Zinc

Actypral Codifra -  boite de 60 gélules
Produit en stock
22.20
Curdilage Codifra - Boite de 30 gélules
Produit indisponible
14.94
Visioprev duo VISUfarma - boîte de 180 capsules
Produit indisponible
47.50
picto-promopicto-1582703733
Vitalfan Vitalité René Furterer - lot de 3 x 30 capsules
Produit en stock
25.60 € 22.60
-12%
Oftamac plus - boîte de 30 capsules
Produit en stock
13.33
Oftamac plus - boîte de 60 capsules
Produit en stock
23.22
Blue Berry New Nordic - 60 comprimés
Produit en stock
22.90
Ergysport stim Nutergia - 60 gélules
Produit en stock
14.90
Ergymunyl Nutergia - flacon de 250 ml
Produit en stock
14.40
Ergyepur Nutergia - flacon de 250 ml
Produit en stock
12.90
Aftagel gel buccal - Tube de 15ml
Produit en stock
4.25
Oligomax Zinc Nutergia - flacon 150 ml
Produit en stock
12.90
Ergyfemina Nutergia - flacon de 250 ml
Produit en stock
14.90
Page 1 sur 3>>>

Comment obtenir du zinc ?

De manière naturelle, l’organisme produit une infime quantité de zinc. Sa présence est estimée seulement entre 2 à 3 grammes. Cela est réparti dans les muscles qui possèdent 60 à 65 %, les os, le foie et la peau.

 

Bien que le corps en contienne qu’une petite dose, ce minéral organique possède quand même la faculté d’agir sur l’ensemble de l’organisme. Toutes les cellules du corps en contiennent, notamment celles du cerveau, des glandes surrénales, de la peau, du pancréas, des membranes de l’œil, de la prostate et du sperme.

 

Pour combler l’apport quotidien nécessaire, le corps puise également ses ressources en zinc à travers les aliments que l’on consomme tous les jours. Cet oligo-élément se trouve dans les aliments de sources végétales ou animales. Il est plus présent dans la viande, les poissons ou les fruits de mer comme les huîtres.

Nombreux sont les aliments riches en zinc qui sont dans nos plats quotidiens. Sur une quantité de 100 g, les huîtres occupent donc la première place avec 39,3 mg. Le germe de blé grillé, la poudre de cacao et le foie de veau s’en suivent avec respectivement une teneur de 16,7 mg, 13,64 mg et 12,02 mg. La liste pour ces aliments intègre aussi les graines de citrouille (7 mg), les bœufs (9,25 mg), le jaune d’œuf (7,73 mg), les graines de courge (7,64 mg) et les graines de noix de cajou (5,35 mg). Parmi ces produits, on retrouve aussi les lentilles (3,60 mg) et les haricots secs (2 à 2,5 mg).

 

De sa forme solide, le zinc entre dans la composition de nombreux minéraux.

Le zinc sous toutes ses formes

En tant que complément alimentaire, le zinc est souvent présenté sous forme d’acétate de zinc, de citrate de zinc, de gluconate de zinc, de lactate de zinc, d’oxyde de zinc ou de sulfate de zinc. Parmi ces différents sels, il faut privilégier ceux qui appartiennent à la catégorie des sels organiques par rapport aux sels minéraux.

 

Pour cela, le gluconate de zinc, qui est la forme la plus vendue en pharmacie, s’avère être la plus efficace. C’est une forme stable que l’organisme assimile très bien. Cette molécule est aussi proposée dans les boutiques spécialisées dans la vente des compléments alimentaires.

 

En oligothérapie, le zinc est édité sous forme de granions. Il s’agit d’une composition pharmaceutique à base d’oligo-éléments. Cette présentation est souvent disponible en solution buvable en ampoule et que les spécialistes la préconisent contre l’acné.

 

Dans quel cadre utilise-t-on le zinc ?

Pour l’organisme humain, le zinc porte à la fois plusieurs casquettes. Il y joue plusieurs rôles dont le plus important est son action sur le système immunitaire. Dans ce cadre, il stimule la production de globules blancs afin de maintenir la fonction normale du système immunitaire. Grâce à ses multiples propriétés, ce minéral peut agir en tant que cofacteur sur la métabolisation des protéines, des glucides et des lipides. Ceux-ci sont des éléments clés pour la production de l’énergie.

 

Le zinc possède également la capacité d’activer des réactions enzymatiques puisqu’il peut influencer l’activité de plus de 200 enzymes biomolécules ou macromolécules. Son action améliore la stabilité de nombreuses hormones telles que l’insuline, la gustine ou la thymuline. La présence de cet oligo-élément s’avère être incontournable pour la synthèse de l’ADN et de l’ARN, les fonctions cognitives et la santé de la chevelure. Il contribue aussi à la fertilité et à la fonction cognitive, gustative et auditive.

 

En industrie, le zinc est sollicité sous son état solide et en tant que métal. Pour cela, le corps simple métal de zinc intervient dans le fonctionnement des piles électriques. Il servait autrefois de matière première pour fabriquer les pièces de monnaie. De nos jours, ce métal est utilisé pour créer divers alliages comme le laiton ou le zamak. Plus fréquemment, le zinc est façonné pour réaliser des couvertures de bâtiments et des accessoires en métaux liés à cela.

 

Quels sont les bienfaits du zinc ?

Le zinc est un pur antioxydant naturel. Grâce à cela, son action permet de prévenir ou de soigner un large spectre de maladies et de gênes pathologiques. Il agit directement sur les organes impliqués aux défenses du système immunitaire. Les effets attendus se révèlent dans la plupart des cas durant l’utilisation des complémentaires alimentaires à base de ce minéral.

 

En tant que complémentaire alimentaire, l’apport en zinc permet de corriger l’état de manque en zinc d’un patient. Cela atténue par la même occasion les symptômes liés à cette affection. Son utilisation s’avère être ainsi très utile pour réduire l’effet des diarrhées chez les enfants ou accélérer la cicatrisation des plaies chez les adultes. Dans ce même cadre, le zinc favorise également les défenses immunitaires qui sont souvent fragilisées durant la déficience en zinc. Son action renforce donc la capacité des globules blancs impliqués dans le système immunitaire comme les macrophages, les neutrophiles ou les lymphocytes.

 

Le zinc est un élément clé de la lutte contre la dégénérescence musculaire liée à l’âge (DMLA). Selon les études scientifiques, il intervient avec d’autres nutriments antioxydants. Cette association prévient et limite l’effet du stress oxydatif rétinien. Elle combat également les actions des radicaux libres qui sont les premiers responsables de la détérioration précoce des cellules. Grâce à cela, ce minéral devient un oligo-élément anti-âge par excellence. Pendant 6 ans, l’AREDS 1 a mené une étude clinique sur des personnes présentant du DMLA. D’après leur observation, le mélange d’antioxydant comme le zinc, le bêta-carotène, la vitamine C et E ralentit l’évolution de ce processus naturel lié à l’âge. Leur action s’étend également sur la perte d’acuité visuelle.

 

Pour les hommes, l’utilisation du zinc révèle des effets probants sur la fertilité. L’apport suffisant en nutriment antioxydant est donc favorable pour cette dernière. Il améliore la mobilité des spermatozoïdes, une faculté importante pour la fécondation. Pour cela, il inhibe l’effet du stress oxydatif sur l’organe reproductif masculin. Cette réaction pourrait occasionner des lésions au niveau de ces organes et diminue le pouvoir fécondant des hommes. Chez la femme, elle provoque dans certains cas une fausse couche. Dans un cadre plus poussé, l’apport en zinc est un procédé efficace pour prévenir les anomalies chromosomiques telles que l’hypogonadisme ou la réduction de la spermatogénèse.

 

En tant que nutriment antioxydant, le zinc s’avère être un élément incontournable dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Les études d’observation effectuées sur des personnes soumises à une dose supérieure aux apports conseillés révèlent cet effet préventif. L’effet de ce minéral diminue donc la manifestation de l’athérosclérose. Grâce à son intervention, le risque de décès lié à cette affection aurait été réduit de 43 %.

 

Utilisé dans un délai favorable, le zinc possède le pouvoir de limiter les risques d’attraper un rhume. Il pourrait même réduire l’intensité de cette affection s’il est pris dans les 24 h après l’apparition des premiers symptômes.

 

Avec une bonne recommandation, le zinc prévient également le déclenchement d’un diabète. Souvent, les professionnels de la santé prescrivent donc le sulfate de zinc durant le traitement prédiabétique. L’action de ce médicament permet de contrôler facilement la glycémie chez une personne à risque au diabète.

 

Pour les troubles cutanés, le zinc s’engage grâce à ses activités antioxydantes, des propriétés qui favorisent une peau saine. Ce minéral réduit l’inflammation et l’apparition des lésions en limitant l’accumulation des toxines et des sébums sur l’épiderme. Son intervention empêche également les actions des bactéries sur les infections. De cette façon, son action est particulièrement favorable pour le traitement de l’acné sévère chez les adolescents ou les adultes. Il diminue la présence des boutons, accélère la cicatrisation des lésions et atténue les marques laissées par les plaies.

 

Pourquoi prendre un complément alimentaire en zinc ?

Normalement, l’apport alimentaire suffit pour combler le besoin en zinc de l’organisme. Toutefois, certaines personnes présentent un état de manque à la suite de facteurs organiques ou médicamenteux. Dans ce cadre, les professionnels de santé recourent à l’utilisation des compléments alimentaires en zinc. Ces derniers sont, en général, prescrits pour le cas d’une acné, de trouble cutané, d’une femme enceinte ou des végétariens.

Le zincémie

Le zincémie est un procédé thérapeutique qui consiste à mesurer le taux de zinc dans le sang. Dans le cas d’une personne en bonne santé et normale, il révèle une teneur de 1,25 mg par litre. Cette estimation varie toutefois selon le régime alimentaire. Pour le cas d’une insuffisance ou d’une carence, le zincémie est connu sous le nom de hypozincémie. Celui-ci se traduit par un taux anormalement bas de zinc dans le sang.

L’apport conseillé en zinc

Selon l’apport nutritionnel conseillé, l’organisme utilise 8 à 9 mg de zinc par jour pour les jeunes filles et les femmes adultes. Les adolescents et les hommes adultes ont besoin de 11 mg de zinc par jour. En ce qui concerne les femmes enceintes ou allaitantes, la dose quotidienne recommandée se situe entre 11 à 12 mg de zinc. Quel que soit l’âge, il ne faut pas dépasser la dose maximale qui est fixée à 15 mg par jour. Au-delà de ce seuil, des cas de surdosages peuvent survenir.

 

Pour les végétariens, surtout dans les cas des végétaliens, l’apport en zinc doit être contrôlé et soumis à des précautions. Cet oligo-nutriment se loge dans la plupart des cas dans les aliments de sources animales, alors que ces gens ne mangent pas ces produits. La consommation de viande, de crustacé ou de poissons ainsi que les autres produits animaliers doit être compensée avec d’autres sources.

 

Outre le complément alimentaire, il est possible pour ces personnes d’apporter plus de légumes, de germes de blé, du pain complet ou de fruits secs dans leur nourriture quotidienne. Seulement, il faut souligner pour ce cadre que l’organisme présente des difficultés sur l’assimilation du zinc d’origine végétale.

La carence en zinc

La carence en zinc survient dans la plupart des cas dans les pays en voie de développement. Selon les chiffres qui circulent, près de 10 % de la population mondiale présentent un état de manque en zinc. Cet état de manque entraîne souvent des symptômes d’ordre cutané, neurologique ou immunitaire. Les personnes qui en souffrent présentent donc des troubles cutanés comme la peau sèche, l’acné ou les ongles cassants et striés. D’autres affections comme la chute de cheveux, la baisse de l’appétit lié à des troubles digestifs ou la fatigue peuvent survenir avec un état de manque en zinc.

 

La déficience en zinc se révèle habituellement à la suite d’une interaction médicamenteuse ou d’une alimentation peu équilibrée, souvent de source industrielle. Le régime végétalien et la chirurgie de l’obésité qui conduit à des dégoûts alimentaires ainsi que la mauvaise assimilation pourraient être aussi l’origine d’une carence en zinc.

 

Comment utiliser le complémentaire alimentaire à base de zinc ?

Les dispositifs médicaux à base de zinc déploient ses propriétés lorsqu’ils sont utilisés à jeun ou à distance des principaux repas. L’organisme absorbe facilement et rapidement le zinc à cet instant. L’utilisation du zinc varie également en fonction de la maladie traitée.

 

Pour contrôler la glycémie pendant le traitement prédiabétique, le patient doit prendre 30 mg de sulfate de zinc par jour.

 

Dans le cadre de l’acné, le traitement avec le zinc montre son efficacité après 3 mois de cure avec une dose quotidienne engageant 30 mg. Pour obtenir cette performance, il est possible d’utiliser les médicaments à base de zinc par voie orale ou en application cutanée.

 

L’intervention du zinc permet d’apaiser certains symptômes du rhume. La posologie la plus fréquente pour le traitement de cette affection préconise l’utilisation d’une pastille de 13 mg du gluconate ou de l’acétate de zinc toutes les 2 heures, pendant au maximum 1 semaine. Afin d’obtenir un résultat optimal, la dose nécessaire doit être apportée dès l’apparition des premiers symptômes.

 

Quels sont les médicaments qui comportent du zinc ?

Comme il participe à l’optimisation des défenses immunitaires, le zinc entre dans la composition de plusieurs dispositifs médicaux. Il intervient dans ce cadre de manière unilatérale ou en association avec d’autres actifs.

 

L’ALOPLASTINE, pâte pour application locale, tube de 200 g, est une pâte pour application locale à base d’oxyde de zinc. Il contient aussi du talc et du glycérol. Grâce à ses composants, son effet apporte des effets positifs durant le traitement d’appoint d’une dermite irritative comme l’érythème fessier de bébé.

 

Comme son nom l’indique, le BAUME AGATHOL, pommade, tube de 50 g, est une pommade associant en principe actif de l’oxyde de zinc, le dioxyde de titane et le baume du Pérou. On y trouve également de la graisse de laine, de la cire d’abeille jaune, de la vaseline et de la paraffine. La combinaison de ces éléments lui confère la capacité de traiter localement les brûlures superficielles à faible étendue.

 

Le BIOXYOL, pâte pour application cutanée, pot de 190 g, figure parmi les médicaments qui comportent de l’oxyde de zinc. Il se compose également de peroxyde de zinc et de dioxyde de titane. Grâce à ces actifs, ce dispositif médical est souvent indiqué pour le traitement local de l’ulcération cutanée.

 

Le BRULEX, pommade, tube de 30 g, fait partie des médicaments comprenant de l’oxyde de zinc. Ce dernier s’associe avec le phénazone, le phénol, le salicylate de sodium et le baume de Pérou afin de soigner efficacement les brûlures superficielles de faible étendue.

 

La CREME DE DALIBOUR COOPER, crème, tube de 20 g, est, dans la plupart des cas, recommandé pour le traitement d’une dermite irritative. Elle puise la capacité de soigner les symptômes de cette affection grâce à ses composants, notamment le sulfate de zinc, le sulfate de cuivre, l’oxyde de zinc et le camphre.

 

Le DEFLAMOL, pommade, tube de 30 g, révèle des effets positifs durant le traitement d’une dermite irritative. Cela s’explique en raison de la présente de l’oxyde de zinc et le dioxyde de titane dans sa formule.

 

Le DERMOCUIVRE, pommade, tube de 100 g, est un médicament très efficace contre la dermite irritative. Son effet pour cette affection provient en général de ses principes actifs regroupant le cuivre sulfate pentahydraté et l’oxyde de zinc.

 

Quelles sont les précautions à prendre en compte ?

En général, le zinc ne présente aucun risque néfaste pour la santé. Les effets indésirables se manifestent seulement dans le cadre d’une carence ou d’un excès. Pour éviter ces deux réactions, les recommandations des professionnels de la santé insistent sur l’utilisation à bon escient du zinc. Cela inclut la consommation de source alimentaire et médicamenteuse. 

 

En cas de déficience, le patient pourrait souffrir de troubles auditifs, gustatifs ou visuels. Il présente aussi une chute de cheveux, des problèmes cutanés ou des troubles immunitaires. Pour les femmes enceintes, l’état de manque augmente le risque de malformation ou d’hypotrophie fœtale. Chez les enfants, la carence en zinc est souvent pointée du doigt comme le responsable du retard de croissance.

 

En ce qui concerne l’excès en zinc, la présence à forte dose pourrait affecter le système immunitaire. Elle réduit le taux du HDL-Cholestérol, le bon cholestérol, dans le sang et favorise le stress oxydatif. Pour cet oligo-élément, le cas de surdosage provoque chez certaines personnes des affections légères comme les troubles digestifs, les nausées ou les vomissements. Pour éviter ces réactions, il convient de bien respecter les recommandations et de ne pas dépasser la dose maximale indiquée qui est de 15 mg par jour. Cela inclut également l’apport de source alimentaire. Arrivée à 150 mg par jour, la présence de zinc dans l’organisme est hautement toxique et peut provoquer des effets néfastes.

 

L’apport de complément alimentaire est fortement déconseillé dans le cadre d’une grossesse ou d’un allaitement. Cette recommandation s’applique aussi pour les personnes présentant une réaction allergique ou une hypersensibilité au zinc. Par mesure de sécurité, chaque patient souhaitant utiliser ce minéral doit avant toute initiative consulter l’avis d’un professionnel de santé, notamment un médecin ou un pharmacien.

Interaction du zinc avec les médicaments et les aliments

L’association du zinc avec l’antibiotique, l’antiacide ou la tétracycline pourrait annuler ses effets. Entre la prise de ces médicaments et du zinc, il convient ainsi d’attendre au moins 2 heures.

 

L’organisme est très vite soumis à un trouble de malabsorption du zinc lorsque le traitement avec ce minéral est associé avec le fer, le calcium et le phosphore. La même réaction se manifeste ultérieurement face aux effets des protéines animales ou végétales, des fibres et des phytates, des composés du phosphore.

 

L’utilisation des médicaments pour effet anticonvulsivant, vasodilatateur et diurétique de type thiazidique favorise la carence en zinc. Cet état de manque pourrait aussi se manifester durant le traitement engageant des dispositifs médicaux pour l’hormonothérapie de remplacement. Les contraceptifs oraux, les antiacides et les agents chélateurs peuvent également diminuer le taux de zinc dans le sang.