» » » Comment agit le virus de la grippe ?

Comment agit le virus de la grippe ?


 

La grippe est une maladie virale infectieuse très fréquente. Elle apparait dans la plupart des pays pendant l’automne et en hiver. C’est une affection bénigne, mais hautement contagieuse des voies respiratoires qui se transmet par la salive et les sécrétions nasales. Au niveau mondial, l’épidémie saisonnière de grippe affecte environ 3 à 5 millions de personnes. Chaque année, le chiffre affiche jusqu’à 500 000 décès dans le monde. Dans certains pays, cette maladie constitue une véritable menace pour la santé d’une population entière. En raison de cette donnée inquiétante, ce guide s’intéresse particulièrement sur le mécanisme d’action des virus de la grippe. Ces informations s’avèrent indispensables pour mettre en place une prise en charge très efficace des personnes affectées et aussi endiguer la prolifération du virus. Elles permettent aussi de répondre facilement à comment soigner la grippe.

 


 

virus de la grippe

L’agent pathogène de la grippe

De manière générale, la grippe est d’origine virale. Le Myxovirus influenzae est l’agent pathogène responsable de cette maladie respiratoire. Appartenant à la famille des Orthomyxoviridae, il est constitué d’un ARN très simple doté de brin négatif segmenté à 8 branches. Ce virus présente 3 genres dont l’influenza A, B et C. La souche B contamine seulement l’être humain, notamment la voie respiratoire alors que la souche A circule un peu partout et se localise généralement chez les oiseaux aquatiques. Cette dernière souche mute facilement et peut se transmettre directement d’un oiseau à un être humain. Elle peut donc devenir un agent pathogène d’une grippe chez l’homme. On en distingue les sous-types H1N1, H2N2 et H3N2.

 

Concernant la souche C, sa particularité repose sur ses symptômes qui sont presque identiques à ceux du rhume. C’est en raison de cela que la grippe est souvent réduite à la catégorie de cette dernière ou même au coup de froid. Comme ses effets sont souvent bénins, cette souche est donc moins virulente que les deux autres et elle ne déclenche pas une épidémie de grippe.

 

Dans les régions tempérées, la grippe occasionnée par ces deux virus influenza provoque très souvent une épidémie saisonnière très importante dans les régions tempérées.

 

Mécanisme d’action du virus influenza

Chez l’être humain, le virus influenza cible en général les cellules épithéliales ciliées de l’arbre respiratoire. Il s’y multiplie rapidement et se déplace de poche en poche depuis le rhinopharynx jusqu’aux voies respiratoires inférieures. Il s’y fixe avec facilité grâce à ses récepteurs hémagglutinines, des substances qui se lient à l’acide sialique de la membrane cellulaire. La durée d’incubation pour ce virus est très courte puisqu’elle dure seulement 2 jours. Après cela, son évolution est spontanée et dépend de la défense immunitaire de l’individu. Pour certaines personnes, elle peut aller jusqu’à plus de 1 semaine. Dans certains cas, il existe le risque d’une asthénie post grippal dont l’évolution perdure jusqu’à plusieurs semaines. Heureusement, le système immunitaire élimine rapidement le virus au bout de 7 à 10 jours. Après 4 semaines de la contagion, l’épithélium respiratoire se régénère complètement. Quant à la fièvre, son effet descend après 3 jours.

 

Leurs actions induisent ainsi la nécrose des cellules affectées ainsi que celles du mucus. Cela occasionne à l’intérieur de l’organisme des surinfections bactériennes puisque l’organisme agit sur ce mécanisme en répondant une forte inflammation, d’où l’apparition des symptômes brutaux et virulents. L’affrontement provoque donc une forte fièvre entre 39 à 40°, des frissons, des céphalées, des myalgies et d’autres signes respiratoires comme la rhinorrhée, la pharyngite, la toux ou la dyspnée. En cas de complication, la grippe favorise une pneumonie virale ou bactérienne ainsi qu’une décompensation des maladies sous-jacentes. Chez les patients les plus vulnérables, ces complications pourraient comporter un risque fatal pour la santé.

 

La grippe se transmet par voie orale. Le virus se trouve en effet dans les gouttelettes d’eau qu’un patient malade expulse sous forme d’aérosols lors de la respiration, de l’éternuement, de la toux ou de l’écoulement nasal. La personne en bonne santé respire ces particules et devient plus tard sujette de cette maladie.

 

Les effets de la grippe sur l’organisme 

De manière globale, les premiers symptômes de la grippe se font ressentir juste après la période d’incubation. À ce stade, la personne affectée présente une asthénie, des maux de tête, des frissons, des douleurs musculaires ou articulaires et des fièvres intenses. Selon la capacité de protection de la défense immunitaire, ces symptômes pourraient être accompagnés d’une congestion nasale, d’une pharyngite ou d’une toux. 

 

grippe

 

Profitant d’un facteur favorable à sa prolifération, la grippe pourrait provoquer des complications. Dans ce cadre, les cas les plus fréquents sont d’ordre respiratoire, mais il existe également d’autres symptômes de la grippe. Pour les cas compliqués, la grippe favorise donc des surinfections bactériennes. Celles-ci se manifestent généralement après 2 à 3 jours de contamination. Elles attaquent le système respiratoire des gros fumeurs, des personnes âgées ainsi que les enfants présentant une otite.

 

Elle engage pour cela des bactéries comme les streptococcus pneumoniae, le straphylococcus aureus ou l’haemophilus influenzae. La pneumonie virale fait également partie des cas de complication de la grippe. Cette affection est souvent pointée de doigt comme le responsable d’une insuffisance respiratoire aiguë chez le patient vulnérable aux effets du virus influenza. Lorsqu’elle survient, la personne n’arrive pas à respirer et a besoin d’une assistance ventilatoire. Ces complications apparaissent en majorité chez les personnes âgées plus de 45 ans développant une pathologie chronique d’ordre cardiaque ou respiratoire. Elles peuvent aussi atteindre les nourrissons, les femmes enceintes et les gens en situation d’obésité avec un IMC supérieur à 40. En ce qui concerne la complication extrarespiratoire, la maladie est souvent accompagnée d’une décompensation de pathologies sous-jacentes. Chez un nourrisson ou un enfant en bas âge, cette dernière se conduit donc à des convulsions hyperthermiques.

 

En savoir plus sur l'épidémie de grippe : 

Qu'est ce que la grippe espagnole ? 

Comment agit le virus de la grippe ? 

Quel est le taux de mortalité de la grippe ? 

Comment agit le virus de la grippe saisonnière ? 

Qu'est-ce que la grippe aviaire ? 

Qu'est-ce que la grippe H1NI ? 

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.