» » Quels sont les médicaments contre les flatulences ?

Quels sont les médicaments contre les flatulences ?

vendredi 27 juillet 2018

 

Les flatulences sont douloureuses et incommodantes. Leurs causes sont diversifiées, mais des traitements existent pour y remédier. L’automédication étant dangereuse, la première chose à faire est de consulter un médecin afin qu’il puisse prescrire le médicament adéquat contre ce mal.

 

Les flatulences, aussi appelées « gaz », « météorisme », « ballonnements » ou encore « pets », constituent une manifestation normale de l’organisme. Elles ne sont pas douloureuses et ne sont généralement pas sujets d’inquiétude médicale. Cependant, elles peuvent être à l’origine d’un embarras social pour les individus qui en sont affectés lorsqu’elles sont malodorantes ou itératives. Ce dossier vous dit tout ce qu’il faut connaître à propos des flatulences : définition, causes, prévention et traitements.

 


 

mal au ventre flatulence

Flatulence : définition

Une flatulence est une accumulation de gaz au niveau de l’estomac ou de l’intestin. Ces gaz se forment à la suite d’une ingestion de l’air en mangeant ou en buvant. Par ailleurs, lors de leur transit dans le tube digestif, les aliments sont métabolisés par les bactéries intestinales et créent des gaz. Ceux-ci sont produits par la flore intestinale qui aide à assimiler la nourriture en la dégradant par un phénomène de fermentation. Ce processus qui fait partie intégrante d’une saine digestion aboutit à l’accumulation de gaz dans l’intestin.

 

Les flatulences surviennent après les repas. Elles se forment dans les 3 heures qui suivent l’ingestion d’aliments. En principe, ces gaz sont évacués avec les selles, mais ils peuvent aussi provoquer des flatulences émises généralement sans douleur.

 

Les flatulences constituent un phénomène tout à fait naturel et normal qui se produit 13 à 21 fois par jour chez l’être humain. Elles sont majoritairement inodores, mais de temps en temps, une personne peut émettre des gaz malodorants. C’est le résultat de la stagnation de certains aliments dans le côlon à la suite de leur ingestion. Le pet contient du sulfure d’hydrogène, une substance connue pour son odeur semblable à celle de l’œuf pourri, ainsi que de l’indole et du scatole, des éléments chimiques qui sentent très mauvais.

 

La production excessive de flatulences peut être tout simplement due à l’alimentation. Une modification de celle-ci permet d’éviter les désagréments liés aux flatulences.

 

Les principales causes de la flatulence

  • Une absorption excessive d’air

Les personnes qui ont l’habitude de parler au cours des repas sont susceptibles d’absorber une quantité excessive d’air pouvant entraîner des flatulences. En effet, à chaque fois qu’elles avalent de l’air, lorsque celui-ci parvient au niveau de l’estomac ou de l’intestin, il doit être évacué. S’il n’est pas libéré en éructant (par un rot), il continue son chemin jusqu’au bout du système digestif et peut provoquer au passage de l’inconfort. Ces cas se retrouvent souvent chez les individus qui boivent trop rapidement, ceux qui fument, mâchent régulièrement des chewing-gums ou consomment beaucoup de boissons gazeuses.

  • Les aliments à forte teneur en glucides

Les aliments qui contiennent certains types de sucres sont les plus souvent à l’origine des flatulences. Citons, entre autres :

 

– Les aliments contenant des grains entiers, tels que les céréales, le pain complet, le pain au son.

– Les fruits, les jus et les aliments transformés incluant du sirop de maïs à forte teneur en fructose.

– Les produits laitiers : ils contiennent du lactose qui est un sucre.

– Les aliments et les boissons diététiques dont la composition intègre des édulcorants artificiels (du sorbitol par exemple) et des sucres.

 

Certains légumes sont également réputés favoriser la formation de gaz intestinaux, notamment :

 

– Les légumes secs : les haricots, les pois, les lentilles et les fèves,

– Les légumes crucifères, tels que les choux de Bruxelles, le chou-fleur, le chou, le brocoli

– Les oignons.

  • L’âge mal au ventre

Le système digestif a tendance à ralentir au fur et à mesure de l’avancée en âge. Il ne parvient plus à produire naturellement la quantité nécessaire d’enzymes digestives pour fractionner les aliments. À titre d’exemple, la réduction progressive de la capacité de l’organisme à fournir la lactase, l’enzyme qui intervient dans la décomposition du lactose contenu par les produits laitiers, explique le fait que certaines personnes âgées deviennent intolérantes au lactose.

  • La constipation ou un ralentissement du péristaltisme

La constipation, aussi appelée « paresse intestinale », peut accroître la durée du processus de fermentation de la nourriture au niveau des intestins et d’augmenter en conséquence la production de gaz. Une trop grande accumulation de gaz au sein de cette partie de l’organisme peut engendrer des ballonnements et des malaises.

Pour acheminer les aliments digérés vers l’anus, les intestins doivent effectuer un mouvement de pompage : le péristaltisme. Le ralentissement de ce système peut entraîner la formation de flatulences.

  • Certaines maladies

Les pathologies qui sont les plus fréquemment à l’origine des flatulences sont :

 

– La maladie cœliaque : elle se manifeste par une incapacité à digérer du gluten, un sucre qui est inclus dans certaines céréales, dans le blé par exemple.

– L’intolérance au lactose : elle se traduit par une inaptitude à digérer le lactose qui se trouve dans les produits laitiers.

– Des infections digestives dues à des bactéries ou à des parasites, tels que les Ascaris lombricoïdes.

 

Flatulence : d’autres causes possibles

  • Des médicaments

Certains médicaments laxatifs de lest destinés à combattre la constipation peuvent favoriser l’accumulation de gaz, notamment ceux qui contiennent des fibres alimentaires, telles que le son, une céréale riche en glucides.

  • Le changement de la pression atmosphérique

Cela se produit dans de très rares cas, mais il se peut que lors d’un voyage en avion, la modification de la pression atmosphérique engendre des flatulences chez certaines personnes.

  • En fin de grossesse

femme enceinte

 

Une femme enceinte parvenant au terme de sa grossesse est fréquemment sujette aux problèmes de flatulences puisqu’à cette période, elle doit ingérer une quantité importante de fibres afin de lutter contre la constipation. D’autre part, en fin de grossesse, l’utérus exerce une pression sur les intestins et ce contexte peut être à l’origine de flatulences.

  • Des causes plus graves

Plusieurs pathologies, telles qu’une infection gastro-intestinale, un reflux gastro-œsophagien, une crise d’appendicite ou une intoxication alimentaire peuvent occasionner des flatulences et des ballonnements. Au cas où les symptômes persistent, il est conseillé de consulter un médecin.

 

Ballonnements, aérophagie et flatulences : leur corrélation

  • Ballonnements : les symptômes

Ces troubles intestinaux se manifestent par des gargouillis au niveau du tube digestif, parfois par des douleurs dues à des tensions dans le ventre et des flatulences. Les gaz expulsés dégagent une odeur nauséabonde extrêmement gênante. Lorsque les ballonnements sont douloureux, il s’avère souvent difficile de faire la différence avec d’autres pathologies intestinales, la constipation par exemple. Cependant, dans la majorité des cas, les ballonnements n’engendrent pas de complications.

  • Aérophagie : symptômes et causes

Ce phénomène se produit quand une personne « avale de l’air » en trop grande quantité. Normalement, un être humain avale 2 à 4 litres d’air par jour. Un dépassement de ce volume est susceptible de provoquer une dilatation de l’estomac et des tiraillements au niveau du ventre. Une partie de l’air ingurgité peut être expulsée par la bouche, via des éructations. Le reste suit le même parcours que la nourriture et va accroître le volume de flatulences.

 

L’aérophagie est partiellement engendrée par la nervosité. C’est ainsi que certains individus déglutissent fréquemment. En outre, le fait de parler en s’alimentant, de boire ou de manger trop vite augmente la quantité d’air avalé. La mastication de chewing-gums, la consommation de boissons gazeuses, le grignotage entre les repas constituent autant de facteurs qui favorisent l’aérophagie et les flatulences.

 

Les mauvaises odeurs qui accompagnent les flatulences : explications

Les flatulences exhalent de mauvaises odeurs quand elles sont composées d’un mélange de substances sulfurées. Cette émanation de gaz nauséabonds est surtout due à une consommation d’aliments riches en soufre, notamment de viandes ou de légumes sulfurifères. Cependant, chaque individu digère à sa manière. Une nourriture sulfurifère susceptible d’incommoder un sujet peut n’avoir aucun effet sur un autre.

 

Des causes organiques peuvent également être à l’origine de la présence de gaz au niveau de l’intestin. Un problème physiologique ou physique dans l’intestin grêle peut entraîner une malabsorption des aliments, une production de selles et de gaz nauséabonds. Les particules alimentaires qui voyagent dans le tube digestif peuvent ne pas être digérées. Elles fournissent ainsi aux bactéries un apport supplémentaire qui favorise l’accumulation de gaz à l’intérieur des intestins.

 

Au cas où les flatulences restent excessives, surtout si la personne concernée a déjà retiré les principaux agents provocateurs de son régime alimentaire, il se peut qu’elle soit en présence d’un problème plus sérieux de santé. Il est recommandé de consulter un médecin, car le sujet peut être affecté par un syndrome du côlon irritable, une pathologie intestinale inflammatoire, une prolifération bactérienne au niveau de l’intestin grêle, un reflux gastro-œsophagien ou un cancer du côlon.

 

Comment éviter les flatulences ?

fruits et légumes alimentation équilibrée

  • Par l’alimentation

En règle générale, des modifications positives des habitudes de vie permettent d’améliorer le fonctionnement des intestins et de réduire la production de gaz, même après le diagnostic d’un problème de santé ou d’une pathologie sous-jacente.

 

Dans un premier temps, il faut vérifier si l’absorption d’aliments favorables à la formation de flatulences ou à la carence de nourriture nutritive est susceptible d’être à l’origine des désagréments.

 

Pour calmer les flatulences et d’autres symptômes gastro-intestinaux pouvant y être liés, il est conseillé de s’abstenir de consommer des aliments contenant des sucres fermentescibles. Citons notamment les produits dérivés du blé, l’ail, les oignons, les asperges, les édulcorants, les légumes secs et crucifères ainsi que les fruits à forte teneur en glucides pouvant se fermenter au niveau de l’intestin.

 

Inversement, un apport insuffisant en légumes et en fruits riches en fibres peut engendrer des flatulences. Il a été constaté que les adeptes du régime alimentaire typique de l’Amérique du Nord et qui consomment régulièrement une nourriture riche en viandes, en produits laitiers, en sucre et en aliments traités ou transformés n’ingèrent pas assez de fibres. Ils sont ainsi vulnérables aux constipations chroniques et éventuellement aux flatulences.

 

Il se peut également que l’alimentation fournisse une quantité suffisante de fibres, mais pas assez de liquide pour amollir les selles et aider celles-ci à poursuivre leur chemin tout le long du tube digestif. Dans ce cas, le transit est ralenti. Ce contexte favorise la fermentation et la création de gaz.

 

Afin d’éviter d’avaler de l’air dans l’estomac, il est conseillé de manger plus lentement et de mastiquer convenablement les aliments pour faciliter la digestion et réduire la production de gaz émise par les bactéries intestinales.

  • Par le changement des habitudes de vie

Pour une meilleure digestion, il est conseillé de pratiquer régulièrement une activité physique. Les exercices sportifs aident à libérer les hormones antistress, notamment les encéphalines et les endorphines, et à stimuler la circulation du sang au sein de l’organisme, incluant l’appareil digestif. Les mouvements qui visent à renforcer les muscles abdominaux aident à éviter ou à réduire les flatulences et les ballonnements.

 

Par ailleurs, la pratique du sport contribue à l’amélioration de la composition de la flore intestinale. Une étude réalisée récemment auprès de joueurs de rugby a révélé que ces derniers disposent d’une plus grande diversité du microbiote par rapport à certains individus non sportifs. Les auteurs de l’étude en déduisent que la pratique d’une activité physique, même modérée, favorise la santé du tube digestif.

  • Éviter le stress

Le stress psychologique ou social peut parfois être à l’origine de troubles digestifs se traduisant généralement par des flatulences. Lorsqu’une personne est stressée, que sa tension nerveuse soit réelle ou perçue, sa digestion en pâtit. L’énergie de son organisme est orientée vers d’autres zones qui n’ont aucune influence sur sa digestion. Il est donc recommandé d’éviter autant que possible le stress pour réduire les risques de flatulences.

 

Si malgré toutes ces précautions, les flatulences abondantes ou d’autres symptômes persistent, tels que des douleurs aux intestins ou à l’estomac, il est préférable de consulter un médecin. Le praticien pourra réaliser un examen médical dans l’objectif de déterminer si le patient souffre d’une pathologie affectant sa digestion ou d’une infection intestinale.

 

Les pansements digestifs contre les flatulences 

Le kaolin et les dérivés de silicone contenus dans les pansements digestifs ont le pouvoir de diminuer les gaz qui provoquent la sensation de ballonnement. En cas de brûlures d’estomac et de flatulences, les antiacides sont combinés aux pansements gastriques pour calmer les douleurs.

 

ballonnement

 

Le patient pourra demander conseils à son pharmacien et ce dernier présentera divers pansements digestifs à l’instar de la Pepsane ou du Siligaz.

 

Si le malade a besoin de la combinaison pansements digestifs et antiacides, le Neutroses ou Polysilane Delalande lui sera proposé.

 

maux de ventreLes vertus du charbon face aux flatulences

Le charbon n’est pas un médicament récent. Il est réputé depuis bien longtemps pour ses bienfaits sur l’estomac. Il a la faculté d’absorber les gaz contenus dans l’intestin tout en anticipant leur production. Pour plus d’efficacité, il est conseillé d’associer le charbon à un pansement digestif.

 

Il est toutefois prôné de respecter un espace de deux heures entre chaque prise de charbon.

 

Parmi les médicaments disponibles en pharmacie, il y a l’Acticarbine 70mg, le Carbophos, le Charbon de Belloc et la Carbactive. Le pharmacien peut proposer d’autres variantes en fonction des cas.

 

Flatulences et antispasmodiques

Pour lutter contre les douleurs causées par les ballonnements, le médecin pourra recommander une association d’antispasmodiques digestifs et de charbon ou d’antispasmodiques digestifs et de pansements digestifs.

 

Si le malade recherche un médicament de ce type, le pharmacien pourra lui conseiller du Dolospasmyl, du Météoxane ou de l’Acticarbine. Pour connaître quel médicament est le plus approprié, il est toujours préférable de demander l’avis d’un thérapeute.

 

Des remèdes naturels pour lutter contre les flatulences

Des remèdes de grand-mère, des plantes médicinales et des compléments alimentaires peuvent être utilisés pour renforcer les capacités naturelles de l’organisme dans le cadre de la prévention et du traitement des flatulences.

  • Les remèdes de grand-mère

Certaines plantes se révèlent particulièrement efficaces pour stimuler la digestion et éviter ainsi l’accumulation de gaz qui sont à l’origine des flatulences. Les vertus de ces végétaux ont déjà été identifiées depuis longtemps par nos aïeules. Voici quelques remèdes de grand-mère qui aident à réduire les flatulences :

 

– Ajoutez dans les préparations culinaires du curcuma ou du thym. Ces plantes peuvent aussi être utilisées en infusion à boire après le repas.

– En infusion, la camomille romaine, la cardamome, la menthe, l’anis, la cannelle, la badiane, le fenugrec, le gingembre, le fenouil ou le carvi favorisent la digestion. À la place de l’infusion, il est également possible de mâcher une cuillerée à soupe de graines de carvi, de fenugrec ou de fenouil à la fin du repas.

– Pour préparer l’organisme à affronter la journée, il est recommandé de boire chaque matin à jeun le jus d’un demi-citron dilué dans ½ verre d’eau. Ce remède naturel est aussi conseillé au cours d’une phase de détoxification. Afin de combattre les flatulences, le même procédé peut être appliqué en remplaçant le jus de citron par 1 cuillerée à café de vinaigre de cidre.

– La prise de charbon végétal, d’huile de ricin ou d’argile (à raison de 1/2 cuillerée à café – 2 fois/jour) représente une autre alternative pour limiter les flatulences. Il ne faut surtout pas associer ces trois éléments. Le cumul de leurs propriétés absorbantes pourrait être néfaste pour l’organisme. N’en choisir qu’un seul pour le traitement.

– Les vertus digestives du bicarbonate de soude sont connues depuis la nuit des temps. La consommation quotidienne d’une cuillerée à soupe de ce produit, dilué dans un peu d’eau, aide à éviter les flatulences.

  • D’autres remèdes pour lutter contre les flatulences

 – Des tisanes : grâce à la production de bile et à l’évacuation des toxines, la vésicule biliaire et le foie jouent un rôle primordial dans le cadre de la digestion. Il importe donc de stimuler le fonctionnement de ces organes pour faciliter la digestion. Le recours à des agents carminatifs et antispasmodiques, tels que les tisanes de camomille, de fenouil ou de menthe poivrée représente une solution naturelle, simple et peu onéreuse pour diminuer les flatulences, les ballonnements et les spasmes intestinaux.

– Des compresses d’huile de ricin : appliquées au niveau de l’abdomen, elles constituent un remède topique naturel qui soulage considérablement les gaz intestinaux. Ce traitement naturel et biologique permet d’activer localement la circulation du sang, d’améliorer la digestion et de provoquer l’expulsion de selles.

– Des techniques de relaxation : il existe des méthodes qui aident à atténuer la réactivité au stress et qui favorisent une meilleure digestion, comme la thérapie cognitive et comportementale, la médiation et le Qi gong.

 

Des compléments alimentaires pour prévenir et traiter les flatulences

compléments alimentaires pour lutter contre les flatulences

 

Une large gamme de compléments alimentaires permettant de se prémunir ou de soigner les flatulences sont désormais disponibles en pharmacie, parapharmacie, magasins spécialisés et boutiques en ligne. Ces produits conçus pour soulager les ballonnements sont fabriqués à base de substances qui fixent les gaz, du charbon activé par exemple. Ils sont présentés sous forme de granulés, de poudre, de gélules ou de capsules.

  • Le charbon de belloc

Formulé à base de charbon et d’autres substances actives, ce complément alimentaire est d’une aide précieuse pour absorber les gaz intestinaux. Il est prescrit pour le traitement des digestions difficiles accompagnées d’une aérophagie, de ballonnement intestinal et de flatulences.

Dédié aux adultes ainsi qu’aux enfants âgés de plus de 15 ans, le charbon de belloc est conditionné dans une boîte contenant 36 à 60 capsules molles.

  • Posologie

Prendre 2 capsules accompagnées d’un verre d’eau (2 à 3 fois par jour) pendant 5 à 10 jours. En cas de prise d’autres médicaments, observez un intervalle de 2 heures afin d’éviter la diminution de l’absorption de certaines substances. En cas d’omission ou d’oubli, ne jamais doubler la dose.

L’avis d’un médecin est requis en cas de persistance ou d’aggravation des symptômes après 10 jours de prise du complément alimentaire.

  • Contre-indications charbon de belloc

Le charbon de belloc est déconseillé aux personnes allergiques au charbon activé ou à l’un de ses composants.

 

Des mesures hygiéno-diététiques sont requises durant le traitement avec ce produit. Doivent être exclus des repas :

 

– Certains légumes verts : blettes, épinards, choux, choux-fleurs, choux de Bruxelles, brocoli,

– Les légumes secs (haricots, lentilles, pois) ainsi que les flageolets.

– Le pain frais et les aliments à forte teneur en hydrate de carbone non absorbables, comme l’ail et l’oignon.

– Les plats épicés, les crudités, la nourriture et les boissons glacées.

 

En cas de diarrhée, il importe de compenser la perte de liquide en buvant jusqu’à 2 litres par jour (pour un adulte) de boissons sucrées ou salées.

  • Précautions d’emploi

– Les femmes enceintes ou allaitantes doivent demander l’avis de leur médecin traitant avant de prendre du charbon de belloc.

– La prise d’un autre médicament, même si ce dernier peut être acquis sans ordonnance, doit être signalée à un médecin ou à un pharmacien avant d’entamer un traitement avec ce complément alimentaire.

– Si l’effet du produit est trop fort ou trop faible, la consultation d’un professionnel de santé est également conseillée.

– Les personnes sujettes à un ralentissement du transit intestinal doivent éviter l’utilisation du charbon de belloc.

  • Effets secondaires possibles

La prise de ce complément alimentaire à base de charbon activé est susceptible d’engendrer des effets secondaires plus ou moins gênants, comme :

 

– Des selles de couleur foncée,

– Une urticaire allergique,

– Un choc anaphylactique,

– Une réaction d’hypersensibilité.

Digestion Fenouil, Sauge & Romarin — Naturactive

Grâce aux propriétés des végétaux qui le composent, ce complément alimentaire aide à atténuer les sensations d’inconfort dues aux flatulences causées par une digestion difficile. Le fenouil améliore l’activité de l’estomac. La sauge calme les maux d’estomac et le romarin réduit les inflammations.

 

Fabriqué à base d’extraits 100 % naturels de plantes, Digestion Fenouil, Sauge & Romarin – Naturactive agit rapidement et efficacement, aucun effet secondaire indésirable n’étant à craindre. Il convient à toute personne adulte.

 

Présenté sous forme de stick fluide au goût de citron (en boîte de 20 sticks), ce complément alimentaire est facile à consommer n’importe où et à n’importe quel moment en cas d’urgence digestive. Il agit en seulement quelques minutes au bout desquels le sujet retrouve son confort digestif.

  • Posologie :

1 stick de 10 ml/jour, à diluer dans un verre d’eau. Il peut aussi être sucé comme un bonbon.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 515
Beauté 8
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164