» » » Quel crème pour traiter la mycose vaginale ?

Quel crème pour traiter la mycose vaginale ?

lundi 28 décembre 2020

 

La mycose vaginale est une infection vulvo-vaginale causée par des champignons microscopiques qu’on appelle Candida Albicans. Elle se traduit par du prurit, des sensations de brûlure au niveau de la vulve et l’évacuation d’importantes pertes blanches inodores. Sa prise en charge repose sur l’administration de traitements antifongiques : comprimés, ovule ou crème. Quelle crème utilise-t-on pour traiter la mycose ? Cette maladie est-elle contagieuse ? Y’a-t-il un risque pour les femmes enceintes ? Découvrez-en davantage dans ce dossier.

 

mycose vaginale

Mycose vaginale : qu’est-ce que c’est ?

La mycose vaginale désigne l’infection du vagin et des petites lèvres. Elle est connue sous l’appellation candidose. C’est une pathologie très répandue. Trois femmes sur quatre ont déjà souffert au moins une fois dans leur vie des symptômes de cette affection. Même si elle occasionne de l’inconfort, la mycose génitale ne présente aucune complication. La rumeur disant qu’elle peut être la cause de l’augmentation du risque de cancer du col de l’utérus ou d’une infertilité est totalement fausse.

 

La mycose provient des champignons microscopiques appelés Candida Albicans. Cette levure est déjà présente naturellement dans le vagin. Elle vit avec les bactéries qui assurent le bon fonctionnement et la protection de la flore vaginale. Pour protéger la région intime, ces bactéries créent une acidité comme une sorte de bouclier contre les corps nuisibles. Face à cela, les champignons ne peuvent pas se développer et restent inactifs. Toutefois, sous l’effet de différents facteurs, ils peuvent se réveiller, se reproduire et sortir à l’extérieur du vagin sous la forme de pertes. Dès qu’ils parviennent à la vulve, ils deviennent responsables de l’irritation.                         

 

Mycose vaginale : causes

contamination mycose vaginale

 

La cause habituelle de la mycose vaginale est le déséquilibre vaginal. En cas de fragilité de la flore vaginale, les bactéries censées la protéger s’affaiblissent également. Nombreux sont les facteurs qui peuvent être à l’origine de ce déséquilibre.

 

●      L’administration de corticoïdes et d’antibiotiques fait partie des causes fréquentes du déclenchement de la mycose. Les premiers affaiblissent le système immunitaire. Les seconds en endommageant les bactéries protectrices du vagin, entraînant ainsi le trouble de la flore vaginale.

 

●      Les toilettes intimes exagérées occasionnent également le développement de la mycose vaginale. Le fait de se laver intimement plusieurs fois par jour avec en plus des savons antiseptiques favorise le développement de la mycose. Le frottement et le lavage à l’intérieur du vagin peuvent abîmer la flore vaginale.

 

●      Parmi les facteurs déclenchant la mycose vaginale, on peut aussi trouver le déséquilibre des hormones féminines. « Les champignons se développent plutôt en fin de cycle, juste avant l’apparition des règles, sous l’effet des œstrogènes », rapporte le Docteur Jean-Marc Bohbot, infectiologue spécialisé dans les infections urogénitales à l’Institut Fournier à Paris et coauteur du livre « Microbiote vaginal, la révolution rose ».

 

●      Mis à part ces facteurs, on peut citer le sucre comme cause favorisant le développement de la mycose vaginale. Les champions se nourrissent de cette substance. C’est pourquoi les femmes diabétiques souffrent fréquemment de mycose génitale. Le port de sous-vêtements trop serrés peut aussi favoriser son développement, car cela irrite la peau.                               

Mycose vaginale : symptômes

Le signe principal de la mycose génitale est la démangeaison de la vulve. Il faut, par contre, faire attention avant de procéder à un autotraitement. Ce symptôme peut être celui de l’eczéma ou du psoriasis. Le prurit est accompagné de sensations de brûlure et de rougeurs au niveau de la vulve et de pertes blanches épaisses.

 

Il arrive que certaines patientes aient une quantité importante de champignons responsables de la mycose génitale sans développer les symptômes. Elles n’ont pas forcément besoin de prise en charge, sauf si elles sont enceintes.    

 

Mycose vaginale : traitements crème contre les mycoses vaginale

Avant de se lancer dans un traitement contre la mycose vaginale, l’idéal est de consulter son gynécologue. Cela permet de savoir exactement l’origine des symptômes. Beaucoup confondent la mycose vaginale avec d’autres atteintes tels que le trichomonas, le psoriasis ou l’eczéma.

 

Afin d’empêcher la prolifération des champignons, les médecins ou les gynécologues prescrivent des médicaments antifongiques. Ils peuvent se présenter sous plusieurs formes : comprimés par voie orale, crème ou ovule à insérer dans le vagin et crème à appliquer par voie locale. Pour aboutir à un bon résultat et éviter la récidive, il est primordial de suivre jusqu’au bout le traitement indiqué.      

  • La crème Monazol dans le traitement de la mycose vaginale

La crème Monazol est un médicament antifongique de la famille des imidazoles. Elle est développée à base de nitrate de sertaconazole, efficace pour soigner les mycoses. Cette crème est préconisée pour prendre en charge les mycoses cutanéo-muqueuses à Candida et à dermatophytes. Elle peut donc être utilisée pour soigner la mycose vaginale, car celle-ci provient généralement du Candida. Après avoir effectué la toilette intime avec un savon neutre ou alcalin, sécher la lésion. Appliquer ensuite la crème une fois par jour. Bien tenir compte des composants de ce médicament avant de l’utiliser. Il contient une substance susceptible de provoquer des allergies chez certaines personnes.       

 

Mycose vaginale : contagieuse ?

Contrairement aux idées reçues, la mycose génitale n’est pas contagieuse. Beaucoup croient encore qu’elle peut être contractée lors des rapports sexuels. Cette croyance n’est pas fondée. « Le partenaire n’y est pour rien ! Il est absolument inutile qu’il prenne un traitement », rapporte le Docteur Bohbot.

 

Mycose vaginale chez la femme enceinte

femme enceinte

 

Il est connu que les hormones féminines jouent un rôle primordial dans le développement des champignons. « C’est pour cela que les femmes enceintes sont plus sujettes aux mycoses, car il y a plus d’hormones pendant la grossesse », affirme le Dr Bohbot.

 

Développer la mycose vaginale pendant la grossesse n’a rien d’inquiétant. La pathologie n’aura aucune incidence sur le développement de l’enfant, le médecin pourra prescrire un soin adapté. En revanche, si la mère souffre toujours de mycose lors de l’accouchement, un léger risque de transmission est possible. Les champignons entraînent une tache blanche dans la bouche du nouveau-né pouvant irriter les tétons de la mère. Cela se prend en charge facilement.

 

En savoir plus sur le traitement contre la mycose vaginale : 

Quel crème pour traiter la mycose vaginale ? 

Comment traiter naturellement une mycose vaginale ? 

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 470
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164