» » » Qu'est-ce que l'allergie ? Symptomes, causes, traitements…

Qu'est-ce que l'allergie ? Symptomes, causes, traitements…

jeudi 03 décembre 2020

 

Le corps est en conflit permanent avec des agresseurs externes comme des microbes, des virus, des champignons, etc. Grâce au système immunitaire composé de globules blancs, il peut combattre ces agents pathogènes. Cependant, dans certains cas, les anticorps considèrent des éléments comme des ennemis à combattre. De ce fait, ils réagissent de manière excessive pour protéger l’organisme. Cette défaillance du système immunitaire c’est l’allergie.

 

Ainsi, au lieu de défendre le corps contre de réels envahisseurs, les anticorps se huent vers des substances inoffensives. L’organisme va alors produire des immunoglobulines E (IgE) pour se défendre.

 

Une réaction allergique est donc la réponse excessive du corps au contact d’un allergène. Parmi les allergènes les plus connus, il y a, entre autres, les acariens, le pollen, le parfum, les poils, les médicaments ou encore certains aliments comme les crustacés, les poissons de mer, les céréales, etc.

 

Une réaction allergique se manifeste alors par suite d’ingestion, d’inhalation ou par simple contact cutané dans le cas de la dermite de contact.

 

La rhinite allergique, l’urticaire, la conjonctivite allergique sont notamment les formes de réaction allergique les plus courantes.

 

Une réaction allergique peut toutefois être plus grave. Dans ce cas, on l’appelle anaphylaxie. Lorsque cette dernière n’est pas traitée à temps, l’allergie peut se compliquer et s’avèrer difficile à soigner.

 

 

rhinite allergique

Qui est touché par l’allergie ?

Les personnes présentant des signes d’allergie augmentent chaque année, mais c’est celle de la rhinite allergique qui est la forme la plus courante d’entre elles. Est-ce à cause de la pollution de l’air ou plutôt les inventions permanentes dans le domaine du cosmétique ? Nul ne le sait, mais ce qui est sûr c’est que la rhinite allergique accroit sa prévalence d’année en année.

 

Une allergie se traduit par la libération de l’histamine dans l’organisme. Celle-ci rappelons-le est un médiateur chimique synthétisé par le corps. C’est cette molécule qui active les récepteurs et qui provoque la réponse immunitaire. La sécrétion de l’histamine se fait en réponse aux substances venant de l’extérieur qui sont considérées comme étant des envahisseurs.

 

Certaines personnes sont, par exemple, allergiques à des substances spécifiques comme le gluten ou le lactose.

 

Le mécanisme de l’allergie

L’allergie est un mécanisme complexe qui se traduit par une succession d’actions au niveau de l’organisme.

  • L’action de l’histamine

La libération de l’histamine dans l’organisme est souvent le principal élément déclencheur d’une allergie. Cette amine biogène active les récepteurs H1, H2 ; H3 ou H4. Ce sont ces récepteurs qui envoient le signal au système immunitaire central ou périphérique. Il s’en suit les réactions allergiques. Chaque type de récepteur active une réponse spécifique. La réponse immunitaire peut être une sécrétion de suc gastrique ou d’acide chlorhydrique. Cette sécrétion se fait notamment au niveau de l’estomac.

 

antihistaminique

 

En tant que vasodilatateur, l’histamine entraîne une dilatation des vaisseaux sanguins. Cela peut alors provoquer des douleurs et des inflammations. Lorsque ces dernières sont, par exemple, trop infimes, celles-ci se traduisent par des démangeaisons. C’est le cas notamment des démangeaisons de la peau en cas d’urticaire ou celles des yeux en cas de conjonctivite allergique.

 

L’histamine provoque en outre des contractions des muscles de l’intestin. Ce qui explique les flatulences abdominales lorsqu’une personne manifeste une allergie au lactose. Les contractions des bronches, quant à elles, expliquent les difficultés respiratoires. Enfin, l’histamine entraîne une arythmie cardiaque ou tachycardie.

Conjuguées à ces réponses de l’histamine, les manifestations externes de l’allergie peuvent aussi dépendre des substances administrées au sujet.

  • Une allergie au premier contact ?

Les signes d’allergie ne se présentent pas au cours du premier contact avec l’allergène. Il faut que le sujet soit exposé au moins deux fois avant de manifester les premiers signes. Le premier contact avec l’allergène est appelé sensibilisation. C’est pendant cette phase que le corps fabrique des Immunoglobulines E ou IgE. Ce sont des anticorps spécifiques qui vont se fixer sur les mastocytes et y demeurer jusqu’à la prochaine rencontre avec l’allergène.

  • L’allergie est-elle héréditaire ?

La survenue d’une allergie combine environnement externe et atopie. Il existe un certain nombre de personnes qui sont prédisposées à une ou plusieurs réactions allergiques. L’hérédité y joue un grand rôle. En fait, lorsqu’un couple conçoit un bébé, le patrimoine génétique du futur bébé est le fruit de la combinaison de deux gènes des parents. Si l’un des deux parents présente une hypersensibilité, il se peut que leur enfant soit aussi allergique. C’est ce qui explique que certaines familles sont toutes allergiques à une substance définie.

 

Quelles sont les formes d’allergie les plus courantes ?

Les réactions allergiques sont multiples, mais les plus courantes restent la rhinite allergique, la conjonctivite et l’urticaire. Il en existe cependant des formes particulières.

  • La rhinite allergique 

La rhinite allergique est la plus courante des réactions allergiques. Il s’agit d’une inflammation de la muqueuse nasale. Celle-ci survient après un contact avec un antigène allergisant. Elle est, à titre d’exemple, une réponse immunitaire après inhalation de pollen ou de contact avec des acariens. L’allergie au pollen tout comme l’allergie aux acariens sont une réaction allergique qui atteint les voies respiratoires. Ces facteurs déclencheurs entrent en contact avec la muqueuse nasale et entraînent des réactions en chaîne.

 

allergie

  • Symptômes de la rhinite allergique

Au contact d’un allergène, il s’en suit une dilatation des vaisseaux sanguins et un accroissement des sécrétions nasales. La rhinite allergique se manifeste d’abord par des éternuements et des larmoiements. Un écoulement nasal s’en suit, puis vient l’obstruction des narines auquel s’ajoutent des éternuements en salve et enfin, il y a le nez qui démange.

  • Principales causes de la rhinite allergique

La rhinite allergique est souvent associée à des substances volatiles comme le pollen, le parfum ou encore les acariens. Les poils d’animaux et les plumes peuvent autant causer cette forme d’allergie.

 

Certaines personnes présentent des réactions d’hypersensibilité liées aux saisons. La rhinite saisonnière est une forme de rhinite allergique qui survient à une période définie de l’année et celle-ci est chronique.

  • Traitement de la rhinite allergique

Tant que les allergènes sont présents dans l’air, la rhinite allergique reviendra toujours même si on le traite. Il existe toutefois des traitements symptomatiques qui visent à atténuer les effets externes. Des médicaments antihistaminiques H1 sont mis en vente sans ordonnance dans les pharmacies afin de pallier les troubles liés à la rhinite allergique. Le primalan, par exemple, peut soigner la rhinite allergique. Généralement disponible sous forme de solution buvable, ce médicament est destiné au traitement à long terme de la rhinite allergique. La durée du traitement va de quelques semaines à plusieurs mois selon le degré de l’allergie.

 

Il aussi possible de prévenir la rhinite allergique en s’éloignant le plus possible des allergènes. Ce qui n’est pas toujours facile étant donné que l’allergène responsable de la rhinite est emporté par l’air.

  • La conjonctivite allergique

La conjonctivite est d’abord une inflammation de la conjonctive. C'est la membrane qui tapisse la partie interne des paupières et le devant de l’œil. Ce tissu conjonctif est susceptible de réagir de façon excessive lorsqu’il rencontre des substances considérées comme nocives. On parle alors de conjonctivite allergique.

 

Symptômes de la conjonctivite allergique

Voici les principaux signes qui montrent qu’une personne est atteinte d’une conjonctivite allergique. D’abord, l’œil ou les yeux deviennent rouges, c’est une marque de dilatation des vaisseaux sanguins. Un larmoiement et des démangeaisons peuvent s’en suivre. Un gonflement des paupières n’est pas à écarter tout comme les sécrétions. Parfois, les sécrétions sont abondantes et les paupières vont se coller entre elles.

 

conjonctivite allergique

 

À ces symptômes s’ajoute parfois une rhinite allergique.

 

Les causes de la conjonctivite allergique

Les allergènes responsables d’une conjonctivite allergique sont, entre autres, les acariens ou les pollens. Les plumes et les poils d’animaux présentent autant d’agents allergisants, dont les effets affectent l’œil.

 

Comment traiter la conjonctivite allergique ?

L’administration de médicaments antihistaminiques H1 ou de collyres ophtalmologiques peut soigner la conjonctivite allergique.

  • L’urticaire : causes, manifestations et traitement

L’urticaire est une allergie cutanée. Elle désigne les lésions cutanées occasionnées par une administration de substance allergisante. L’urticaire allergique est la forme la plus courante d’allergie alimentaire. Certaines substances contenues dans les nourritures entraînent des réactions d’hypersensibilité chez certains sujets. Il en est ainsi pour les poissons d’eau de mer et les crustacés. Les céréales sont aussi allergisantes pour beaucoup.

 

urticaire

 

L’allergie alimentaire n’est pas la seule cause de l’urticaire. Cette pathologie survient également après les piqûres d’insectes. L’allergie aux piqures de moustique en est une. D’autres insectes hyménoptères comme l’abeille ou la guêpe sont aussi responsables de la formation d’urticaire.

 

Enfin, une allergie médicamenteuse peut aussi favoriser la formation d’urticaire.

  • Manifestations de l’urticaire

L’urticaire s’assimile à des piqûres d’ortie, d’où son nom et se manifeste par des éruptions cutanées accompagnées d’une inflammation ou des démangeaisons intenses. Les lésions se traduisent par des plaques rouges ou en relief.

 

Les éruptions peuvent apparaître sur toutes les parties du corps (visage, tronc, membres).

 

L’urticaire atteint les tissus épithéliaux de l’organisme. De ce fait, elle peut apparaître sur les tissus épithéliaux internes : au niveau du tube digestif. Cette forme peut être dangereuse, car elle ne peut être vue de l’extérieur. Dans ce cas, le sujet peut souffrir d’asphyxie. Cette forme d’allergie est donc potentiellement mortelle.

  • Traitement de l’urticaire

Éviter l’ingestion d’aliments contenant un produit allergène ou des médicaments susceptibles de provoquer une réaction allergique constitue une des précautions à prendre. Pour les personnes présentant une allergie de contact, il faut se protéger lors des voyages dans les endroits où l’on peut rencontrer les insectes potentiellement allergisants.

 

L’eczéma atopique

L’eczéma atopique ou dermite atopique apparaît chez les nourrissons prédisposés. On dénombre la majorité des cas chez les enfants de moins de 5 ans. La dermite atopique est provoquée par une macération chaude ou une utilisation d’un savon surgras pour le bain. Le fait de frotter la serviette lors de l’essuyage peut aussi provoquer la dermite atopique.

  • Manifestations

Ce type d’eczéma se manifeste par des plaques rouges accompagnées de vésicules. Après l’assèchement de ces derniers, la peau devient sèche et rude. L’eczéma apparaît surtout sur les joues, sur le front ainsi que sur les plis du corps.

 

eczéma

  • Comment soigner la dermite atopique ?

Pour soigner la dermite atopique, il faut tout simplement éviter les substances allergisantes. Il faut aussi utiliser un soin hydratant après avoir séché la peau de bébé. Il faut aussi éviter toute substance susceptible d’agresser la peau.

 

Formes particulières d’allergie

Les réactions allergiques revêtent également des formes particulières. Les symptômes sont donc plus ou moins différents. Certaines formes s’avèrent plus dangereuses que d’autres, c’est le cas de l’œdème de Quincke ainsi que de l’anaphylaxie.

  • Allergie saisonnière allergie saisonnière

Une allergie est dite saisonnière lorsqu’elle survient en fonction de la saison. La rhinite allergique et la conjonctivite allergique sont les manifestations les plus fréquentes d’une allergie saisonnière. Lorsque vient le printemps, les pollens sont emportés par l’air et gagnent la plupart des endroits fréquentés. Plus communément, nous disons faire une allergie au poellen.

 

La conjonctivite allergique saisonnière est également fréquente en été où le gazon et les mauvaises herbes peuvent engendrer des réactions allergiques affectant les yeux. Celle-ci est en opposition avec la conjonctivite per annuelle ou annuelle persistant tout au long de l’année.

  • Allergie aux animaux

Cette forme d’allergie est déclenchée suite à l’inhalation ou le contact avec des poils d’animaux généralement domestiques. L’allergie au chat et l’allergie au chien en sont des exemples typiques. En effet, les poils du chat et du chien se répandent vite dans l’air. Les symptômes allergiques sont souvent la rhinite allergique et la conjonctivite allergique.

 

On retrouve souvent également l'allergie aux acariens.

  • La maladie de cœliaque

La maladie de cœliaque est une inflammation chronique et auto-immune de l’intestin suite à une ingestion de gluten. En gros, c’est lallergie au gluten. Le gluten est une protéine qui se trouve dans les céréales comme le blé, l’orge, etc. La maladie de cœliaque est donc une forme particulière d’allergie alimentaire. Elle est assimilée à un syndrome de malabsorption du gluten. Cependant, il faut noter que ce n’est pas le gluten qui est mal absorbé par l’organisme, mais plutôt une substance appelée gliadine. Lors d’une allergie au gluten, l’intestin s’altère. Il s’en suit d’une atrophie progressive de la muqueuse intestinale. En Europe, cette maladie touche 1/100 personnes. C’est pour cela que bon nombre d’aliments mis en vente sur le territoire européen sont actuellement sans gluten.

 

Bien que l’allergie au gluten soit une allergie alimentaire, elle se manifeste sous plusieurs formes : trouble de coagulation, anémie isolée, etc.

 

La maladie de cœliaque est difficile à diagnostiquer. Le seul traitement efficace reste le régime sans gluten. Une rechute est à craindre si la personne ingère, même accidentellement cette substance.

  • Œdème de Quincke

L’œdème de Quincke est une autre forme d’allergie qui connaît deux principales origines, à savoir l’allergie médicamenteuse ou la grossesse. Cette pathologie est aussi connue sous le nom d’angiœdème. Elle se manifeste par un gonflement sous-cutané. Rarement, cette réaction allergique peut être dangereuse. Le cas extrême est le décès du patient, mais celui-ci ne survient qu’après une atteinte des voies respiratoires.

  • Allergie au soleil allergie au soleil

Lorsque la peau est exposée au soleil, il se peut que celle-ci réagisse de façon excessive. C’est ce qu’on appelle la photoallergie. Cette allergie au soleil est en général bénigne et se manifeste par des éruptions cutanées rougeâtres sur la peau ayant été exposée. La forme la plus fréquente est l’éruption lumineuse polymorphe ou lucite polymorphe.

 

Des études statistiques ont montré que 5 à 10 % des personnes souffrent d’une allergie au soleil. La majeure partie de la population atteinte sont des femmes âgées entre 20 et 35 ans.

 

La photoallergie s’intensifie de plus en plus lorsqu’on s’expose au soleil. Les expositions antérieures contribuent alors à une forme actuelle de la maladie.

  • Allergie au lactose

Considérée comme banale, l’allergie au lactose peut cependant s’avérer fatale. En effet, il s’agit d’une allergie alimentaire spécifique qui se traduit généralement par des flatulences abdominales et des gaz. Quelques fois elle entraîne une diarrhée. L’intolérance au lactose ne se traite pas vraiment, seuls les traitements symptomatiques existent comme l’administration de médicaments contre la diarrhée et les flatulences abdominales. Le seul remède efficace reste donc l’éviction de lactose.

 

Les complications possibles d’une réaction allergique

Une simple allergie peut se compliquer et entraîner une autre maladie sans traitement approprié. Voici les complications d’une réaction allergique.

  • L’asthme, une forme grave de la rhinite allergique

L’asthme est une infection respiratoire aigüe chronique. Elle se traduit par une constriction des voies respiratoires. Cela provoque alors un essoufflement et une difficulté respiratoire. Une personne souffrant d’asthme présentera des sifflements à chaque respiration. Une toux fera aussi son apparition et cela marque un blocage de la poitrine.

La particularité de l’asthme est qu’il est en général une complication d’une rhinite allergique non traitée ou mal traitée. Les crises d’asthme surviennent, notamment la nuit ou au petit matin, c’est-à-dire vers 3 heures ou 4 heures du matin.

 

asthme

  • L’anaphylaxie ou choc anaphylactique

L’anaphylaxie traduit une insuffisance circulatoire aigüe. Elle est due à une réaction allergique systémique. Le choc anaphylactique présente un taux infime de prévalence : 0,05 à 2 % de la population. Il est sous-estimé du fait de cette faible proportion, mais il peut cependant s’avérer fatal.

 

Le choc anaphylactique se traite par l’administration d’adrénaline. Il se caractérise par l’atteinte des voies aériennes et d’une atteinte cutanéomuqueuse.

 

Est-il possible de traiter les réactions allergiques sans intervention de médicaments ?

Le traitement médicamenteux de l’allergie demeure jusqu’ici symptomatique. Le traitement de fond n’a pas encore vu le jour. Traitement ne serait pas le mot approprié. Il faut plutôt dire prévenir les récidives. Ainsi, il existe deux méthodes pour se prémunir des récidives d’une allergie, quelle que soit sa forme : l’éviction et la familiarisation.

  • La méthode d’éviction

Dans ce cas, il faut éviter tout contact avec l’allergène. Si ce dernier est un composant alimentaire ou médicamenteux, il est plus facile de l’éviter. Par contre, s’il est présent dans l’air, l’éviction peut s’avérer moins facile.

  • La méthode de familiarisation

Cette méthode est plus difficile à pratiquer. Il s’agit de se familiariser avec l’allergène. Ceci dans le but de se souvenir des substances allergisantes. Ingérés quotidiennement, les aliments contenant un allergène peuvent manifester moins d’effets allergiques. Ce qui n’est pas toujours le cas pour les substances volatiles.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 451
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164