs médicaux et à la consommation de ces produits, l’organisme déclenche donc une réaction de défense lorsque le sujet s’explose aux rayons du soleil. Il faut particulièrement faire attention à l’allergie alimentaire et à l’allergie au gluten.  

 

L’allergie au soleil touche seulement ceux ou celles qui sont vulnérables aux rayons UV. Certains sujets sont donc considérés comme à risque à l’instar des personnes qui possèdent une peau claire, des sujets âgés, des enfants et certaines femmes enceintes. Les investigations cliniques rapportent que le niveau d’hypersensibilité est nettement plus élevé chez la gent féminine que chez les hommes. Seulement 5 à 10 % des cas concernent les hommes alors que plus de 90 % touchent les femmes, dont la majorité est de jeunes femmes aux environs de 20 à 35 ans.

  • Complications en cas d’allergie au soleil

Dans les cas très graves, les effets de cette pathologie peuvent s’étendre vers les muqueuses respiratoires ainsi que la gorge. Sans prise en charge, cette réaction pourrait rapidement conduire à l’apparition d’un cas de suffocation.

 

Les symptômes de l’allergie au soleil

En fonction des symptômes qui apparaissent, l’allergie au soleil se manifeste de 4 façons. Les personnes qui en souffrent pourraient ainsi développer une urticaire solaire, une lucite estivale bénigne, une lucite polymorphe ou une photosensibilisation. L’intensité et la durée d’apparition des symptômes sont différentes pour ces dermatoses.

 

L’urticaire solaire survient parfois dès le premier contact avec le rayon UVA. Elle provoque des troubles cutanés se manifestant par des plaques rosacées, surélevées accompagnées d’une démangeaison. Dans certains cas graves, les symptômes s’accompagnent également de maux de têtes ou de nausées. Les effets de cette pathologie peuvent affecter tout le corps, en particulier les zones directement exposées telles que le décolleté, les épaules ou le cou. Les femmes adultes demeurent les plus touchées par cette maladie. Ses symptômes ressemblent de près à ceux d’une piqûre d’ortie. Heureusement, ils disparaissent au bout de 1 ou 2 heures lorsque le sujet se met à l’ombre. Par contre, ils peuvent récidiver pendant plusieurs années. À chaque manifestation, ils occasionnent de véritables désagréments, car la personne atteinte est obligée d’éviter à tout moment les rayons du soleil. Cela pourrait être handicapant pour certaines activités qu’il faut réaliser quotidiennement dans la journée et sous le soleil.

 

urticaire

 

La lucite estivale bénigne met au moins 12 heures après l’exposition aux rayons solaires pour se manifester. Lorsqu’elle apparait, le patient qui en souffre présente des troubles cutanés comme les boutons rouges, les vésicules et/ou les papules. Ces symptômes s’accompagnent en général de démangeaisons plus ou moins fortes selon le sujet. Ils surviennent dans la plupart des cas sur les parties exposées au soleil, notamment le décolleté, les mains ou les avant-bras. À l’exception des cas graves, ils attaquent rarement le visage. Même sans prise en charge, l’effet de cette pathologie peut s’estomper au bout de quelques jours. Toutefois elle se développe pendant plusieurs années et revient à chaque exposition aux rayons de soleil. Par rapport aux autres formes de lucite, celle-ci demeure la plus fréquente. Les femmes entre 20 à 35 ans sont les plus touchées. Le chiffre indique ainsi environ 10 % des cas adultes et près de 90 % de cas jeunes.

 

En cas de leucite polymorphe, les symptômes apparaissent au contact d’une lumière solaire de faible intensité, même une exposition de 30 minutes pourrait les provoquer. Pour cette pathologie, la peau pourrait présenter des vésicules, des plaques rouges ou des boutons roses. Souvent accompagnés d’une forte démangeaison, ces troubles cutanés se manifestent généralement sur le décolleté, le visage, les membres et les oreilles. Ils ne se développent pas sur les zones couvertes. Comme l’urticaire, les effets de cette maladie disparaissent lorsque le sujet se met à l’ombre. Malheureusement, ils récidivent durant des années et peuvent s’aggraver à chaque nouvelle apparition. Ils peuvent aussi persister pendant l’hiver ou même lorsque la personne atteinte évite le soleil. À la différence de la leucite estivale bénigne, cette pathologie peut toucher les hommes adultes, autant que les femmes et elle peut affecter des sujets de tout âge.

 

En dernier lieu et pas le moindre, l’allergie solaire se manifeste également sous forme de photosensibilisation. Elle résulte de l’association de l’effet du rayon UVA et de certains médicaments, produits cosmétiques ou de substances alimentaires. Les crèmes du jour telles que le baume du Pérou et certains anti-inflammatoires locaux sont les plus susceptibles de provoquer cette réaction. Certains médicaments peuvent aussi en être à l’origine. Il s’agit des produits pharmaceutiques suivants : antibiotiques (tétracyclines, fluoroquinolones ou sulfomanides), antipaludéens de synthèse, anti-inflammatoires, antidiabétiques, antifongiques, tranquillisants (phénothiazines) et même des antihistaminiques. Ils interviennent comme un photosensibilisant, lorsque la personne qui en consomme ou en utilise s’expose au rayon solaire. Ils rendent la peau plus sensible au rayon solaire et provoquent donc des troubles cutanés comme des éruptions rouges, des papules ou des vésicules. L’affection se développe ainsi sur l’ensemble du corps et peut provoquer une coloration bleutée ou brune de la peau.

 

crème solaire

 

L’exposition au soleil favorise également l’apparition ou l’aggravation de certaines affections comme le lupus érythémateux qui est une maladie résultant d’une photosensibilité. Cette pathologie apparait avec une éruption sur le visage, au niveau des joues et autour du nez. Les porphyries cutanées s’avèrent être aussi une réaction d’hypersensibilité au rayon de soleil. Elles entrainent l’apparition des cloques et/ou des croûtes sur les mains et le visage. Même avec une prise en charge, ces signes laissent dans la plupart des cas des marques. L’exposition au soleil pourrait également provoquer des herpès solaires, une acné, une rosacée ou une dermite séborrhéique.

 

Les traitements possibles pour l’allergie au soleil

Le traitement pour l’allergie au soleil dépend en général du niveau de sensibilité de la personne atteinte ou du degré d’intensité des symptômes. Il peut intervenir à titre préventif ou curatif. Pour soulager les désagréments occasionnés par cette pathologie, certaines sujets doivent prendre des médicaments alors que d’autres n’ont besoin que d’appliquer des mesures préventives.

  • Quelles sont les mesures de prévention pour éviter l’allergie au soleil ? 

Si la prescription médicale relève uniquement de la fonction des médecins, tout le monde pourrait par contre adopter et appliquer des dispositions préventives adaptées à son cas. Elles s’avèrent être ainsi le meilleur comportement thérapeutique contre ce genre de pathologie.

 

Pour limiter l’apparition de l’allergie au soleil, la première chose à faire est de se mettre à l’ombre et de se rafraichir autant que possible. Il est aussi conseillé de s’exposer, mais de manière responsable. Cela consiste à éviter l’exposition au rayon solaire à certaines heures de la journée, notamment entre midi et 16 heures. Les rayons UVA sont à son maximum durant ces heures, accroissent ainsi le risque de sensibilisation. Au printemps, le soleil brille de manière plus intense. L’exposition durant cette période doit se faire progressivement. Il faut commencer avec quelques minutes au début puis augmenter un peu plus longtemps chaque jour.

 

Afin d’assurer la protection de la peau, il convient d’appliquer à chaque exposition de la crème solaire. L’idéal serait d’utiliser les crèmes à indice 50 minimum. Il faut également porter un chapeau, des lunettes de soleil, un parasol ou des vêtements légers qui couvrent les bras et le décolleté. Aujourd’hui, il est tout à fait possible d’acheter des vêtements spéciaux qui possèdent la capacité d’inhiber entièrement ou partiellement les rayons UV.

 

crème solaire

 

Associés avec du sélénium et de la vitamine E et C, les compléments alimentaires comme les bêtacarotènes permettent aussi de prévenir l’apparition d’une allergie au soleil. Cette substance est présente dans les carottes et son apport renforce l’autoprotection du système cutané. Dans cette même hypothèse, il est également indispensable de prendre du calcium ou de l’oméga-3 ou de consommer autant que possible les aliments qui comportent ces nutriments.

 

En cas de photosensibilisation, l’arrêt de l’utilisation des produits photosensibilisants entraine directement la guérison de cette pathologie. Pour ce faire, il faut bien lire les précautions d’emploi avant d’utiliser les médicaments surtout ceux disponibles sans ordonnance.

 

Après une exposition au rayon de soleil, certaines photodermatoses apparaissent. Elles n’ont pas forcément de lien avec l’allergie au soleil, mais plutôt avec d’autres origines. Ainsi, il faut consulter un médecin si vous souffrez de gonflement de certaines zones de la bouche, de picotement au niveau de la gorge, d’éruption sur l’étendue du corps, de malaises ou de difficultés respiratoires.

  • Quels sont les remèdes naturels pour combattre l’allergie au soleil ? vitamines

Il est possible de combattre efficacement les symptômes de cette pathologie avec les remèdes naturels. Pour cela, il faut privilégier les légumes et les fruits comme les tomates, les carottes, les abricots, les melons et les légumes verts. Ces aliments contiennent du caroténoïde naturel en grande quantité. Très riches en vitamine C, les kiwis, les agrumes et les céréales sont aussi une alternative parfaite pour le traitement de cette maladie.  

 

En matière de plante, l’aloe vera sous forme de gel serait la solution idéale pour lutter contre l’allergie au soleil. Après quelques secondes d’application sur la peau endommagée, l’irritation disparait complètement. Le concombre, un produit souvent utilisé dans le cadre de la dermatologie ou du cosmétique peut également apaiser la peau. Son effet permet donc de soulager les douleurs occasionnées par l’irritation et de limiter l’apparition de nouvelles éruptions cutanées. Déjà connue pour ses vertus contre les brûlures cutanées ou gastriques, la pomme de terre possède aussi la capacité d’atténuer les symptômes de cette maladie. Il faut l’appliquer sur les éruptions. Son effet va donc réduire les gonflements, rafraichir et calmer les irritations cutanées. Le lait entre souvent dans la composition des produits destinés aux soins dermatologiques ou cosmétiques. Au cours du traitement de l’allergie au soleil, ces ingrédients permettent aussi de diminuer l’effet des brûlures et agissent en tant que calmant en cas d’irritations.

  • Quels sont les médicaments efficaces pour traiter l’allergie au soleil ?

Les médicaments peuvent intervenir à titre curatif lorsque la démarche préventive a échoué. Il faut noter que le traitement dépend énormément des symptômes et du type de l’allergie.

 

Les caroténoïdes permettent de soigner efficacement l’allergie au soleil. Ce sont des photoprotecteurs de référence. Ces actifs s’associent très souvent avec des compléments alimentaires ou d’autres agents comme la vitamine E, la vitamine C, le sélénium, les huiles de poissons ou autres. Il faut pour cela les prendre 1 à 2 semaines avant ou pendant l’arrivée de l’été ou du printemps. Ces dispositifs médicaux sont aujourd’hui commercialisés sans ordonnance en pharmacie. Dans la plupart des cas, les gens utilisent donc le Photoderm oral, l’Oenobiol solaire ou l’Oxelio pour le traitement de cette pathologie.

 

À titre de prévention, les acides para amino — benzoïque constituent une grande aide pour le traitement de l’allergie au soleil. Les résultats obtenus pour la prévention de la lucite estivale bénigne sont assez impressionnants. Les professionnels de la santé, notamment les dermatologues prescrivent très souvent dans ce cadre du Pabasun. Ils indiquent ainsi la prise de 4 à 6 comprimés par jour, soit 1 comprimé de 500 mg par 10 kg. Il faut répartir cette dose en 3 prises par jour pendant les principaux repas. Les médicaments doivent être pris 15 jours avant le début de l’exposition. La cure se prolongera jusqu’à la fin de l’exposition.

 

médicament contre l'allergie au soleil

 

La vitamine PP ou nicotinamide possède également la capacité de traiter les symptômes de la lucite. Pour cela, il faut compter sur les effets du Nicobion 500. Ce médicament contient en tant que principe actif de la nicotinamide et se présente souvent sous la forme de comprimé pelliculé. Il faut en général le prendre en cas de carence en vitamine PP.

 

Les antipaludéens de synthèse sont une référence pour le traitement préventif des lucites. L’idéal pour cette option serait de commencer la prise 7 jours avant et de poursuivre jusqu’à la fin de l’exposition. Afin de limiter les risques d’effet secondaire avec ces médicaments, l’utilisateur doit effectuer un bilan ophtalmologique avant de commencer la cure. Antipaludique, l’hydroxychloroquine se révèle ainsi être un médicament très efficace contre les symptômes de l’allergie au soleil. Les prescriptions médicales contiennent en général du Nivaquine® ou du Plaquenil®. Il se compose d’hydroxychloroquine et peut intervenir pour le traitement symptomatique de la polyarthrite rhumatoïde, du lupus érythémateux discoïde, du lupus érythémateux subaigu ou de la prévention des lucites. Il se présente très souvent sous la forme de comprimé pelliculé qu’il faut prendre avec un grand verre d’eau après les repas.

 

Grâce à leurs propriétés, les antihistaminiques sont incontournables pour la prévention ou le traitement des symptômes de cette pathologie. Les professionnels de la santé ont ainsi l’habitude de recommander les médicaments de ce genre contre différentes formes d’allergie cutanée. Ils les prescrivent donc pour les rhinites allergiques, l’urticaire classique et justement pour l’allergie au soleil. Les actions de ces médicaments soulagent les troubles cutanés. Pris par voie orale, les antihistaminiques peuvent causer quelques effets secondaires, surtout pour l’ancienne version qui possède des vertus sédatives. Ainsi, il faut privilégier les nouvelles générations de ces catégories de médicaments. Pour ce faire, les professionnels de la santé préconisent habituellement l’utilisation de l’Aerius, du Xyzall, du Kestin, etc. Antihistaminique de type H1, la cétirizine s’avère être l’actif idéal pour traiter les symptômes de l’allergie au soleil. Parmi les dispositifs médicaux qui en contiennent, le Cetirizine BIOGARAN 10 mg se révèle être le plus efficace. Ce comprimé pelliculé est ainsi indiqué dans le cadre d’une rhinite allergique saisonnière, d’une rhinite allergique perannuelle et d’une urticaire chronique idiopathique.

 

Directement appliquer sur la peau, les pommades corticoïdes ou les crèmes à la cortisone permettent de soigner certains symptômes de l’allergie au soleil. Ces dispositifs médicaux sont pour cela préconisés en cas de démangeaisons ou d’éruptions intenses. Ces crèmes doivent être appliquées sur la zone affectée 2 fois par jour pendant quelques jours jusqu’à la disparition complète des lésions. Pour ne pas agresser la peau, il faut veiller à ce que les couches de crème soient suffisamment fines et uniformes.    

 

Pour le traitement de la lucite estivale bénigne, les praticiens ont l’habitude de prescrire la PUVAthérapie. Dans les cas graves, des corticoïdes par voie orale peuvent être utilisés. Sinon des comprimés ou des gélules à base de prednisone peuvent aussi constituer une solution efficace. Il existe plusieurs médicaments contenant cet actif, mais pour soulager les symptômes de cette maladie, le Prednisone MYLAN 20 mg est le plus sollicité. Ce dispositif médical peut intervenir dans plusieurs pathologies, comme le Lupus érythémateux disséminé, l’Urticaire aigüe, le Dermatose neutrophilique, la maladie de Crohn ou la néphropathie lupique.

 

En savoir plus sur les allergies : 

Comment reconnaître une réaction allergique ? 

Qu'est-ce que l'allergie au pollen ? 

Qu'est-ce qu'une rhinite allergie ? 

Comment soigner une allergie aux acariens ? 

Qu'est-ce que l'allergie au soleil ? 

Qu'est ce qu'une allergie alimentaire ? 

Comment reconnaître une allergie au gluten ? 

Comment reconnaître une allergie cutanée ? 

Comment reconnaître un urticaire allergie ? 

Comment traiter une allergie aux piqures de moustiques ? 

Comment se manifeste une allergie au chat ? 

Comment se manifeste une allergie au chien ?

Qu'est-ce qu'un oedeme de quincke ?

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.