» » » Que ce passe t'il pour que le nerf sciatique soit douloureux ?

Que ce passe t'il pour que le nerf sciatique soit douloureux ?

mercredi 20 janvier 2021

 

Les douleurs sciatiques peuvent altérer la qualité de vie quotidienne de la personne qui en souffre. En effet, qu’elles soient d’une intensité modérée ou aigüe, elles restent infernales et peuvent être handicapantes lors des activités simples durant la journée. Qu’est-ce qui cause cette douleur ? Comment l’éliminer ? Comment le prévenir ?

 


 

sciatique

Pourquoi ressent-on une douleur des nerfs sciatiques ?

Les deux nerfs sciatiques qui se localisent sur la partie inférieure du dos sont les nerfs les plus longs du système nerveux humain. Ils prennent naissance au bas du dos, se prolongent dans la cuisse et rejoignent le mollet. La douleur qui les accompagne est généralement provoquée par différentes formes de pressions au bas du dos ou dans les fesses.

 

Dans certains cas, cette douleur est parfois générée par des lésions des racines nerveuses appartenant au réseau du nerf sciatique. Il faut savoir que cette douleur n’affecte qu’une partie du corps. Par contre, elle peut se manifester sur tout le trajet du nerf sciatique. Ce dernier peut être comprimé dans une zone éloignée de la colonne vertébrale, par exemple, au niveau du bassin ou des fesses.

 

Quelles sont les causes de la sciatique ?

La sciatique n’est pas en elle-même une maladie. Il s’agit d’un symptôme qui découle de certains problèmes. Les pressions qui s’exercent sur les nerfs sciatiques sont favorisées par diverses causes qui peuvent être bénignes ou plus sévères.

  • Causes fréquentes de la sciatique

En principe, la pression exercée sur le nerf sciatique est éventuellement provoquée par une mauvaise posture, une entorse, un spasme, une grossesse ou l’obésité. L’une de la sciatique cause peut-être également le port de chaussures à talon haut ou le fait de dormir sur un matelas trop mou.

  • Geste répété et sédentarité

Le développement rapide d’une sciatique est aussi fréquent chez une personne qui soulève souvent des articles lourds. Il en est de même pour les travailleurs qui restent en position assise prolongée.

  • Vieillissement

Au fur et à mesure que l’âge avance, les disques de la colonne vertébrale s’usent petit à petit. Le vieillissement est donc un facteur qui contribue à la survenue de cette pathologie.

  • Diabète

La sciatique est aussi fréquente chez une personne qui souffre du diabète. En effet, cette maladie peut provoquer une lésion nerveuse.

  • Arthrite arthrose

Dans certains cas, la pression exercée est provoquée par une inflammation générée par une forme d’arthrite ou par le pincement du nerf sciatique. Ce dernier est souvent causé par une tumeur enveloppant la moelle épinière sur la zone lombaire, notamment de la colonne vertébrale.

  • Arthrose

Cette pathologie s’avère également être une origine fréquente des lésions qui peuvent atteindre les racines nerveuses causant ainsi la sciatique. Elle se manifeste par la formation des petites pointes osseuses qui compriment les racines nerveuses.

  • Hernie discale

Dans des cas plus graves, cette pression exercée sur le nerf sciatique ou ses racines nerveuses est causée par une hernie discale. Dans ce cas, la crise de la sciatique se déclenche soit entre la quatrième et la cinquième vertèbre lombaire, soit entre la cinquième vertèbre et la vertèbre sacrée. À titre d’information, la hernie discale se définit comme un problème affectant le disque intervertébral servant d’amortisseur entre deux vertèbres. Elle est fréquente et passe souvent inaperçue.

  • Syndrome du piriforme

Cette pathologie peut aussi causer l’apparition de la douleur sciatique. Elle est occasionnée par une inflammation d’un muscle du bassin nommé muscle piriforme ou pyramidal. Si celui-ci s’enfle ou se contracte, il peut exercer une certaine pression et une irritation sur les nerfs sciatiques. Ce syndrome est surtout fréquent chez les athlètes et les personnes qui s’entrainent souvent.

  • Syndrome facettaire

Il s’agit d’un désalignement des facettes articulaires. Ces dernières sont de minces articulations qui sont situées en haut et en bas de chaque vertèbre. Ce syndrome facettaire est surtout provoqué par une mauvaise posture ou un faux mouvement. La douleur sciatique peut ainsi survenir.

  • Autres causes pathologiques

La sciatique peut aussi être favorisée par d’autres maladies comme la sténose médullaire qui sont fréquentes chez les personnes âgées. Elle se caractérise par le rétrécissement du canal médullaire, mais aussi par le pincement des nerfs. À part cela, dans certains cas, les nerfs peuvent également être attaqués par une infection comme la méningite ou encore la tumeur de la moelle épinière.

  • Traumatisme

Des chocs dans le dos provoqués par une chute ou un accident de voiture ou autres peuvent aussi endommager les racines nerveuses qui provoquant ainsi une douleur sciatique.

 

Comprendre le lien entre la sciatique et la hernie discale

Il faut savoir que la moelle épinière est un amas souple de nerfs qui se trouve à la base du cerveau et longe le milieu du dos. Sa protection est assurée par la colonne vertébrale. En effet, il s’agit de la principale voie de communication entre le cerveau et l’ensemble du corps. Grâce à des petits orifices qui se trouvent entre chacune des vertèbres, des racines nerveuses ainsi que des nerfs entrent et sortent le long de cette moelle épinière. À noter que ce sont les racines nerveuses qui échangent les signaux avec le reste de l’organisme.

 

À part cela, des disques de cartilage assurent également la séparation de chaque vertèbre. Il s’agit d’une substance qui ressemble à l’os, mais plus molle. Chaque disque se compose de couche externe dure et d’un centre mou pour servir d’amortisseur afin de protéger les vertèbres à chaque mouvement. Si ce disque subit une lésion occasionnée par des blessures ou par l’usure, sa partie interne qui est molle forme un bourrelet. Elle est aussi susceptible de traverser la couche externe. C’est cette portion interne expulsée ou herniée qui provoque la compression ou l’inflammation d’une racine nerveuse. La lésion du disque peut donc entrainer la lésion d’une racine nerveuse.

 

Ce phénomène peut être fréquent le long de toute la moelle épinière. Toutefois, s’il se produit sur la zone lombaire, une douleur peut se ressentir fortement le long du nerf sciatique dans la jambe.

 

Manifestation et complication de la sciatique

Les symptômes de la sciatique peuvent avoir la même apparence que les signes d’un simple mal de dos. En effet, la sciatique cause une douleur irradiée au niveau de la lombaire, dans les fesses, le long de la cuisse et de la jambe jusqu’au bout des orteils. La douleur peut se manifester de façon fulgurante ou comme une simple sensation de brulure. Le patient peut ressentir une douleur aigüe, lancinante, constante ou occasionnelle en fonction de la sévérité de la pathologie. C’est la raison pour laquelle certaines personnes se plaignent d’une douleur intense, tandis que d’autres ressentent juste une sensation d’engourdissement et de faiblesse dans la jambe.

 

À titre d’information, cette inflammation s’arrête au niveau du genou. Par contre, dans d’autres cas, elle peut atteindre les pieds. Les douleurs se font ressentir plus fortement en cas d’éternuements, de toux et d’efforts. Elles peuvent encore s’aggraver suite au fait de soulever un objet.

 

Le symptôme sciatique se manifeste généralement sur un seul côté du corps. Certains signes peuvent témoigner de la présence de problèmes neurologiques plus graves. Si c’est le cas, les symptômes s’accompagnent d’une incontinence urinaire ou fécale, une impuissance et une perte de sensibilité dans la zone du périnée et à l’intérieur des cuisses.

 

Par ailleurs, il faut savoir que les personnes souffrant de la sciatique suite à une hernie discale doivent même faire un repos strict au lit pendant plusieurs jours. Quoi qu’il en soit, il est toujours indispensable de consulter un médecin pour prévenir toutes complications de la pathologie.

 

Comment la sciatique est-elle diagnostiquée ?

consultation médecin

 

L’apparition des divers symptômes aide le professionnel de santé à confirmer le diagnostic. Après le questionnement du patient, il recherche les zones douloureuses le long de la colonne vertébrale. Pour ce faire, le médecin effectue des examens physiques pour tester la fonction sensorielle, du patient. Ce contrôle permet aussi de voir la coordination, la puissance des muscles ainsi qui les reflexes. Il est obligatoire, surtout si le médecin soupçonne la présence d’une hernie discale.

 

Afin de localiser précisément la partie douloureuse, le médecin peut utiliser le signe de Lasègue. Il consiste à soulever la jambe à une hauteur de 60° sans plier le genou. Si la racine de la dernière vertèbre lombaire est touchée, la douleur se ressent derrière la cuisse, sur le côté externe de la jambe en passant au-dessus du pied et des grands orteils. Cependant, si c’est la première du sacrum qui est atteint, la douleur est généralement localisée derrière la cuisse, au niveau du mollet et passe du talon, de la plante au bord extrême du pied.

 

Si la douleur dure plus de trois semaines, des examens complémentaires peuvent être nécessaires pour confirmer la présence, mais aussi la gravité de la sciatique. Il peut entre autres prescrire une radiographie, un scanner, une la tomodensitométrie ou encore une IRM (imagerie par résonance magnétique). Ces examens sont surtout effectués pour vérifier la présence d’une hernie discale.

 

sportifQui sont les personnes à risque ?

Les douleurs sciatiques peuvent apparaitre chez les personnes de tous âges. Par contre, les sujets plus à risque sont ceux atteints de toutes formes de rhumatismes comme l’arthrose et l’arthrite. La sciatique est aussi fréquente chez les femmes enceintes. En effet, le poids du ventre et la sécrétion accrue d’hormones sont des facteurs pouvant favoriser son apparition. À part cela, l’élargissement de l’utérus peut aussi exercer une compression sur le nerf sciatique.

 

Par ailleurs, les autres facteurs de risques sont : la pratique excessive de sport, les torsions du tronc, la position assise prolongée et répétée, le manque d’activité physique, la mauvaise posture, l’excès de poids et la faiblesse des muscles abdominaux.

 

Traitement pour soulager la sciatique

Habituellement, une douleur sciatique se soigne en l’espace de quelques semaines. Cependant, pour atténuer rapidement cette douleur, il faut assurer sa prise en charge le plus tôt possible. En effet, après plusieurs semaines, les nerfs seront extrêmement irrités. Ils seront donc plus difficiles à soigner.

 

Pour éliminer les symptômes de la sciatique, le médecin peut prescrire divers traitements qui agissent soit sur les symptômes, soit sur les causes de cette pathologie.

 

Comment soulager une sciatique ?

  • Se ménager

La première chose à faire en cas d’une douleur sciatique est de se ménager. Il est, en effet, important d’éviter tous les gestes qui peuvent provoquer la douleur, par exemple, trop se pencher en avant, porter des charges lourdes, faire du sport, faire le ménage…

  • Administrer des médicaments

anti douleur sciatique

 

L’un des traitements principaux qui contribuent au soulagement de la douleur sciatique est la prise de certains médicaments. Cette décision doit obligatoirement être prise si la douleur sciatique devient difficilement supportable. Le médecin peut, par exemple, prescrire des relaxants musculaires, des analgésiques (paracétamol ou pramadol) ou encore des anti-inflammatoires non stéroïdiens ou AINS (ibuprofène ou kétoprofène). Ces médicaments aident généralement à diminuer les symptômes en atténuant l’action des nerfs qui envoient le message de douleur. Ils s’accompagnent souvent de séances de kinésithérapie.

  • Infiltration de codéine ou de morphine

Dans certains cas, le médecin peut prescrire la prise de codéine ou de morphine. Des infiltrations de cortisone autour du nerf sciatique peuvent aussi se faire pour soulager les symptômes. Toutefois, cette méthode n’est préconisée qu’en cas de sciatique chronique ou lorsque la pathologie résiste aux traitements médicamenteux et à la kinésithérapie.

  • Chirurgie

Il faut savoir que la plupart des hernies discales disparaissent spontanément. En revanche, si ce n’est pas le cas, notamment dans 4 à 5 % des cas, cette hernie peut nécessiter une opération. Dans des cas plus graves de la sciatique, notamment lors d’une hernie discale persistante, le recours à la chirurgie peut être indispensable. Pour ce faire, le chirurgien élimine à l’aide d’une curette les fragments de noyau qui sont responsables de la compression des nerfs. Par ailleurs, la chirurgie est aussi utilisée quand les douleurs persistent plus de 3 mois en résistant à tous traitements.

  • Repos

Le repos total n’est pas vraiment recommandé, sauf si la douleur sciatique fait suite à une hernie discale. En principe, dans certains cas de sciatique, le maintien des exercices est nécessaire.

  • Faire des exercices

Dans le cas où la douleur est d’une faible intensité, la pratique de quelques exercices modérés est prescrite au patient. Ces activités physiques peuvent aussi être effectuées une fois que les douleurs se sont atténuées. En effet, la thérapie aide au renforcement des muscles de l’abdomen et du dos afin d’éviter toute récidive des symptômes. Le patient peut commencer par des gestes simples comme attraper la cuisse gauche derrière le genou avec les deux mains, croiser la jambe gauche sur la droite et tête tendue vers le sol. Il faut tenir cette position durant 30 secondes et répéter trois fois de chaque côté. Cependant, si ce genre d’exercices accentue les symptômes au lieu de les soulager, il faut les arrêter immédiatement et se reposer.

  • Immobiliser la colonne vertébrale

En cas d’une sciatique causée par une hernie discale, il est important de porter un corset afin d’immobiliser la colonne vertébrale. Pour favoriser une cicatrisation rapide, le port de ce corset peut durer jusqu’à 6 semaines.

  • Utiliser les mêmes techniques de soulagement du dos

Pour soulager la douleur sciatique, il est envisageable de mettre en pratique quelques techniques efficaces pour soulager les maux de dos. Le patient doit, par exemple, dormir sur un matelas ferme et se positionner sur le dos ou sur le côté tout en pliant les genoux. Il doit également dormir avec un oreiller placé sous les genoux, surtout en cas de crises douloureuses. À part cela, la personne souffrant de sciatique doit éviter de se coucher sur le ventre et appliquer de la chaleur ou du froid sur la zone douloureuse. En position assise, elle doit corriger sa posture et garder les pieds à plat au sol. Il est également conseillé d’utiliser une chaise munie d’un dossier ferme pour que le dos puisse s’appuyer confortablement.

 

Il faut savoir que chez une femme enceinte, la sciatique tend à disparaître quelques jours ou quelques semaines après l’accouchement.

  • Soigner la sciatique avec des produits naturels

Comme les traitements médicamenteux, certains soins naturels peuvent soulager efficacement une douleur sciatique. Comment soigner une sciatique ? Il est, par exemple, envisageable de :

  • Appliquer de la chaleur sur la zone douloureuse.

En effet, la chaleur permet de détendre les muscles. D’ailleurs, il existe plusieurs solutions pour l’appliquer sur la partie douloureuse. On peut, par exemple, opter pour un pull supplémentaire aux bains ou encore des coussins chauffants. Il est aussi envisageable de porter des patchs chauffants sous les vêtements. Ce dispositif permet de diffuser la chaleur en continu sur la zone douloureuse pendant au moins 8 heures. Il y a également l’électrothérapie. Cette méthode consiste à poser des patchs spécifiques sur la partie à traiter.

  • Massage

massage

 

À part cela, les massages peuvent aussi offrir un soulagement. Il faut juste bien choisir les huiles essentielles utilisées, mais surtout se faire masser par un professionnel. Généralement, ce massage commence par le dos, les lombaires puis le long du trajet douloureux. Parmi les mélanges d’huiles essentielles qui servent le plus, on compte l’huile de massage à l’arnica qui est souvent additionnée d’huiles essentielles à effet antalgique comme le girofle, la gaulthérie, la térébenthine et l’eucalyptus citronné. Il faut quand même faire attention, car les huiles essentielles ne conviennent pas aux enfants de moins de 12 ans, chez les femmes enceintes et allaitantes et chez les personnes ayant une certaine hypersensibilité. En cas de doutes, il est préférable de demander des conseils à un médecin avant d’en utiliser.

 

Comment prévenir la sciatique ?

Pour prévenir la réapparition des douleurs du nerf sciatique après s’être rétabli, il est important de pratiquer quelques exercices simples, notamment des étirements doux. En effet, si le patient reste longtemps inactif, les symptômes pourront revenir, mais d’une manière plus intense ou chronique. Il faut en parler à un médecin avant de suivre un quelconque programme. Ce thérapeute pourra indiquer les exercices qui sont adaptés à chaque situation. Il est également préférable que la pratique de ces exercices soit surveillée par un physiothérapeute pour éviter de compliquer les symptômes. On compte, par exemple :

  • La posture du pigeon en position couchée qui aide à ouvrir les hanches ;
  • La posture du pigeon en position assise qui permet d’étirer le bas du dos et les fessiers ;
  • L’exercice du genou vers l’épaule opposée qui contribue au soulagement de la tension de la colonne vertébrale ;
  • L’étirement de la colonne vertébrale en position assise qui permet également de soulager la tension de la colonne vertébrale ;
  • La posture du cobra qui participe au soulagement des tensions musculaires dorsales.

À part cela, il est aussi possible d’éviter la sciatique en prenant des mesures préventives de base. En plus, des activités physiques surveillées par un physiothérapeute, il faut aussi :

  • Faire des exercices d’échauffement ;
  • Maintenir une posture droite avec le regard droit et les épaules en arrière ;
  • Se servir d’un tabouret bas s’il faut rester longtemps debout. Il faut remonter les pieds à tour de rôle en les alternants toutes les 10 minutes ;
  • Ne pas incliner le torse vers l’avant lors du soulèvement d’un objet lourd. Il vaut mieux s’accroupir en avant et fléchir les genoux ;
  • Éviter les mouvements de torsion de tronc lorsqu’on attrape quelques choses qui se trouvent derrière soi.
  • Préférer le port d’un sac à dos qu’un sac à main. De plus, il faut utiliser les deux épaules pour le porter ;
  • Dormir sur un matelas confortable et un oreiller pas trop haut.

Peut-on décoincer les nerfs sciatiques ?

Généralement, pour débloquer les nerfs sciatiques, il est important d’adopter les meilleures postures évoquées précédemment. Cependant, les thérapies manuelles comme la chiropratique et l’ostéopathie ne sont pas recommandées. En effet, on ne peut pas manipuler la colonne vertébrale pour prévenir des risques de complications irritantes des nerfs.

 

En savoir plus sur la sciatique : 

Quels sont les symptômes de la sciatique ? 

Quelles sont les causes de la sciatique ? 

Que ce passe t'il pour que le nerf sciatique soit douloureux ? 

Comment soigner une sciatique rapidement ? 

Comment soulager une sciatique rapidement ? 

Peut-on décoincer le nerf sciatique facilement ?

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 451
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164