» » Quelles solutions pour éviter les crampes ?

Quelles solutions pour éviter les crampes ?

mercredi 03 novembre 2021

 

Correspondant à une certaine contraction musculaire incontrôlable, les crampes sont assez douloureuses et transitoires. Elles affectent souvent les muscles des membres inférieurs. Plusieurs facteurs sont connus pour favoriser l’apparition d’une crampe, pour ne mentionner que la déshydratation. Au cours d’une consultation de cette manifestation, le professionnel de la santé va essayer de déterminer si les crampes ne sont pas un éventuel signe d’une pathologie sous-jacente. Néanmoins, le traitement n’est pas vraiment justifié dans la majorité des cas.

 

D’un point de vue plus scientifique, les crampes peuvent être ce qu’on appelle des troubles musculo-squelettiques qui se manifestent à travers des contractions musculaires involontaires, soutenues, mais temporaires et plus ou moins pénibles. Néanmoins, les crampes sont souvent des symptômes bénins. Quoi qu’il en soit, elles peuvent tout à fait se manifester au repos, y compris au cours de la nuit ou pendant un certain effort physique intense ou modéré, incluant ceux qui sont effectués durant l’échauffement, au cours de l’exercice ou également durant la phase de récupération.

 

Comme mentionnées, les crampes peuvent réellement survenir dans la nuit, le plus souvent au niveau du mollet et peut se manifester à travers des contractures musculaires assez douloureuses. Les crampes peuvent être isolées ou associées à des symptômes qui annoncent certaines maladies.

 


 

crampes massage

 

Définition

Une crampe musculaire est une contraction inattendue, intense, involontaire et passagère d’un ou de la totalité des muscles du corps. La durée d’une crampe est variable, mais elle est habituellement assez brève. Quand une éventuelle crampe se manifeste, elle est le plus souvent palpable et s’arrête une fois que l’élongation du muscle est pratiquée.

 

Mécanisme et symptômes

L’origine de ces contractions musculaires soudaines est plus ou moins complexe et est souvent due à un certain nombre de facteurs associés, pouvant être de nature vasculaire ou métabolique. Il se peut que les crampes viennent d’un éventuel trouble de la circulation sanguine et d’une vascularisation musculaire insuffisante durant une courte période. Cependant, les crampes peuvent aussi venir d’une production en excès d’acides lactiques ou d’une déshydratation. La crampe commence généralement de façon brutale et soudaine et ne présente aucun signe préalable qui permet de l’anticiper.

 

Elle se manifeste par une contraction douloureuse involontaire d’un muscle ou d’un faisceau musculaire et qui est incontrôlable. Une crampe entraîne une incapacité fonctionnelle temporaire de l’ensemble du muscle qui est atteint. Néanmoins, elle ne dure pas longtemps, souvent entre quelques secondes à plusieurs minutes dans les cas plus ou moins graves. Lors des contractions prolongées, il n’est plus question de crampe, mais de tétanie. Ce sont souvent les muscles des membres inférieurs comme ceux qui se trouvent au niveau du mollet qui sont les plus touchés par les crampes.

 

Par ailleurs, les crampes peuvent également survenir au cours du sommeil, d’où l’appellation de « crampe nocturne ». Cette dernière est une contraction musculaire plutôt bénigne. Elle se manifeste généralement au repos, affectant dans la plupart des cas les muscles fléchisseurs des membres inférieurs. De même, les crampes nocturnes affectent habituellement les muscles du mollet, des pieds et parfois même des orteils.

 

Les crampes engendrent une souffrance plus ou moins sévère, surtout sur les membres. La douleur se caractérise par un malaise brutal alors que le muscle est totalement contracté et est incapable de se relâcher. Le membre touché est soumis à une extension incontrôlable. Néanmoins, la crampe ne dure que quelques instants et est susceptible de disparaître de manière spontanée. Toutefois, lorsqu’elle persiste un peu plus longtemps, des douleurs et une gêne peuvent alors être ressenties sur le muscle concerné, même après que la crampe soit dissipée.

 

Les causes verre d'eau

Selon les scientifiques qui étudient le sujet, il y a plusieurs types de crampes, variant en fonction de leurs causes. Ces crampes peuvent être en rapport avec des efforts qui tirent leurs origines d’un métabolisme ou provenant aussi de différentes maladies. Les crampes issues des activités sportives sont généralement en lien avec un effort intense. Elles surviennent particulièrement au moment où la préparation physique ainsi que l’échauffement ont été quelque peu négligés. Toutefois, les crampes peuvent également provenir d’une sudation excessive ou d’un effort musculaire assez intense qui implique une contraction prononcée et de longues durées.

 

Pour les crampes d’origine métabolique, elles se déclarent généralement au cours des phénomènes de déshydratation, de carence en potassium ou également lors d’une éventuelle insuffisance en vitamines B1, B5 ou B6. Il existe aussi d’autres cas qui peuvent provoquer des crampes, pour ne citer que le défaut de circulation sanguine dans le muscle, le plus souvent lié au froid. En effet, la régression de la température peut diminuer la vascularisation et entraîne de ce fait, l’apparition des crampes.

 

Par ailleurs, il s’avère aussi que les causes des crampes nocturnes sont assez difficiles à déterminer. Toutefois, il a été prouvé que l’incidence de cette affection est en surcroît en présence de plusieurs facteurs de risque, à savoir la grossesse, l’âge, une activité sportive intense, un régime alimentaire non conforme et une hydratation insuffisante. Il arrive aussi que certains médicaments engendrent des effets secondaires, incluant l’apparition des crampes. Sans mentionner que plusieurs maladies peuvent également être à l’origine des crampes, pour ne citer que les neuropathies.

 

Les crampes peuvent aussi être liées à d’autres affections qui sont susceptibles de les provoquer, comme les troubles artériels circulatoires au niveau des membres inférieurs ou claudications intermittentes, mais aussi le diabète, la sclérose en plaques, la poliomyélite ou la maladie de Parkinson.

 

Les facteurs de risque

En somme, une hydratation insuffisante, un défaut de préparation à l’effort, un effort exagéré, le froid ou l’abus de substituts comme le café, l’alcool et le tabac sont tout autant des facteurs de risque qui peuvent engendrer une crampe. Il a également été observé que les crampes peuvent surgir de manière plus fréquente chez certaines personnes, à l’instar des femmes enceintes, les sportives, ainsi que les personnes âgées. D’ailleurs, quand les crampes surviennent de manières récidivées, invalidantes ou de localisation inhabituelle, mais aussi de durée prolongée. Elles peuvent être liées aux symptômes annonciateurs d’une pathologie sous-jacente.

 

Parmi ces maladies figurent les troubles neurologiques qui affectent les nerfs périphériques. À savoir la tétanie, la sclérose latérale amyotrophique, la sclérose en plaques, la poliomyélite, mais aussi une possible atteinte nerveuse à la suite d’une prise de certains médicaments ou d’alcool. Quelques maladies hormonales comme le myxœdème, la maladie d’Addison, le diabète ou encore les troubles sanguins tels que les anomalies du potassium, du magnésium, du calcium ou du phosphore.

 

Qu’en est-il des crampes pendant la grossesse ?

crampes femmes enceinte

 

Selon les statistiques, les crampes sont très fréquentes durant la grossesse, surtout au cours des derniers moins. Cependant, ces manifestations peuvent être soulagées assez facilement. Afin de les faire passer, la femme enceinte concernée est sollicitée à se lever et à se faire masser les jambes. Elles doivent se lever de manière accommodée, notamment en faisant attention à leur position entre la position allongée et la position assise. Il est surtout déconseillé de se lever de manière brusque. Le bassin et les épaules doivent être tournés en même temps, afin qu’elles puissent se mettre sur le côté. La personne qui va l’aider doit utiliser son bras comme levier afin de redresser la future mère et de lui permettre de s’asseoir sur le bord du lit pour se préparer à un massage des pieds.

 

Pourquoi doit-on recourir à une consultation en cas de crampes répétées ?

Quand les crampes se manifestent de manières récidives, une consultation clinique doit être à l’ordre du jour. En effet, les crampes répétées peuvent cacher une certaine maladie sous-jacente. Ainsi, la consultation d’un médecin est à considérer pour déterminer les autres éléments qui peuvent conduire à la maladie en question.

 

Examens et analyses en complément

Dans la plupart des cas, les examens et les analyses complémentaires sont généralement inutiles. En revanche, il n’est pas rare que des explorations biologiques ou radiologiques soient utiles, notamment si le personnel soignant soupçonne l’existence d’une éventuelle pathologie sous-jacente qui est à l’origine des crampes musculaires.

 

Quand et comment consulter une crampe nocturne ?

Pour les crampes nocturnes qui sont souvent récurrentes, et aussi si la crampe perdure plus longtemps qu’elle ne le doive, il est impératif de se rapprocher d’un médecin afin d’en déterminer la cause. En effet, la crampe musculaire peut parfois être l’un des effets indésirables qui résultent d’un traitement ou la manifestation de quelques pathologies comme l’artériopathie oblitérant des membres inférieurs ou les neuropathies périphériques. C’est en quelque sorte pour cela qu’un bilan biologique est à prioriser pour tenter de comprendre l’apparition des crampes récidivantes.

 

Quels sont les traitements ?

Si l’on écarte le cas où une maladie soit responsable des apparitions des crampes, il n’existe pas à l’heure actuelle un quelconque remède miracle qui est destiné à arrêter les crampes. À noter que les crampes qui surviennent sont susceptibles de disparaître aussitôt. Quoi qu’il en soit, un repos physique temporaire, un arrêt modéré à l’effort et des étirements musculaires en sens inverse de la contraction apparente ou un massage du muscle concerné sont les meilleurs moyens de parvenir à stopper ou du moins à apaiser les crampes.

 

homeopathie crampes

 

Par ailleurs, dans la majorité des cas, aucun traitement en relation avec les crampes n’est justifié. Quand les crampes surviennent, le sujet affecté est convié à cesser son activité et aussi d’étirer convenablement les muscles douloureux. À titre d’exemple, lors de l’apparition d’une crampe au mollet, la personne concernée doit tirer de manière progressive les orteils et les pieds vers lui-même. Mais il est également possible d’appliquer des produits chauffants et de masser doucement la zone impliquée.

Cependant, si les crampes sont considérées comme étant chroniques, des traitements médicamenteux peuvent être prescrits. Mais ils ne doivent pas faire l’objet d’une prescription sur le long terme. Seule la cause des crampes doit être traitée comme il convient.

 

Afin d’éviter la recrudescence des crampes, surtout chez les sportifs, les techniques de cryothérapie sont désormais à la portée de tous. Ils sont assez efficaces pour la récupération musculaire. D’ailleurs, les centres médicalisés sont nombreux et sont parfaitement équipés pour recevoir les patients assujettis aux crampes.

 

Dans le contexte, une crampe qui survient au cours d’une activité sportive, ce qui est d’ailleurs un cas majoritaire, peut être facilement diagnostiquée, surtout si les facteurs de risque sont liés à la fatigue. Le diagnostic se focalisera alors sur l’intensité de la sollicitation du muscle affecté. De toute manière, la crampe est généralement constatée par l’individu affecté lui-même ou ses partenaires. Quoi qu’il en soit, aucun examen complémentaire n’est indispensable si la crampe ne perdure pas.

 

Cependant, une consultation peut éventuellement être envisagée lorsqu’un cas de fréquence anormalement répétée de crampes concerne souvent le même muscle.

Néanmoins, quand les crampes sont en rapport avec une cause précise, une prise en charge de cette celle-ci permet, entre autres, d’apaiser les symptômes qui surviennent chez le patient. Un traitement des crampes invalidantes peut toutefois nécessiter l’intervention des médicaments qui sont à base de quinine, notamment si les mesures simples s’avèrent insuffisantes. Dans d’autres cas où les crampes sont dues à une pathologie ou à l’usage d’un certain médicament, le spécialiste peut directement entamer un diagnostic de la maladie responsable des crampes. Dans la démarche, le traitement de la pathologie en question permet généralement de diminuer la fréquence d’apparition des crampes chez le patient. En revanche, si un ou plusieurs médicaments sont en cause dans l’apparition des crampes, il suffit que le médecin prescrive d’autres alternatives afin que les crampes ne soient plus récidivées.

 

Par ailleurs, si les crampes ne sont pas liées à une cause définie, le personnel soignant ou le médecin peut simplement rappeler l’habitude à adopter les mesures simples qui contribuent à la prévention des crampes. Parmi ces mesures se démarque la manière de bien s’hydrater, de faire des exercices d’étirement des muscles des membres avant le coucher, de bien échauffer les muscles avant un effort et aussi de bien s’étirer après l’effort.

 

Si les méthodes de préventions comme l’hydratation et l’étirement n’ont pas conduit à un résultat satisfaisant et si les crampes sont susceptibles d’altérer la qualité de vie de la personne concernée, le médecin peut alors prescrire un traitement. Ce dernier peut s’agir des médicaments qui sont préconisés pour combattre de manière ponctuelle les douleurs, à savoir le paracétamol ou les anti-inflammatoires. Cependant, il peut aussi s’agir des médicaments contenant de la quinine. À noter toutefois que la quinine n’est qu’un simple traitement d’appoint qui peut soulager les crampes. Son efficacité vis-à-vis des crampes nocturnes s’avère être quelque peu inconstante. De plus, la quinine est connue pour être assujettie à plusieurs contre-indications d’utilisation, notamment en ce qui concerne la grossesse et certains troubles du rythme cardiaque. Sans mentionner que la quinine doit faire l’objet d’une prescription clinique obligatoire pour être utilisée.

 

Parfois, ce médicament peut engendrer des effets indésirables immuno-allergiques sévères et imprévisibles. Ces manifestations peuvent être une réaction cutanée, un choc anaphylactique ou une hépatite. Des vertiges, des acouphènes, des troubles de l’audition, des irrégularités du rythme cardiaque peuvent aussi parfois être constatés au cours de la mise en route du traitement. Dans la plupart des cas, si des effets secondaires surviennent, le traitement doit être stoppé immédiatement. Il est important de savoir que le traitement à base de quinine est préventif et doit être administré de manière systématique.

 

Quelques approches complémentaires à considérer pour les crampes

huile essentielle massage crampes

 

Pour éviter ou soulager les crampes, ces quelques suggestions sont à prendre en compte, notamment celles qui sont dans le domaine de l’homéopathie. Le fait de prendre 3 granules en 9 CH de Magnesia phosphorica par jour, par exemple, permet de lutter contre l’apparition des crampes, incluant même les crampes d’estomac. Il est également possible de recourir à la même posologie avec du Ruta graveolens. Si les crampes s’avèrent particulièrement douloureuses, optez pour l’utilisation de l’Arnica montana. Par ailleurs, en cas de crampes nocturnes, privilégiez l’Aesculus. Mais pour combattre les crampes des doigts, associez de l’Argentum intricium et du Magnesia phosphorica en 7 CH.

 

Dans l’aromathérapie, l’utilisation de certaines huiles essentielles est également efficace pour lutter contre l’apparition des crampes. À savoir les huiles essentielles à base d’origan vulgaire, de laurier noble, de lavande fine ou de thym vulgaire à thymol. Par ailleurs, il existe aussi d’autres remèdes naturels qui peuvent être utiles pour le traitement des crampes, pour ne citer que le baume du tigre, les massages aux huiles végétales, les bains chauds et les oligo-éléments, incluant l’utilisation du magnésium associé à de la vitamine B6 ainsi que du potassium.

 

Pour bénéficier d’un produit de massage aux huiles essentielles afin de soulager une crampe. Il suffit de mélanger 75 gouttes d’huile essentielle de lavandin super, de 50 gouttes d’essence de gaulthérie odorante et de 25 gouttes de myrte rouge ainsi que de 5 ml de macérat huileux d’arnica. Le tout est à mélanger avec de l’huile végétale pour éviter les effets indésirables en lien avec les huiles essentielles pures. Massez ensuite la zone douloureuse avec un maximum de 8 gouttes de ce mélange. Cette préparation peut à la fois convenir aux adolescents et aux adultes. Toutefois, elle est contre-indiquée chez les femmes enceintes et allaitantes, mais également chez les enfants de moins de 6 ans.

 

Un autre aperçu de quelques remèdes de grand-mère faite maison pour les crampes

Quand on parle de vitamines ou de magnésium, les traitements sont assez considérables pour être proposés en cas de crampe. Cependant, leur efficacité peut être incertaine et aussi non démontrée. En cas de crampes consécutives à une déshydratation, une bonne hydratation est vivement conseillée.

 

Pour en revenir aux fameux remèdes de grand-mère, le miel, entre autres, est à prendre en compte pour son apport en potassium. Les spécialistes proposent souvent cette matière en cure, tout comme la banane et le chocolat, notamment pour leurs apports en magnésium et en potassium.

 

L’écorce de canneberge serait aussi une alternative efficace en cas de crampe. Elle est à utiliser en décoction pour obtenir une boisson que l’on peut boire à travers un tiers de tasse à café pour dissiper une crampe en moins de 20 minutes.

 

Comment prévenir efficacement les crampes ?

Pour en venir à bout des douleurs liées aux crampes, surtout chez les sportifs. Il est indispensable d’adopter une bonne hydratation avant, durant et après l’effort. La consommation de fruits secs et de bananes fait partie d’une alimentation équilibrée que chacun doit s’habituer pour écarter l’apparition des crampes. Le fait de marcher pieds nus sur une surface froide est également une habitude à ne pas négliger de temps en temps.

 

étirements contre les crampes

 

De même, un éventuel échauffement avant les séances d’entraînement ainsi que des étirements accommodés après l’effort sont tout aussi importants. Le tout est aussi à associer avec un temps de récupération modéré. Il est aussi conseillé de réduire la consommation d’excitants et chez les tabagiques, de s’abstenir de fumer.

Pour les crampes nocturnes, il est possible de les éviter en optant pour un régime alimentaire équilibré, en faisant plus attention aux apports hydriques ainsi qu’à une alimentation diversifiée, notamment en ce qui concerne les légumes et les fibres. Mais la prise de magnésium peut éventuellement accentuer l’efficacité du régime.

Dans la plupart du temps, les crampes musculaires sont assez fréquentes lors d’une activité sportive. Ainsi, il vaut mieux privilégier un peu de sport à pratiquer tous les jours que beaucoup d’efforts qui sont plus ou moins ponctuels. Si le corps est contraint à une séance intense alors que l’habitude à l’exercice est insuffisante, les crampes risquent d’apparaître assez facilement.

 

Même si elle est mentionnée maintes fois auparavant, il est toujours utile de rappeler qu’une bonne hydratation permet efficacement de lutter contre les crampes. Il est crucial d’assurer un bon apport en eau toute la journée, et pas seulement au moment où le sport ou les activités sportives sont au rendez-vous. Il est conseillé de boire environ 1,5 litre jusqu’à 2 litres d’eau par portion de 250 ml toutes les ½ heures. Pour accompagner un éventuel exercice physique, il est recommandé de choisir une eau riche en minéraux ou préparée avec un peu de sel afin de limiter le risque de déshydratation qui favorisera la rétention.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 488
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164