» » » Allergie, Rhume des foins

Allergie, Rhume des foins (Etat grippal)

Conseils santé

 

La rhinite allergique ou le rhume des foins est une réaction allergique, provoquée par des allergènes, qui se manifeste par une inflammation de la muqueuse nasale. Il s'agit d'une pathologie bénigne, dont la fréquence est en constante augmentation. Il existe deux types de rhinite allergique : 

  • La rhinite allergique saisonnière ou rhume des foins : elle survient tous les ans à la même saison, elle est due aux pollens. 
  • La rhinite allergique perannuelle ou chronique : elle se manifeste toute l'année, souvent chez une personne qui présente un terrain atopique (dermatite atopique, asthme). Les allergènes responsables peuvent être les acariens, la poussière, les moisissures ou les poils d'animaux. 

Les symptômes de la rhinite allergique sont les suivants : 

  • Ecoulement nasal clair (rhinorrhée). 
  • Eternuements
  • Nez bouché
  • Démangeaisons et picotements dans le nez et la gorge
  • Démangeaisons oculaires ou larmoiements souvent associés. 

Il faudra aller consulter un médecin si la diagnostic d'une rhinite allergique n'a jamais été confirmé par un médecin, si elle concerne un enfant (pour écarter le diagnostic de l'asthme) ou si la rhinite est sévère et qu'elle perturbe la qualité de vie. 
Dans un premier temps, il est possible de prendre un anti-histaminique par voie oral contenant de la Cétirizine, comme Actified Allergie, Zyrtec set ou Humex allergie. La posologie sera de 1 comprimé par jour. Sans avis médical le traitement sera limité à 7 jours pour la rhinite allergique. 


Vous pouvez également associer une solution nasale. Les pulvérisations sont faites au cours d'une brève inspiration, après un mouchage soigneux. Comme anti-allergique, on peut conseiller le Cromorhinol, ou l'Humex rhume des foins. Pour ce spray pour le nez, 1 pulvérisation 4 fois par jour sera recommandé en cas de rhume des foins


Enfin, il existe un traitement homéopathique (pour les femmes enceintes par exemple) contre la rhinite, qui consiste à prendre 1 comprimé de Rhinallergy 1 à 6 fois par jour. 


Le saviez vous ? Il existe quelques précautions à prendre pour limiter les allergies. Par exemple, il est possible de recouvrir la literie avec des housses anti-acariens, ou de laver le linge de de lit à 60°C 2 fois par mois. Aérer et nettoyer la chambre très régulièrement. Retirer au maximum les moquettes et tapis et poser plutôt du parquet. la présence d'animaux domestiques comme le chien ou chat ne sera par recommandé. Pour réduire le risque de Rhinite allergique, ne pas tondre la pelouse soi-même en période de pollinisation. Arrêter de fumer ou diminuer sa consommation de tabac.

Allergie, Rhume des foins


Allergie, rhume des foins, Qu'est-ce que c'est ?

La rhinite allergique, connue également sous le nom de rhume de foins, désigne une inflammation des parois nasales dues à des allergies aux poils d’animaux ou aux pollens. Les symptômes les plus courants sont des démangeaisons du nez, un écoulement nasal clair, des éternuements et une sensation de nez bouché. 

 

Le rhume des foins est la plupart du temps associé à des démangeaisons du palais, des yeux et des conduits auditifs. D'autres symptômes peuvent apparaître au bout de quelques jours : une sensation de fatigue, des maux de tête, une baisse de concentration, des difficultés d’endormissement, un écoulement dans l'arrière-gorge et une baisse d'odorat.

 

Les traitements

Les médicaments antihistaminiques sont utilisés dans le traitement symptomatique du rhume des foins. Ils sont vendus en pharmacie sous forme de spray, de cachets et de gouttes oculaires.

 

D'autres produits alternatifs peuvent être employés, en fonction de l'intensité de l'affection. Un spray corticostéroïde pour pulvérisation nasale peut être prescrit par le médecin, dans le cas où les symptômes durant le rhume des foins sont très agressifs. Ce médicament est utilisé en association avec des antihistaminiques.    

 

Chez certains sujets, les antihistaminiques peuvent être inefficaces, l'allergène continuera alors d'agir sur l'organisme. C'est la raison pour laquelle le médecin recommande parfois la désensibilisation, appelée cliniquement hyposensibilisation ou immunothérapie à l'allergène.