Pomme

Ergysport stim Nutergia - 60 gélules
Produit en stock
15.63 €

Composition de la pomme

Les parties pouvant être utilisées par le pommier sont les bourgeons, son écorce, ses feuilles, ses fruits, leurs pelures et son cidre. Utilisée en décoction, l’écorce du pommier a des vertus toniques et astringentes. Les feuilles prises en infusion s’avèrent être un excellent diurétique. Celles-ci sont employées pour lutter contre les inflammations des reins et de la vessie. Une pomme bien mûre est un excellent rafraîchissant, laxatif et calmant.

 

Ce fruit est également un parfait anticatarrhal, un antidiarrhéique et un diurétique. De plus, la pomme entre en action pour s’opposer à la formation d’acide urique dans de très nombreuses inflammations, notamment les gouttes, les rhumatismes, les artérioscléroses et les eczémas chroniques.

 

Le cidre possède une action préventive contre la formation de calculs. Toutefois, celui-ci peut prédisposer aux gastrites hyperchlorhydriques. Le suc des pommes est un excellent diurétique et un excellent raffermissant de tissus cutanés. Les bourgeons du pommier, notamment le macérât de gemmothérapie, est un excellent antioxydant. C’est également un parfait protecteur vasculaire et un régulateur des hormones stéroïdiennes. Le bourgeon possède une action régulatrice hormonale pouvant réduire l’hypercholestérolémie. Il renforce le cholestérol HDL, bon cholestérol et diminue le cholestérol LDL, mauvais cholestérol.

 

85 % du poids de la pomme est constitué d’eau et 10 à 12 % de sucre. Il faut savoir que la caractéristique chimique de ce dernier n’est pas néfaste pour les diabétiques. La pomme renferme des vitamines importantes telles que les vitamines A, B1, B2, C et PP. Ce fruit est également composé d’acides organiques, de sels minéraux et d’oligo-éléments. Il s’agit de calcium, de cuivre, de magnésium, de chlore, de fer, de soufre, de potassium et de phosphore. La pomme contient également de la pectine participant à la baisse du niveau de cholestérol dans le sang. En effet, elle abaisse le taux des mauvais cholestérols, le LDL, tout en augmentant la production de bons cholestérols, le HDL.

 

Pouvant être considérée comme un alicament, la pomme serait efficace pour résoudre différents problèmes de santé. Très peu calorifique, la pomme compte environ 40 calories par 100 g. De plus, elle ne contient presque pas de matière grasse. Lorsqu’elle est consommée crue, la pomme est un bon astringent contenant du fructose. Ce fruit est idéal pour faire baisser le taux d’insuline et peut donc être consommé par les diabétiques.

 

La pomme est également l’alliée idéale pour lutter contre les maladies cardiovasculaires, incluant la crise cardiaque. En effet, elle est riche en flavonoïdes ayant d’excellentes propriétés antioxydantes. De plus, la pomme contient également des phytonutriments. Ces derniers seraient parfaits pour prévenir la maladie de Parkinson. Il faut savoir qu’il est conseillé de consommer des pommes biologiques, notamment afin de permettre de consommer la peau, source de la plupart des bienfaits de la pomme.

 

Une étude avait été réalisée à Boston aux États-Unis. Les résultats de cet essai avaient montré les propriétés anti-cancer de la pomme. De ce fait, consommer une bonne quantité de ce fruit tous les jours pourrait réduire d’environ 20 % le risque de développer une tumeur. Des résultats d’études ont été publiés sur le journal médical d’Oxford University Press « Européan Sociéty for Medical Oncology ». Ceux-ci démontrent effectivement que les personnes mangeant plusieurs pommes quotidiennement réduiraient d’environ 21 % le risque de cancer.

 

Il faut savoir que cette étude mentionne que la variété de pomme la plus efficace serait la fameuse « Granny Smith ». Selon cette étude, ce résultat serait attribué à un antioxydant présent dans la pomme, les procyanidines. Ces derniers seraient capables de lutter de façon efficace contre le vieillissement des cellules et ainsi lutter contre le développement des tumeurs.

 

Une étude européenne avait mentionné que la pectine contenue dans la pomme serait en mesure d’atténuer les dégâts des substances toxiques. Ces derniers sont probablement cancérigènes pour l’homme et sont présents dans l’air extérieur dans les grandes villes. Par conséquent, cet essai recommande d’ajouter la pomme dans le régime alimentaire des personnes habitant dans les villes polluées.

 

Bienfaits de la pomme

La pomme possède un pouvoir antioxydant contribuant à la réduction du risque de maladie cardiovasculaire. En effet, les antioxydants renfermés dans la pomme peuvent aider à diminuer et à prévenir l’oxydation des lipides en circulation dans le sang. Ainsi, le taux de cholestérol sanguin se voit diminuer. Une récente étude avait mentionné que la consommation de pommes crues peut aussi réduire l’incidence du SCA ou syndrome coronaire aigu. Particulièrement efficace chez les hommes, ce syndrome comprend l’angine de poitrine instable et l’infarctus du myocarde.

 

La pectine renfermée dans la pomme aurait des effets bénéfiques dans la diminution du cholestérol sanguin. Des études menées avec des rats ont permis de montrer que chez eux, la pectine permettrait d’éliminer une quantité importante de cholestérol par les selles. De plus, des études chez l’humain ont été menées avec la combinaison de pectine de pomme et des fibres solubles comme la gomme de guar et la gomme arabique. Les résultats de cette étude ont démontré que cette combinaison peut provoquer la réduction du cholestérol sanguin, notamment le mauvais cholestérol. Il faut savoir que le jus de pomme aurait des effets bénéfiques sur le profil lipidique et certains marqueurs inflammatoires. Ces effets sont attribués aux flavonoïdes contenus dans le jus de pomme. Ils auraient des effets antioxydants et anti-inflammatoires.

 

Introduire la pomme dans son régime alimentaire au quotidien, idéalement 2, voire plus, par semaine aurait des effets bénéfiques sur la santé. En effet, celle-ci aurait des actions favorables sur la fonction respiratoire, sur l’incidence d’asthme et des affections des voies respiratoires.

 

La pomme contient des polyphénols et des flavonoïdes. Ces derniers peuvent augmenter la capacité antioxydante de l’organisme. De plus, ils réduiraient également la réponse inflammatoire chez les asthmatiques. Toutefois, des études supplémentaires seront nécessaires avant de pouvoir affirmer avec certitude les effets protecteurs qu’elles exercent.

 

En outre, une étude avait été menée chez plus de 2 600 enfants de 5 à 10 ans. Les résultats de cet essai avaient conclu que la consommation journalière de jus de pomme était associée à une incidence moindre de sifflement respiratoire. Il s’agit du symptôme le plus courant de l’asthme constituant un indicateur de cette maladie. D’autre part, consommer des pommes pendant la grossesse peut réduire le risque d’asthme chez les enfants.

 

De nombreuses études ont mentionné que la consommation régulière de pomme peut diminuer le risque de souffrir d’un cancer, notamment le cancer du poumon et le cancer colorectal. Des études in vitro sur des cultures cellulaires et des essais in vivo chez des animaux ont été menés. Les résultats démontrent que consommer régulièrement du jus de pomme, ou une pomme quotidiennement serait bénéfique. En effet, elle aurait des effets préventifs contre le cancer colorectal. Il en est de même pour le cancer du côlon, du sein et du poumon.

 

Il faut savoir que les polyphénols et les autres composés renfermés dans la pomme et son jus auraient des effets antioxydants. Ils aideraient à diminuer la prolifération des cellules cancéreuses. Toutefois, ces dernières hypothèses doivent être validées chez l’humain. Les polyphénols contenus dans la pomme ont montré des effets bénéfiques sur le cholestérol sanguin. Ils avaient également démontré une diminution des lésions dans les vaisseaux sanguins des animaux.

 

Dans une étude menée chez l’humain, la consommation journalière de capsules de polyphénols aurait diminué le cholestérol LDL et le gras viscéral. La posologie recommandée était de 600 mg de capsules de polyphénols extraits des pommes. Les sujets avaient consommé ce dosage pendant 12 semaines. Il faut savoir qu’une pomme fraîche renferme 200 mg environ de polyphénols.

 

Notez que la pomme est une excellente source de vitamine C possédant des vertus antioxydantes. Cet effet bénéfique peut être lié à la consommation de grandes quantités de fruits et de légumes. La vitamine C dans le sang aide à réduire l’oxydation et l’inflammation dans le corps. De plus, elle a un effet protecteur contre l’apparition de certaines maladies dégénératives liées au vieillissement.

 

La pomme renferme aussi de vitamine K entrant dans la fabrication de protéine. Celui-ci joue un rôle dans la coagulation du sang autant dans la stimulation que dans l’inhibition de la coagulation sanguine. Cette vitamine participe également à la formation des os. Il faut savoir que la vitamine K est présente dans l’alimentation. De plus, elle est fabriquée par des bactéries dans l’intestin. C’est pour cela qu’il est rare d’avoir une carence en cette vitamine.

 

Notez que le jus de pomme et la purée de pommes sont d’excellentes sources de manganèse. Ce dernier est un cofacteur de plusieurs enzymes facilitant une douzaine de différents processus métaboliques. Celui-ci est également impliqué dans la prévention des dommages causés par les radicaux libres.

 

La pomme est également une alliée pour réduire le risque de diabète. En effet, la pectine renfermée dans la pomme fournie de l’acide galacturonique au corps. Celui-ci est idéal pour abaisser les besoins en insuline et aide à la gestion du diabète. Une étude menée en 2005 avait démontré que les femmes mangeant au moins une pomme au quotidien avaient une réduction de 28 % du risque de développer un diabète de type 2.

 

La pomme aide à la digestion, car elle est riche en fibres facilitant la digestion. En effet, les pelures des pommes sont connues comme étant les meilleurs déchets et un remède pour la constipation. La pomme aide également à maintenir une santé dentaire, notamment à cause de ses fibres et ses vertus antivirales. En effet, les fibres contenues dans les pommes nettoient les dents. De plus, les bactéries et les virus sont maintenus hors de la bouche grâce aux propriétés antivirales de la pomme. En outre, mâcher ce fruit stimule la production de la salive dans la bouche. Ainsi, elle aide à la réduction des caries dentaires en réduisant la quantité de bactéries.

 

La pomme est idéale pour renforcer les os. En effet, ce fruit renferme des flavonoïdes appelés phloridzine. Ce dernier est connu pour protéger les femmes proches de la ménopause contre l’ostéoporose. De plus, il augmente aussi la densité des os. En outre, ce fruit renferme également le bore, une substance qui aide à renforcer les os.

 

La pomme permet d’avoir un meilleur système immunitaire. La pectine contenue dans la pomme peut aider à réduire l’inflammation et amplifier le système immunitaire. Une étude à l’université de l’Illinois avait été menée sur cette fibre soluble. Les résultats de cet essai avaient démontré qu’elle peut transformer des cellules immunitaires en augmentant la production de l’interleukine-4. Il s’agit d’une protéine anti-inflammatoire.

La pomme est également l’alliée idéale pour aider à perdre du poids. Étant faible en calories, elle permet de remplir l’estomac. La pomme peut réduire le risque de la maladie d’Alzheimer.

 

Une étude avait été menée à l’université du Massachusetts-Lowel sur la pomme et le jus de pomme. Les résultats avaient démontré que la consommation de ces derniers améliorerait la santé du cerveau. Ainsi, ils permettent de réduire le risque de la maladie d’Alzheimer. Une autre étude avait été menée chez Cornelle Université. Cet essai s’est concentré sur la quercétine contenue dans la pomme. Les résultats de cette étude avaient démontré que celle-ci protège les cellules du cerveau, notamment contre les dommages des radicaux libres pouvant mener à la maladie d’Alzheimer.

 

La pomme peut également favoriser la croissance des cheveux. Cette affirmation avait été confirmée par une étude japonaise. Cet essai avait été mené sur des animaux et indique que les procyanidines B2 contenus dans la pomme favoriseraient la croissance des cheveux. La pomme protège aussi contre la cataracte et la dégénérescence maculaire. En effet, la pomme renferme une quantité considérable de vitamine A et de vitamine C. Ces dernières empêchent la dégénérescence maculaire relative à l’âge et protègent contre la cataracte.

 

Les risques de la pomme

Noter que la pomme renferme du fructose et du sorbitol. Il s’agit de sucre pouvant occasionner des maladies gastro-intestinales chez les personnes sensibles, notamment des ballonnements, des gaz ou des diarrhées. Notez que ces malaises peuvent être ressentis chez les adultes à partir de 10 g de sorbitol par jour.

 

Il faut savoir qu’une portion de 50 g ou plus de fructose au quotidien peut aussi occasionner des diarrhées. Un verre de jus de pomme renferme 6 fois plus de sorbitols qu’une pomme fraîche, notamment 2,6 g dans un verre de 250 ml de jus de pomme contre 0,4 g dans une pomme fraîche. De plus, la différence n’est pas conséquente concernant le fructose. En effet, un verre de jus de pomme renferme 14,2 g contre 8,2 g dans une pomme fraîche.

 

La teneur en sucre naturel contenu dans une pomme est assez élevée. De ce fait, elle ne peut pas prévenir les caries et pourrait même en causer si elle est consommée en grande quantité. Il est donc conseillé de se brosser les dents après avoir mangé une pomme. Toutefois, la pomme consommée crue fournit un massage bénéfique des gencives. De plus, elle protégerait contre les maladies parodontales, notamment la gingivite et la parodontite.

Définition de la pomme

La pomme est un fruit issu de la famille des rosacées. Elle possède différentes couleurs, notamment le jaune, le rouge en passant par la verte. Ce fruit possède une saveur sucrée, douce ou acidulée. Fruit du pommier, la pomme se récolte de septembre à mai. Avec un poids allant jusqu’à 150 g, la pomme possède une chair croquante ou farineuse. Les variétés de pomme les plus utilisées dans la culture industrielle sont le Gala, le Braeburn, Granny Smtih et surtout la Golden Delicious. D’ailleurs, ses variétés sont particulièrement sensibles à la maladie et doivent recevoir plus d’une trentaine de traitements.

 

Faux fruit ou fruit complexe, la pomme provient des arbres du genre malus ou malus domestica. Il s’agit d’un fruit composite constitué à la fois par l’ovaire, la base des pièces florales et le réceptacle. Cet ensemble est soudé, charnu avec une forme quasi sphérique. La pomme possède une pulpe homogène à l’opposé des poires qui contiennent des cellules sclérifiées.

 

Fruit comestible, le pommier représente l’espèce la plus cultivée du genre malus. Il s’agit d’un arbre originaire d’Asie centrale qui est cultivé depuis des milliers d’années en Asie et en Europe. Elle a été importée en Amérique du Nord par les colons européens. Il faut savoir que la pomme possède une signification religieuse et mythologique dans de nombreuses cultures.

 

S’ils sont cultivés à partir de graines, les pommiers sont grands. En général, les pommes sont cultivées et se multiplient par greffage sur des porte-greffes. Cela afin de contrôler la taille de l’arbre. Avec plus de 7 500 cultivars de pommier, ils sont surtout cultivés pour leurs goûts et utilisations divers, notamment pour la cuisson, la consommation crue et la production de cidre. Il faut savoir que la pomme et le pommier sont sujets à quelques problèmes fongiques, de bactéries et de nuisibles. Ces problèmes sont alors contrôlés par des moyens biologiques ou synthétiques.

 

Le pommier est un arbre qui mesure en général entre 2 et 4,5 mètres de haut en culture. À l’état sauvage, le pommier peut atteindre jusqu’à 9 mètres de hauteur. Cette différence s’explique par le fait que différents aspects des pommiers cultivés sont déterminés par sélection des porte-greffes, notamment sa taille, sa forme ainsi que sa densité. Les feuilles du pommier sont alternes, ovales et de couleur vert -foncé. Elles possèdent des bords dentelés avec un dessous légèrement duveteux.

 

Les fleurs produites par le pommier mesurent entre 3 et 4 cm et sont composées de cinq pétales blancs. Ces dernières peuvent posséder une teinte rose s’estompant progressivement. L’inflorescence de celles-ci est composée d’une cyme de quatre à six fleurs. Il faut savoir que c’est la fleur centrale qui s’ouvre en premier et développe un fruit plus gros. Cela est également qualifié de floraison royale.

 

Histoire de la pomme

Vers l’an 1 100, la célèbre chanson de Roland a fait entrer le terme pomme dans la langue française, sous la forme de pume. Venant du latin populaire « poma » et ayant remplacé le « malum » latin classique, ce terme signifie fruit. En effet, le terme malum signifie mal ou mauvais. Celui-ci renvoie à des mythes abondant dans de nombreuses cultures voyant la pomme comme un symbole de débauche. En effet, l’Église catholique romaine avait voulu diaboliser tous les symboles associés au mal, notamment la pomme. Cela afin de décourager les fidèles persistant dans leur pratique païenne. C’est ainsi que la pomme fut appelée malum, pour devenir ensuite malus. D’ailleurs, c’est encore le nom latin de ce fruit.

 

La pomme s’est également vu associer l’image du pentagramme symbolisant la déesse mère. Cela, car la fleur du pommier compte 5 pétales et son fruit abrite ses pépins dans une structure à cinq branches. Le pommier est originaire d’une vaste région de la Chine, depuis le Caucase jusqu’aux monts Tian Shan. En effet, cette région accueille toujours des colonies de Malus Sieverssi. Il s’agit de l’un des ancêtres sauvages probables des espèces cultivées de pommiers et de pommetiers. Il faut savoir que l’espèce consommée actuellement est un hybride ne poussant pas naturellement à l’état sauvage.

 

En effet, la pomme consommée aujourd’hui aurait commencé à être diffusée 8 000 ans avant notre ère. Elle avait emprunté les routes primitives créées pour les besoins du commerce avec les marchands et les voyageurs. Des fouilles à Jéricho, vallée du Jourdain, a permis de faire la découverte de plusieurs milliers d’années des vestiges de pomme. Ces derniers auraient daté de plusieurs milliers d’années.

 

Le philosophe grec Théophraste avait décrit 6 variétés de pommiers trois cents ans avant notre ère. Il décrivait également les soins à apporter à ces arbres et aux techniques de greffe pour les faire multiplier. À l’époque, on savait déjà que les arbres issus de semis direct donnaient de pires fruits comparés à ceux des arbres greffés. Les Romains excellaient dans la culture de la pomme. Ils ont alors répandu celle-ci dans tout l’Empire, mais aussi dans les îles britanniques. Au premier siècle de notre ère, la pomme connaissait déjà une trentaine de variétés.

 

Le pommier avait été introduit en France dans la vallée de la Loire. Elle connaîtra alors un développement dans les jardins des châteaux. Rien qu’en France, 100 variétés de pommiers avaient été dénombrées au XVIe siècle. Au XIXe siècle, un pépiniériste français avait offert plus de 500 dans son catalogue.