» » » Infection urinaire

Infection urinaire

Une infection urinaire est générée par la présence de bactéries provenant du tube digestif (E. Coli dans 90% des cas) qui pénètrent dans l'urètre puis remontent dans la vessie et commencent à se multiplier, ce qui crée une inflammation (cystite). L'infection urinaire est très fréquente chez la femme. Une femme sur deux y sera confrontée au cours de sa vie, 20% d'entre elles feront une récidive. L'analyse des urines par bandelette urinaire permet de diagnostiquer une infection urinaire dans plus de 95% des cas : présence de leucocytes et de nitrites dans les urines. 

 

Les symptômes d'une infection urinaire sont les suivants : 

  • Douleurs ou brûlures au moment d'uriner
  • Fréquence de mictions anormalement élevée
  • Envie persistante d'uriner, pression dans le bas ventre
  • Urines troubles, qui dégagent une odeur désagréable
  • Absence de fièvre. 

Une consultation médicale sera nécessaire si l'infection urinaire concerne un enfant, une femme enceinte, une femme de plus de 65 ans ou un homme. Si l'infection urinaire provoque une fièvre supérieure à 38,5°C, des douleurs lombaires, des frissons, du sang dans les urines, il faudra également aller voir un médecin. Une récidive datant de moins de 3 mois, une infection urinaire à répétition (plus de 4 fois par ans) ou des symptômes persistants plus de 48 heures sont également des motifs de consultation. 

 

Si vous pensez avoir une infection urinaire, réalisez un test par bandelettes urinaires à domicile. Si le test est positif, cela signifie que c'est une infection urinaire qui nécessite une antibiothérapie. Si le test est négatif, cela signifie que c'est une gêne urinaire qui peut être traitée à l'officine. 


Il est possible de soigner une cystite en prenant par exemple un complément alimentaire de Cranberry. En règle générale, 2 prises par jour sont nécessaire pendant 10 jours. C'est par exemple le cas de Cys-control ou de Cystirégul. 


Il sera conseiller de prévenir les récidive chez les personnes sujettes aux infections urinaires et chez lesquelles aucune anomalie n'a été constatée après un examen médical. On pourra alors conseillé du Cranberry pendant 30 jours, et un savon à pH physiologique pour la toilette intime comme Hydralin Apaisa ou Saugella dermoliquide. 


La saviez vous ? Pour éviter les infections urinaires, il est conseillé de boire minimum 1,5 L d'eau par jour. Uriner régulièrement, ne pas se retenir. Uriner et prendre une douche après les rapports sexuels. S'essuyer d'avant en arrière après être allé à la selle, au besoin faire une toilette intime après être allé à la selle. Dans ce cas, l'usage de lingettes est très pratique. 

 

Découvrir également contre l'infection urinaire

Médicament pour soulager la cystite

Médicament pour soulager l'infection urinaire

Homéopathie pour soulager la cystite

Traitement contre l'infection urinaire efficace

Cys control : traitement à base de plante pour soigner l'infection urinaire

Tisane de thym : anbacterien puissant contre l'infection urinaire

Infusion de thym : remède naturel pour soulager la cystite

Traitement pour soulager l'infection urinaire

Nombre de produits : 6
Nos marques - Infection urinaire

L’infection urinaire peut affecter nombreux organes du système urinaire. Les femmes sont les plus concernées par cette maladie en raison de leur anatomie. Souvent, cette pathologie se manifeste par une envie fréquente d’uriner et des sensations de brûlures durant les mictions.

Qu'est-ce qu'une infection urinaire ?

Une infection urinaire est une infection sévère ou chronique de l’un des organes de l’appareil urinaire comme le rein, la vessie, l’urètre ou la prostate.

 

À cause de l’anatomie, cette pathologie touche surtout les femmes. Cela est dû au fait que leur conduit urinaire se trouve à proximité de l’anus où logent en permanence des bactéries. Ces microbes peuvent parcourir l’urètre pour rejoindre la vessie et se répandre dans l’urine.

 

Une mauvaise hygiène peut entraîner chez la gente féminine des infections urinaires.

 

Pour le cas des hommes, l’infection est moins fréquente étant donné qu’une certaine distance sépare l’anus du canal urinaire.

 

Chez l’homme, l’urètre mesure en moyenne 16 centimètres de long, tandis que chez la femme, la longueur est de 2 centimètres.

L’infection urinaire survient chez l’homme lorsqu’une anomalie affecte les voies urinaires. C’est le cas de la présence d’un adénome de la prostate causant la congestion des urines à l’intérieur de la vessie.

Quelles sont les causes de l'infection urinaire ?

Les germes responsables de l’infection urinaire sont de la famille des bactéries d’origine digestive ou entérobactéries dont l’escherichia coli cause des 80 % des cas, le proteus mirabilis origine des calculs, l’entérobacter, le citrobacter, etc.

Ces bactéries se développent dans l’urine. Vous pouvez évacuer ces germes en buvant beaucoup d’eau.

 

L’infection urinaire chez la femme est généralement liée à un déficit d’eau. Mais il existe également d’autres causes en rapport avec l’hygiène. Les bactéries sont ramenées vers le conduit urinaire lorsque, après les selles, la femme s’essuie de l’arrière vers l’avant. Les germes pénètrent dans l’urètre pendant le rapport sexuel. Il est donc nécessaire d’uriner après le coït pour les évacuer.

 

La constipation constitue une autre cause de l’infection urinaire parce que l’arrêt prolongé des selles à l’intérieur du rectum présente un énorme risque de prolifération des bactéries. Rarement, l’infection urinaire peut être provoquée par une malformation de l’appareil gynécologique ou urinaire.

Les symptômes de l'infection urinaire

L’infection urinaire ne manifeste pas toujours de symptôme, surtout chez les sujets âgés. Souvent, elle se traduit par de la fièvre isolée. Sinon, les signes varient selon l’organe infecté.

 

Pour l’infection de la vessie ou cystite et de l’urètre ou urétrite, des brûlures peuvent se ressentir durant les mictions. Sinon, le patient souffre d’une envie très fréquente d’uriner. L’urine peut dégager une mauvaise odeur, être sale ou accompagnée de sang.

Dans le cas d’une infection au niveau des reins ou pyélonéphrite, des fièvres variant de 39°C à 40°C peuvent survenir, accompagnées de frissons et d’un affaiblissement de l’état général. Des douleurs lombaires peuvent également apparaître.

Les traitements des infections urinaires

Les infections urinaires sont traitées principalement avec des antibiotiques. Dans le cas d’une faible infection urinaire isolée non récidivante, dite cystite simple, le médecin peut prescrire l’un des traitements suivants : un antiseptique urinaire, des médicaments à base de pénicilline ou de quinolone, ou un traitement monodose.

 

Le traitement à l’antiseptique urinaire dure 10 jours. La prise des antibiotiques à base de pénicilline ou de quinolone est de trois jours. Pour le traitement monodose, comme son nom l’indique, il est destiné à une prise unique.

 

Dans le cas d’une infection urinaire sévère ou de prostatite aiguë, le médecin peut prescrire des antibiotiques pendant deux à trois semaines. Ces antibiotiques sont définis en fonction des résultats de l’antibiogramme.

 

Dans le cas de l’apparition d’une fièvre importante, d’un affaiblissement de l’état général, ou d’une éventuelle complication de l’infection urinaire telle que la septicémie ou l’abcès rénal, une hospitalisation s’impose pour un suivi médical. Souvent, au cours des deux ou des trois premiers jours, le médecin effectue des injections par intraveineuse d’une double antibiothérapie. Après ce délai, ce traitement est ensuite remplacé par des comprimés.

 

En cas de pyélonéphrite par obstacle, comme l’obstruction rénale à cause d’un calcul, un drainage est prescrit en urgence pour sauver le rein. Ceci est effectué généralement par voies naturelles.

 

Tous les deux jours après l’arrêt du traitement aux antibiotiques, un ECBU est réalisé afin de contrôler l’efficacité du traitement.

 

Le patient est invité à boire régulièrement une grande quantité d’eau, sauf en cas d’intervention de drainage ou d’obligation de rester à jeun. L’eau nettoie la vessie.

Comment diagnostiquer une infection urinaire ?

Il existe deux types d’examens pour diagnostiquer les cystites, dont la bandelette urinaire et l’ECBU.

 

L’infection urinaire peut être dépistée par l’utilisation de la bandelette urinaire que vous pouvez acheter en pharmacie. En seulement une minute, elle est à même de dévoiler la présence des polynucléaires neutrophiles et des nitrites.

 

Il est également possible de recourir à l’examen cytobactériologique des urines ou ECBU. Ce test permet de déterminer l’antibiogramme. Les résultats reposent sur les conditions de prélèvement.

 

Des analyses complémentaires peuvent s’avérer nécessaires, surtout en cas de crainte de septicémie. La septicémie désigne la prolifération de la bactérie dans le sang. Un prélèvement de sang est requis pour diagnostiquer la septicémie.

 

Dans le cas d’une suspicion de pyélonéphrite aiguë, la réalisation d’un bilan radiologique est obligatoire pour détecter le calcul. Il s’agit de la radio de l’abdomen, ainsi qu’une échographie des reins.

 

Dans le cadre d’une infection urinaire répétitive, un examen radiologique plus approfondi s’impose.

Les traitements préventifs contre les infections urinaires

Certes, plusieurs facteurs sont à l’origine des infections urinaires. Pourtant, cette maladie est très facile à éviter. Il suffit de respecter une bonne hygiène de vie. D’abord, il est conseillé de boire au moins un litre et demi d’eau par jour et de bien se détendre lors des mictions. Dès que l’envie d’uriner se présente, allez directement aux toilettes sans attendre. La rétention d’urine cause les cystites. Utilisez des produits antiseptiques durant les toilettes intimes.

 

Lavez-vous soigneusement après chaque défécation. Évitez les constipations. Lorsque vous vous essuyez avec des papiers hygiéniques, respectez le sens de l’avant vers l’arrière. Après les relations sexuelles, urinez directement. Évitez de porter des pantalons trop serrés. Ne mettez pas des sous-vêtements en fibres synthétiques. Ces tenues engendrent la transpiration et la prolifération des microbes.

 

Si, malgré ces préventions, vous contractez quand même une infection urinaire, consultez immédiatement un médecin pour recevoir les traitements adaptés.