» » » Spray nez bouché

Spray nez bouché (Etat grippal)

Vous avez du mal à dormir depuis deux jours à cause de la congestion de vos nez ? Sachez qu’un grand nombre de solutions de natures diverses sont à votre disposition. En voici les plus importantes.

  • Les décongestionnants et le sérum physiologique

Les décongestionnants constituent le remède le plus recommandé pour « déboucher » le nez. Ils en existent notamment sous deux formes : les décongestionnants locaux sous forme de spray et les comprimés décongestionnants.

 

Les décongestionnants en sprays sont reconnus pour leur extrême efficacité, capable de décongestionner le nez en un rien de temps. Toutefois, il ne faut pas en abuser. Une utilisation de plus de 5 jours d’affilés pourra en effet être à la source d’une accoutumance. Les comprimés décongestionnants ont une efficacité similaire. Par contre, leurs effets secondaires peuvent constituer un obstacle à leur utilisation. En effet, en optant pour ces derniers, une augmentation du rythme cardiaque ainsi que de la tension artérielle serait à craindre. Les individus hypertendus et ayant des troubles cardiaques doivent ainsi les éviter.

 

Le sérum physiologique constitue une alternative idéale aux décongestionnants. Il en est de même pour les sprays eau de mer et les sprays fluidifiants et antiseptiques. L’utilisation de ces solutions est simple. Il suffit de pencher la tête sur le côté avant de pulvériser dans la narine du dessus et moucher. Ce cycle doit être repris pour l’autre narine.

  • Quid des inhalations et des solutions phytothérapiques

Certaines personnes préfèrent les inhalations quand ils ont un nez bouché et pour cela, elles ont le choix entre plusieurs plantes, à l’instar du thym, du pin sylvestre et de l’eucalyptus.

 

Cette solution nécessite de mettre 3 ou 4 gouttes d’huile essentielle dans un bol frémissant avant de l’aspirer par le nez en veillant à bien couvrir la tête avec une serviette.

 

Une respiration longue et lente des émanations de l’inhalation est recommandée pour un meilleur effet. Rien ne les empêche aussi d’opter pour les comprimés aux huiles essentielles qui n’attendent que leur dissolution dans un bol d’eau bouillante.

 

La phytothérapie a aussi sa place parmi les moyens de lutte contre le nez bouché. Les meilleures options qu’elle propose sont, entre autres, le sureau et l’échinacée qui sont connus pour leur capacité à améliorer les performances du système immunitaire.

 

Ce qui permet de faire disparaître rapidement le rhume. Sans oublier, bien sûr, les huiles essentielles de ravintsara et Tea Free, des antiviraux naturels redoutables.

 

Quel que soit le traitement choisi, il est toujours recommandé de bien humidifier l’air dans la maison, notamment dans les chambres, pour une meilleure efficacité.

Spray nez bouché

Hyarhinol spray nasal - 1 spray
Produit indisponible
5.85

Nez bouché : connaître les causes

Quand on a un nez bouché, le rhume ne devra pas être systématiquement désigné comme responsable. En effet, ce problème peut être lié à d'autres causes, à savoir muqueuses, architecturales et tumorales. Voici tout ce qu’il faut connaître à ce sujet.

 

Facteurs architecturaux

Un nez bouché peut avoir des causes architecturales. Celles-ci peuvent être réparties en deux catégories. Dans la première se trouvent les anomalies du squelette osseux comme la déviation de la cloison navale dès la naissance ou suite à un traumatisme.

 

La deuxième englobe les anomalies du squelette mou dans lesquelles il y a le manque de rigidité du cartilage et l’hypotonie musculaire.

 

Facteurs muqueux

Ce sont des atteintes réunissant les rhinites et sinusites inflammatoires ou infectieuses. Les sécrétions nasales parfois purulentes sont symptomatiques des rhino-sinusites infectieuses. Elles peuvent êtres dus à un microbe ou un virus, mais pour en être sûr, le mieux est de consulter un médecin qui se basera sur les signes de la maladie et une endoscopie pour la pose d’un diagnostic.

 

Dans le cas des rhino-sinusites inflammatoires, l’obstruction nasale bilatérale est souvent accompagnée d’éternuements, d’écoulement et des troubles de l’odorat. Les causes sont variables, allant des foins pour les rhinites allergiques périodiques à l’intolérance alimentaire pour les rhinites non allergiques non éosinophiles.

 

Facteurs tumoraux

Pour ce qui est du nez bouché d’origine tumorale, son traitement doit être fait d'une autre manière. D'autant plus qu'il n’est pas facile à diagnostiquer.

 

Quelques signes doivent cependant alerter, comme l’accompagnement d’une obstruction unilatérale de douleur et de léger saignement. Pour éviter la confusion avec une rhino-sinusite habituelle, le mieux est de demander un examen minutieux auquel il faut ajouter un scanner, une endoscopie, des radiographies, une IRM ou une artériographie, entre autres.

 

Quand il s’agit d’angiome, de fibrome naso-pharyngé ou de polypose nasale, on parle d’obstructions nasales tumorales bénignes et, dans les autres cas, d’obstructions nasales tumorales malignes.