» » Comment soigner l'entorse à la cheville ?

Comment soigner l'entorse à la cheville ?

lundi 27 septembre 2021

 

Une entorse est une blessure que l’on observe au niveau des membres inférieurs, lorsque la cheville se tord dans une position inappropriée. Elle se produit généralement après un faux mouvement ou une course, mais peut aussi survenir quand vous marchez paisiblement. Ce problème est susceptible de conduire à une déchirure ou une élongation. Les tissus qui servent au bon maintien de l’os de la cheville se rompent. L’entorse de la cheville se caractérise par des maux intenses et un gonflement. L’amplitude de mouvement du patient est alors réduite. Elle peut être traitée à la maison grâce à l’application de froid, associée à la prise de médicaments tels que les analgésiques. Cependant, les entorses graves nécessitent un examen médical.

 


 

entorse cheville

 

Comment définir l’entorse cheville ?

L’entorse de la cheville est un traumatisme qui atteint jusqu’à 6000 personnes par an. La majorité des entorses se produisent généralement en inversion. Pour l’expliquer simplement, le pied se tord vers l’intérieur, ce qui impacte négativement les ligaments externes ou ligaments latéraux.

 

L’entorse est une lésion qui touche plusieurs ligaments autour de l’articulation. Elle varie d’un étirement bénin (entorse légère) à la rupture totale du ligament. On dit alors qu’il s’agit d’une entorse grave. La foulure ou entorse bénigne ne nécessite pas beaucoup de soins. Il n’y a pas de problème de déplacement d’articulation. Toutefois, si le cas se présente, il s’agit d’une luxation.

 

Comment se faire une entorse à la cheville ?

Tout le monde peut se faire une entorse au niveau de la cheville. Cela va du faux pas à la réception brutale, à la suite d’un saut. Dans ce cas, le pied tend à partir brutalement vers le bas, ce qui se ressent au niveau du ligament externe.

 

On peut se faire une entorse dans une rue inconnue ou sur un chemin auquel on est habitué à cause d’un obstacle sur le sol. Il peut s’agir d’un caillou, ou d’une pomme de pin, entre autres. La cheville tourne. Vous êtes en proie à une souffrance aussi vive qu’intense, pendant un petit moment.

 

Quels sont les signes de l’entorse de cheville ? entorse à la cheville

L’intensité de la douleur varie. Parfois, elle est à peine perceptible. En effet, elle n’est pas forcément proportionnelle à la gravité de la blessure. Dans la plupart des cas, les maux causés par une entorse sont importants. Si le sujet entend un craquement, il peut y avoir une rupture des ligaments. Quelques heures après l’incident, la douleur s’intensifie lorsque les muscles de la cheville refroidissent. Elle peut même être plus intense que jamais. Elle s’accompagne d’un œdème. Une ecchymose est également susceptible d’apparaître sur la partie externe du pied et de la cheville. Elle se déplace peu à peu vers les orteils. Dans certains cas, le patient ne parvient plus à s’appuyer sur son pied. Il a donc besoin d’être soutenu pour se rendre aux urgences.

 

Suspicion d’entorse : comment réagir ?

Si vous constatez un traumatisme au niveau de la cheville, il vaut mieux consulter un médecin qui pourra décider des examens nécessaires, tels qu’une radiographie. Il saura lever les doutes sur la cause du traumatisme. Il ne faut en aucun cas négliger une fracture du pied ou de la cheville. En effet, cela peut se traduire par un arrachement du ligament. Quoi qu’il en soit, les soins s’avèrent indispensables.

 

Quelles réactions face à un problème d’entorse de cheville ?

Pour guérir, le patient devra supprimer la tension dans le ligament atteint. Il ne doit y avoir aucune tension palpable lorsque le sujet marche ou qu’il effectue des extensions et des flexions de la cheville. Dans cette optique, le thérapeute peut lui recommander le port d’une attelle. Cette dernière se place dans la chaussure pour vous permettre de marcher en vous appuyant sur le pied. Cette mesure permet de neutraliser les gestes de latéralité. Il est possible de retirer cette attelle lorsque le patient s’assoit ou lorsqu’il se couche. Certains cliniciens recommandent le bandage élastique par strapping. Il a une fonction similaire à l’attelle, mais n’est pas vraiment commode.

 

Pour aider le malade à se sentir mieux, son médecin traitant peut lui prescrire différents dispositifs médicaux comme la compression anti-œdème, les antalgiques et les anti-inflammatoires. S’il s’agit d’une entorse grave et qu’elle s’accompagne d’un arrachement des ligaments, le port d’un plâtre pendant 3 semaines peut compléter le port d’attelle durant 3 semaines.

 

Quid de la rééducation ?

La rééducation après une entorse à la cheville a 3 objectifs. Elle permet de limiter les douleurs causées par l’œdème lorsque la blessure est à un stade précoce. Pour ce faire, le sujet recourt à la physiothérapie. Elle permet aussi de contrer la raideur de la cheville via la mobilisation en extension et en flexion. Enfin, cela permet d’optimiser les réflexes et d’éviter les problèmes d’instabilité qui peuvent parfois entraîner des récidives. Même si la rééducation n’est pas systématique, elle est indispensable d’après certains médecins.

 

Guérison de l’entorse : quelques recommandations ?

anti-inflammatoire

 

Suite à une entorse, il est capital de faire attention aux chaussures que vous portez. Par exemple, les femmes doivent éviter les modèles à talons hauts ou à plateforme, car ils favorisent les déséquilibres. Lorsque l’assise au sol manque de stabilité, le pied ne se tient pas correctement. Il vaut mieux privilégier les sandales plates jusqu’à ce que la blessure guérisse complètement.

 

Ensuite, il convient de rester prudent lorsque vous marchez ou que vous courrez. Gardez à l’esprit que le port d’une chevillère ne suffit pas. Cette dernière est à peine plus solide qu’une chaussette.

 

Entorse à la cheville : un besoin de se faire opérer ?

Même en cas de forme grave, l’entorse de cheville ne nécessite pas systématiquement une opération. C’est ce qui différencie cette blessure de la fracture. La chirurgie porte plus sur l’instabilité de la cheville qui est une cause de la récidive des entorses. Il faut noter que ces dernières peuvent empêcher la pratique de divers sports et les loisirs habituels.

 

Toutefois, si l’entorse est considérée comme grave, le patient doit envisager une chirurgie. C’est notamment le cas, chez les grands sportifs. Il est nécessaire de renforcer les ligaments en usant d’une enveloppe articulaire ou des tendons voisins.

 

L’entorse donne-t-elle lieu à la précipitation ?

L’entorse est accompagnée de symptômes simples dont la douleur localisée à l’extérieur de la cheville. À cela s’ajoute un œdème, ou gonflement, qui rend toujours la marche plus ardue. De nombreuses personnes se précipitent aux urgences à cause d’une entorse. Elles pensent immédiatement à passer une radio.

 

Cependant, une entorse à la cheville ne relève pas d’une urgence. Le seul risque associé à ce type de traumatisme est une fracture. Si le ligament est touché, il tend à tirer sur les os et peut arracher un bout d’os. Toutefois, le problème ne se produit pas systématiquement.

 

Le clinicien examinera la cheville et tirera les conclusions correspondantes. Pour cela, il va palper manuellement la partie douloureuse. Il posera ensuite quelques questions au patient pour connaître les symptômes qu’il ressent. L’examen physique et l’entretien lui permettront de poser son diagnostic.

 

Les règles d’Ottawa permettent d’affirmer si le patient a besoin d’une radiographie ou non. Le médecin vous orientera vers les urgences si nécessaire. Ces règles se basent sur des études épidémiologiques et tiennent compte de certains critères précis. Elles affirment que la radiographie n’est indispensable que si le sujet est âgé de moins de 18 ans ou de plus de 55 ans. Si le patient n’arrive pas à faire plus de 4 pas après l’entorse, il est plus prudent de passer une radio. Il en est de même si le sujet éprouve des douleurs atroces lors de la palpation du pied.

 

Que faire en cas d’entorse à la cheville ? 

Selon les médecins, il est nécessaire de se conformer au protocole RICE. Celui-ci est basé sur quatre points importants, qui sont :

  • Repos : Le patient se verra offrir des béquilles ou une canne anglaise pour soulager la cheville touchée pendant la marche. Cela lui permettra de se déplacer sans risque jusqu’à la guérison.
  • Glace: Cela consiste à appliquer de la glace localement. En effet, la glace a le mérite de réduire les maux occasionnés par l’œdème. Il faut le faire le plus tôt possible. La glace s’applique sur le pied endoloris pendant une dizaine de minutes. Vous pouvez répéter le soin 4 fois dans la même journée. Continuez ainsi, tant que le pied reste gonflé. Ceux qui ne disposent pas de glace peuvent opter pour les packs réfrigérants, disponibles en pharmacie.
  • Compression : Elle se fait localement et à l’aide d’attelles ou de bandages élastiques. Elle a pour but de maintenir la cheville le temps de la cicatrisation.
  • Élévation : Le patient est convié à garder la jambe en l’air aussi longtemps que faire se peut.

À quel moment consulter un médecin ?

consultation médecin

 

D’après les spécialistes, il est important de consulter après une entorse pour évaluer les dégâts, quels que soient les signes constatés. En général, les gens ne se rendent chez un médecin que lorsqu’il y a un œdème majeur ou parce que l’articulation a été déplacée.

 

Si vous n’êtes pas allé chez le médecin après une entorse, il convient de consulter dans les trois jours qui suivent le début d’un traitement. Il réévaluera l’état de votre cheville pour attester de la gravité de l’entorse. Parfois, le patient doit prendre rendez-vous chez un kinésithérapeute.

 

Quels médicaments en cas d’entorse ?

Pour soigner rapidement une entorse à la cheville, il est conseillé de prendre des analgésiques tels que l’acétaminophène. Ces médications aident à réduire rapidement la douleur. Vous pouvez également prendre des anti-inflammatoires. L’ibuprofène peut être d’un grand secours en cas d’entorse de la cheville. Il est prescrit principalement lors de la phase aiguë de la douleur. Toutefois, la prise ne doit pas s’étendre au-delà de 3 jours. La prise de ce médicament est souvent accompagnée par l’application de glace sur la zone enflée. Cela aide à atténuer la douleur intense ressentie au niveau des pieds. Toutefois, rien ne prouve que ces médicaments puissent accélérer la guérison. D’ailleurs, la réaction inflammatoire intervient dans le processus de la réparation des tissus.

 

Les individus qui prennent des anti-inflammatoires doivent prendre garde aux éventuels effets désagréables sur l’estomac. En effet, le patient peut présenter une hémorragie digestive ou encore un ulcère. Il est donc essentiel de s’en tenir à la dose indiquée.

 

Pour compléter les médicaments, il est capital d’immobiliser la cheville. En effet, les articulations peuvent s’ankyloser rapidement s’ils ne sont pas soutenus correctement. Il convient ainsi de porter une chevillère pour ne pas aggraver la lésion. D’ailleurs, cet équipement permet de résorber rapidement l’enflure qui est observée au niveau de la cheville.

 

Différencier une entorse d’une foulure

Après un choc, un faux mouvement ou une chute, la cheville peut être mise à mal. Toutefois, on ne sait pas forcément s’il s’agit d’une foulure ou d’une entorse. Aussi, comment faire la différence entre ces deux types de traumatisme ?

 

L’entorse se définit comme une lésion au niveau des ligaments. Elle a lieu lorsque ces derniers sont soumis à une tension excessive et subite. La foulure est une entorse bénigne. C’est une distension qui ne s’accompagne d’aucune déchirure et d’aucun arrachement de ligament. Pour sa part, la luxation est un problème plus grave qui touche les articulations. Dans ce cas, l’os sort de sa cavité.

 

La foulure, un traumatisme relativement identique à l’entorse : 

 

L’entorse se définit comme un étirement anormal des ligaments. Il peut s’agir d’une entorse sans complication, c’est-à-dire d’un simple étirement. Dans certains cas, le problème est grave et cause la rupture totale des ligaments. La foulure est assez identique à l’entorse. Il faut savoir que les cliniciens utilisent ce terme de moins en moins. La luxation évoque, quant à elle, la perte des rapports avec l’articulation. Lorsque le sujet ne parvient pas à marcher après son entorse, il y a lieu de s’inquiéter. Dans les cas d’entorse, la douleur varie. Son intensité dépend toujours de l’ampleur du traumatisme. La douleur est généralement supportable au moment du choc et le devient de moins en moins à mesure que la cheville refroidit. Parallèlement, une ecchymose apparaît progressivement sur la partie externe de la cheville.

 

Les gestes à adopter immédiatement après une entorse

Lorsqu’on se fait une entorse, le premier réflexe à avoir est d’appliquer de la glace sur la zone douloureuse. Il faut donc essayer de soulager la partie lésée en tentant de resserrer les vaisseaux sanguins. Pour ce faire, il convient de poser une serviette froide sur la partie atteinte pendant 10 à 15 minutes. Si aucun changement ne se fait remarquer et que la douleur reste intense après 48 heures, il est préférable d’aller consulter un médecin.

 

Différence entre fracture et entorse

Le plus simple est de se référer à leurs définitions respectives pour mieux définir la différence. Ainsi, l’entorse de la cheville est une lésion qui touche les ligaments de la cheville. Elle survient lorsque la personne fait un mouvement brusque, d’une amplitude assez excessive. La cheville se met à enfler et devient douloureuse en cas d’entorse. Il est toujours possible de bouger la cheville, même si les mouvements sont restreints et peuvent être gênants, voire douloureux. Ce n’est pas le cas lorsqu’il s’agit d’une entorse grave. Le traitement va du simple bandage à la pose d’une attelle. Parfois, le médecin préconise du repos et la prise d’anti-inflammatoires à son patient. L’intervention chirurgicale est rarement nécessaire.

 

En ce qui concerne la fracture, elle touche les os du pied. Il faut savoir que ce membre compte 26 os au total. Chacun d’eux peut présenter une fracture plus ou moins grave, après une chute ou un choc. Les fractures provoquent des douleurs lancinantes au niveau des pieds. Celles-ci sont aggravées par la marche. Comme pour une entorse, le pied se met à enfler. Toutefois, il y a un risque qu’il se déforme si vous ne bénéficiez pas des soins appropriés. Dans tous les cas, il est courant de constater des ecchymoses sur le pied touché. Pour faire le diagnostic, il convient de passer par une radiographie. La fracture peut nécessiter un traitement orthopédique pour immobiliser complètement le pied dans un plâtre pendant plusieurs semaines. Lorsqu’il s’agit d’une fracture déplacée, le médecin peut recommander un traitement chirurgical. Le chirurgien commencera par remettre les os en place. Il les maintiendra à l’aide de broches ou de vis pour favoriser la consolidation des os.

 

Pourquoi le repos est-il capital en cas d’entorse ?

Après avoir consulté un médecin et passé des radios, vous recevrez un traitement adapté qui inclut souvent du repos pour favoriser la guérison. Cela consiste à limiter drastiquement les déplacements. Vous devrez marcher uniquement quand c’est absolument nécessaire. Dans ce cas, n’hésitez pas à utiliser des béquilles, même pour vous rendre à la douche. Il est conseillé de s’allonger plusieurs fois par jour, surtout lorsque le besoin se fait sentir. Lorsque vous reposerez votre cheville, il est préconisé d’ajouter un coussin sous la jambe pour la surélever d’une dizaine de centimètres. Cela facilite la circulation sanguine dans les membres et soulage les inflammations. Même si les bandages sont essentiels à la guérison, il faut éviter de serrer trop fort pour ne pas couper la circulation.

 

Quelques traitements naturels pour soigner une entorse

traitement naturelle pour soigner une entorse

 

Utilisez de l’argile verte pour réduire efficacement les douleurs occasionnées par une entorse de la cheville. Ce type d’argile est connu pour ses vertus anti-inflammatoires. Ce remède peut être utilisé en alternance avec l’application du froid. Il faut savoir que l’action du cataplasme à l’argile verte est bien plus longue que celle du froid. Alors comment devez-vous procéder ? Achetez une pâte d’argile verte en parapharmacie ou en pharmacie. Réalisez un cataplasme épais sur le pied qui présente une entorse. Entourez le cataplasme à l’aide d’un film alimentaire pour le maintenir en place. Il faut prendre garde à ne pas trop serrer pour éviter de couper la circulation. Ce cataplasme doit être gardé sur le pied pendant une heure avant d’être rincé. Il peut être renouvelé si la douleur réapparaît. Vous pouvez préparer la pâte d’argile verte vous-même en achetant de l’argile verte en poudre. Ajoutez de l’eau progressivement et mélangez jusqu’à l’obtention d’une pâte.


Il est aussi envisageable de réaliser un massage aux huiles essentielles. Il est possible de se servir de l’huile essentielle d’Immortelle ou hélichryse italienne. Elle est connue pour ses propriétés anti-inflammatoires. Elle aidera ainsi à résorber les œdèmes. Elle agit à la façon de l’arnica. Il est recommandé d’en garder dans la trousse à pharmacie, même si elle est parfois assez onéreuse.

 

Cette huile essentielle est encore plus efficace lorsqu’elle est utilisée en synergie avec une huile de gaulthérie. Celle-ci possède des effets antalgiques et anti-inflammatoires. L’huile essentielle de menthe poivrée peut également être employée pour booster les effets du massage.

 

Pour l’application, il suffit d’appliquer deux gouttes de cette huile essentielle que vous aurez préalablement diluée dans une huile végétale. Réalisez ensuite un massage léger sur la cheville tordue jusqu’à ce que le produit pénètre la peau. Pour cela, les roll-on d’huiles essentielles sont très pratiques.

 

Dans une étude menée en Allemagne, une pommade composée d’extrait de consoude a été prescrite à plus de 100 personnes souffrant d’un œdème. Après avoir utilisé cette pommade, ils ont vu la douleur diminuer et disparaître. En outre, cela entraîne une amélioration des flexions et autres mouvements de la cheville.

 

Par ailleurs, il est aussi recommandé de consommer de l’ananas qui contient de la bromelaine. Cette dernière décontracte les muscles et atténue la douleur. Il est donc conseillé de prendre de l’extrait d’ananas en cas d’entorse. Néanmoins, ce type de remède reste un soin d’appoint classique. Il est conseillé uniquement jusqu’à ce que vous alliez consulter un médecin.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 471
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164