» » Alimentation pour bébé

Alimentation pour bébé

Focus sur les laits de bébé pour le biberon

Outre le lait maternel, il n’est pas toujours évident de s’y retrouver quand il est question de la nutrition adaptée aux tout-petits. Dans les premiers mois, l’alimentation du bébé se compose essentiellement de lait. À défaut du lait maternel, les parents sont souvent obligés de passer au lait infantile. Pourtant, il est parfois difficile de faire un choix, car le marché est saturé avec les nombreuses marques et produits disponibles. Le problème devient d’autant plus complexe quand vient le moment où le lait doit être accompagné d’une variété d’aliments pour éveiller la curiosité gustative du bébé. Dans tous les cas, le choix s’effectue en fonction du développement de l’enfant, de sa naissance jusqu’à une certaine période de sa croissance.

 

De sa sortie du ventre de la mère jusqu’à son quatrième mois, le lait 1er âge est l’alimentation la plus adéquate quand le bébé est nourri au biberon. Afin de rassurer les mamans les plus sceptiques, il est important de savoir que les laits infantiles sont conçus et élaborés de façon très méticuleuse et font l’objet de nombreux contrôles qualité. Ils apportent ainsi les valeurs énergétiques essentielles à l’enfant. C’est pour cela que la plupart des laits 1er âge sont constitués de protéines et de vitamines, dont des vitamines D et K, mais également de sels minéraux et de graisses. D’un point de vue scientifique, la qualité nutritionnelle de ce produit s’inspire des propriétés bénéfiques du lait maternel.

 

Quelques astuces pour faire le biberon

Pour préparer le biberon, il est conseillé d’utiliser une eau qui présente une faible teneur en minéraux. Pour cela, privilégiez les eaux qui portent la mention « convient à l’alimentation des nourrissons ». Dans le cas où le bébé est sujet à une quelconque hypersensibilité aux protéines de lait de vache, le pédiatre vous orientera vers le lait le plus approprié à l’enfant. Si un des parents présente une allergie, un lait hydrolysé de nature HA est conseillé pour son enfant pour pallier l’éventualité d’une maladie héréditaire. Si le bébé a tendance à régurgiter de manière plus ou moins intense, le spécialiste pourra vous préconiser un lait assez épaissi comme ceux qui sont appelés AR. Pour l’alimentation du bébé, il existe un certain nombre de laits proposés en ligne. Ils sont généralement accompagnés de toutes les indications nécessaires pour guider les parents dans leur choix et les aider à préparer correctement le biberon.

 

Un petit aperçu des posologies à considérer

Dans les conditions normales, les tout-petits prennent en moyenne 6 biberons par jour, avant de passer ensuite à 5, pour terminer avec 4 biberons par jour à partir de l’âge de 4 mois. Dès le 5e mois, il est même préférable de changer de lait et de passer au lait 2e âge, appelé aussi lait de suite. Il va s’y habituer et l’adopter jusqu’à sa 1re année. Si l’enfant est du genre glouton, il est tout à fait possible de penser à épaissir son biberon en y ajoutant des céréales, surtout à partir de l’âge de 6 mois.

 

L’importance du lait dans l’alimentation du bébé

Si l’on se réfère à la croissance normale d’un enfant, les nourrissons grandissent essentiellement grâce à une alimentation lactée. Qu’il s’agisse de lait maternel, de lait de croissance ou des laitages qui accompagnent une alimentation variée, le lait fait partie des aliments indispensables au développement de l’enfant. Il n’est plus à expliquer que le lait possède une multitude de bienfaits pour l’organisme des bébés. De par sa composition, il offre, entre autres, les éléments nécessaires au bon développement des os et des dents. Il contient aussi des substances actives qui stimulent les défenses immunitaires et le cerveau de l’enfant. Il faut également noter que le lait est une source importante de calcium, de minéraux, de molécules nécessaires à la formation progressive des os et de la dentition, et ce, qu’il soit maternel ou infantile.

 

En outre, le lait recèle d’autres éléments comme la vitamine D qui contribue à l’absorption du calcium et du phosphore. Ce précieux liquide joue aussi un rôle important dans la minéralisation des os. En effet, il offre une base solide à la croissance des nourrissons. Par ailleurs, le fer, les acides gras essentiels comme les omégas-3 sont tout autant présents dans le lait maternel ou manufacturé. Ils participent au développement de son cerveau. Le lait maternel et les préparations infantiles contiennent aussi des protéines qui sont utiles pour le système rénal immature de l’enfant.

 

Un aperçu des posologies à prendre en compte

Avant d’aborder ce sujet, il est crucial de bien noter dans un carnet les horaires et les quantités de chaque tétée, surtout au cours des premières semaines. Cela vous sera utile lors des consultations chez le pédiatre. Durant sa première semaine de vie, il est préférable de lui donner 6 à 8 biberons, à raison de 30 à 90 ml. Ensuite, donnez-lui entre 6 et 7 biberons durant les 2e, 3e et 4e semaines. Après 3 ou 4 mois de vie, proposez-lui entre 4 et 5 biberons à raison de 150 à 210 ml par jour. En cas de doute, l’avis d’un médecin ou d’un pédiatre est toujours indispensable.

Cliquez pour vérifier la légalité du site Pharmashopi.com

Pour les nouveaux parents, l’alimentation de l’enfant ne doit pas être prise à la légère. Certes, le lait maternel est la meilleure source de nutriments dont un enfant peut bénéficier pour sa croissance. Cette substance naturelle provenant de la mère contient les éléments nécessaires au bien-être et à la santé des nourrissons. Toutefois, l’introduction d’une alimentation plus variée est tout aussi indispensable au cours de sa vie, surtout lorsque la maman est dans l’impossibilité de fournir du lait maternel.

 

En effet, l’apport d’autres nourritures est crucial pour aider l’enfant à grandir. C’est en quelque sorte pour cela que plusieurs marquent proposent une multitude de solutions, à l’instar des laits pour bébé conçu pour le biberon, pour permettre aux parents de nourrir leurs enfants convenablement.

Mon bébé ne veut rien avaler : est-ce normal ?

Le refus de la cuillère chez le bébé est très courant. Plusieurs facteurs peuvent l’expliquer. Soit il est malade, soit il est fatigué, ou tout simplement la nourriture n’est pas à son goût. Peut-être aussi qu’il n’a pas faim et il veut jouer ou il a sommeil. L’appétit varie selon le bébé. Si le vôtre n’a pas trop d’appétit, vous ne pouvez rien y faire.

 

D’autres facteurs peuvent affecter l’appétit d’un bébé, à savoir le rhume ou une poussée dentaire (voir également : Camilia unidose contre la poussée dentaire) qui cela peut freiner son appétit pendant une ou deux semaines. Quand la dysphagie apparaît, les parents s‘inquiètent, il est possible que leur enfant souffre de carence alimentaire. Selon les statistiques, la carence la plus fréquente chez le bébé est la déficience en fer. Pour l’éviter, il est recommandé d’allaiter exclusivement les 6 premiers mois.

 

L’alimentation conseillée pour bébé jusqu’à 6 mois

Le lait maternel reste le meilleur choix pour l'alimentation du nourrisson. Il contient tout ce qu’il faut pour sa croissance : protéines, graisses, sels minéraux, vitamines (excepté K et D). L’allaitement fournit des anticorps qui renforcent ses défenses immunitaires (voir également : des probiotiques pour booster les défenses immunitaires) La diversification ne doit jamais avoir lieu avant 4 mois ou 6 mois. Si vous choisissez l’allaitement artificiel, de la naissance à 4 ou 6 mois, utilisez de l'eau faiblement minéralisée avec le lait premier âge. La quantité évolue chaque mois. Demandez le conseil du pédiatre sur la dose adaptée à votre enfant.

 

À la fin du 4e mois, procédez à la diversification. Si vous allaitez, elle peut faire office de sevrage, en passant du lait maternel au lait 2ème âge. À 5 mois, composez les repas de Bébé avec du lait et un légume par jour, par exemple des haricots verts, pommes de terre ou carottes, à l’heure du déjeuner. Toutefois, évitez le blé et le seigle du fait de leur forte teneur en gluten. Il en est de même pour les légumes au goût fort ou riche en fibres : choux, raves, navets, céleri, poivrons...