» » » Comment traiter une verrue plantaire ?

Comment traiter une verrue plantaire ?

vendredi 09 avril 2021

 

La verrue plantaire se loge en général sur la plante des pieds, une zone qui subit beaucoup de pression et de friction pendant la marche ou lorsqu’on se tient debout. Cette affection cutanée peut être douloureuse et gênante pendant la pratique sportive ou tout simplement au quotidien. Bien que l’organisme arrive parfois à éliminer spontanément le virus responsable de la verrue plantaire, certains facteurs justifient l’adoption d’un traitement contre les verrues approprié. La prise en charge consiste dans ce cas à accélérer le processus naturel d’élimination du virus. C’est en quelque sorte un coup de pouce à la nature pour atténuer l’inconfort lié à la douleur et à la localisation de la verrue.

 


 

verrue

 

Présentation de la verrue plantaire

Les verrues plantaires est une verrue du pied qui entre dans la catégorie des verrues vulgaires. Elles font apparaître de petites bosses rugueuses de 3 à 4 cm de diamètre sur la couche externe de la peau. Cette affection cutanée est hautement contagieuse, mais elle reste bénigne dans la plupart des cas. Sans prise en charge, elle disparaît spontanément au bout de 2 ans. Elle envahit en général la plante des pieds, notamment le talon, les orteils et la corne. Plus rarement, elle peut se présenter sur les coudes ou les genoux.

  • Quelles sont les causes de la verrue plantaire ? 

Les verrues plantaires appartiennent à la catégorie des verrues provoquées par le papillomavirus humain (PVH) de type 1. Ce dernier possède la capacité de survivre à l’air libre sans un hôte pendant plusieurs jours. Transmissible par contact avec la peau, ce virus s’introduit dans l’organisme à travers de petites lésions cutanées ou de petites fentes sur la peau.

  • Comment se transmet la verrue plantaire ? transmission verrue

Le papillomavirus s’introduit dans l’organisme de différentes manières. Il peut s’attraper indirectement ou par contact direct. Les personnes qui marchent pieds nus peuvent l’attraper facilement. Il existe également des cas d’autocontamination avec cette maladie. Les virus qui envahissent déjà une zone peuvent migrer vers d’autres parties du corps. La maladie passe ainsi d’un pied à un autre, d’une main à une autre, du genou au coude, etc.

 

Le risque de contamination baisse en fonction de l’âge. C’est pourquoi les verrues plantaires touchent particulièrement les enfants et les adolescents. Elles attaquent rarement les adultes et les personnes âgées. Par ailleurs, des études cliniques révèlent que la défense immunitaire se développe avec l’âge. Les petites affections comme la verrue sont facilement détruites et éliminées par un organisme adulte.

 

Mis à part l’âge, d’autres facteurs peuvent également augmenter le risque de contracter cette maladie. Ils concernent, entre autres, les personnes atteintes d’un eczéma ou de sudation plantaire excessive. Le stress et la fatigue peuvent aussi favoriser l’attaque des papillomavirus puisque le système immunitaire est plus faible dans ces situations.

Pour entrer dans l’organisme, les virus de la verrue plantaire ont besoin d’une porte d’entrée telle que des fissures dans une peau sèche, une ampoule, une coupure ou de petites égratignures. Ils pénètrent aussi dans la peau lorsque celle-ci est ramollie par l’humidité ou lorsque les pieds sont moites.

 

Les papillomavirus se développent rapidement dans les milieux chauds et humides. Les piscines, les vestiaires, les plages et les douches figurent ainsi parmi les endroits à risques pour attraper une verrue plantaire. Pour réduire ce risque, il convient de porter des tongs ou des sandales et d’éviter de marcher pieds nus lorsque l’on fréquente ces endroits.

  • Comment se manifeste la verrue plantaire ? 

Après l’entrée du papillomavirus dans l’organisme, la verrue plantaire met quelques mois ou plusieurs années pour apparaître à la surface de la peau. Il s’agit donc d’un processus très long puisque le corps humain met beaucoup de temps pour identifier l’agent pathogène de cette maladie.

 

Lorsqu’elle apparaît, la verrue plantaire provoque une petite bosse à la fois rugueuse et spongieuse, d’une couleur brunâtre ou jaunâtre. Elle mesure environ 3 à 4 mm de diamètre et s’implante généralement sous le pied, la partie du corps qui est en contact avec le sol.

 

Ce type de verrue peut s’implanter sur l’ensemble de la zone plantaire. Lorsque le papillomavirus se niche dans les parties très sollicitées du pied, la verrue devient très douloureuse. L’intensité des douleurs dépend donc de la zone contaminée. C’est pourquoi certaines verrues plantaires paraissent plus douloureuses que les autres.

Selon son aspect, ce type de verrue se présente sous deux catégories. On distingue la verrue plantaire unique appelée « myrmécie » et la verrue plantaire multiple connue sous le nom de « verrue mosaïque ». La première catégorie se démarque grâce à sa forme peu particulière. Elle est délimitée par un anneau de corne doté d’un centre tacheté de petits points noirs. Ces derniers sont de petits vaisseaux sanguins éclatés. Très profond, ce type de verrue plantaire provoque des douleurs insoutenables lorsqu’on appuie sur le pied. Les verrues de la deuxième catégorie se manifestent sous forme de plaques de peau épaissie. Elles sont moins douloureuses.

 

Si les verrues plantaires s’implantent profondément sur la peau, l’excroissance se ramifie jusque dans les tissus adipeux ou les conjonctifs de l’hypoderme. Sans prise en charge, elle peut s’enfoncer encore plus et affecter les terminaisons nerveuses. Lorsqu’elle atteint ce stade, la maladie entraîne de fortes douleurs identiques à celle d’une épine pendant la marche.

 

Normalement, les verrues ne provoquent pas de démangeaisons. Elles ne grattent qu’en cas d’inflammation. Cette réaction indique que les virus sont éradiqués et que la verrue va disparaître.

 

Mesures préventives pour lutter contre la verrue plantaire

La lutte contre la propagation de la verrue plantaire relève en grande partie du comportement des personnes déjà affectées. Leurs agissements comptent beaucoup afin d’éviter l’autocontamination, la contamination d’une autre personne ou d’un endroit. Ce sont en effet des gestes simples que l’on peut adopter facilement au quotidien.

Lorsqu’on développe une verrue plantaire, il est préférable de porter des sandales, des tongs ou des claquettes pendant les douches ou lors de la promenade dans les lieux publics comme les plages. Les personnes touchées par cette maladie cutanée peuvent marcher pieds nus, à condition de recouvrir les verrues avec des pansements étanches ou un vernis incolore. Cette recommandation est très utile durant la baignade puisque l’humidité favorise la prolifération du papillomavirus.

 

La surface externe des verrues plantaires est recouverte d’une fine pellicule de protection. Cette couche permet de contenir les virus et d’éviter les infections bactériennes. Pour cela, il est fortement déconseillé de manipuler, de gratter, de couper, d’arracher ou de brûler cette couche. S’il faut effectuer ces gestes, il est indispensable de bien se laver les mains après avoir touché les verrues.

 

Les virus responsables de cette lésion cutanée peuvent contaminer les objets inertes. Ils peuvent en effet survivre pendant quelques jours sur les serviettes, les chaussettes ou les chaussures. En cas de verrues plantaires, la personne contaminée doit éviter de prêter ou de partager ses effets personnels avec d’autres individus.

 

Pour les personnes qui doivent fréquenter les endroits à risque, les précautions de prévention consistent à renforcer certains gestes déjà connus et appliqués au quotidien. Ainsi, il ne faut pas marcher pieds nus dans les lieux publics comme les gymnases, les piscines, les douches communes, les plages... Il faut également éviter d’emprunter les objets personnels appartenant à d’autres comme les souliers, les chaussettes ou les chaussures. En cas de blessures ou de coupures au niveau des pieds, il convient de bien désinfecter la lésion et de la recouvrir avec un pansement étanche. Il est aussi conseillé de garder les pieds propres, bien hydratés et toujours secs pour chasser complètement l’humidité qui favorise cette maladie.

 

Quels sont les traitements naturels pour combattre la verrue plantaire ?

traitement naturel verrue

 

Les papillomavirus s’installent sur l’épiderme lorsque le système immunitaire est faible. Le traitement naturel de la verrue plantaire consiste avant toute chose à soigner la déficience immunitaire. Pour cela, il faut miser sur 4 paramètres primordiaux qui sont le sommeil, la nutrition, l’activité physique et une solution antistress. En effet, le manque de sommeil, le stress et la carence nutritionnelle affaiblissent la défense immunitaire. On constate dans ce cas des problèmes d’endormissement qui favorisent l'apparition des verrues, de carence en vitamines favorisant le développement des verrues, en minéraux ou en oligo-éléments et de stress chronique. Le repos et une bonne alimentation, les activités physiques contribuent à renforcer l’immunité de l’organisme.

 

Comme sa surface est ponctuée de petits vaisseaux sanguins éclatés, les verrues plantaires saignent à la moindre éraflure. Chez certaines personnes, toute tentative de traitements naturels doit être réalisée sous le contrôle d’un médecin. Les précautions sont également de mise pour les enfants âgés moins de 4 ans et pour les diabétiques.

Les personnes diabétiques souffrent en général de déficience immunitaire, de mauvaise vascularisation, de troubles de la sensibilité et de problèmes de cicatrisation. L’avis d’un professionnel de la santé est indispensable durant la prise en charge de la verrue plantaire afin d’éviter toutes formes de complication.

 

Les traitements à base de produits végétaux se concentrent sur l’utilisation de plantes riches en suc caustique. Ces dernières ont largement fait leurs preuves depuis des siècles. Ces plantes sont traditionnellement appliquées sur les verrues plantaires dans le but de les brûler et de les détruire. Dans ce cas, les personnes qui développent cette lésion cutanée peuvent compter sur l’effet de la chélidoine, les euphorbes ou la racine de pissenlit. Souvent salué pour son effet antibactérien, l’huile essentielle de tea tree possède également la capacité pour combattre les verrues plantaires. Lorsqu’il est mélangé avec du macérât huileux de millepertuis, le tea tree déploie des propriétés antivirales. La combinaison de ces deux produits permet d’éliminer partiellement les virus responsables de ce type de verrue.

  • L’huile de ricin

Elle constitue un remède naturel très puissant pour combattre les verrues plantaires. Elle va ainsi irriter la verrue jusqu’à ce que cette dernière sèche et tombe. Dans ce cas, il faut appliquer avec une fine couche de cette huile sur la lésion, puis la recouvrir avec un pansement. Il faut renouveler ce geste chaque soir avant de se coucher pendant plusieurs semaines pour obtenir des résultats satisfaisants.

  • Le citron

Ce fruit s’avère aussi être un remède naturel très efficace pour éliminer les verrues plantaires. Il est souvent conseillé pour le traitement phytothérapique de cette maladie grâce à ses propriétés antiseptiques. Dans ce cas, le soin consiste à récupérer l’écorce du citron et le macérer pendant 2 à 3 jours dans du vinaigre blanc. Après ce délai, il faut prélever un petit morceau de la macération et le déposer sur la verrue. Il faut maintenir l’écorce à l’aide d’un pansement toute une nuit.

  • La chélidoine

Également nommée « herbe à verrues », la chélidoine possède la capacité de combattre efficacement les verrues plantaires. Pour utiliser cette plante, il faut presser une tige fraîche de chélidoine à la main pour extraire la sève de couleur jaune poussin.

  • Le cyprès

Cette plante est depuis longtemps sollicitée pour ses propriétés immunitaires et antivirales. Son utilisation dans le traitement de la verrue plantaire est en cela bénéfique, si l’origine de cette lésion cutanée est liée au stress et à la fatigue. Dans ce cas, ses actifs renforcent le système immunitaire lorsqu’il s’affaiblit. Pour bénéficier des propriétés de cette plante, les phytothérapeutes l’utilisent sous forme d’extrait de plante standardisé (EPS). Ces professionnels de la santé recommandent souvent la prise de 1 cuillère à café de cet extrait le matin et le soir, jusqu’à ce que les verrues disparaissent complètement.

  • Le thuya

Il convient également au traitement des verrues plantaires grâce à ses propriétés dissolvantes et antivirales. Durant son action, cette plante dégage des actifs à la fois virucides et cytostatiques. De cette manière, elle élimine directement les virus responsables de la maladie et limite la prolifération des cellules endommagées. Parmi les produits à base de thuya, la teinture mère est considérée comme le plus efficace pour traiter localement les verrues plantaires. Il faut donc appliquer ce produit tous les jours jusqu’à la disparition des verrues.

 

Quels sont les traitements dermatologiques pour éliminer les verrues plantaires ?

traitement dermatologique verrue

 

Les professionnels de la santé peuvent recourir à la cryothérapie pour éradiquer complètement la verrue plantaire. C’est une méthode progressive et très douloureuse qui nécessite plusieurs séances de traitement. Elle consiste à appliquer de l’azote liquide refroidi à -196 °C directement sur la surface de la verrue pendant environ 5 secondes. Ce gaz est obtenu à partir du mélange de diméthyl-éther et de propane. Comme la chaleur, le froid peut également brûler. L’objectif de ce type de traitement vise ainsi à détruire les tissus autour de la verrue en les brûlant. Lorsque ces cellules se détériorent, la verrue se décolle de la peau. Pour obtenir un résultat optimal grâce à la cryothérapie, il faut enlever les callosités de la verrue avant de traiter la zone concernée. Il faut prévoir 3 à 4 séances hebdomadaires, pendant 2 semaines. Ce type traitement offre rapidement des résultats, mais il est très douloureux. C’est pourquoi son utilisation chez les enfants est déconseillée.

 

Dans certains cas, les médecins sont obligés de recourir à l’utilisation du laser à gaz carbonique (CO2). Le dermatologue procède alors à la destruction des verrues en utilisant un rayon laser.

 

En homéopathie, certains remèdes homéopathiques peuvent venir à bout des verrues plantaires. Le bicarbonate de soude pour traiter les verrues et la bave d’escargot se trouvent en première ligne sur la liste des remèdes homéopathiques. Même si l’effet de ces deux produits sur les verrues n’est pas prouvé cliniquement, ils restent très sollicités en homéopathie. Ils permettent de désinfecter la lésion ainsi que de ramollir et dissoudre les verrues.

 

Quels sont les traitements médicamenteux pour combattre les verrues plantaires ?

La plupart du temps, les personnes développant une verrue plantaire utilisent des produits décapants à base d’acides organiques comme l’acide salicylique pour traiter les verrues, l’acide trichloracétique ou l’acide formique. Ces produits éradiquent les verrues et exfolient localement les tissus détruits par le virus. Les médicaments contenant ces acides ont l’avantage d’être à la fois très efficaces et leur utilisation ne présente aucun risque néfaste pour la santé. De plus, leur application n’est pas douloureuse.

 

traitement contre les verrues

 

Les dispositifs médicaux à base d’acide salicylique appelés kératolytiques sont aussi très efficaces pour brûler les verrues et éradiquer progressivement les papillomavirus. En général, ils sont commercialisés en vente libre et sont disponibles sous différentes formes de présentation. Ils peuvent soigner les verrues très épaisses comportant des cornes, mais aussi les verrues plantaires.

 

Parmi les produits à base d’acide salicylique, on peut retenir la pommade M.O Cochon®. Il s’agit d’un dispositif médical qui se présente sous forme de solution hautement caustique. Ce médicament doit être appliqué directement sur la verrue tous les jours pendant plusieurs semaines. En raison des effets très puissants qu’il procure, il faut faire particulièrement attention à son utilisation. Mal appliquée, la pommade risque de brûler l’épiderme. Il est donc vivement recommandé de l’étaler uniquement sur la surface de la verrue et de protéger la zone autour avec un vernis neutre.

 

Le Transvercid se présente sous forme de patch pour application cutanée. La forte concentration d’acide salicylique place ce dispositif médical parmi les médicaments les plus efficaces contre la verrue plantaire. Ses actifs sont destinés à réduire l’excroissance de la couche externe de la peau et à éliminer la kératine. Ainsi, ce médicament convient pour le traitement local des verrues plantaires chez les enfants. Il faut l’appliquer directement sur une verrue préalablement grattée avec une lime douce.

 

Duofilm est une solution pour application cutanée contre les verrues plantaires. Il contient de l’acide salicylique et de l’acide lactique, deux actifs très connus dans le domaine pharmaco-thérapeutique grâce à leurs propriétés virucides et coricides. Ces deux substances influencent donc le processus de kératinisation.

 

Pour ce médicament, il faut appliquer la solution sur la zone affectée tous les jours, pendant au moins 6 semaines. Assurez-vous de l’utiliser uniquement sur la verrue.

Kerafilm® est un médicament très connu en dermatologie. Il est souvent sollicité dans le traitement local d’appoint des cors, des durillons, de l’œil-de-perdrix ainsi que des verrues plantaires. Présenté sous la forme de solution pour application locale, ce dispositif médical contient de l’acide salicylique et de l’acide lactique. En excipient, il comporte du collodion. Comme la plupart des médicaments pour traiter les verrues, Kerafilm peut affecter la peau saine autour de la verrue. Pour la protéger, il convient d’appliquer préalablement un vernis neutre sur la zone qui entoure les verrues.

 

Quand consulter un médecin ?

Les verrues plantaires provoquent des gênes et de l’inconfort chez la personne qui en souffre. Elles pourraient dans ce cas entraîner des douleurs ou des saignements. Lorsque ces signes persistent et deviennent insoutenables, il est préférable de consulter un médecin. Il faut prendre des précautions si les verrues développent une forme anormale ou asymétrique. L’auscultation d’un professionnel de la santé permet de détecter à temps s’il y a infection ou même un risque de cancer. La consultation permettra aussi de déterminer la présence ou non d’une verrue plantaire chronique.

 

Même si l’automédication peut être efficace, une personne développant cette maladie doit consulter un dermatologue 3 à 4 semaines après la fin du traitement. Cette consultation servira à évaluer la bonne évolution du traitement.

 

En savoir plus sur les verrues : 

Qu'est-ce qu'une verrue plane ? 

Qu'est-ce qu'une verrue vulgaire ? 

Qu'est-ce qu'une verrue séborrhéique ? 

Comment enlever une verrue ? 

Quels sont les traitements pour une verrue ? 

Comment traiter une verrue plantaire ? 

Comment faire partir un verrue à la main ? 

Comment traiter une verrue au doigt ? 

Comment soigner une verrue génitale ? 

Comment se débarrasser d'une verrue au visage ? 

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 451
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164