Anti inflammatoire puissant

Spifen 200mg - 30 comprimés
Produit en stock
2.54 €
Advilmed 100mg - 30 comprimés enrobés
Produit en stock
2.67 €
Advilcaps 200mg - 16 capsules molles
Produit en stock
3.35 €
Advilcaps 400mg - 14 capsules molles
Produit en stock
4.87 €
Antarene 100mg comprimé - boîte de 40 comprimés
Victime de son succès
2.98 €
Nurofen 400mg - 12 comprimés enrobés
Produit en stock
4.36 €
Nurofentabs 200 mg - 12 comprimés orodispersibles
Victime de son succès
5.30 €

Les anti-inflammatoires figurent parmi les médicaments les plus utilisés au quotidien. Bien que l’inflammation soit une réaction naturelle de l’organisme lorsqu’il est confronté à une agression externe, la douleur qui l’accompagne est souvent gênante. C’est pourquoi les professionnels de la santé recommandent ce type de médicament pour atténuer la douleur. Toutefois, les anti-inflammatoires ne sont pas tous efficaces pour soulager les inflammations. Dans certains cas, il faut recourir à un anti-inflammatoire plus puissant ou à des corticoïdes. Ces derniers ont la capacité de combattre tous les symptômes liés à l’inflammation.

 

Qu’est-ce qu’un anti-inflammatoire puissant ?

En général, il existe deux catégories bien distinctes d’anti-inflammatoire : les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les anti-inflammatoires stéroïdiens. Ces derniers sont plus puissants et plus efficaces pour traiter les inflammations, comparés aux AINS.

 

Un anti-inflammatoire stéroïdien, appelé également corticoïde, est un médicament prescrit habituellement pour soulager les inflammations importantes. Il permet aussi de soulager les symptômes de certaines réactions allergiques. En général, l’organisme produit du cortisol naturellement grâce aux glandes surrénales. Toutefois, cette production est insuffisante en cas de grosse infection. À base de cortisol, les corticoïdes permettent de pallier ce manque. Ils possèdent les mêmes structures que le cortisol et peuvent, par conséquent, imiter leur effet. Les anti-inflammatoires stéroïdiens sont des médicaments très puissants. C’est pourquoi ils ne doivent en aucun cas être pris en automédication. Ils nécessitent obligatoirement une prescription médicale. Pour cela, vous pouvez vous adresser à un médecin généraliste. Dans cette catégorie de médicament, le prednisone, le prednisolone et le méthylprednisolone figurent parmi les plus puissants.

 

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) regroupent les médicaments qui réduisent ou suppriment les symptômes associés à une réaction inflammatoire. À l’inverse des corticoïdes, les AINS sont disponibles sans ordonnance. Ils ont 4 actions. Ils sont anti-inflammatoires, bien sûr, mais aussi antalgiques, antipyrétiques et antiagrégants plaquettaires. Grâce à ces propriétés, ils peuvent réduire l’intensité et la durée de l’inflammation. L’aspirine, le flurbiprofène ou l’ibuprofène sont les anti-inflammatoires non stéroïdiens les plus utilisés.

 

Quelles sont les différentes formes d’anti-inflammatoire puissant ?

Selon leur indication et la maladie ciblée, un anti-inflammatoire stéroïdien peut être utilisé par voie orale, cutanée, rectale ou intramusculaire.

Un anti-inflammatoire stéroïdien par voie orale peut être présenté sous forme de comprimés ou de gélules à prendre avec un verre d’eau. Certains comprimés sont effervescents et doivent être dissouts dans l’eau.

 

Les anti-inflammatoires par voie cutanée sont souvent utilisés pour le traitement local d’une inflammation. Ils sont proposés en pommade, en crème ou en gel. Ces médicaments s’appliquent directement sur la peau. Ils servent notamment à soigner les douleurs liées à une entorse, une contusion, une tendinite ou une arthrose.

 

Un anti-inflammatoire à usage rectal est disponible sous forme de suppositoire. Son effet est très rapide, puisque le médicament n’est pas métabolisé par le foie.

Les anti-inflammatoires par voie intramusculaire s’administrent par injection. Leur utilisation est réservée aux personnels soignants et seulement dans des cas urgents ou exceptionnels.

 

Dans quel cas utilise-t-on un anti-inflammatoire puissant ?

Très puissants, les anti-inflammatoires agissent principalement sur la lutte contre les inflammations. Toutefois, leurs autres propriétés leur confèrent la capacité d’intervenir pour traiter d’autres pathologies.

Grâce à leur action anti-inflammatoire, les corticoïdes sont souvent utilisés pour atténuer les inflammations importantes. Suite à une agression externe, l’organisme présente généralement 4 signes d’inflammation. Il laisse apparaître une rougeur, une chaleur, une tuméfaction et une douleur. Ces symptômes sont persistants et très intenses, surtout dans les cas de maladies chroniques telles que la polyarthrite rhumatoïde. Ces médicaments peuvent également être utilisés pour traiter les réactions allergiques qui entraînent des symptômes inflammatoires. Les anti-inflammatoires stéroïdiens ont aussi un effet immunosuppressif. Cette action permet de réduire la capacité du système immunitaire à défendre l’organisme contre les agents pathogènes et les agressions externes. Par extension, ces médicaments peuvent être prescrits aux personnes qui souffrent de maladies systémiques ou qui viennent de subir une greffe d’organe. Dans ce cas, ils servent à limiter les risques de rejet des molécules étrangères apportés par le nouvel organe. Pendant les traitements par chimiothérapie, les médecins les prescrivent pour pallier les effets des médicaments déjà engagés.

 

Quels sont les anti-inflammatoires les plus puissants ?

Un anti-inflammatoire puissant intègre des corticoïdes dans sa formule. Il faut savoir que les médicaments anti-inflammatoires se répartissent en 3 familles. Il existe notamment les corticoïdes en association comme le Celestamine® et Ciloxadex®. La famille des glucocorticoïdes non associés regroupe l’Altim®, le Betamethasone®, le Betnesol®, le Celestene®, le Cortancyl®, le Decadron®, le Dectancyl® et le Depo-Medrol®, entre autres. Dans cette catégorie, on retrouve également le Dexamethasone®, le Diprostene®, le Hexatrione® et l’Hydrocortancyl®. D’autres médicaments comme le Kenacort Retard®, le Medrol®, le Methylprednisolone®, le Neodex®, le Neofordex®, le Prednisolone®, le Solumedriol® et le Solupred® font aussi partis de cette famille de corticoïdes. Enfin, on distingue la famille des minéralocorticoïdes non associés comme l’Adixon®, le Florinef® et le Flucortac®.

 

Quels sont les effets secondaires et les contre-indications pour les anti-inflammatoires ?

Un anti-inflammatoire puissant peut causer des effets secondaires néfastes pour l’organisme. Toutefois, ces derniers n’apparaissent pas systématiquement. La plupart du temps, ils surviennent en cas d’utilisation à long terme ou de surdosage. Ils se manifestent différemment pour les 2 types d’anti-inflammatoire.

 

En général, les corticoïdes provoquent des réactions cutanées. Le patient peut ainsi présenter des vergetures, une sécheresse de la peau, des difficultés à cicatriser ou encore une prise de poids. Certaines personnes développent un gonflement des joues ou un problème de rétention d’eau. Pendant les traitements immunosuppressifs, ce médicament peut favoriser les infections, car il diminue l’efficacité du système immunitaire. Chez certaines personnes, l’utilisation d’anti-inflammatoires puissants peuvent entraîner des troubles digestifs comme l’ulcère, aggraver l’état diabétique ou augmenter l’hypertension artérielle. Sur le long terme, sa prise peut conduire jusqu’à l’apparition d’une cataracte ou à la fragilisation des os liée à l’ostéoporose. Afin de limiter ces effets indésirables, il est vivement conseillé d’éviter d’utiliser ce type de produit en automédication. Par ailleurs, il est impératif de bien respecter la prescription médicale concernant le délai du traitement et le dosage indiqué.

 

Découvrez également contre la douleur 

Les emplatres américains pour soulager la douleur

Les solutions pour soulager la douleur au pied

Liste des pommades anti-inflammatoires

Les médicaments anti-inflammatoires

Les anti inflammatoires non stéroidiens pour soulager la douleur

Liste des anti-inflammatoires puissants contre la douleur