» » » » Osmogel gel pour application locale - tube de 90g
Osmogel gel pour application locale - tube de 90g
Zoom

Osmogel gel pour application locale - tube de 90g

Note moyenne : 1 avis

Le gel Osmogel permet de traiter localement les traumatismes bénins comme les entorses, les foulures ou les contusions. Il s’agit d’un traitement de courte durée qui ne doit pas dépasser 5 jours.

Produit en stock
Quantité 
+
-

Maximum 5

Ajouter au panier

Livraison dès 3.99 € à domicile, point relais, click & collect

Livraison offerte dès 49 € de commande

 

Type de produit

Conditionnement

Mode d'administration

Femme enceinte

Allaitement

Description
Le conseil du pharmacien
MARQUE
Notes et avis

Osmogel, présenté dans un tube de 90 g, est réservé au traitement local des inflammations musculaires telles que les entorses, les luxations et les contusions. Ce produit est réservé à un traitement à court terme pour calmer la douleur. Il ne requiert pas d’ordonnance médicale, mais il s’avère prudent de demander l’avis du médecin ou du pharmacien avant de l’utiliser.

 

Posologie d’Osmogel pour application locale tube de 90 g

Osmogel est destiné à l’application cutanée chez l’adulte et l’enfant âgé de plus de 15 ans. Le dosage prescrit est de deux à quatre applications par jour. Pour chaque application, passez une seule couche au niveau de la partie douloureuse. Si vous avez dépassé la quantité nécessaire, rincez avec de l’eau propre. Vous pouvez recouvrir par une compresse non occlusive. La durée maximale du traitement est de cinq jours. Ce seuil ne doit pas être dépassé, à l’exception d’un avis médical.

 

Quelles sont les précautions d’emploi du médicament Osmogel pour application locale tube de 90 g ?

Ne pas dépasser les doses prescrites et la durée du traitement qui est limitée à cinq jours, sauf avec l’avis d’un médecin.

 

Les sujets épileptiques doivent consulter l’avis du médecin ou du pharmacien avant d’employer Osmogel pour application locale.

 

Après chaque utilisation, le nettoyage des mains est obligatoire. Cela permet d’éviter de contaminer les yeux ou les muqueuses.

 

Toutes les personnes âgées de moins de 15 ans ne doivent pas se servir de ce médicament.

 

Par ailleurs, le parahydroxybenzoate de méthyle sodé (E219) qui entre dans la composition de l’Osmogel risque de générer des réactions allergiques.

 

Contre-indications du tube de 90 g d’Osmogel pour application locale

Osmogel pour application locale est contre-indiqué durant la grossesse et pendant l’allaitement. Les femmes enceintes doivent consulter un professionnel de la santé avant d’utiliser ce médicament. Pour les femmes allaitantes, le recours à l’Osmogel est proscrit. Il ne doit surtout pas être appliqué sur les seins.

 

Étant composé de dérivés terpéniques, Osmogel pour application locale est interdit chez les nourrissons âgés de moins de 30 mois et chez les enfants qui ont déjà rencontré des problèmes de convulsion.

 

Ce médicament est également déconseillé chez les patients qui présentent une intolérance à l’un de ses ingrédients.

 

Évitez d’appliquer l’Osmogel sur les parties fragiles telles que les muqueuses, les yeux et les blessures.

 

Quels sont les effets indésirables du médicament Osmogel pour application locale tube de 90 g ?

Le tube de 90 g d’Osmogel réservé à l’application locale peut entraîner quelques effets indésirables en cas de non-respect des doses indiquées. Il peut être l’origine de convulsion chez l’enfant et le nourrisson, ainsi que d’agitation chez les personnes âgées.

 

Toutefois, des réactions allergiques peuvent se manifester au niveau de la peau sur laquelle le produit a été appliqué. Dans ce cas, arrêtez immédiatement le traitement. Retournez ensuite chez votre médecin traitant. Informez-lui de l’incident afin d’obtenir un remède.

 

En cas d’apparition d’autres effets indésirables, vous êtes invités à faire une déclaration auprès de l’ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) et du réseau des centres régionaux de Pharmacovigilance.

Retour en haut
Description
Le conseil du pharmacien
MARQUE
Notes et avis

Les entorses sont des traumatismes bénins très fréquents. Elles sont souvent provoquées par la pratique d’une activité sportive ou par une chute. L’articulation la plus souvent touchée par ce type de blessures est la cheville. En effet, c’est elle qui est au contact des différentes aspérités du sol et qui supporte le poids du corps lorsqu’on court ou on saute. Des entorses peuvent également être diagnostiquées sur d’autres articulations comme les genoux, les coudes ou encore les poignets.

 

Les différents degrés de gravité d’une entorse

Le diagnostic d’une entorse nécessite l’apparition de 3 symptômes :

  • une douleur,
  • un œdème ou une enflure,
  • une difficulté à bouger l’articulation.

Il s’agit d’un étirement, voire même d’une déchirure, d’un ou plusieurs ligaments de l’articulation.

 

On distingue 3 niveaux de gravité pour une entorse.


Elle est légère quand l’articulation reste fonctionnelle. Il n’y a qu’un étirement des ligaments. Il est rare qu’une ecchymose apparaisse. Le gonflement n’apparait que le lendemain. Il s’agit alors plus d’une foulure.


Elle est modérée quand une déchirure partielle des ligaments est diagnostiquée. Dans ce cas, l’apparition d’une ecchymose est automatique. Le gonflement est également plus rapide à se manifester : dans les 4 heures qui suivent le traumatisme.


Elle est grave quand on diagnostique une rupture complète d’un ou plusieurs ligaments. A ce stade, il arrive que le tendon se détache de l’os. Le gonflement est alors immédiat. Généralement, la personne blessée a bien ressenti une sensation de craquement ou de déchirement. Elle ne peut plus solliciter son articulation. La douleur est intense.

 

La multiplication des entorses sur une même articulation peut conduire à des complications comme l’arthrose.

 

Les causes possibles d’une entorse

Une entorse est souvent causée lors d’une activité physique : sport, marche, jeux extérieurs, etc. Les sollicitations des articulations peuvent alors conduire à une entorse, notamment dans les cas suivants :

  • forte tension au niveau de l’articulation (appui brusque pour sauter, perte de l’équilibre, etc.) ;
  • mouvement d’une amplitude supérieure à celle de l’articulation (mauvaise réception lors d’un saut, marcher sur un sol avec de nombreuses aspérités) ;
  • recevoir un coup directement sur l’articulation ;
  • avoir des ligaments affaiblis par des entorses antérieures.

Il est possible de limiter le risque d’entorses en prenant quelques précautions comme :

  • un échauffement complet de l’ensemble des articulations avant de réaliser une séance de sport ;
  • savoir s’arrêter lorsqu’on est fatigué : plus le corps va être fatigué, plus les risques de blessures sont grands ;
  • correctement s’équiper pour la pratique d’un sport : les chaussures doivent protéger les chevilles.

Le traitement d’une entorse

Celui-ci diffère selon la gravité de l’entorse.  Une phase de repos et de surélévation de l’articulation touchée est obligatoire. On considère qu’il faut attendre au moins 6 semaines pour reprendre les activités habituelles.

 

L’application de gels antalgiques comme Osmogel va permettre d’atténuer la douleur. Elle est préconisée dans le traitement des entorses légères à modérées. Pour les entorses plus graves, il faut attendre la fin de la phase aigüe, c’est-à-dire 3-4 jours après le traumatisme, avant de procéder à des massages. Dans ce cas, il est impératif de suivre l’avis de son médecin.

Laurence Silvestre

Docteur en Pharmacie

Section d'inscription : A - Numéro RPPS : 10001822864

 

 

Retour en haut
Description
Le conseil du pharmacien
MARQUE
Notes et avis

Merck Santé SAS / Merck Serono SAS

37 rue Saint Romain
69008 Lyon
France


0033472782525

contactbiopharmafrance@merckgroup.com

Retour en haut
Description
Le conseil du pharmacien
MARQUE
Notes et avis

Avis des internautes sur Osmogel gel pour application locale - tube de 90g (1 avis)

- Posté le dimanche 15 janvier 2017 par janine B
je suis satisfaite du produit livraison rapide
[Ajouter votre commentaire]
Retour en haut
Nos conseils santé
Quelles pommades anti inflammatoire choisir ?
Quelles pommades anti inflammatoire choisir ?
Santé
Le recours à une pommade anti-inflammatoire est une bonne solution pour soulager rapidement et efficacement les douleurs articulaires. Il en existe beaucoup sur le marché. Mais comment les choisir ? Voici nos conseils.
En savoir plus
Quel gel anti inflammatoire choisir ?
Quel gel anti inflammatoire choisir ?
Santé
Un gel anti-inflammatoire s’utilise en application cutanée. Il permet de soulager les douleurs et les gonflements résultant de lésions articulaires bénignes ou chroniques. Il est disponible tant sur ordonnance qu’en vente libre. Cependant, il est essentiel de bien choisir le bon gel anti-inflammatoire en cas d’automédication.
En savoir plus
Quel patch anti inflammatoire choisir ?
Quel patch anti inflammatoire choisir ?
Santé
Souffrez-vous d’une inflammation au niveau de vos muscles ou de vos articulations ? Qu’elle soit passagère ou récurrente, vous pouvez l’apaiser à l’aide d’un patch anti-inflammatoire. Quel patch anti-inflammatoire choisir ? La réponse est dans l’article qui suit.
En savoir plus
Informations mises à jour le 21/01/2021 à 09:57:43