» » Qu'est-ce que l'acuponcture ?

Qu'est-ce que l'acuponcture ?

jeudi 23 septembre 2021

 

Les médecines alternatives, parfois dénommées « médecines douces » deviennent de plus en plus en vogue depuis quelques années. Citons, entre autres, l’acupuncture qui figure depuis 2010 au registre du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. À l’origine, cette technique ancestrale était appelée « Zhen Jiu » qui se traduit littéralement par « art des aiguilles de métal ». Elle constitue une des bases de la médecine traditionnelle chinoise. Introduite en Europe au cours des 16e et 17e siècles, l’acupuncture enregistre un nombre sans cesse croissant d’adeptes. Ce dossier vous dit tout ce qu’il faut connaître à propos de cette méthode thérapeutique millénaire : définition, principes, bienfaits sur la santé, le déroulement d’une séance, éventuels effets indésirables et contre-indications.

 


 

acuponcture

 

Acupuncture : ses principes

Un des segments de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture est une méthode thérapeutique millénaire. Elle met en avant deux notions.

 

La première consiste en la présence au sein de l’organisme d’une énergie vitale (le Qi) composée de deux polarités (le Ying et le Yang) dont l’équilibre doit être préservé. Selon les médecins traditionnels chinois, la circulation normale du Qi constitue le garant d’un bon état de santé physique et mentale. Une mauvaise circulation de cette énergie vitale peut être à l’origine de troubles du comportement, de symptômes de maladies, de la déficience ou d’une hyperactivité d’un organe. L’acupuncture a pour objectif de stimuler et de rétablir la circulation harmonieuse du Qi au sein du corps pour que celui-ci retrouve sa santé et son équilibre.

 

Les méridiens représentent la seconde notion essentielle en acupuncture. Il s’agit de lignes virtuelles réparties à plusieurs endroits bien déterminés et répertoriés du corps. Elles sont liées aux organes les plus importants de l’organisme, tels que le cœur, les poumons, le foie, les reins... Certains méridiens se trouvent en surface, d’autres en profondeur, en fonction de leurs trajets : nerveux, sanguins, lymphatiques, dermiques ou osseux. Les points d’acupuncture sont éparpillés sur ces lignes virtuelles. Cette technique s’appuie sur 20 méridiens (12 réguliers et 8 extraordinaires) incluant plus de 600 points d’acupuncture.

 

Au cours d’une séance, l’acupuncteur recourt à des aiguilles dans l’objectif d’influer sur le Yin et le Yang via les points localisés sur les méridiens. Cela permettrait de rétablir l’harmonie de la circulation de l’énergie vitale. Au final, les différentes parties de l’organisme retrouvent leur équilibre.

 

Les aiguilles employées en acupuncture sont généralement en acier inoxydable. Elles sont très fines, d’un diamètre de 0,22 mm et d’une longueur variable en fonction de la pathologie ou des zones à traiter. Aucun risque de contamination n’est à craindre puisque les praticiens n’utilisent que des aiguilles à usage unique ou un jeu d’aiguilles réservé exclusivement à un même patient.

 

Pour pouvoir exercer la profession d’acupuncteur, le praticien doit avoir suivi une formation spécifique pendant 2 ou 3 ans.

 

Histoire de l'acuponcture

L’acupuncture est une technique thérapeutique vieille de 6 000 ans. « Huangdi Nei Jing », tel est le titre d’un ouvrage écrit au 2e siècle avant J.C dans lequel les chercheurs ont trouvé la première description précise et détaillée de l’acupuncture. De nombreuses traductions de cet ouvrage ont été effectuées, la plus répandue étant celle qui est intitulée « Le classique de médecine interne de l’Empereur Jaune ». Cette méthode a dépassé les frontières de son pays d’origine et s’est étendue sur l’ensemble du continent eurasien. Ensuite, elle s’est invitée en Afrique et ce n’est que vers le XVIe siècle qu’elle a été introduite en Europe. Des écoles d’acupuncture se sont développées un peu partout dans le monde au fil des siècles.

 

En Occident, la pratique de l’acupuncture est un peu différente. Les acupuncteurs occidentaux considèrent que les systèmes nerveux, immunitaire et endocrinien représentent les principaux passages de la douleur. Ils utilisent moins d’aiguilles que leurs homologues chinois et les laissent dans le corps moins longtemps.

 

L’acupuncture : ses objectifs

objectif acuponcture

 

Tout comme les autres médecines alternatives, telles que la naturopathie ou l’homéopathie, le but de l’acupuncture consiste à intervenir au niveau des mécanismes profonds susceptibles d’être à l’origine des troubles physiques ou psychiques d’un individu. Voici les principaux objectifs de cette technique :

  • Tonifier l’énergie au cas où celle-ci a tendance à ralentir ;
  • Lorsque l’énergie est bloquée, elle intervient pour la disperser ;
  • Enclencher les mécanismes d’autoguérison de l’organisme afin de prévenir, atténuer ou soigner certaines pathologies ;
  • Reconnecter l’être humain aux mouvements extérieurs et à son environnement.

Le recours à l’acupuncture est conseillé aux personnes qui souhaitent regagner leur équilibre énergétique à la suite d’un traumatisme ou d’une maladie. Toutefois, cette pratique ne peut pas se substituer à un traitement médical. Elle représente plutôt un complément des soins dispensés dans le cadre de la médecine « allopathique ».

 

L’acupuncture pour combattre les douleurs

L’acupuncture est une technique qui peut être utilisée dans des contextes très variés. L’OMS (Organisation mondiale de la santé) reconnaît son intérêt dans la prise en charge des douleurs liées à de nombreuses pathologies.

  • Pour combattre la migraine

La migraine représente l’un des motifs les plus récurrents qui poussent les patients à consulter un acupuncteur. En effet, après s’être soumis à des traitements médicamenteux, nombreux sont ceux qui ont constaté des réactions secondaires incompatibles avec les obligations de leur vie quotidienne. Par ailleurs, la plupart de ces traitements ne sont pas en mesure d’offrir des solutions pour apaiser la douleur sur le long terme. L’acupuncture peut ainsi se révéler être un allié précieux pour lutter contre la migraine, car elle traite le mal à la source et propose un soulagement durable en réduisant la fréquence ou l’intensité des douleurs. Des séances répétées peuvent les faire disparaître complètement.

  • Pour soulager les dysménorrhées

L’acupuncture représente une alternative de traitement performante pour atténuer les dysménorrhées. Ces douleurs sont ressenties par les adolescentes et les femmes dans la région lombaire ou dans le bas de l’abdomen avant, pendant ou après leurs menstruations. Souvent, la prise de médicaments anovulants ou analgésiques amoindrit seulement les symptômes sur une courte durée, mais n’apporte pas de solution pérenne. Cependant, il a été prouvé que l’option pour l’acupuncture pendant seulement quelques cycles menstruels peut rétablir la circulation du flux menstruel et soulager sur le long terme les symptômes de la dysménorrhée.

  • Une solution contre les douleurs articulaires

L’acupuncture contribue à soulager les douleurs occasionnées par les maladies des articulations. Bien qu’elle ne soit pas en mesure de guérir complètement l’arthrose, elle représente un allié précieux pour calmer les inflammations causées par cette pathologie. Elle apaise les douleurs et améliore la mobilité. Son efficacité a surtout été avérée pour les cas d’arthrose au genou. Cependant, pour constater une nette évolution de son état de santé, le sujet doit se soumettre au moins à 5 ou 6 séances d’acupuncture.

  • Pour calmer les douleurs dentaires

Un acupuncteur dispose des compétences requises pour réaliser un diagnostic précis des origines de la douleur dentaire. En dehors des abcès et des caries, des grincements de dents nocturnes ou un trouble de l’articulation dentaire peuvent engendrer ce type de douleur. Selon le cas, le praticien intervient sur les nerfs concernés. Il peut également traiter certaines zones susceptibles d’avoir un lien avec les dents, telles que les muscles temporaux.

 

L’acupuncture : pour traiter de nombreuses pathologies

 

problème de digestion

  • Pour combattre les troubles digestifs

Dans plusieurs pays asiatiques, l’acupuncture est couramment utilisée pour soigner les troubles de la digestion. En Occident, une étude a été réalisée en décembre 2015 pour chercher à évaluer les performances de cette technique dans le traitement de ces types de pathologies. Elle a démontré que cette méthode intervient efficacement et permet d’améliorer les symptômes de plusieurs troubles fonctionnels de la digestion, notamment les flatulences, les douleurs épigastriques, les nausées, les vomissements, les ballonnements et les reflux gastriques. Comme les séances sont très relaxantes, elles contribuent à l’évacuation du stress qui est souvent à l’origine de troubles digestifs.

  • Pour traiter la constipation

De nombreux essais cliniques ont démontré que l’acupuncture est performante pour soigner la constipation fonctionnelle non engendrée par la prise de médicaments ou une déficience organique grave. Les séances d’acupuncture exercent une action bénéfique sur la digestion en stimulant la motilité intestinale (les mouvements des intestins).

  • Pour réduire le stress

Lorsqu’une personne subit une perturbation liée à son quotidien, la circulation interne de son énergie est déstabilisée. Un blocage énergétique ou une affection des organes peut se traduire par divers symptômes, comme le stress, l’énervement, l’anxiété, l’insomnie. L’acupuncture permet de traiter non seulement les symptômes, mais aussi l’origine du dysfonctionnement. Pour cela, l’acupuncteur effectue un bilan approfondi pour déceler le déséquilibre énergétique qui engendre la tension nerveuse. Chaque contexte de stress est unique et requiert un traitement personnalisé.

 

Pour éviter les récidives de cystite chez les femmes

La cystite est une infection urinaire qui affecte un grand nombre de femmes. Certes, il existe des traitements médicamenteux, mais cette pathologie a tendance à récidiver très fréquemment et altère ainsi la qualité de vie des personnes concernées. Par ailleurs, le recours multiple aux médicaments est susceptible d’engendrer des phénomènes de résistance. Une étude réalisée par une équipe de chercheurs norvégiens a révélé que l’acupuncture représente une alternative intéressante pour combattre les cystites itératives. Le nombre de récidives chez les femmes traitées par acupuncture pendant 4 semaines, à raison de 2 séances hebdomadaires, a été réduit de moitié.

 

Une technique bénéfique pendant la grossesse

femme enceinte acuponcture

 

La grossesse s’accompagne souvent de divers maux. L’acupuncture intervient efficacement pour :

  • Atténuer les nausées : une mauvaise circulation de l’énergie au niveau de deux méridiens (estomac/rate et foie/vésicule biliaire) engendre des nausées. Ce phénomène se manifeste surtout durant les 3 premiers mois de grossesse.
  • Apaiser les troubles circulatoires : ces symptômes apparaissent généralement au cours du 3e trimestre de la grossesse et se traduisent par des jambes lourdes, des hémorroïdes, un éclatement des vaisseaux... L’acupuncture intervient au niveau des reins et de la rate pour stimuler la circulation sanguine.
  • Soigner les troubles du sommeil : cette pathologie est souvent due à un emballement de la rate. L’acupuncture permet de calmer cet organe en dysfonctionnement et de rendre l’endormissement plus facile.
  • Pour préparer à l’accouchement

Un nombre croissant de femmes enceintes font appel à l’acupuncture pour optimiser leur préparation à l’accouchement. Cette méthode est, en effet, bénéfique pour :

  • Préparer le périnée : en réalisant 2 à 3 séances d’acupuncture au cours des 15 derniers jours avant le terme de la grossesse.
  • Provoquer l’ouverture du col de l’utérus : il s’agit d’une des principales indications de cette technique. Des aiguilles judicieusement placées aident dans un premier temps à calmer l’angoisse de la future mère. L’acupuncture permet également de réduire le seuil de perception de la douleur des contractions et d’accélérer la dilatation du col.
  • Pour un bon positionnement du bébé : l’acupuncture s’avère performante pour aider le fœtus à avoir un positionnement adéquat à l’approche du terme. Cette technique révèle tout son intérêt lorsque l’enfant à naître ne s’est pas retourné à l’intérieur de l’utérus et se présente en siège.

L’acupuncture pour arrêter de fumer ou pour perdre du poids

  • Une technique de soutien au sevrage tabagique

L’acupuncture figure parmi les techniques de médecine douce utilisées pour soutenir le sujet durant le sevrage tabagique. Nombreuses sont les personnes qui ont reconnu que l’acupuncture les a beaucoup aidées à abandonner la cigarette. L’efficacité de cette méthode n’est pas validée scientifiquement, mais elle est approuvée par certains spécialistes et une multitude d’ex-fumeurs. L’acupuncture peut être associée avec l’usage de substituts nicotiniques, la pratique de TCC (thérapies comportementales et cognitives), la prise des médicaments, etc.

  • L’acupuncture pour aider à perdre du poids

L’efficacité de cette technique pour aider à maigrir a été prouvée par une récente étude coréenne. Des chercheurs au sein de l’Université de Séoul ont testé cette méthode sur 91 adultes en situation de surpoids. Ils ont tous dû se soumettre à un même régime alimentaire draconien. Certains ont bénéficié, en sus, de séances d’acupuncture. Après quelques semaines, les sujets qui n’ont pas profité des séquences de médecine douce ont abandonné le régime qu’ils ont jugé trop difficile à suivre. Les autres ont persévéré. Ils sont restés motivés. Au final, ils ont réussi à perdre du poids.

 

Il en résulte que l’acupuncture est recommandée aux personnes qui souhaitent maigrir. Toutefois, cette technique ne doit être envisagée qu’à titre d’accompagnement d’un régime alimentaire conseillé par un diététicien.

 

Le déroulement d’une séance d’acupuncture

seance acuponcture

 

Sont habilitées à pratiquer l’acupuncture :

  • Les médecins ayant suivi une formation spécifique ;
  • Les personnes détentrices d’un diplôme interuniversitaire (DIU) ;
  • Les praticiens ayant obtenu une capacité en acupuncture.

Dans de nombreux cas, la transmission du savoir s’effectue encore de maître à élève. Ceci explique le fait que chaque praticien peut adopter une approche personnalisée de la discipline, mais la formation de base reste commune.

 

En acupuncture, la première séance dure généralement 1 heure. Auparavant, le praticien commence par un entretien approfondi avec le patient afin de connaître ses antécédents, ses émotions et de déterminer le terrain individuel sur lequel il doit intervenir. Par la suite, il établit un bilan énergétique complet en procédant par plusieurs étapes :

  • Observation du teint et de la langue ;
  • Palpation du corps dans l’objectif d’identifier les zones tendues et froides ;
  • Prise des pouls à la manière de la médecine traditionnelle chinoise (les pouls radiaux et les pouls périphériques).

Après ces étapes, le praticien définit les points d’acupuncture où les aiguilles stériles et à usage unique devront être posées. Le but consiste à rechercher les « racines » et les « branches » du trouble à traiter et à déterminer les méridiens concernés afin de redonner leur équilibre aux canaux affectés.

 

Par la suite, il place des aiguilles très fines sur des points bien ciblés pour favoriser le rétablissement de la circulation de l’énergie vitale. Les aiguilles pénètrent à une profondeur différente en fonction de chaque point d’acupuncture. Parfois, elles sont tournées sur elles-mêmes et peuvent être laissées en place pendant quelques minutes. Cette pratique peut certaines fois s’accompagner de la « moxibustion » : il peut brûler un « moxa » (un petit bâton d’armoise) et l’approcher de la peau, sans toucher celle-ci, afin de chauffer un point d’acupuncture où il n’y a aucun Qi.

 

La durée et la fréquence des séances d’acupuncture dépendent du type de pathologie à soigner et de l’âge du patient. Il n’existe aucun traitement standard. Chaque sujet se trouve dans une situation unique et requiert une prise en charge personnalisée.

 

Dans la plupart des cas, la pose des aiguilles stériles est indolore et bien tolérée. En moyenne, celles-ci sont gardées pendant 20 minutes à chaque séance.

 

Acupuncture : des effets secondaires rares et sans gravité

Même si elle est impressionnante, la pratique de l’acupuncture est indolore et n’expose pas le patient à de risques majeurs. Ses effets secondaires sont assez limités, rares et sans gravité. La stérilisation des aiguilles écarte toute éventuelle menace d’infection. Les acupuncteurs ont été formés pour exercer cette méthode sans risquer de faire mal ou de blesser la personne traitée.

 

Certaines réactions peuvent être parfois observées au niveau des zones piquées, telles que des picotements, un gonflement, une sensation de chaleur ou un engourdissement. Quand les aiguilles sont posées d’une manière un peu trop profonde, le sujet peut souffrir d’hématomes. Toutefois, ces petits désagréments se résorbent rapidement.

 

Dans certains cas, un patient peut ressentir des douleurs plus fortes au niveau de la zone affectée et traitée pendant un ou deux jours. Cependant, ces douleurs diminuent progressivement à partir du troisième jour avant de disparaître totalement après quelques séances d’acupuncture.

 

fatigue passagère

 

Un état de fatigue passager peut également survenir après une séance d’acupuncture. Cette réaction éphémère est le signe de la mobilisation de l’énergie vitale. Lorsque celle-ci est relancée, la guérison approche.

 

Certaines études rapportent des cas de pertes de connaissance ou d’étourdissements, mais ces effets secondaires sont très rares.

 

Les contre-indications à l’acupuncture

L’acupuncture se révèle être une solution performante pour calmer de nombreux types de douleurs et pour soigner une multitude de maux. Elle peut être pratiquée sans danger sur les adultes, les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes. Il convient toutefois de signaler que cette méthode est déconseillée à certaines catégories de personnes :

  • Personnes très fragiles

Les personnes âgées, celles qui suivent des traitements médicaux lourds et les individus immunodéprimés doivent demander l’avis de leur médecin traitant avant d’opter pour l’acupuncture. En effet, malgré son caractère inoffensif, cette méthode peut engendrer des bouleversements internes dus au rééquilibrage des énergies. Ces symptômes ne sont pas graves, mais difficiles à supporter par les personnes aux conditions physiques fragiles.

  • En cas de fatigue passagère intense

Une séance d’acupuncture est déconseillée aux personnes qui viennent de rentrer d’un long voyage ou de sortir d’une période très éprouvante tant sur le plan mental que physique. Il faut attendre au moins quelques jours, le temps de récupérer des forces par le sommeil, avant de se faire prendre en charge par un acupuncteur. En effet, cette technique ne peut pas révéler son efficacité lorsque l’organisme est trop affaibli. Par ailleurs, comme un sujet ressent souvent une sensation de fatigue intense après une séance, il est déconseillé de faire une activité harassante avant le lendemain afin que les énergies puissent tranquillement se rééquilibrer.

  • En cas de maladie grave due à la lésion d’un organe

Les personnes qui souffrent d’une pathologie grave affectant directement un ou plusieurs organes doivent s’abstenir de pratiquer une séance d’acupuncture, sauf si le médecin recommande cette technique dans le but d’amoindrir les effets secondaires du traitement allopathique prescrit. À titre d’exemple, cette pratique peut accompagner efficacement un patient atteint d’un cancer en atténuant les effets indésirables de la radiothérapie ou de chimiothérapie, mais elle ne peut pas guérir la pathologie en elle-même. L’acupuncture est dédiée aux soins des troubles fonctionnels. Elle ne peut remédier qu’aux problèmes de dysfonctionnement des organes. De ce fait, elle ne représente pas une solution pour les maladies inhérentes à une lésion ou à une détérioration des organes.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 471
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164