» » Comment attrape t-on une méningite ?

Comment attrape t-on une méningite ?

mercredi 23 mars 2022

 

La méningite est une inflammation des méninges, qui forment l’enveloppe du cerveau. Il s’agit d’une infection bactérienne invasive à méningocoque. Le malade peut présenter des symptômes grippaux et un mal de gorge. Ensuite, les signes de la méningite comme des maux de tête, une incapacité ou une difficulté à bouger la tête correctement commencent à apparaître. On parle alors de raideur méningée, accompagnée de photophobie. Lorsque la bactérie méningocoque passe dans le sang, elle entraîne une septicémie qui cause un trouble de la coagulation. La septicémie est grave et peut être mortelle. Toutefois, elle n’apparaît pas systématiquement chez tous les malades. Tour d’horizon sur la méningite, ses manifestations, ses complications et les traitements appropriés.

 


 

mal à la tête

 

Qu’est-ce que la méningite ?

On appelle méningite, une inflammation des méninges qui sont des membranes enveloppant le cerveau et la moelle épinière. Le liquide céphalorachidien traverse ces membranes. Cette pathologie peut survenir à la suite d’une exposition à un produit chimique ou de l’usage de certains médicaments.

 

Une méningite dite virale est la forme bénigne de la maladie. Lorsqu’elle est d’origine bactérienne, le patient peut présenter des complications. En effet, la méningite bactérienne est mortelle pour certaines personnes, même si elles reçoivent un traitement. Après la guérison, il est possible que le sujet souffre d’un handicap grave comme une lésion cérébrale ou encore une surdité.

 

Cette pathologie requiert un diagnostic aussitôt que possible. Ce dernier est suivi d’un traitement rapide pour limiter le risque de complications ou de mortalité.

 

Qui sont les plus concernés par cette maladie ?

Il est possible de contracter la méningite à n’importe quel l’âge, quel que soit le sexe. Cependant, les enfants en bas âge (-2 ans), les adolescents, les jeunes adultes (entre 18 et 24 ans) et les personnes âgées, sont les plus touchés par cette pathologie. Les seniors sont exposés au risque de développer la maladie, en raison de leur système immunitaire faible.

 

Les alcooliques sont aussi susceptibles d’attraper une méningite. Les sujets atteints de diabète, cancer et de VIH-SIDA sont aussi vulnérables face à cette maladie. Il en est de même pour les personnes qui suivent un traitement qui peut affaiblir le système immunitaire.

 

La méningite à méningocoque, une maladie contagieuse

La méningite est une maladie contagieuse qui se transmet facilement. La vie communautaire ainsi que les espaces confinés favorisent considérablement la transmission de cette affection, qu’elle soit d’origine bactérienne ou virale.

 

Le mode de contamination se fait par contact direct ou indirect. Par exemple, on peut attraper la méningite après avoir touché un objet qui a été utilisé par un sujet malade ayant touché son nez, sa bouche ou ses yeux. Le fait de partager les mêmes assiettes, serviettes ou vêtements avec un patient expose à un risque élevé de contamination. Le germe en cause de la pathologie peut aussi se transmettre par des contacts intimes comme les baisers. Le mucus nasal, la salive et les expectorations contaminés sont des vecteurs de contamination de la méningite.

 

Les principales causes de la méningite

La méningite peut avoir plusieurs causes. Elle peut provenir d’une bactérie, d’un virus ou encore d’un champignon. Le virus est l’agent infectieux le plus répandu. Il représente environ 70 % des cas recensés. La méningite virale est une maladie bénigne, à caractère saisonnier. En effet, elle ne laisse pas systématiquement des séquelles après la guérison. Les entérovirus (virus Coxsackie, échovirus) sont les principaux responsables de cette maladie. L’herpès et la grippe sont susceptibles d’entraîner une méningite virale plus grave. Sachez aussi que la mononucléose infectieuse et le virus de la varicelle peuvent provoquer la méningite virale.

 

méningite

 

La méningite bactérienne est moins fréquente, mais présente un risque de complication importante : elle peut mettre la vie du malade en danger. Le pneumocoque et le méningocoque sont les principales bactéries en cause. Le Streptococcus pneumonia (pneumocoque) se développe dans la gorge ou dans le nez. Dans ce cas, la méningite peut ne pas présenter de symptômes. Le méningocoque est une bactérie qui se loge dans le nez ou dans la bouche. Il est à l’origine de la septicémie chez certaines personnes.

 

En France, 10 % des cas de méningite sont dus à des bactéries appelées streptocoques du groupe B. Les femmes peuvent héberger ces bactéries sur leurs parois vaginales, sans présenter forcément des symptômes externes. Les nouveau-nés peuvent attraper une méningite au moment de l’accouchement. C’est pourquoi on recommande aux femmes enceintes de 9 mois de subir un prélèvement vaginal pour rechercher l’éventuelle présence de cette bactérie du groupe B. La listéria figure aussi dans la liste des bactéries qui peuvent induire une méningite bactérienne. Elle représente 5 % des cas. Le vaccin anti-hémophilie a permis de réduire les cas de méningite causés par ce germe.

 

Dans les cas les plus rares, un champignon ou un parasite peuvent être à l’origine de la survenue de la méningite.

 

Facteurs de risque de la méningite

La méningite est multifactorielle. Elle se transmet notamment par contact intime avec une personne infectée. La bactérie se transmet via la salive, par exemple. Un échange de baiser, le fait de partager les mêmes effets ou encore certains cosmétiques comme le rouge à lèvres peuvent favoriser sa transmission.

 

Séjourner dans un pays où la maladie est très répandue augmente le risque d’attraper la méningite. On observe des épidémies de cette maladie en Afrique subsaharienne, dans la région appelée « ceinture de la méningite africaine ». Si vous envisagez de partir dans cette région semi-désertique, évitez les endroits enfermés et l’usage des transports communs.

 

Le tabagisme accroit le risque d’attraper la méningite à méningocoque. Une exposition répétée aux fumées favorise aussi l’infection. D’après certaines études, les enfants sont les plus sensibles aux méfaits de la fumée de la cigarette.

 

Les infections de la sphère de l’ORL comme la sinusite, le mal de gorge et l’otite se présentent aussi comme des facteurs déclenchants de cette maladie. Il faut donc les soigner correctement.

 

La fatigue et le stress sont d’autres causes de contamination. Ils affaiblissent le système immunitaire et facilitent l’entrée des bactéries et des virus responsables de la méningite, dans l’organisme. D’ailleurs, les pathologies fragilisant le système immunitaire comme le SIDA et le cancer favorisent également une inflammation de la méningée.

 

Une chirurgie de la moelle épinière et du cerveau, les blessures à la tête et l’utilisation de certains médicaments comme les corticostéroïdes favorisent l’apparition de cette affection.

 

Les atteintes cardiaques et rénales peuvent aussi entraîner une méningite. Dans tous les cas, surveillez votre santé en consultant régulièrement votre médecin traitant. Prenez des compléments alimentaires en cas de fatigue pour reconstituer et renforcer votre système immunitaire.

 

Manifestation de la méningite

vomissement méningite

 

Le syndrome méningé se caractérise par 3 signes principaux, qui sont la raideur de la nuque, les vomissements en jet et d’importantes céphalées. Ces vomissements ne sont pas précédés de nausées et se manifestent sans effort particulier. Le malade souffre de céphalées intenses et exacerbées lorsqu’il s’expose au soleil. On parle alors de photophobie. Le bruit et le fait de bouger la tête aggravent les migraines, en cas de méningite.

 

Les symptômes de la méningite sont moins visibles chez les enfants et chez les nourrissons. Il faut alors repérer une éventuelle somnolence et une constipation inhabituelle. La méningite se manifeste par une insuffisance de tonicité musculaire (hypotonie) chez les enfants. Les formes graves de la maladie se traduisent par des troubles de la conscience, voire des crises convulsives.

 

La méningite peut s’accompagner de fièvre et de frissons. Le patient peut également souffrir de troubles respiratoires. Des taches pourpres apparaissent parfois sur la peau et on peut constater une hypertension intracrânienne.

 

En cas d’inflammation de la méningée, le cerveau ne reçoit pas suffisamment d’oxygène, ce qui entraîne des étourdissements. Un manque d’oxygène peut diminuer la capacité de répondre à la stimulation. Dans les cas les plus graves, certaines personnes se retrouvent dans le coma. Chez les enfants, des éruptions cutanées peuvent se manifester.

 

On peut constater une réduction de la hauteur d’élévation ainsi qu’une flexion involontaire des membres inférieurs. Des taches nécrotiques s’étendent progressivement sur tout le corps dans les cas les plus graves.

 

Les types de méningite

Globalement, il existe 2 principaux types de méningite : les méningites bactériennes et les méningites virales. Toutefois, on distingue différentes formes de la maladie :

Méningite virale : cette forme de méningite est une inflammation due à un virus. Beaucoup plus fréquente, elle est généralement bénigne et la guérison est spontanée. Plusieurs virus sont en cause. Il s’agit entre autres d’adénovirus, des aricelles, entérovirus, de la rubéole, de la mononucléose infectieuse et rougeole. Le traitement repose systématiquement sur la prise d’antalgique.


Méningite à pneumocoques : le Streptococcus pneumoniae est la bactérie responsable de ce type de méningite. Elle touche les personnes âgées et les enfants, principalement pendant la saison hivernale. La contamination s’effectue par contact avec des objets infectés par de la salive ou des sécrétions respiratoires. La méningite à pneumocoques peut survenir à la suite d’une maladie infectieuse de la sphère ORL ou après un traumatisme crânien.


Méningite tuberculeuse : cette forme de méningite est liée à une infection au Bacille de Koch, la bactérie responsable de la tuberculose. Le mode de transmission se fait par voie aérienne, notamment par la toux.


Méningite fongique : cette méningite est due à un champignon. Le Cryptococcusneoformans s’avère en être à l’origine. Elle est moins fréquente que les autres formes, mais elle est sévère. Les sujets atteints du sida sont les plus touchés par ce type de méningite.


Méningite lymphocytaire : elle est classée parmi les méningites virales causées par un adénovirus ou un virus des oreillons. Cette pathologie se transmet par les animaux, tout particulièrement les rongeurs. L’Homme est contaminé via l’inhalation de poussières composées des déjections des souris infectées. Le malade doit alors suivre un traitement antiviral.


Méningite foudroyante : cette forme est mortelle d’où le qualificatif « foudroyant ». Elle est d’origine bactérienne. Les signes cliniques sont entre autres la raideur des nuques, la fièvre et les maux de tête.

 

Diagnostic et examen

diagnostic méningite

 

Si vous suspectez une méningite, consultez immédiatement un médecin. Il s’intéressera aux syndromes méningés comme les céphalées et les vomissements. Une prise en charge hospitalière peut être nécessaire en cas de complication. La confirmation du diagnostic repose sur des examens spécifiques comme la ponction lombaire. Ce procédé consiste à prélever un peu de liquide céphalo-rachidien à l’aide d’une aiguille que l’on insère dans la méninge. L’analyse de ce liquide permet de déceler la présence éventuelle des bactéries en cause de la maladie.

 

Le médecin peut aussi recommander d’autres tests comme l’IRM (Imagerie par Résonnance Magnétique) et des analyses sanguines. Tous ces examens aident à détecter le germe en cause de la méningite.

 

Séquelle et complication

La méningite d’origine virale ne présente généralement pas de complication. En effet, elle ne laisse aucune séquelle après la guérison. Dans certains cas, on peut toutefois constater des troubles de la vue et de l’audition.

 

La méningite bactérienne peut, quant à elle, entraîner des séquelles neurologiques, surtout en cas de prise en charge tardive. Ces derniers se manifestent sous forme de perte de l’audition, de cécité et des troubles de langage. La paralysie et la gangrène figurent aussi parmi les conséquences de la méningite bactérienne.

L’état de santé d’une personne qui a attrapé une méningite bactérienne peut se dégrader rapidement. Le traitement ne doit pas attendre pour éviter toute complication. Cette maladie peut être mortelle et causer une grave détérioration de la mentale du patient qui peut souffrir de convulsions et de paralysie. Dans ce cas, un traitement permanent doit être effectué.

 

Comment prévenir la survenue de la méningite ?

Il ne faut pas confondre la méningite virale et la méningite bactérienne. La première disparait spontanément, tandis que la seconde peut être mortelle, que vous receviez un traitement ou non. Des mesures d’hygiène strictes aident à prévenir la méningite. Le port de masque et le lavage fréquent des mains sont une bonne base de prévention. Il faut éviter de partager les repas, les vêtements ou encore les serviettes de bain.

 

Adoptez un mode de vie saine pour préserver votre système immunitaire. Consommez beaucoup d’aliments riches en vitamines et en minéraux pour booster la fonction immunitaire. Surveillez votre santé et traitez correctement toutes les infections de l’ORL qui se manifesteront, tout particulièrement les otites chez les enfants.

 

Par mesure de précaution, les personnes proches d’un malade doivent prendre des antibiotiques comme le Rifampicine pendant 2 jours. L’injection de Ceftriaxone ou la prise orale de Ciproflaxine sont recommandées en cas d’allergie au Rifampicine. Ce traitement doit être entamé aussi rapidement que possible, sinon il sera inutile.

Le meilleur moyen de prévenir la maladie est de se faire vacciner. La vaccination est maintenant obligatoire chez les enfants.

 

Pour réduire le risque d’apparition de la méningite bactérienne à pneumococcique, un vaccin antipneumococcique est recommandé. Il est indispensable pour les personnes ayant subi une ablation de la rate ou une opération chirurgicale du cerveau.

 

Traitement médical

repos, sommeil

 

Le traitement est choisi en fonction du germe responsable de la méningite. Si elle est d’origine virale, le médecin prescrira des médicaments simples comme le paracétamol pour réduire les maux de tête et faire baisser la fièvre. Le malade doit rester chez lui. Un grand repos et une bonne hydratation accéléreront la guérison.

 

En cas de méningite bactérienne, le traitement repose dans un premier temps sur la prise d’antibiotique. Il faut que le traitement débute au moins 6 heures après l’apparition des symptômes. L’administration de Ceftriaxone par voie intraveineuse ou par voie intramusculaire doit se faire d’urgence.

 

Pour prévenir la perte de l’ouïe, le médecin peut vous prescrire des médicaments corticostéroïdes.

 

N’attendez pas de présenter tous les symptômes pour prévenir votre thérapeute. La méningite bactérienne peut causer la mort. Après la guérison, ne vous précipitez pas pour aller au travail. Reposez-vous correctement et refaites le plein d’énergie en consommant le maximum de fruits et de légumes.

 

En l’absence de complication, la méningite peut être traitée par des remèdes naturels. Un homéopathe peut vous aider à choisir la bonne souche pour soigner cette maladie infectieuse.

 

Traitement naturel

Avant toute chose, il faut savoir qu’un traitement naturel ne remplace pas une consultation médicale. Toutefois, il peut être d’une grande aide pour soigner la méningite. Voici quelques solutions pour favoriser la guérison :

  • L’ail

L’ail aide à combattre plusieurs maladies grâce à ses propriétés antibactériennes, antifongiques et antibiotiques. Son action antivirale lui offre la capacité de lutter contre les affections d’origine virale comme la méningite. L’ail aide à éliminer une grande quantité des bactéries pathogènes qui se sont introduites dans l’organisme.

 

L’ail est très plébiscité pour traiter les infections, qu’elles soient d’origine virale ou bactérienne. C’est donc un allié de choix pour contrer les inflammations et les intoxications alimentaires. Cette plante est bénéfique pour le cœur et le cerveau. En outre, elle permet de combattre le cancer.

 

Il faut prendre 2 gousses d’ail par jour, tous les matins à jeun. Vous pouvez aussi opter pour le jus d’ail, à raison de 2 cuillères à café par jour. Le traitement dure 10 à 15 jours. L’ail a pour fonction de réduire les inflammations.

  • Le jus d’orange

Le jus d’orange est une grande source d’énergie. Il vous procure les vitamines nécessaires pour résister aux maladies. En effet, il peut apporter la plupart des vitamines dont votre organisme a besoin pour fonctionner correctement. Pour traiter une méningite, diluez un peu de jus d’orange fraîchement pressé dans de l’eau chaude. Buvez-le tout au long de la journée pendant quelques jours pour retrouver la santé.

  • L’eau de noix de coco

Possédant une propriété anti-inflammatoire, l’eau de coco contribue à la guérison en cas de méningite. Elle est bénéfique pour le cerveau et pour les muscles. Elle améliore considérablement la fonction cognitive. L’eau de coco agit efficacement contre les bactéries, les champignons et les microbes. La présence d’acide laurique dans cette eau lui confère la capacité de renforcer le système immunitaire.

 

Cette boisson énergisante apporte de la vitalité et favorise l’hydratation. Elle remplace le liquide perdu lors des vomissements. L’eau de noix de coco permet aussi de diminuer les nausées. Buvez-en 2 à 4 fois par jour pendant une à deux semaines pour soigner la méningite.

  • Le lait de soja et le miel

Le lait de soja possède une vertu curative sur la méningite. Combiné avec le miel, il constitue un bon traitement contre cette maladie inflammatoire. Le lait de soja contient des flavonoïdes, qui sont de puissants antioxydants. Ils aident à lutter contre les méfaits des radicaux libres, qui sont responsables du vieillissement prématuré des cellules et de l’apparition de plusieurs maladies. Prenez une tasse de lait de soja et ajoutez 2 cuillères à café de miel. Buvez cette préparation chaque matin, durant 3 à 4 mois.

  • Le jus de betterave

Pour une bonne récupération, n’hésitez pas à boire du jus de betterave 3 fois par jour. Il aide à reconstituer la résistance du corps et participe au traitement naturel de la méningite. Il a un effet anti-inflammatoire en raison de sa forte teneur en bétalaïnes. De plus, le jus de betterave a un bon profil nutritionnel.

  • Le gingembre

Le gingembre aide à lutter contre les infections et supprime en même temps les virus introduits dans l’organisme. Le jus de gingembre est un bon remède contre la méningite. Extrayez le jus de gingembre et ajoutez-le à l’équivalent de deux verres de jus d’orange. Vous pouvez remplacer l’orange par un fruit que vous appréciez en particulier. Pendant un mois, buvez cette préparation 3 fois par jour pour obtenir les résultats escomptés.

 

L’homéopathie propose aussi des produits pour traiter la méningite. Des souches homéopathiques comme le Bryona alba 9 CH, aident à traiter les inflammations importantes. Pour cela, il faut prendre 5 granules toutes les 4 heures.

 

Si la méningite se manifeste par une céphalée, optez pour la souche Apis mellifica 9 CH, à raison de 5 granules à prendre toutes les 4 heures.

 

Prenez la souche homéopathique Helleborusniger 5 CH lorsque le syndrome de la méningite est associé à une anurie. La posologie est de 5 granules toutes les heures.

La consultation médicale est fortement conseillée en cas de méningite chez les bébés et les enfants. Seul un médecin peut déterminer le traitement adéquat pour eux.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 513
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164