Nurofen

Comment prendre le Nurofen ?

Pour agir efficacement contre les migraines et les douleurs importantes, le Nurofen doit être utilisé à bon escient.

  • Posologie

Avant tout, il faut savoir que le Nurofen est destiné aux adultes et aux enfants pesant une vingtaine de kilos au moins.

 

Un enfant ne doit pas dépasser une dose journalière de 20 à 30 mg/kg, à raison de 3 prises à répartir dans la journée. En pratique, un enfant peut prendre 1 comprimé de 200 mg toutes les 6 heures, sans dépasser une dose cumulée de 600 mg. Pour les enfants de plus d’une trentaine de kilos, la prise est limitée à 1200 mg, soit 6 comprimés de 200 mg. Ils peuvent en prendre 2 à la fois. Toutefois, les prises doivent être espacées de 6 heures. En ce qui concerne les adultes, la posologie est la même. Néanmoins, il est préférable de demander l’avis d’un médecin avant d’en consommer.

  • Durée du traitement

Pour un enfant ou un adolescent, la durée de traitement ne doit pas aller au-delà de 3 jours. Si les maux persistent, l’avis d’un médecin est toujours recommandé. Pour les adultes, la consultation d’un professionnel médical est conseillée lorsque les symptômes ne disparaissent pas au bout de 5 jours. Cette précaution est également valable lorsque la fièvre dure plus de 3 jours ou que de nouveaux symptômes apparaissent.

  • Mode d'administration

Ce médicament est destiné à un usage à court terme et pour une administration par voie orale. Pour cela, il faut le prendre avec un verre d’eau sans le mâcher. Il est préférable de programmer la prise au milieu du repas.

Dans quels cas la prise de Nurofen n’est pas indiquée ?

Même si le Nurofen peut soigner différents maux, il existe certaines situations où il n’est pas préconisé.

 

Il n’est pas adapté ni aux femmes enceintes de plus 5 mois, ni aux personnes présentant des allergies au principal actif et aux excipients présents dans le Nurofen. Ce médicament n’est pas recommandé aux personnes ne supportant pas les anti-inflammatoires non stéroïdien ou l’acide acétylsalicylique. Dans ce cas, la prise peut causer des réactions d’hypersensibilité, des hémorragies digestives, gastro-intestinales ou cérébro-vasculaires. 

 

Le Nurofen ne convient pas aux patients présentant une insuffisance hépatique ou rénale à stade élevé. Il en est de même pour ceux qui souffrent d’insuffisance cardiaque sévère. En effet, une forte dose de Nurofen à base d’ibuprofène peut engendrer des événements thrombotiques artériels selon une étude réalisée par des experts.

 

Quel que soit son poids, un enfant de moins de 6 ans ne doit pas prendre du Nurofen. Il est préférable de demander un substitut auprès d’un médecin.

 

Des études ont avancé que les complications infectieuses cutanées engendrées par la varicelle peuvent être accentuées par la prise d’AINS. Par conséquent, une personne souffrant de la varicelle ne doit pas prendre du Nurofen, pour éviter d’accroître les symptômes et rendre les tissus encore plus mous.

Des recommandations particulières

Outre ces contre-indications, la prise de Nurofen chez certaines personnes peut provoquer des effets secondaires plus ou moins sévères.

 

  • Effets respiratoires : des réactions allergiques graves et une crise d’asthme aigue peuvent se manifester après la prise de Nurofen 200 mg ou 400 mg. Ces effets se manifestent généralement chez les individus ayant des difficultés respiratoires comme l'asthme bronchique, la rhinite chronique, la sinusite chronique et la polypose nasale. Ces personnes doivent demander l’avis d’un médecin avant de prendre du Nurofen.

  • Soucis cutanés : le traitement avec l’AINS peut éventuellement provoquer des problèmes cutanés qui peuvent se compliquer au fil du temps. Il n’est pas rare de rencontrer des patients qui présentent des symptômes de dermatites exfoliatives, un syndrome de Stevens-Johnson ou de Lyell, après avoir pris du Nurofen. Ces derniers se développent souvent durant le premier mois de la prise de l’ibuprofène. Ils se traduisent habituellement par un érythème cutané ou des muqueuses. Dans ce cas, il faut arrêter le traitement tout de suite. 
  • Toute personne souffrant ou susceptible de souffrir de l’une de ces pathologies ne doit pas suivre un traitement à base d’ibuprofène. Ce type de médicament ne convient pas non plus en cas d’hypovolémie quelle qu'en soit la cause, du syndrome néphrotique, de néphropathie lupique ou de cirrhose hépatique décompensée.
  • Rétention hydro-sodée : certains patients ayant pris du Nurofen souffrent de cette inflation hydrique. Elle s’accompagne d’œdème ou de problème d’insuffisance cardiaque. Si le cas se présente, il faut emmener le patient dans un centre hospitalier le plus tôt possible afin d’éviter les complications.
  • L’association du Nurofen avec un AINS, un anticoagulant oral, du méthotrexate, des héparines non fractionnées ou à faible poids moléculaire est prohibé lorsque le patient suit un traitement à base d’ibuprofène.

Précautions d'emploi

Selon une recherche effectuée par des laborantins, la consommation abusive de Nurofen peut altérer la fertilité féminine. Cela est dû au fait que l’ibuprofène présent dans le médicament est un inhibiteur de la synthèse des cyclooxygénases et des prostaglandines. Par conséquent, une femme qui prévoir d’avoir un enfant doit demander l’avis de son gynécologue avant de prendre du Nurofen. Il faut également savoir qu’un traitement au Nurofen provoque des troubles de la vue chez certains individus. En cas de doute, il faut effectuer une consultation chez un ophtalmologue.

 

Le Nurofen ne doit pas être pris pendant une longue durée ou de façon répétée. En effet, ce médicament peut avoir des effets néfastes sur le fonctionnement des reins et de la circulation sanguine. Un patient ne supportant pas le fructose, souffrant d’un syndrome de malabsorption du glucose et du galactose, ou encore d’un déficit en sucrase ne doit pas prendre du Nurofen. Il faut savoir que chaque comprimé contient 116,1 mg de saccharose.

Les patients dont la consommation de sodium est limitée doivent éviter de prendre plus de 1 comprimé par jour. Il faut noter que le Nurofen renferme 0,55 mmol (ou 12,65 mg) de sodium par dose.

Association paracétamol et ibuprofène

Bon nombre d’individus combinent ibuprofène et paracétamol. Il faut pourtant se demander si cette association est bénéfique pour la santé. Pour ôter tout doute, voici quelques conseils et explications sur ces deux médicaments.

  • Quelle est la différence entre paracétamol et ibuprofène ?

A titre d’information, l’ibuprofène est un anti-inflammatoire, tandis que le paracétamol est un antalgique. Si le premier est préconisé pour combattre les inflammations engendrées par les douleurs, le second est efficace contre les douleurs elles-mêmes. Par conséquent, le paracétamol est recommandé pour venir à bout des douleurs peu élevées.

  • Quand faut-il privilégier le paracétamol ?

Le paracétamol est un médicament couramment utilisé au quotidien. Ce médicament permet de soulager différents maux comme la fièvre, la grippe, les courbatures, le rhume ainsi que les maux de dos plus ou moins légers.

  • Dans quels cas utiliser l’ibuprofène ?

Outre les enfants en bas âge, les femmes enceintes ne doivent pas opter systématiquement pour de l’ibuprofène à chaque fois qu’elles ressentent des douleurs. En effet, ce type de médicament est particulièrement puissant. L’ibuprofène est recommandé principalement pour des cas de douleurs intenses comme la tendinite, les lombalgies, les problèmes sciatiques, les menstruations douloureuses, les rhumatismes et l’Arthrose. L’ibuprofène est également prescrit par les médecins pour traiter différentes formes d’inflammation.

  • Les cas où l’association d’ibuprofène et paracétamol sont bénéfiques

Il y a de nombreux cas où la combinaison de ces deux médicaments est appropriée.

 

  • Fièvre : face un mal de tête pouvant entraîner de la fièvre, les gens ont tendance à favoriser le Doliprane. Certes, ce dernier est efficace, mais son action est limitée dans le temps. Par conséquent, beaucoup de professionnels de la santé privilégient la combinaison de paracétamol et d’ibuprofène. Cette association a pour objectif d’éliminer entièrement les douleurs. Toutefois, cette solution est-elle toujours convenable ? Selon des études réalisées par des experts français, la bithérapie apporte des résultats rapides et durables par rapport à l’utilisation unilatérale d’ibuprofène. Par ailleurs, la combinaison garantit des résultats encore plus tangibles qu’une monothérapie au paracétamol.
  • Les autres douleurs traitées à l’aide de cette association : pour différents types de douleurs, les médecins et pharmaciens préconisent la combinaison de l’ibuprofène et du paracétamol. Il s’agit entre autres des douleurs inflammatoires des muscles comme les courbatures et les tendinites, des douleurs inflammatoires des nerfs telles que les sciatiques, les lombalgies et les névralgies, des maux inflammatoires des articulations comme l’arthrose, l’arthrite et la goutte, et des douleurs relatives à un traumatisme.
  • Combattre la douleur postopératoire : la plupart des gens ayant subi une opération chirurgicale sont sujettes à des douleurs liées à l’intervention. Ces dernières peuvent être supprimées grâce à l’action antalgique et antipyrétique de l’association entre ces deux médicaments. Ce fait a été vérifié lors d’essais cliniques effectués sur plus de 1500 personnes ayant subi une extraction des dents de sagesse.

L’utilisation à des doses modérées de la combinaison entre le paracétamol et l’ibuprofène assure des effets tangibles. La prise des deux médicaments peut se faire en une seule fois, à condition que la personne souffre de douleurs insupportables. Cependant, il est préférable d’alterner les prises, avec un intervalle de 3 heures. Cette option est recommandée pour prévenir les pics de douleurs. A noter que le patient peut poursuivre le traitement avec le paracétamol après la bithérapie avec l’ibuprofène.

 

Selon l’avis de certains médecins, l’association de l’ibuprofène et du paracétamol permet de mieux éradiquer les diverses douleurs que la prise d’un seul d’entre eux. Pourtant, cette combinaison ne fait pas l’unanimité auprès des professionnels de la santé.

Qu’en est-il des interactions médicamenteuses ?

Outre le paracétamol, il est fréquent que certains patients combinent le traitement à base de Nurofen avec d’autres médicaments. Cette alternative n’est pas bénéfique dans certains cas de figure. En effet, certaines associations présentent des risques non-négligeables.

  • Risque lié à l'hyperkaliémie

Certains types de médicaments ou thérapies favorisent le développement d’une hyperkaliémie. Il s’agit entre autres des diurétiques hyperkaliémiants, des inhibiteurs de l'enzyme de conversion, des antagonistes de l'angiotensine II et des anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène.

  • Associations contre-indiquées

La prise de Nurofen avec certains médicaments nécessitent une surveillance stricte de l'état clinique et biologique du patient.

  • L’administration d’ibuprofène avec du mifamurtide est contre-indiquée. En effet, l’ibuprofène a tendance à atténuer les effets du mifamurtide à cause de la puissance du produit. Cette mise en garde est également valable pour les inhibiteurs sélectifs de la cyclo-oxygénase 2. Il est aussi déconseillé d’associer le Nurofen avec d’autres AINS. En effet, cela risque d’engendrer des effets indésirables.
  • En ce qui concerne son association avec un acide acétylsalicylique, dont le plus connu est l’aspirine, il est nécessaire de respecter les doses prescrites. Pour 1 g d’aspirine, il faut se limiter à 500 mg de Nurofen. Au-delà de ces doses, la combinaison peut être néfaste. En effet, selon des études réalisées par des médecins, le Nurofen va réduire considérablement l’action de l’acide acétylsalicylique sur l'agrégation plaquettaire.
  • Les Anticoagulants oraux ne doivent pas être combinés avec des AINS dont fait partie le Nurofen. Ce dernier va accroître le risque hémorragique lié à la prise de l'anticoagulant. Dans le cas où l’association est obligatoire, il est vivement recommandé que le patient soit placé sous surveillance clinique et biologique.
  • Il est également déconseillé d’associer l’ibuprofène avec du Lithium, car cela présente le risque d’accroissement de la lithémie. Pour l’expliquer simplement, l’association de ces deux produits va diminuer l'excrétion rénale du lithium. Si elle est inévitable, il est prudent de surveiller étroitement la lithémie du patient. Par la même occasion, il faut que la posologie du lithium tienne compte de la dose de Nurofen durant et après la prise de celui-ci.
  • L’ibuprofène associé à du méthotrexate à une dose supérieure à 20 mg/semaine ne fera qu’élever la toxicité hématologique du méthotrexate. L’anti-inflammatoire va réduire la clairance rénale de ce médicament.
  • Le Nurofen combiné avec un antihypertenseur comme les inhibiteurs de l'enzyme de conversion provoque généralement une insuffisance rénale importante. C’est le cas notamment chez les patients âgés ou ayant des troubles de la fonction rénale. Si l’association est obligatoire, le patient doit bien s’hydrater et être mis sous surveillance médicale.
  • Les diurétiques ne doivent pas être associés à un traitement avec du Nurofen, car le risque de diminution de la filtration glomérulaire est élevé.
  • La prise de glucosides cardiotoniques avec de l’ibuprofène engendrent généralement une aggravation de l'insuffisance cardiaque et une augmentation du taux des glucosides plasmatiques.
  • L’utilisation de corticoïdes n’est pas conseillée aux patients qui suivent un traitement au Nurofen. Cette bithérapie va favoriser l’ulcération, et éventuellement un saignement, gastro-intestinale.
  • La prise de Nurofen avec du Mifépristone est déconseillée. Il faut compter au moins 10 jours après l’administration du Mifépristone avant de prendre de l’ibuprofène. Ce dernier a effectivement le pouvoir d’annuler les effets du premier médicament.
  • Associés avec le Nurofen, les antibiotiques de la famille des quinolones augmentent considérablement les risques de convulsions.

En cas de surdosage

Pour en finir au plus vite avec les maux de tête ou les douleurs musculaires, certaines personnes favorisent à tort la consommation excessive de Nurofen 200 mg ou 400 mg. En effet, cette option peut provoquer un surdosage. Chez les enfants, on constate un surdosage lorsque le patient a consommé plus de 400 mg/kg. Ses effets sont visibles à travers quelques symptômes. Chez les adultes, le surdosage peut être fatal. En effet, le décès peut survenir au bout de 3 heures tout au plus.

 

En général, une personne ayant ingurgité une quantité significative de Nurofen peut présenter des nausées, des vomissements, des douleurs épigastriques, et plus rarement des diarrhées. Chez certaines personnes, les effets secondaires se manifestent par de l’acouphène, des maux de tête et des saignements gastro-intestinaux. Dans les cas les plus graves, le surdosage engendre une intoxication sévère. Celle-ci est observée au niveau du système nerveux central. Le patient aura des vertiges, des engourdissements et de l’excitation. Parfois, la personne peut tomber dans le coma. Il n’est pas rare que le patient ait des crises de convulsions.

  • Prise en charge du surdosage

Tout surdosage doit être pris en charge sans tarder. La meilleure solution est de conduire immédiatement le patient dans un centre hospitalier, car il n’y a pas d’antidote au surdosage. Les médecins vont donc devoir procéder à un traitement symptomatique. Par ailleurs, il sera nécessaire de dégager les voies respiratoires, tout en surveillant les symptômes cardiaques et les signes vitaux. La surveillance ne doit être interrompue que lorsque l’état du patient se sera un peu stabilisé. En cas de complication, il est possible que le médecin décide d’administrer du charbon actif par voie orale. Le recours à un lavage gastrique est préconisé par les professionnels médicaux lorsqu’ils estiment que l’individu qui souffre de surdosage présente une quantité éventuellement toxique du médicament incriminé. Si la patient fait une crise d’asthme ou a des difficultés à respirer, il faut recourir à des bronchodilatateurs. Lorsque le patient convulse de manière fréquente et répétée, les médecins privilégient souvent l’administration de diazépam ou de lorazépam par voie intraveineuse.

 

Bref, le Nurofen, composé à majorité d’ibuprofène, est l’un des anti-inflammatoires non stéroïdiens les plus efficaces. Il est facile de s’en procurer puisque son achat ne nécessite pas de présenter une ordonnance médicale au pharmacien. De par ses propriétés, le Nurofen a la capacité de soulager différents maux. Cependant, sa prise doit être parfaitement dosée, car un surdosage au Nurofen peut avoir des conséquences fatales.

Nombre de produits : 8
Nos marques - Nurofen

Lorsqu’on souffre d’un mal de tête, d’une fièvre ou de divers maux physiques, il est fréquent de recourir à un médicament combinant des propriétés antalgiques et anti-inflammatoires. Parmi les produits disponibles sur le marché, le Nurofen est sans aucun doute l’un des plus utilisés. Il est conçu à base d’ibuprofène et développé par la firme Boots Healthcare International. Sa première production a été effectuée dans les années 60 grâce au travail combiné de différents chercheurs, réalisé sous la conduite du Docteur Stuart Adams. Certes, ce médicament appartenant à la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdien (AINS) peut être obtenu sans ordonnance. Cependant, il est judicieux de se familiariser avec les spécificités du Nurofen avant d’en consommer.

Composition et forme

Le Nurofen est un anti-inflammatoire non stéroïdien qui contient de l’ibuprofène comme principal actif. Les excipients de ce médicament sont : stéarique acide, croscarmellose sodique, sodium laurylsulfate, sodium citrate, silice colloïdale anhydre, gomme arabique nébulisât, talc, carmellose sodique, saccharose, macrogol 6000, titane dioxyde, encre d'impression noire, gomme laque (shellac), fer oxyde noir, alcool isopropylique, butanol, éthanol dihydraté, eau purifiée ainsi que du propylène glycol.

 

Ce médicament non soumis à une prescription médicale est disponible en comprimé enrobé. Il peut être proposé en plaquette et en flacon. Dans ce cas, les patients peuvent opter pour du Nurofen 200 mg ou 400 mg. Il est également possible de trouver du Nurofen en tube, à savoir le Nurofen 5 %-gel, sur le marché.

Le Nurofen, efficace contre le mal de dos ?

Le mal de dos est l’une des maladies du 20e siècle. De nos jours, bon nombre de personnes à travers le monde en souffre. Dans la plupart des cas, ce problème est d’ordre mécanique et localisé au niveau de la colonne vertébrale. Les douleurs dorsales sont passagères lorsque leur source est superficielle. Dans le cas où les douleurs sont plus intenses, il est possible de recourir à diverses options pour atténuer la douleur. Avant d’envisager de consulter un ostéopathe, vous pouvez commencer par vous adresser à votre médecin traitant. En général, il va prescrire un médicament contre la douleur comme le Nurofen. La consommation de ce dernier doit être faite en respectant scrupuleusement les recommandations du médecin. 

 

Grâce à l’ibuprofène contenu dans le Nurofen, la douleur s’atténuera puisque ce principal actif va stopper le développement de cyclo-oxygénase, à savoir les COX-1 et COX-2. La première est une enzyme responsable de la multiplication des prostaglandines, le canal de la douleur. Le COX-2 est, quant à lui, un agent favorisant la production de cytokines et des interférons. Ce sont des molécules typiques de l'inflammation. Outre la consommation des comprimés de Nurofen, il est également possible d’utiliser le gel Nurofen. Un massage pénétrant avec cette crème peut faire disparaître les douleurs durablement.