Arnica montana

Arnican 4% crème - tube de 50g
Produit en stock
3.76 €
Arnican gel Cooper - tube de 50g
Produit en stock
4.16 €
Arnigel gel Boiron - Tube de 45g
Produit en stock
3.91 €
Arnicagel - Tube de 25g
Produit en stock
5.99 €

Les traumatismes psychologiques

  • Le surmenage intellectuel

Le surmenage est une forme de perturbation qui peut s’amplifier au fil du temps. Il se manifeste par des états de fatigue qui ne peuvent pas être soignés par le simple repos ou le sommeil. Des maux de tête, des difficultés d’organisation de la journée, des troubles de sommeil, sont des signes évocateurs de surmenage.

 

Le surmenage touche aussi bien les adultes que les enfants. Chez les adultes, ce trouble est souvent lié aux stress : au travail, à la faculté, et même au foyer. Il existe beaucoup de femmes au foyer qui sont atteintes de surmenage. Certains enfants ont un emploi du temps trop chargé à leur âge, ce qui pourrait augmenter le degré d’anxiété pouvant causer une dépression. Il faut noter cependant que la dépression n’est pas le surmenage, mais c’est le chemin qui peut y mener.

 

Plusieurs facteurs favorisent la survenue du surmenage à savoir les nuits trop courtes, le manque de sommeil, l’alcool à forte dose, etc.

 

L’arnica montana est un médicament homéopathique qui peut soigner le surmenage affectant tant les adultes que les enfants.

  • Les chocs moraux

Un choc moral est une maladie psychosomatique causée souvent par un choc psychologique. Le décès d’un proche, la séparation, le licenciement, etc. peuvent en effet être à l’origine de chocs moraux. Ce trouble s’apparente à la dépression sans toutefois en être une. Il se traduit par un état d’angoisse permanent et d’une détresse morale. Le choc moral est un trouble psychologique qui se répercute sur le système immunitaire. Ainsi, une personne atteinte d’un choc moral présente des déficiences immunitaires. Ce qui pourrait favoriser la survenue d’autres maladies.

 

L’explication de cette maladie est simple : les corticoïdes sont des hormones produites par le cortex, par le biais des glandes surrénales, ils ont une propriété anti-inflammatoire. Sous l’effet du stress, le cortex produit plus de corticoïdes que d’habitude. Or, ces derniers sont connus pour leur faculté inhibitrice du système immunitaire. Aussi, lorsque vient le choc moral, la défense immunitaire se voit amenuisée.

 

L’arnica montana est indiquée pour soigner tout choc moral et aussi les stress post-traumatiques.

 

Les interventions chirurgicales et l’accouchement chez la femme

Lors d’une intervention chirurgicale, le risque d’hémorragie est élevé notamment chez les patients atteints d’un certain nombre de maladies. L’hémorragie postopératoire se manifeste par le saignement abondant après une opération. Le sang sort de sa conduite normale en l’occurrence  les vaisseaux sanguins. 

 

Dans le cas d’une intervention chirurgicale, l’hémorragie peut provenir d’une complication de la situation ou de l’état même du patient. Par exemple, opérer une personne présentant une hypertension artérielle augmente les risques d’hémorragie. Il en est de même lors de l’opération césarienne d’une femme dont le placenta est en position basse insérée.

 

L’arnica montana est le meilleur remède homéopathique pour prévenir et stopper l’hémorragie.

 

Par ailleurs, si le patient est une femme enceinte, la sciatique de grossesse n'est pas impossible. Dans ce cas, l'arnica montana peut être utilisé pour décontracter les muscles. 

 

Lorsqu’une femme accouche, il se peut que la douleur des contractions utérines soit trop intense, si bien que certaines optent pour la péridurale tandis que d’autres préfèrent s’en passer. Dans cette dernière option, il est conseillé de prendre de l’arnica montana afin d’atténuer les douleurs utérines.

 

Si telles sont les utilisations possibles de l’arnica montana, qu’en est-il donc de son mode d’utilisation ?

 

Comment utiliser l’arnica montana ?

L’arnica montana est, comme nous l’avons vu auparavant, un remède possédant de multiples  vertus. De la sorte, elle est utilisée de plusieurs manières selon leurs présentations et le trouble à traiter. D’abord, elle peut être à usage externe et interne.

  • Pour traiter les traumatismes physiques

Tout effort physique excessif, tout choc physique violent et d’autres contusions peuvent être traités par l’arnica montana. Il peut s’agir d’hématomes, d’inflammations, de douleur post-traumatique, d’entorse, d’ecchymose, de tendinite, etc. Pour ces pathologies des traitements internes et externes peuvent être effectués.

 

En traitement interne, l’arnica montana se prend à raison d’un granule de 5 CH ou 10 DH juste après le traumatisme ; ensuite il faut prendre 3 granules en dilution moyenne 3 à 4 fois par jour jusqu’à disparition des douleurs.

  • Pour traiter les traumatismes psychologiques

L’arnica montana traite à la fois le surmenage et le choc moral. Lors d’un surmenage, les douleurs sont généralisées et ne se limitent pas sur un endroit précis. C’est ce qui différencie le surmenage des autres troubles psychologiques et des traumatismes physiques. Le sujet atteint présente des maux de tête, ces céphalées, un état fébrile, etc. dans ce cas, arnica montana est à prendre à raison de 3 granules de 9 CH ou 18 DH à répéter 3 fois par jour. Au fur et à mesure que le corps commence à récupérer, la fréquence de la prise du médicament  peut être réduite.

 

En ce qui concerne le choc moral, 2 ou 3 granules d’arnica montana en dilution haute c’est-à-dire de 15 CH peuvent suffire. Il faut préciser qu’en cas de choc moral, le sujet ressent une tendance à la dépression et à la tristesse sans parler d’un sentiment d’irritabilité et des sauts d’humeur. Le sujet atteint d’un choc moral est psychologiquement instable bien que cet état ne doit pas durer trop longtemps. Le traitement par l’arnica montana est destiné à estomper les effets psychologiques d’un choc moral.

  • En cas d’intervention chirurgicale

L’arnica montana est surtout utilisée pour soulager les douleurs qui surviennent une fois que les effets de l’anesthésie s’estompent. En plus, l’arnica montana peut accélérer la cicatrisation et élimine les traces d’ecchymoses. Bien qu’elle puisse stopper l’hémorragie, il est préférable de ne pas prendre immédiatement l’arnica montana juste après l’opération. Cela causerait un effet inverse à savoir provoquer l’hémorragie. Il est conseillé de prendre 2 granules d’arnica montana de 9 CH ou 18 DH à raison de 3 fois par jour. Le traitement peut être poursuivi pendant 2 à 3 jours jusqu’à ce que les douleurs disparaissent.

  • Lors de l’accouchement

Le travail, ou plus précisément les contractions utérines avant l’accouchement sont parfois plus douloureux que l’accouchement lui-même. Pour les calmer un peu, l’arnica montana est conseillée par le médecin. Elle s’avère également être indispensable pour la récupération de la mère. Il existe des circonstances plus compliquées pendant lesquelles l’utilisation de l’arnica montana est fortement recommandée, c’est le cas lors des accouchements difficiles, hormis l’opération césarienne où elle intervient en tant qu’anti-inflammatoire et anti-hémorragique.

 

Comme dans le cas de l’intervention chirurgicale, l’arnica montana ne peut pas être prise avant le lendemain de l’accouchement. Pour le traitement à proprement parler, il faut prendre 2 granules de 9 CH ou 18 DH d’arnica montana 3 fois par jour. La cure est à continuer sans dépasser les 3 jours à venir.

  • Autres utilisations de l’arnica montana

La fragilité capillaire se traduit par la formation d’ecchymose ou d’hématome à la suite d’un moindre choc. Dans ce cas, il faut prendre 2 granules d’arnica montana de 9 CH ou 18 DH 3 fois par jour. 

 

Pour stopper l’hémorragie, il est convenable d’utiliser l’arnica montana avec d’autres traitements. Elle peut se combiner  avec du China rubra de 5 CH ou 10 DH, ou même avec du Phosphorus de 9 CH ou 18 DH en cas d’hémorragie plus grave.

 

Lors d’une fatigue musculaire des cordes vocales, il faut prendre au plus vite 1 granule d’arnica montana de 9 CH. Ensuite, il est préconisé de continuer le traitement à raison de 5 granules de9 CH toutes les heures jusqu’à une nette amélioration. Si la fatigue concerne d’autres muscles, le traitement peut se faire pendant 4 à 5 jours à raison de 1 dose de 30 CH par prise.

 

L’arnica montana soulage également les hémorroïdes. Dans ce cas, il est conseillé de prendre 5 granules de 7 à 9 CH, à prendre toutes les 4 heures. Les prises peuvent ensuite être espacées jusqu’à ce que les douleurs disparaissent.

 

Par ailleurs, les varices douloureuses se soignent par l’arnica montana à raison de 5 granules de 9 CH par jour. La durée du traitement de la varice est plus longue, car  elle dure en moyenne 6 mois.

 

L’arnica montana est un excellent protecteur vasculaire. Elle est utilisée pour prévenir les risques d’accidents cardiovasculaires. Pour ce faire, 1 dose est à prendre toutes les semaines pendant 6 mois.

  • Utilisation externe de l’arnica montana

L’arnica montana s’utilise aussi bien en traitement interne qu’en traitement externe. Raison pour laquelle elle se présente sous forme de pommade ou de gel. Aussi, l’arnica montana est prescrite pour soulager les douleurs externes causées par les différents types de contusions. Elle possède également une forte capacité à soigner les douleurs articulaires et toutes les formes d’arthroses. En plus, l’arnica montana traite les troubles veineux autres que la varice.

 

En dermatologie, l’arnica montana joue un rôle curatif. C’est le cas lors du traitement des piqûres d’insectes, des furoncles et d’autres dermatites inflammatoires.

 

Enfin, il est à signaler que la teinture mère de l’arnica montana possède une propriété antibactérienne plus de sa vertu anti-inflammatoire. Cette dernière lui permet de traiter certaines infections ORL comme les maux de gorge, les angines, les ulcères aphteux, les gingivites, etc.

 

Comme tout médicament, il est recommandé de consulter immédiatement le médecin en cas d’apparition de signes d’allergie.

 

Quelles sont les particularités de l’arnica montana ?

Souche homéopathique obtenue à partir d’une plante, l’arnica montana présente un certain nombre de particularités :

  • La teinture mère d’arnica montana est une solution hydroalcoolique, elle est donc destinée à l’usage externe seulement. Cependant, il n’est pas recommandé de l’utiliser directement sur une plaie ouverte.
  • L’arnica montana est préparée à base de lactose et de saccharose. Aussi, il est déconseillé aux personnes hypersensibles à ces deux composants de la prendre. Il est préférable de demander un avis préalable du médecin qui va vous confirmer si devez vraiment en prendre.
  • L’application locale de l’arnica montana peut engendrer des réactions allergiques par suite d’un contact avec les substances contenues dans le produit. Les signes d’allergies sont souvent remarqués chez les sujets hypersensibles à la plante même.
  • Puisque c’est un remède à base de plante, l’arnica montana est donc naturelle. Elle convient alors à tout âge. Néanmoins, il faut la prescription du médecin afin d’éviter tout risque lié au traitement ou à l’allergie.
  • L’arnica montana ne peut pas être prise avec de la menthe, du tabac ou du café. Les effets escomptés peuvent être inversés, car ces substances sont incompatibles avec le produit.
  • L’arnica montana est à prendre en dehors des repas et les granules sont à faire fondre sous la langue.
  • Bien que ce remède convient  à tout le monde, il existe des catégories de patients jugés bons répondeurs. Il s’agit des sujets sanguins, nerveux, pléthoriques. Les femmes en ménopause et les hommes à tendance à l’hypertension sont des exemples concrets. De ce fait, l’usage de l’arnica montana s’adapte très bien à ces catégories de personnes.

 

Quels sont les avantages de l’utilisation de l’arnica montana ?

L’arnica montana est une souche homéopathique naturelle. C’est de loin un avantage majeur par rapport aux autres médicaments dits conventionnels. Les effets d’un tel médicament vont au-delà de la médecine ordinaire. Ils peuvent être  à la fois préventifs et curatifs. Ce qui lui permet d’être classé parmi les remèdes les plus prisés en médecine de sport. Les activités sportives peuvent provoquer différents types de lésions et de traumatisme. Il se peut que les muscles et les articulations des sportifs s’usent au fil du temps, à cause des entraînements intensifs. De la sorte, il faut recourir à des soins palliatifs adéquats sans devoir utiliser des substances purement chimiques.

 

De surcroît, la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens peut provoquer des effets secondaires. Ces derniers attaquent surtout l’estomac, le foie, les reins, l’intestin. Du coup, il est plus convenable de se tourner vers l’homéopathie pour éviter la survenue de telles infections d’ordre digestif.

 

L’utilisation de l’arnica montana est aussi recommandée pour les personnes âgées en ce sens que celles-ci ont un organisme plus fragile. Ainsi, ces sujets ne doivent pas recourir à ces médicaments dits ordinaires (comprimés en l’occurrence). 

 

Enfin, l’utilisation de l’arnica montana est conseillée pour soigner les traumatismes psychologiques de toutes sortes. Ce qui évite les thérapies de longue durée qui sont susceptibles de provoquer d’autres troubles psychologiques. 

Toutefois, lors de traitement de certaines maladies, il est préférable d’associer l’arnica montana avec d’autres médicaments afin d’obtenir un meilleur résultat. 

https://www.pharmashopi.com/sciatique-grossesse-pxl-178_821_834.htmlEn homéopathie, les plantes médicinales jouent un rôle crucial. L’arnica montana fait partie intégrante de celles ayant le pouvoir de guérir plusieurs maladies et troubles. L’arnica montana est une souche homéopathique extraite d’une plante vivace appartenant à la famille des Asteraceae. Petite plante mesurant entre 20 et 30 cm, l’arnica montana possède des feuilles duveteuses, ovoïdes et tannées. Ses fruits sont issus de ses fleurs portant des capitules jaune orangé. L’arnica montana dégage une odeur suave.

 

On retrouve la plante, principalement dans les pâturages de montagne, d’où son nom « montana » signifiant montagne. Sa floraison débute au mois de mai où les cueillettes doivent commencer. La couleur de sa fleur s’apparente à celle d’une marguerite. C’est à partir de la plante entière fraîche qu’on obtient la teinture mère.

 

L’arnica montana possède également plusieurs autres appellations : herbe à éternuer, plantain des Alpes, quinquina des pauvres, tabac des Savoyards, herbe à chute, herbe vulnéraire et tabac des Vosges.

 

Dans l’histoire de la médecine, l’arnica montana figure au premier rang des plantes médicinales les plus anciennement utilisées. Ses vertus thérapeutiques ont déjà été connues pendant l’époque de la Grèce antique. Certains pensent même qu’elle a déjà été utilisée à l’époque préhistorique. L’arnica montana est plus connue pour sa capacité à traiter les différentes sortes de traumatismes.

 

Puisque c’est une plante médicinale, toutes les parties de l’arnica montana sont ainsi utilisées en homéopathie. Mais leur choix dépend des objectifs des chercheurs. À noter que les fleurs sont exclusivement employées en phytothérapie.

 

L’arnica montana synthétise des flavonoïdes, du thymol, de l’arnicine, des coumarines et des caroténoïdes. Ce sont ces éléments actifs qui lui confèrent ses vertus thérapeutiques.

 

L’arnica montana est présentée sous plusieurs formes : granules, doses globules, ampoules buvables, gouttes, pommades et gels.

 

Dans quels cas utiliser l’arnica montana ?

En général, l’arnica montana est indiquée pour soigner les traumatismes. Aussi, c’est un excellent remède pour le traitement des tendinites, des entorses, des ecchymoses, des courbatures, et bien  d’autres. Elle peut également soigner les troubles cardiaques et oculaires. En dehors du fait qu’elle peut intervenir en cas de surmenage professionnel, l’arnica montana peut en outre aider les femmes lors de l’accouchement.

  • Les tendinites

Une tendinite est une inflammation d’un tendon. Le tendon quant à lui est la bandelette qui relie les muscles à l’os. Ce sont des fibres constituées de collagène. La tendinite atteint principalement le genou, le coude, le poignet, l’épaule, la hanche ou le tendon d’Achille. Mais d’autres tendons du corps peuvent toujours en être atteints.

 

La tendinite survient  souvent après  des mouvements répétitifs nécessitant une force. Les sportifs et les ouvriers sont les plus exposés à ce risque. Ce traumatisme peut aussi être le résultat d’une mauvaise posture ou d’un maintien prolongé du corps à une même position. En outre, la tendinite est parfois liée à une autre maladie articulaire : le rhumatisme. Ce dernier entraîne des inflammations du tendon. Il en est ainsi lors d’une atteinte par la polyarthrite rhumatoïde ou la spondylarthropathie. Mais dans certains cas, la tendinite est provoquée par la prise de médicaments qui peuvent fragiliser le tendon. C’est le cas des stéroïdes anabolisants et des fluoroquinolones par exemple.

 

Puisque la tendinite touche les articulations, elle est donc plus difficile à guérir. Un traitement avec de l’arnica montana est nécessaire. Mais il doit être suivi avec des mesures accompagnement.

  • Les entorses

Lorsqu’un ou plusieurs ligaments d’une articulation sont déchirés ou étirés, on dit qu’il y a une entorse. À la différence du tendon, les ligaments sont des fibres reliant les os entre eux. Ils confèrent à l’articulation sa stabilité. 

 

L’entorse est souvent causée par un faux mouvement ou un mouvement brusque de l’articulation. On distingue ainsi trois types d’entorses selon le degré de gravité : l’entorse légère, l’entorse modérée et l’entorse grave. Lors d’une entorse légère, appelée aussi foulure, l’articulation peut encore fonctionner. L’entorse modérée est causée par un étirement d’un ou plusieurs ligaments, celui-ci pouvant être accompagné d’une déchirure partielle. Tandis qu’en cas d’entorse grave, un ou plusieurs ligaments ont subi une rupture complète. Si plusieurs ligaments se rompent, alors le tendon se détache de l’os. L’articulation n’est donc plus fonctionnelle. 

 

Mis à part les mouvements extrêmes de l’articulation, les entorses antérieures qui ont été mal soignées peuvent provoquer de nouvelles entorses, car les ligaments s’affaiblissent au fur et à mesure. Pour éviter toutes ces complications, il est conseillé de recourir à la thérapie par l’arnica montana.

  • Ecchymose et hématomes

L’ecchymose et l’hématome sont des bleus surgissant sur la peau après une contusion. Bien que les deux soient différents, ils se traduisent principalement par du sang qui fuit des vaisseaux sanguins rompus.

 

L’ecchymose est une tache bleue violacée pouvant revêtir une couleur jaune verdâtre. C’est un épanchement de sang gonflé ou non. L’hématome est plus volumineux. Il se définit par une lésion accompagnée d’une bosse. L’ecchymose, tout comme l’hématome apparaît le plus souvent sur les membres mobiles, les bras et les jambes. Sans traitement, leurs symptômes peuvent durer des semaines. L’ecchymose est aussi différente de l’hématome en raison de sa cause souvent moins grave. En effet, une ecchymose est due à un choc physique plus léger tandis qu’un hématome survient par suite de coups plus violents ou des chocs légers, mais répétitifs.

 

Il existe également des maladies qui perturbent  la coagulation du sang et pouvant causer des bleus. C’est le cas par exemple de l’anémie, de l’insuffisance hépatique, d’hémophilie, etc. La prise de médicaments anticoagulants et de corticoïdes sur une longue durée est aussi un facteur de formation de contusions. Il en est autant pour les piqûres effectuées lors des prélèvements ou des traitements par injection.

 

Par ailleurs, l’âge et la finesse de la peau peuvent faciliter la formation d’ecchymose ou d’hématome au niveau du corps. Sachez également que les vaisseaux sanguins s’affaiblissent au fur et à mesure que le temps passe.

L’arnica montana se trouve être le remède d’appoint pour de tels troubles.