» » » Quel est le taux de mortalité de la grippe ?

Quel est le taux de mortalité de la grippe ?


 

La grippe est une maladie infectieuse que l’on considère souvent comme anodine. Pourtant, jusqu’à ce jour, elle a déjà fait un nombre important de décès. Dans cet article, découvrez le taux de mortalité de la grippe, ainsi que la liste des catégories de personnes à risque.

 


 

grippe

Le nombre de mortalités de la grippe

Ces trois dernières années, le nombre de mortalités liées à la grippe est entre 8 100 à 1400 par an. C’est une estimation développée par la Santé publique France. La mortalité touche presque toutes les générations, mais les personnes âgées sont les plus concernées.

 

Il est important de noter que par an, le nombre de décès est très variable d’une saison à une autre. En effet, certaines épidémies de la grippe s’avèrent bien plus virulentes que d’autres. Cela est dû au changement et à l’évolution des souches virales en circulation. La durée d’une épidémie peut aussi avoir un impact très important sur la mortalité. Lors de la saison grippale en 2015 par exemple, le nombre de décès est estimé à 18 300. Pourtant, quelques saisons avant cela, aucune mortalité excessive n’a été relatée.

 

Par rapport à ces nombres évoqués, beaucoup remarquent que la grippe est rarement mentionnée en tant qu’origine de décès, notamment dans les certificats. Cela s’explique par le fait que la grippe n’en est jamais la cause directe. Les virus profitent tout simplement de l’état précaire du patient pour le surinfecter. Ce sont donc ces infections qui tuent. Dans certains cas, la personne victime décède à cause de la réaction excessive de l’organisme lorsqu’il a combattu les virus. D’ailleurs, une fièvre trop élevée et le surencombrement des poumons et de la voie respiratoire peuvent également entrainer des conséquences dramatiques.

 

Les complications de la grippe complication de la grippe

Par complication, on entend les conditions qui peuvent exposer le malade à des risques de mortalité par la grippe. Lorsque cette pathologie s’empire, des signes plus graves que les symptômes habituels vont apparaitre.

 

Les symptômes de la grippe se manifestent généralement entre 24 à 48 heures après la contamination. Le virus a besoin de cette période pour s’incuber. Les premiers signes d’une grippe sont :

Si les manifestations se limitent à celles citées ci-dessus, la maladie est encore classée comme bénigne et peut se soigner sans difficulté. En revanche, si des complications comme celles mentionnées ci-après surgissent, des soins urgents s’imposent :

  • Une déshydratation se manifestant par des plis cutanés ou la sècheresse de la bouche
  • Des troubles de la conscience
  • Un état léthargique (un sommeil très profond)
  • Des difficultés respiratoires
  • Des vomissements sévères.

Il est à savoir que même une grippe mortelle commence toujours par des symptômes ordinaires. Ces derniers durent environ une dizaine de jours avant de se compliquer, contre 7 jours pour une grippe habituelle.

 

Qui sont les personnes à risque ?

Il existe certaines catégories de personnes qui ont de risques plus élevés de présenter des complications de la grippe. Les femmes enceintes en sont les premières concernées, et ce, durant tous leurs mois de grossesse. À part les femmes enceintes, les nourrissons et les bébés de moins de 6 mois et surtout les prématurés sont aussi exposés à des risques de complication. Il y a également les personnes âgées de plus de 75 ans ayant un organisme généralement fragile. Enfin, les sujets atteints de diverses maladies chroniques sont aussi considérés comme vulnérables.

 

femme enceinte

 

Voici une liste non exhaustive des maladies qui placent les patients dans une condition de vulnérabilité lors de la grippe.

 

Les maladies respiratoires :

  • L’asthme
  • la bronchite chronique
  • Les insuffisances respiratoires chroniques obstructives ou restrictives, quelle que soit la cause : des malformations dans le système respiratoire ou des maladies neuromusculaires
  • Les maladies respiratoires chroniques pouvant s’aggraver par une affection grippale
  • Les dysplasies bronchopulmonaires
  • La mucoviscidose.

Les maladies cardio-vasculaires :

  • Les insuffisances cardiaques graves
  • Les cardiopathies congénitales cyanogènes suivis d’une insuffisance cardiaque
  • Les valvulopathies graves (une maladie de la valvule cardiaque)
  • Les antécédents d’accident vasculaire cérébral
  • Les maladies coronaires.

Les affections neurologiques et musculaires

  • La myopathie
  • La poliomyélite
  • La myasthénie
  • La maladie de Charcot
  • Les paraplégies et tétraplégies avec une atteinte du diaphragme.

Les maladies rénales et hépatiques

  • Les néphropathies chroniques
  • Le syndrome néphrotique.

Les maladies ou interventions entrainant des déficits immunitaires :

  • Pathologies oncologiques et hématologiques
  • Transplantation d’organe
  • Déficit immunitaire héréditaire
  • Maladie inflammatoire traitée avec un médicament immunosuppresseur (un médicament qui affaiblit le système immunitaire).

Les autres maladies :

  • Les diabètes de type 1 et 2
  • La drépanocytose
  • Les maladies hépatiques.

Soigner et prévenir la grippe

Pour les personnes en bonne santé, la prévention de la grippe peut se faire en prenant des aliments spécifiques tels que les fruits et les légumes. À part cela, lors des pandémies grippales, il est important de respecter certains gestes sanitaires pour éviter les contaminations. Pour ce faire il ne faut pas avoir de contacts rapprochés avec les individus malades, se laver les mains régulièrement, désinfecter les objets récemment touchés par un sujet atteint de grippe, etc.

 

Ces gestes sont aussi utiles chez les personnes à risque, mais ils ne suffisent pas. Ainsi, le vaccin contre la grippe leur est très recommandé. À condition que la vaccination se fasse chaque année, ces individus pourront faire face aux saisons grippales.

 

vaccin contre la grippe

 

Comment soigner la grippe ? Le soin peut s’effectuer de manière simple du moment que les symptômes ne sont pas encore classés comme compliqués.

 

L’organisme peut se charger de combattre les virus si le malade se repose suffisamment et boit beaucoup d’eau. En cas de fièvre, il est toutefois recommandé de prendre un antipyrétique pour faire baisser la température. D’autres médicaments peuvent aussi s’avérer nécessaires pour les soins des nez bouchés et de la toux. Il est toutefois conseillé de consulter un médecin, car l’automédication peut comporter des risques. D’ailleurs, la posologie et le type de médicament à prendre sont variables lorsque le malade s’agit d’un enfant.

 

En cas de complication, une consultation immédiate est recommandée. Le traitement doit être prescrit par un docteur et si le malade est une personne considérée comme vulnérable, une surveillance médicale est recommandée.

 

En savoir plus sur l'épidémie de grippe : 

Qu'est ce que la grippe espagnole ? 

Comment agit le virus de la grippe ? 

Quel est le taux de mortalité de la grippe ? 

Comment agit le virus de la grippe saisonnière ? 

Qu'est-ce que la grippe aviaire ? 

Qu'est-ce que la grippe H1NI ? 

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.