» » » Anti-allergiques

Anti-allergiques

En cas de manifestation d’une conjonctivite allergique, les collyres anti allergiques constituent des médicaments de première intention pour traiter les symptômes de cette affection. Avant de vous informer sur les collyres anti allergique à privilégier, il est important de savoir ce qu’est une conjonctivite allergique, quelles en sont les causes et comment se manifeste-t-elle ? Y a-t-il une autre manière de soigner cette affection avec des traitements autres que les collyres anti allergiques ? Retrouvez tous les éléments de réponse dans ce dossier.           

Quelques mots sur la conjonctivite allergique 

La conjonctivite allergique correspond à l’inflammation de la conjonctive, la membrane qui recouvre le globe oculaire. Elle se manifeste lorsque cette dernière est en contact avec des allergènes. 

Ses symptômes

Les symptômes de la conjonctivite varient d’une personne à une autre. D’une manière générale, la personne atteinte peut développer les symptômes suivants :

  • Sensation de brûlures ou de picotements,
  • Démangeaisons des paupières,
  • Écoulement important de larmes,
  • Rougeur des yeux,
  • Gonflement de la conjonctive.

Ses différentes formes

Il existe plusieurs formes de conjonctivite allergique. Ce sont :

  1. La conjonctivite allergique saisonnière : celle-ci est provoquée par les pollens, les graminées ou encore le gazon. Forme la plus répandue, elle survient généralement pendant le printemps ou au début de l’été. Elle se caractérise par des rougeurs et des démangeaisons des yeux. Il n’est pas rare de voir certaines personnes atteintes d’avoir le nez qui coule.
  2. La conjonctivite allergique perannuelle : généralement, cette forme est moins grave que la conjonctivite saisonnière, mais la personne affectée en souffre toute l’année. C’est une conjonctivite allergique chronique. Elle est due aux poils d’animaux, acariens, produits d’entretien ou parfois produits de maquillage.
  3. La kérato-conjonctivite printanière : Cette forme de conjonctivite allergique est violente. Ayant une origine inconnue, elle se manifeste par de fortes démangeaisons. Les symptômes peuvent durer du printemps jusqu’au début de l’hiver. La kérato-conjonctivite se développe principalement chez les garçons de moins de 10 ans et finit par s’estomper pendant l’adolescence.        

Traiter la conjonctivite allergique

Peu importe la forme de la conjonctivite allergique, le premier traitement consiste à identifier les agents allergènes et à les éliminer. C’est une tâche difficile, mais il est possible de réduire les risques.

 

Si vous souffrez d’une conjonctivite allergique due au pollen par exemple, au lieu de sortir le matin ou le soir, privilégiez plutôt une sortie au milieu de la journée lors de la période de floraison. N’ouvrez pas trop souvent les fenêtres de votre voiture ni celles de votre maison. En cas de conjonctivite allergique aux acariens, il est conseillé de faire régulièrement le ménage en insistant sur les tapis et les moquettes.

 

Pour soulager les symptômes, il est conseillé d’humidifier régulièrement vos yeux. Pour rincer votre œil, vous avez besoin d’un sérum physiologique ou d’une solution avec acide acyclique ou celle à base de borate de sodium et d’acide borique. Grâce à leurs propriétés antiseptiques, anti-inflammatoires et apaisantes, ces produits peuvent apaiser les symptômes de la conjonctivite allergique. Il est préférable de miser sur des solutions sans conservateur. Ces derniers sont susceptibles d’aggraver les symptômes. En cas d’inefficacité de ces traitements, vous pouvez utiliser les collyres antiallergiques.

Traiter la conjonctivite allergique avec des collyres antiallergiques

Il arrive que chez certaines personnes, les traitements suscités ne se montrent pas efficaces pour traiter la conjonctivite allergique. Dans ce cas, il est préconisé de recourir aux collyres antiallergiques dont la plupart peuvent être obtenus sans ordonnance. Ces collyres contiennent majoritairement du cromoglycate. C’est le cas par exemple de Multicrom, Cromadoses, Cromedi, Multicrom, Allergocomod… Certains collyres sont constitués de l’acide N-acétyl aspartyl glutamique (par exemple Naabak ou Naaxia), ou bien de la lévocabastine (exemple : Allergiflash, Levophta).  

   

Les collyres antiallergiques ont la réputation d’agir avec rapidité et efficacité sur cette affection en inhibant la libération de l’histamine, une substance inflammatoire émise par les cellules lors d’une réaction allergique. Ils diminuent également les larmoiements et les démangeaisons. Il est toutefois nécessaire de rappeler qu’un collyre antiallergique ne peut pas éliminer les corps allergènes responsables de la conjonctivite allergique.

Quel collyre antiallergique choisir ?

Les collyres antiallergiques sont conditionnés soit dans un flacon, soit en format unidose.

 

Les flacons ont l’avantage d’être faciles à utiliser. C’est le format à privilégier pour une utilisation répétitive. Cependant, dès qu’ils sont ouverts, ils sont susceptibles d’être contaminés. C’est la raison pour laquelle ils intègrent des conservateurs chargés d’inhiber la prolifération des bactéries. Toutefois, le conservateur que contient ce collyre peut provoquer des irritations et même des réactions allergiques oculaires chez certains sujets. Si toutefois vous tenez à utiliser des collyres antiallergiques conditionnés dans un flacon, les collyres tels que Naabak ou Allergocomod sont exempts de conservateurs. Ils se conservent également longtemps.

 

Les unidoses sont des dosettes qui renferment peu de liquide. Elles sont stockées dans une boîte où on peut trouver plusieurs unidoses. Ce type de collyre antiallergique sans conservateur convient pour l’utilisation occasionnelle. Il se conserve longtemps aussi, car tant que les unidoses restent fermées, le liquide à l’intérieur reste intact. Une fois qu’on ouvre le contenant, on instille immédiatement le collyre et le reste sera jeté.

Précautions d’emploi des collyres antiallergiques

L’utilisation des collyres antiallergiques exige certaines précautions.

  • Même si certains collyres peuvent être obtenus sans ordonnance, il est impératif d’avertir votre médecin ou pharmacien, particulièrement si l’on vous a prescrit un autre collyre.
  • Si vous utilisez en même temps un collyre antiallergique et d’autres médicaments antiallergiques comme les pommades ou les gels, le mode d’administration et la posologie doivent être strictement respectés.
  • Veillez également à bien vous laver les mains avant d’ouvrir le collyre antiallergique. Cela évitera de déposer sur la surface oculaire des microbes qui pourraient aggraver la conjonctivite.
  • La prise du collyre antiallergique doit être réalisée 15 minutes après le lavage des yeux au minimum.
  • Lors de l’instillation du collyre antiallergique, évitez de mettre en contact l’embout du récipient avec l’œil ou les paupières.                    
Nombre de produits : 12

Les allergies les plus fréquentes

Les allergies aux pollens se manifestent par des symptômes désagréables, tels qu'une rhinite allergique annuelle et à la même période, une sensation de démangeaison du nez, un écoulement nasal, des éternuements répétitifs et intenses, ainsi qu’une sensation de nez bouché. Ces signes peuvent être associés à de l'asthme et à une conjonctivite.

 

Les allergies aux moisissures se manifestent par une rhinite allergique avec un nez qui coule et piquant, une conjonctivite, de l'asthme et des éternuements. Avec l'augmentation du taux d'humidité dans les maisons, le nombre d'allergiques aux moisissures a été multiplié. 

 

D'autres types d'allergies sont fréquents en France : l'allergie aux acariens et l'allergie aux animaux domestiques.

Les médicaments antiallergiques

Chaque cas d'allergies bénéficie d'un traitement spécifique, adapté aux symptômes. Les mesures d'éviction sont la première chose à effectuer, afin d’éviter tout contact avec l'allergène et pour réduire l'apparition des symptômes.

 

En cas d'allergie, des traitements permettent de soulager les manifestations de la rhinite, de la conjonctivite, de l’eczéma... Parmi eux, les antihistaminiques luttent contre les actions de l'histamine, une substance inflammatoire sécrétée durant la réaction allergique. 

 

Des médicaments corticoïdes aux propriétés anti-inflammatoires sont employés dans le traitement de divers symptômes de l'allergie et de l'asthme. Ils sont disponibles sous forme de sirop, de comprimé, de spray ou d'injection.