LIVE SHOPPING : Chute de cheveux ? On ne vous laisse pas tomber ! >> Je m'inscris !

Ananas

Bromélaïne 300 mg Solgar - pot de 60 gélules
Victime de son succès
31.50 €
Arkogélules Ananas Arkopharma - boîte de 45 gélules
Produit en stock
7.85 € 6.85 €
-13%
Ergypaïne Plus Nutergia - 60 gélules
Produit en stock
24.65 €
Programme Minceur Bio Arkopharma - boîte de 30 jours
Produit en stock
24.90 € 23.90 €
-4%

Composition et intérêt nutritionnel de l’ananas

Source de sucre

Étant un fruit exotique, l’ananas renferme un taux de sucre légèrement élevé par rapport à la majorité des fruits. Pour 100 g, il contient 10,4 g de sucre. Cette proportion n’est atteinte qu’au terme de la maturité du fruit.

 

Ce sucre se compose de glucides rapides ou simples et de 2/3 de saccharose ou sucre de table. Il recèle également du fructose et du glucose, mais en plus faible quantité. On retrouve ces sucres sous la peau de l’ananas.

 

En dépit de sa haute teneur en glucide, l’ananas demeure un fruit à index glycémique moyen. Ses sucres, dits lents, sont inaptes à élever rapidement le taux glycémique dans le sang. Ils doivent cela à leur action conjuguée avec les fibres et les acides organiques (vitamines C) du fruit. De ce fait, l’ananas convient aux personnes diabétiques, mais à ration raisonnable (100 à 150 g par jour).

 

Pour 100 g, l’ananas apporte 53 kcal. Ce qui équivaut à 2,7 % de la valeur nutritionnelle de référence pour un adulte. De son faible apport calorifique (4 % de l’apport énergétique moyen pour un adulte), les personnes en surpoids peuvent s’en délecter sans modération.

Désaltérant et hydratant

Gorgé à 86 % d’eau, l’ananas est un fruit juteux par excellence. En consommer 150 g équivaut à boire un verre d’eau entier. De ce fait, il contribue grandement à l’hydratation de l’organisme.

Net apport en fibres

Bien que l’ananas contienne une quantité de fibres inférieure à la plupart des fruits, cela ne l’en soustrait pas les bienfaits de cet élément. Avec 1,3 % de teneur en fibres de cellulose et d’hémicellulose, il est à même de réguler le transit intestinal. Ces fibres se trouvent essentiellement dans la pulpe du fruit. La chair de l’ananas en est ainsi bien tolérée chez les sujets souffrant de syndrome d’intestin irritable.

Vitamines C et B de l’ananas

Ce fruit fait partie des aliments richement fournis en vitamine C. Ce dernier constitue un précieux allié des défenses immunitaires. Il contribue également à l’assimilation du fer d’origine végétale. Bien protégée par la peau épaisse du fruit, cette vitamine conserve tout son pouvoir nutritionnel tout au long de la conservation du fruit. En chiffre, l’ananas apporte jusqu’à 45,5 % de vitamine C de la valeur nutritionnelle de référence pour 100 g d’ananas cru.

 

Cela dit, ce fruit présente également quelques traces de vitamines B : B1, B5, B6 et B9. Les vitamines B1, B6 et B9 sont connus pour contribuer au bon fonctionnement du système nerveux. S’ajoute à cela une petite portion de bêta-carotène (provitamine A). Cette vitamine sert essentiellement à donner la couleur jaune de la pulpe du fruit.

Les minéraux de l’ananas

D’emblée, l’ananas recèle une grande quantité de manganèse. Il en fournit une quantité 2,5 fois plus grande que l’apport nutritionnel de référence chez l’adulte. Combiné à une petite proportion de cuivre, cet oligo-élément confère au fruit de puissantes propriétés antioxydantes. Hormis ces minéraux et oligo-éléments, l’ananas se pourvoit également de calcium, de magnésium et de potassium. L’action conjuguée de ces trois éléments avec les acides organiques du fruit favorise la régulation de la tension artérielle. Cela attribue à l’ananas un caractère alcalinisant. Il peut ainsi éliminer les surplus d’acide générés par une surconsommation de sel et de protéines ou un excès d’activités physiques. À part cela, ce fruit contient d’autres oligo-éléments en infime quantité, dont du fer et du zinc.

Ananas et polyphénols

L’ananas contient une quantité modérée de polyphénols totaux de type stilbènes, environ 2,96 mg pour 100 g du fruit. Ce composé jouit d’un haut pouvoir antioxydant lorsque son action est couplée à la vitamine C, au bêta-carotène, au cuivre et au manganèse du fruit. De ce fait, ce dernier enraie peu ou prou le développement de moult pathologies alimentées par le stress oxydatif, citons les maladies cardiovasculaires, les cancers ou encore les maladies neurodégénératives.

 

Le principe actif de l’ananas : la bromélaïne

Présentation de la broméline

En dehors de ses nutriments, l’ananas doit également ses multiples vertus pour la santé à son principe actif : la bromélaïne, dite aussi broméline ou bromélase. Il s’agit d’une protéase végétale et d’un complexe d’enzyme protéolytique rare. Il est formé de 8 enzymes protéolytiques comme la glycoprotéine, de multiples composants non spécifiques (glucosidase, cellulase, péroxydase, etc.) ainsi que de substances insolubles (minéraux, pigments colorés, acides et solvants organiques).

 

La bromélaïne est partiellement absorbée et conserve la majeure partie de ses propriétés enzymatiques au niveau du système digestif. Elle passe aussi par le sang et jouit ainsi d’une activité systémique.

 

Une fois dans le corps, ce complexe enzymatique peut briser les liaisons peptidiques de protéines facilitant ainsi leur assimilation. Il les décompose en morceaux de peptides de plus petite taille et en acides aminés. De manière générale, ce composant est apte à digérer les protéines, la cellulose et certains glucoses.

 

Souvent proposée en compléments alimentaires, la bromélaïne est extraite de la tige, des feuilles et de la racine de l’ananas. Elle est contenue en petite quantité dans la chair du fruit.

Posologie

En général, le corps peut assimiler 500 à 1500 mg de bromélaïne par jour, et ce, au risque de contracter un quelconque effet indésirable. En administration interne (voie orale surtout) et sous forme de compléments alimentaires, on exhorte comme posologie 125 à 500 mg de bromélaïne 3 fois par jour afin de traiter les œdèmes après une opération ou un traumatisme, ou encore pour calmer un trouble digestif ou des douleurs arthritiques ou rhumatismales. Comme la bromélaïne est une enzyme, son efficacité varie suivant son activité enzymatique. Cette information est exprimée en GDU/g (Gelatin Digesting Units par gramme). En principe, on a comme seuil 1000 à 5000 GDU/G. 

 

Les compléments alimentaires à base de bromélaïne se prennent usuellement entre les repas. En cas de troubles de digestifs, ils s’administrent au cours du repas.

Petit historique de la découverte de la bromélaïne

La découverte de cette enzyme commence au XVIe siècle, après que l’ananas fut importé en Asie Pacifique. À l’époque, la bromélaïne et ses vertus demeurèrent encore inconnues et non définies. Cependant, le fruit était déjà plébiscité à l’époque pour ses vertus cicatrisantes, digestives et anti-inflammatoires. À la fin de XIXe siècle, des études ont permis d’identifier chimiquement l’enzyme. À partir de la fin des années 50, celle-ci fut introduite dans la médecine occidentale. En 1957, Ralph Heinicke, docteur en biochimie au Pineapple Research Institute d’Hawaï, a mis en évidence le fait que cette enzyme se trouvait en grande partie dans les tiges de la plante. Cela a eu pour effet de piquer la curiosité des Européens.

 

Ces diverses recherches ont mené à diverses utilisations de ce complexe enzymatique. Par exemple, il devint très utilisé en industrie agroalimentaire afin d’augmenter la tendreté de la viande. En médecine, il est préconisé pour accélérer la cicatrisation après une opération chirurgicale ou pour traiter phlébite et sinusite. Dans la médecine traditionnelle nipponne et hawaïenne, l’on se sert de gomme de latex de broméline pour faciliter la digestion et pour traiter certains types de cancers.

Vertus de la bromélaïne

En dépit de ses multiples vertus, l’EFSA (European Food Safety Authority) et la Commission Européenne ne cautionnent qu’une seule vertu de la bromélaïne. Elles reconnaissent son caractère anti-inflammatoire et invalident ses effets sur les jambes lourdes, sa capacité à fluidifier le sang, son caractère digestif, son pouvoir anticellulite et son effet immunomodulateur. Cette décision datant de 2012 reste inchangée jusqu’à présent. Les allégations, hormis celle de ses propriétés anti-inflammatoires, sont interdites aux produits contenant de la bromélaïne ou des extraits d’ananas.

 

Au-delà de ces restrictions, les atouts thérapeutiques à la bromélaïne sont multiples :  

  • Préparation à une endoscopie digestive

En vue d’effectuer une désinstallation de ballon gastrique ou une préparation à une coloscopie, il est nécessaire de préalablement vider l’estomac ou de préparer le côlon. Pour ce faire, il suffit de consommer 1 litre de jus d’ananas par jour durant 3 jours avant l’intervention ou 1 litre de jus d’ananas combiné à 2 litres de boissons laxatives. Cet effet vidange du fruit provient notamment de l’action des enzymes de la bromélaïne.

  • Effet anti-inflammatoire et analgésique

Des études supposent que la bromélaïne jouit de propriétés anti-inflammatoires et antidouleur. Cela suggère qu’en supplémentation, elle peut bloquer les réactions inflammatoires et prévenir les gonflements survenant après une opération chirurgicale, une contusion ou un hématome.

 

Par exemple, dans le cadre d’une extraction de dents de sagesse, la prise de compléments alimentaires à base de bromélaïne peut éventuellement soulager la douleur, les œdèmes et les rougeurs durant la semaine suivant l’intervention.

 

De récentes études ont aussi démontré l’efficacité anti-inflammatoire de ce composant en cas de douleurs articulaires comme des crises d’arthrose, une polyarthrite rhumatoïde, des tendinites et certaines douleurs musculaires. Il réduit les inflammations, les douleurs et les œdèmes qui en découlent. À raison de 4 semaines de traitement, on a pu vérifier que celui-ci était aussi efficace que le diclofénac quant à l’atténuation des symptômes de l’arthrose du genou.

 

Une étude iranienne de 2016 a pu prouver son efficacité à apaiser la douleur périnéale et à cicatriser les plaies après une épisiotomie.

  • Pour apaiser la sinusite

Dans la médecine traditionnelle, l’ananas était plébiscité dans le traitement des bronchites, des rhinites, de l’asthme et des sinusites. Par l’action décongestionnante de la bromélaïne, ce fruit soulage ces types d’affection. Suivant des études thérapeutiques, ce complexe enzymatique peut potentiellement être utilisé pour traiter en appoint des cas de sinusites aiguës.

  • Bonne alliée contre le cancer

La bromélaïne de l’ananas a fait mouche quant à son intérêt dans la prévention, voire dans le traitement de certains cancers. Suivant des études préliminaires, celle-ci peut effectivement réguler le fonctionnement du système immunitaire. De son effet immunomodulateur, elle peut activer les globules blancs de type monocytes. Elle peut aussi, par la même occasion, stimuler la production des cytokines ou molécules de l’inflammation aptes à neutraliser les cellules cancéreuses. Cela prévaut surtout en cas de cancer du sein. La bromélaïne peut aussi enrayer la multiplication des cellules cancéreuses au niveau du côlon et ainsi favoriser leur apoptose ou mort naturelle. 

 

De manière générale, cette enzyme s’en prend directement aux cellules malignes du cancer et à leur microenvironnement. Elle stimule et régule les réponses immunitaires, inflammatoires ainsi qu’hémostatiques.

  • La référence contre les troubles de digestion

Ce complexe transforme les protéines ingérées en acides aminés. Cela les rend ainsi plus digestes et favorise leur assimilation. En améliorant l’absorption des protéines, la bromélaïne allège les ballonnements, les brûlures d’estomac et les flatulences. Elle contribue également à la stimulation de l’action des enzymes de l’organisme en cas de troubles digestifs et intestinaux. Elle peut ainsi soulager divers maux tels qu’une dyspepsie ou une diarrhée. Dans certains cas, elle a une action vermifuge et anti-candida.

  • Protège le cœur

La bromélaïne de l’ananas est connue pour son effet antiagrégant plaquettaire. Elle est susceptible de fluidifier le sang. Elle peut ainsi réduire la formation de caillots sanguins et éviter les thromboses et les congestions des vaisseaux. Ce qui lui confère un caractère cardioprotecteur et réducteur de risque d’AVC (accidents cardiovasculaires).

  • Autres applications de la broméline de l’ananas

Lorsque la bromélaïne est formulée à 35 % dans une crème, elle permet d’accélérer le processus de guérison des brûlures et des plaies. Pour ce faire, elle ôte les tissus endommagés.

Cette enzyme est aussi connue pour compenser des déficiences pancréatiques. Elle peut notamment substituer certains enzymes du pancréas.

En cuisine, la bromélaïne de l’ananas attendrit la viande. Elle permet ainsi d’enclencher plus tôt la « digestion » de ces protéines.

Pour terminer, l’ananas et sa bromélaïne jouissent d’une réputation minceur, affirmation que réfute l’EFSA. Certaines allégations déclarent que cette enzyme démonterait les fibres protéiques ceinturant le tissu de la cellulite. Cela aurait pour effet de libérer les mailles piégeant la graisse.

À part cela, ce complexe enzymatique peut faire cailler le lait, mais cela s’applique rarement au niveau de l’estomac. Pour cause, il est à action très courte et est donc rapidement inactivé. Il inhiberait également la sécrétion de prostaglandines, hormones responsables de l’inflammation. Il peut, dans la même foulée, éclaircir le sang.

 

Comment bien consommer l’ananas ?

Le meilleur moyen de tirer profit de ses vertus est de consommer le fruit cru et frais. Il est aussi possible de boire le jus de sa pulpe ou d’extraire les nutriments de son épaisse peau en le mettant à bouillir. Sinon, l’ananas se prête à diverses préparations gourmandes et culinaires. On retrouve également l’ananas en conserve. Cependant, cette forme est dépourvue de vitamine C et de bromélaïne, car ces nutriments se sont évanouis sous l’effet de la chaleur et du procédé de conditionnement.

 

Mis à part les plaisirs gourmands, il est également possible de profiter des bienfaits thérapeutiques de l’ananas de bien d’autres manières.

 

En phytothérapie, l’on conditionne le fruit sous forme de poudre, de gélule et de comprimé. Ces produits sont généralement à base d’extraits de sa tige richement nantie en bromélaïne. Ils profitent d’une action anti-inflammatoire et sont prescrits pour soulager des douleurs articulaires comme l’arthrose. Ils se prennent aussi en cas de troubles digestifs de type ballonnements. En utilisation externe, ceux-ci réduisent les gonflements. Ils accélèrent la cicatrisation de plaies ainsi que la guérison des piqûres d’insectes et des plaies.

 

En compléments alimentaires, l’on exploite essentiellement la bromélaïne de l’ananas. Dès lors, cette enzyme est proposée sous forme de gélules, de comprimés, de capsules, de liquides, de poudres ou de bandelettes. Sur le marché, la meilleure référence de bromélaïne pure et à haute activité enzymatique (5000 GDU/g) est attribuée à la marque Dynveo. Cette dernière propose des compléments de bromélaïne extraite à l’eau et enveloppée dans des gélules gastro-résistantes végétales, sans film acido-résistant et sans gélatine. Ces gélules spécifiques sont aptes à protéger l’enzyme d’une hydrolisation dans l’estomac. Cela lui permet d’atteindre sa destination de départ. Dans cette catégorie, on retrouve aussi la capsule DRcaps de Capsugel.

Il existe aussi un médicament allopathique à base de bromélaïne d’ananas qui sert à traiter en appoint les œdèmes post-traumatiques ou à la suite d’une intervention chirurgicale.

 

Ananas : les précautions d’usage et les effets indésirables

Avant de consommer de l’ananas ou de prendre un produit à base de bromélaïne, un avis médical est préconisé dans les cas suivants : grossesse et allaitement, enfants de moins de 6 ans, lésions ou ulcères gastro-intestinaux, traitement anticoagulant à base d’acide acétylsalicylique et de warfarine, prise d’anti-inflammatoires ou d’antibiotiques, intervention chirurgicale imminente et problème hépatique ou rénal sévère.

 

Côté effet indésirable, la consommation d’ananas et de bromélaïne présente un faible risque de réactions allergiques. Toutefois, quelques cas ont été rapportés. Un tel phénomène d’hypersensibilité se manifeste le plus souvent chez les personnes allergiques au latex d’hévéa. Il en va de même chez les sujets allergiques au pollen d’olivier et au venin d’abeille. Comme manifestations, on observe des réactions cutanées, respiratoires ainsi que digestives.

 

Ces effets indésirables ont généralement un lien avec les propriétés de la bromélaïne contenue dans le fruit ainsi qu’à son caractère histamino-libérateur. L’ananas stimule, en effet, la libération d’histamine dans le corps.

 

Il est aussi possible que prendre des produits à base de bromélaïne, mais à forte dose, provoque des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales ou des règles abondantes.

L’ananas est souvent considéré comme un fruit minceur et anticellulite. On lui attribue toutefois d’autres vertus comme antiagrégants plaquettaires et bien d’autres. Ces allégations restent toutefois à prouver, surtout qu’elles ne démontrent jusqu’à présent aucune preuve scientifique. À le décrire, l’ananas se présente plutôt comme un précieux concentré de bromélaïne. Il s’agit d’un complexe d’enzymes qui, par sa composition et par ses propriétés, facilite la digestion des protéines. C’est aussi un composant connu pour être un puissant anti-inflammatoire.

 

Pour avoir une nette idée de l’intérêt nutritionnel et thérapeutique de ce fruit gourmand et exotique, focus sur sa composition, ses principes actifs, ses propriétés et ses diverses utilisations.

 

L’ananas : tout savoir sur ce fruit

Présentation du fruit et de la plante

La plante et le fruit sont tous deux connus sous l’appellation d’« ananas ». La plante herbacée ananas fait partie de la famille des broméliacées. Elle a pour nom botanique ananas comosus. Elle peut atteindre jusqu’à 1,5 mètre de haut. Son fruit se récolte plus d’un an après sa mise en terre. L’ananas-fruit constitue un amalgame de mini-fruits contrecollés les uns aux autres. Au nombre de 60 à 200 unités, chacun de ces fruits constitutifs correspond à une écaille ou un œil de la peau épaisse de l’ananas. On recense plus d’une centaine de variétés d’ananas dans le monde.

 

L’ananas est un fruit qui supporte mal le froid. Sous 8 °C, sa chair se durcit et brunit. Entier, il se conserve à température ambiante durant 4 à 5 jours. Pelé et détaillé, il se garde 24 heures dans le bac à légumes du réfrigérateur, à condition de le mettre dans un récipient hermétique.

 

En médecine traditionnelle, le fruit de l’ananas s’utilise pour guérir les plaies, soulager les inflammations et les lésions de la peau, faciliter la digestion et calmer un rhume. D’un point de vue thérapeutique, consommer de l’ananas permet aussi de soulager les douleurs articulaires. Cela contribue à décroître les œdèmes et à réduire les escarres.

Historique de l’ananas

Ce fruit à écailles serait originaire d’Amérique du Sud, plus précisément du Paraguay. Son appellation lui aurait été donnée par les Indiens Guarani du Brésil. Son nom découlerait du terme « nana nana », signifiant « parfum parfum ». Plus tard, l’ananas fut découvert par les colons. En 1493, Christophe Colomb le remarqua lors de son passage en Guadeloupe. 40 ans plus tard, la plante fut importée en Europe. Elle trouve d’abord racine à la Cour d’Espagne. Puis, jusqu’à la fin du XVIIe siècle, elle se fait cultiver sous serre en France, en Grande-Bretagne et en Hollande. Ce n’est qu’après cette époque que l’ananas s’invite dans les pays tropicaux et subtropicaux où il se répand comme de la poudre de braise. Il se répandit, en outre, en Hawaï, en Inde, en Chine, en Afrique du Sud, aux Philippines, et au sein de divers DROM-COM. Jusqu’en 1980, il comptait parmi les denrées de luxe à titre de consommation confidentielle en France. Mais depuis maintenant 30 ans et plus, il y fait partie des aliments de consommation populaire. En France, on retrouve principalement deux variétés d’ananas, dont le Cayenne et le Victoria.