Caféine

Absolu de Crème Yeux Pivoine Decléor - pot de 15 ml
Victime de son succès
45.17 € 36.14 €
-20%
GC Form - 30 comprimés effervescents
Victime de son succès
10.05 €
Wildyam 16% Orthonat - boite de 60 gélules
Produit en stock
14.82 €

La caféine tire son nom du café. Cet alcaloïde est présent dans de nombreux produits, bien qu’on le relie d’emblée au café. Déjà, le thé et le chocolat en contiennent ; de plus, la caféine est présente en quantité importante dans diverses plantes. Notamment, la noix de kola, le guarana et le yerba maté. La caféine se trouve aussi dans différentes boissons gazeuses comme les colas. Il en est de même pour les boissons énergisantes et les friandises. Cette substance entre dans la composition de quelques médicaments comme les analgésiques ou ceux utilisés pour soulager les symptômes du rhume ou de la grippe. 

 

La caféine agit sur les neurotransmetteurs du système nerveux central. Ayant une action stimulante, elle est rapidement métabolisée par l’organisme. Elle pénètre dans tous les tissus, même ceux du cerveau. Après ingestion, la quantité maximale de caféine dans le sang est obtenue en 45 à 90 minutes. De plus, il faut 2 h 30 à 4 h 30 pour qu’elle diminue de moitié.

 

Recherches sur la caféine

Stimulant le système nerveux central, la caféine augmente la concentration et aide à éliminer la somnolence et l’endormissement. À forte dose, elle est aussi efficace que d’autres stimulants. Mais l’initiative de prescrire une telle quantité revient au personnel médical.

Le développement cognitif ou l’élaboration de la pensée est un phénomène complexe impliquant de nombreux processus. Notamment, la mémoire, l’attention, les fonctions exécutives, dont le raisonnement, la planification, la décision, etc.

 

De nombreuses études ont montré qu’un apport faible ou modéré en caféine aide à améliorer certaines de ces fonctions.

 

La caféine à petites doses, moins de 300 mg par jour peut améliorer la sensation de bien-être et réduit l’anxiété. Par contre, à forte dose, plus de 450 mg par jour, elle peut augmenter la nervosité, l’irritabilité et l’anxiété.

 

La caféine stimule certaines fonctions cognitives. Des chercheurs pensent alors à l’intégrer dans le traitement des maladies dégénératives du cerveau causées par le vieillissement. Si les données concernant la maladie d’Alzheimer sont encore trop approximatives, celles sur la maladie de Parkinson sont plus encourageantes.

 

La caféine est présente dans divers produits visant à améliorer les performances physiques. En effet, elle stimule le cœur et le système nerveux. De plus, les chercheurs estiment qu’elle pourrait avoir des effets bénéfiques sur la musculature. Il en est de même sur divers processus physiologiques liés à la pratique d’un sport. Particulièrement, elle augmente légèrement l’endurance et la force musculaire.

 

La caféine a un effet bronchodilatateur et peut améliorer la respiration des individus souffrant d’asthme léger à modérer. Cette action est ressentie avec des doses inférieures à 5 mg par kg de poids corporel et dure 2 heures. De plus, chez les sportifs asthmatiques, la prise de forte dose de caféine aiderait à prévenir les crises. Particulièrement pendant la pratique d’un exercice physique.

 

La caféine peut augmenter légèrement la tension artérielle exacerbant l’inflammation des vaisseaux sanguins. Ce qui pourrait constituer un facteur de risque d’apparition de troubles cardiovasculaires. Cependant, la consommation modérée de cette substance n’augmenterait pas le risque de survenue de maladies cardiaques.

 

Plusieurs recherches portent sur l’influence de la caféine sur la probabilité de formation d’un cancer. Les résultats publiés jusqu’à maintenant proviennent d’études observationnelles basées sur la consommation de café et non d’essais cliniques. Ils indiqueraient que ce produit ne protège pas contre le cancer colorectal. Au contraire, les résultats de méta-analyse démontrent qu’une dose importante de caféine pourrait avoir l’effet inverse sur le cancer du poumon et des seins.

 

Précautions

La consommation modérée de caféine ne produit aucun effet diurétique. Pour preuve, il faudrait consommer 550 mg par jour pour y arriver. Cette conclusion résulte d’une synthèse des essais cliniques. Elle démontre également que les sportifs consommant des doses inférieures à 450 mg par jour ne subissent pas de déshydratation pendant l’effort.

 

La consommation de caféine peut provoquer une intoxication entraînant la rhabdomyolyse. Il s’agit d’un trouble pouvant causer des lésions musculaires graves et irréversibles. Par conséquent, il est recommandé aux sportifs de ne pas abuser des suppléments contenant une grande quantité de caféine. Il en est de même pour les sujets cherchant à perdre du poids.

 

Des études épidémiologiques ont mis en évidence que les risques d’une fausse-couche pourraient accroitre dans le cas d’une consommation excessive de caféine. Il se pourrait également que la future mère donne naissance à un bébé anormalement petit. Il est donc recommandé aux femmes enceintes ou qui allaitent de ne pas dépasser les 300 mg de caféine par jour.

 

La caféine est contre-indiquée chez les individus souffrant de maladie cardiaque, d’insomnie ou de trouble anxieux. Elle est également déconseillée aux personnes atteintes d’ulcères gastriques ou duodénaux ou d’hypertension artérielle.

 

La caféine peut provoquer de l’insomnie, de la nervosité, de l’agitation et de l’irritation gastrique. Elle peut également causer des nausées, des vomissements et de la palpitation cardiaque. La caféine peut aussi favoriser l’apparition de l’arythmie, une accélération de la respiration, des crampes musculaires et des maux de tête.

 

Il est important de signaler que la consommation prolongée de caféine peut provoquer une dépendance. Le sevrage entrainerait des maux de tête, de l’irritabilité, du stress et de l’anxiété. Il peut également causer de la somnolence, du vertige voire une perte de conscience.

 

La caféine amplifie les effets des analgésiques comme l’acétaminophène et l’acide acétylsalicylique. De plus, elle augmenterait également l’absorption de ceux-ci, à raison de 40 %. De ce fait, elle est surtout dangereuse dans le cas de l’acétaminophène, vu qu’elle est toxique pour le foie.

 

La caféine réduit les pouvoirs des sédatifs et des calmants tels que les benzodiazépines. Elle augmente par contre les effets indésirables de la théophylline et les bronchodilatateurs. Sans oublier qu’elle décuple aussi les effets indésirables associés aux stimulants du système nerveux central tel que l’éphédrine.

 

La cimétidine est un médicament destiné aux patients atteints d’ulcères gastro-duodénaux. Elle ralentit de façon considérable l’élimination de la caféine dans l’organisme. Les effets indésirables de la caféine pourraient donc s’intensifier. La caféine aggrave les effets et la toxicité de la clozapine, un neuroleptique. Elle pourrait également contrer les effets des antiacides, car elle stimule la production d’acide gastrique.

 

La caféine inhibe l’absorption de l’alendronate, médicament prévenant et traitant l’ostéoporose. Il est donc conseillé d’en prendre au moins deux heures avant et après la prise de ce remède. La caféine augmente également le risque de dépendance à la nicotine. Elle peut aussi multiplier le risque de saignement chez les individus traités avec des anticoagulantes.