Toux

  • Traitement de toux en général

Le traitement de la toux dépend de son origine. Si elle est d’origine allergique, il faut la soigner avec des médicaments antihistaminiques. En cas d’infection bactérienne, l’antibiotique est requis. En cas de laryngite où le bébé a des difficultés respiratoires, les corticoïdes sont conseillés. Si le médecin détecte une bronchiolite, il recommande des séances de kinésithérapie respiratoire pour faire remonter les glaires. La kiné respiratoire complète le traitement de la toux. C’est une série de gestes destinés à désencombrer bébé. En cas de vomissements, évitez de donner du métoclopramide. Évitez aussi de donner plusieurs médicaments. S’il y a une douleur à la toux, le paracétamol suffit pour l’apaiser.

 

Le médecin prescrit des médicaments adaptés à l’âge de bébé comme des capsules, des comprimés ou du sirop. Il traite la cause de la toux, variable selon le cas. Dans le cas de l’asthme, il faut utiliser les bronchodilatateurs et un traitement de fond à base de corticoïdes. En cas d’allergie, un médicament à base de corticoïdes et d’antihistaminique est proposé. L’idéal aussi serait de tenir bébé éloigné de l’agent allergène.

  • Médicaments contre la toux sèche

Il s’agit d’antitussifs qui diminuent et calment la toux. Ils sont recommandés uniquement quand l’enfant ne supporte pas la toux et que cela l’empêche de dormir. Son traitement ne doit pas dépasser 5 jours. Si la toux persiste, il serait préférable de consulter un médecin. Parmi ces antitussifs, il y a les antitussifs antihistaminiques, adaptés aux toux qui surviennent la nuit, car ils ont un effet sédatif. Ce médicament n’est pas prescrit pour les enfants de moins de 2 ans. Les antitussifs opiacés contiennent de l’éthylmorphine, de la noscapine, de la pholcodine, du dextrométorphane et de la codéine. Ils sont prohibés en cas d’insuffisance respiratoire, asthme pour les enfants de moins de 30 mois. Ils peuvent générer des effets secondaires comme la sensation de vertige, les nausées ou la constipation. Pour information, les antitussifs peuvent être administrés aux enfants de 30 mois à 6 ans, dont diméthoxanate, pholcodine, noscapine et dextrométorphane.

  • Les médicaments contre la toux grasse

Des expectorants et des fluidifiants bronchiques contenant de la carbocystéine ou de l’acétylcystéine facilitent la remontée, l’élimination des sécrétions et diminuent leur viscosité. Ils sont déconseillés pour les enfants de moins de 2 ans. Le miel constitue aussi un traitement naturel qui soulage la toux grasse, surtout la nuit. Il tapisse la gorge, agit comme un antiseptique en apaisant l’irritation.

 

Retenez qu’il ne faut pas mélanger l’utilisation des médicaments contre la toux sèche et la toux grasse, car cela entraînerait une accumulation des sécrétions. Tous ces médicaments doivent être accordés par le médecin et ne doivent pas être utilisés en automédication. Le délai de traitement doit également être respecté.

  • Gestes pratiques

Quand bébé tousse, nettoyez son nez avec du sérum physiologique ou un mouche-bébé au moins 4 fois par jour. Inclinez le lit pour réduire les reflux gastro-œsophagiens et les écoulements rhinopharyngés, car le bébé respire facilement en étant à la verticale ou semi-assise. Aérez la chambre et les autres pièces durant 10 minutes et maintenez une température de 19 °C. Humidifiez l’air en faisant sécher un linge humide sur un étendoir à linge dans la chambre du bébé. Fractionnez ses repas s’il n’a pas d’appétit et faites-le boire pour fluidifier les bronches. Évitez de fumer dans la maison ou dans une autre pièce.

 

En général, ces gestes pratiques suffisent pour calmer la toux, mais en fonction de son évolution, il serait préférable de consulter un médecin. Tel est le cas si le bébé est fiévreux, si sa toux s’aggrave, s’il mange moins de la moitié des nourritures qu’il mange habituellement et si la respiration est sifflante. En effet, la toux grasse succède à la toux sèche, signe de guérison. Il en est de même s’il vomit, il peut s’agir d’une contraction digestive, réflexe s’il n’est pas accompagné de maux de ventre ou de fièvre. En principe, la toux disparaît au bout de 10 à 14 jours, voire au-delà, mais s’il y a d’autres signes, consultez un médecin. Les antitussifs ne doivent pas être utilisés avant 30 mois avec la présence des dérivés terpéniques, car il y a risque de convulsions.

  • Facteurs de la toux

La toux peut être la cause de maladies respiratoires chroniques comme la coqueluche, la pneumonie, la bronchite, le rhume ou l’asthme. Elle peut être accompagnée d’autres signes dont les céphalées, les maux de gorge, les éternuements, la fatigue ou la fièvre. Elle peut aussi provenir d’une allergie respiratoire comme les poils des animaux, les acariens ou les pollens.

Nombre de produits : 8

Liée à une infection des bronches, la toux est fréquente chez les enfants. Elle survient principalement durant la saison hivernale. Elle peut être le signe de nombreuses maladies. Certaines d’entre elles sont bénignes. La toux se présente de différentes manières : sèche, grasse ou rauque. À chaque type de toux correspond un sirop. Pour la soigner, il faut demander l’avis d’un médecin.

  • Différents types de toux

La toux peut être due à une infection virale des voies respiratoires comme la sinusite, la bronchiolite ou la rhinopharyngite. La toux sèche indique l’irritation des bronches accompagnée d’infections respiratoires ou de rhume. Si elle est accompagnée de respiration sifflante, elle est associée à l’asthme. La toux grasse signifie que le mucus encombre les voies respiratoires, provoquant des crachats ou des expectorations de glaires, notamment en cas d’infection bronchique. Quant à la toux rauque, c’est le signe d’une laryngite ou faux croup qui fait gonfler les voies respiratoires.

  • Diagnostic

Le médecin utilise le stéthoscope pour écouter la respiration et la toux. Une toux rauque peut être le signe d’une laryngite et une toux grasse peut indiquer une bronchite. S’il s’agit de toux sèche, il s’agit d’une infection virale. Quand la respiration est sifflante, c’est une allergie respiratoire ou un asthme. En parallèle avec l’examen clinique, le médecin peut procéder à différents examens, dont des analyses sanguines. Ceci afin de savoir s’il s’agit d’une infection virale ou bactérienne. Pour vérifier l’état du système respiratoire, il peut être nécessaire de réaliser une radiographie thoracique. Dans le cas d’une allergie, un test permet de détecter l’agent allergène.