» » Comment faire disparaitre des varices ?

Comment faire disparaitre des varices ?

lundi 23 mai 2022

 

Les varices sont une sorte de pathologie traduisant une dilatation permanente des veines. Il s’agit d’une distension au niveau du diamètre des veines accompagnées d’une anomalie des parois veineuses. Les varices peuvent survenir sur n’importe quelle zone du corps. L’insuffisance veineuse en est l’origine la plus connue. C’est en effet une maladie qui touche particulièrement les veines. Il existe des formes spécifiques de varices, dont la varice pelvienne, la varice des jambes et la varice vulvaire. Rien qu’en considérant ces formes particulières, on peut affirmer que les varices attaquent surtout les femmes. Il faut toutefois préciser que la majorité de ces pathologies surviennent au niveau des jambes. Dans ce cas, on peut constater une dilatation anormale des veines situées à la superficie des membres inférieurs.

 


 

varice

 

Mécanisme pathologique de la varice

La varice se forme au niveau des veines par un mécanisme pathologique. Ce processus diffère d’une forme à une autre.

  • Varice des jambes

La plupart des varices surviennent au niveau des jambes. En réalité, le système veineux au niveau de cette partie du corps est de deux sortes : le système veineux profond et le système veineux superficiel. Si 90 % du sang est drainé vers le cœur, le reste, c’est-à-dire les 10 %, sont drainés au niveau du système veineux superficiel.

 

La circulation sanguine parte, donc, des petites veines allant de celles plus grandes, pour ensuite rejoindre le cœur. Ce passage du sang est animé par trois mécanismes. Il y a d’abord la pression exercée par la contraction du cœur, ensuite, celle des muscles et des valvules. Le cœur se contracte et occasionne une pression sur les vaisseaux sanguins. Les muscles quant à eux se contractent lors des mouvements des jambes comme au cours d’une marche. Enfin, les valvules ont pour rôle de contrer l’effet de la pesanteur sur le sang.

 

La varice apparaît lorsque les valvules des veines superficielles faillent à leur rôle. Ce qui entraîne une stagnation du sang dans les veines des membres inférieurs. Au fil du temps, la varice prend une forme tortueuse.

  • Varice pelvienne

Chez la femme, il existe une paroi où se logent la vessie, l’utérus, le vagin et les ovaires. Cet endroit s’appelle le pelvis. Sous une forte pression, les veines au niveau des ovaires et de l’utérus souffrent de varices pelviennes. Une varice pelvienne peut être symptomatique ou pas. Lorsque celle-ci présente des symptômes, elle occasionne en général diverses douleurs, dont des règles douloureuses, une congestion pelvienne, certaines douleurs ressenties après chaque rapport sexuel, etc. Dans le cas où la varice pelvienne est asymptomatique, elle peut causer d’autres troubles. La majeure partie des femmes asymptomatiques ne ressentent aucune douleur avant l’accouchement. Un tel problème pourrait entrainer une opération césarienne d’urgence, car l’utérus et le col de l’utérus ne peuvent pas entrer en contraction.

La prévalence des varices pelviennes est plus élevée chez les femmes avant la quarantaine, notamment après un deuxième geste.

  • Varice vulvaire

Outre le pelvis, l’anatomie de la femme comprend une autre zone, la vulve. C’est en effet la partie visible de l’organe reproducteur de la femme. Les veines à cet endroit peuvent se dilater. C’est le signe d’une varice vulvaire. Cette dilatation est étroitement liée aux fortes fluctuations hormonales que la femme subit durant la grossesse. Certaines de ces varices disparaissent après l’accouchement tandis que d’autres persistent.

 

Cette forme peut parfois survenir sans présenter aucun symptôme. Dans le cas contraire, la varice vulvaire est une source de lourdeur, d’œdème ou de démangeaisons. Il est rare de voir une femme développant des varices vulvaires pendant la grossesse. C’est pourquoi il faut en parler avec le gynécologue ou la sage-femme qui vous prend en charge pendant sa grossesse. Une varice vulvaire peut également être la source d’une opération césarienne.

 

Il faut noter que ce sont les varices des jambes qui prédominent en termes de statistique. Elles concernent 95 % des cas recensés. D’un autre côté, les femmes sont les plus touchées par une telle pathologie.

 

Les causes de la varice

Nombreuses sont les sources des varices :

  • La perte d’élasticité des parois veineuses

Lorsque les parois veineuses perdent leur élasticité, le sang ne peut plus y circuler avec fluidité. Aussi, de petites taches bleuâtres commencent à se former pour ensuite donner naissance aux varices. Les veines, tout comme les artères, sont dotées d’une certaine élasticité leur permettant de résister aux pressions sanguines. Suite aux différentes agressions qu’elles subissent, l’élasticité se perd peu à peu. On remarque alors une sorte de toile d’araignée qui apparaît de plus en plus. Ce sont les varicosités, qui sont visibles sans être en relief.

  • Des lésions au niveau des valvules

Les valvules sont des petits clapets dont le rôle est de pousser le sang dans la bonne direction. Présentes dans les veines, elles peuvent, à un certain moment, souffrir d’une insuffisance valvulaire. Dans ce cas, elles ne peuvent plus assurer leur fonction. De la sorte, le sang ne circule plus normalement, il stagne ou même circule dans la mauvaise direction.

  • Le manque de tonus musculaire

Comme il a été dit, les muscles exercent une pression en vue de pousser le sang vers le cœur. Pour cela, ils nécessitent du tonus quand les muscles ne poussent pas suffisamment. Ainsi, le sang ne peut pas atteindre le cœur de façon normale. L’anomalie décrit la stagnation du sang, qui se manifeste généralement au niveau des jambes.

 

Quels sont les facteurs de risque de développer des varices ?

Il existe des facteurs qui augmentent le risque de développer une varice. Ce sont notamment :

  • La génétique

La génétique ne peut pas être négligée en cas de survenue de cette pathologie. Elle joue un grand rôle dans la formation de tels troubles. En effet, une varice survient dans les 50 % des cas à cause d’une origine héréditaire. Les vraies raisons ne sont pas encore connues. Mais, il a cependant été démontré que toute personne ayant au moins un proche parent qui a souffert des varices a plus de chance d’en attraper.

  • L’âge

Avec l’âge, les facultés ainsi que les fonctions vitales se dégradent petit à petit. C’est pour cette raison qu’on remarque chez les personnes âgées toutes sortes de troubles liés à toutes ces pertes. La tonicité des muscles et des valvules se dégrade au fil du temps.

  • Les fluctuations hormonales

Pendant la grossesse, la femme subit des fluctuations hormonales. Il en est autant lorsque la femme est ménopausée. En effet, la ménopause induit toutes sortes de troubles hormonaux jusqu’à ce que les hormones se stabilisent. Et ce n’est pas tout, celles qui suivent des méthodes contraceptives sont plus exposées à de telles fluctuations hormonales. Les méthodes contraceptives visent en effet à bloquer l’activité des ovaires. Tout ceci se répercute sur le fonctionnement des veines et des muscles.

  • L’insuffisance d’activités physiques

Les activités physiques ne sont pas seulement réservées aux sportifs ni à ceux qui désirent perdre du poids. Elles sont inhérentes à la santé. Ainsi, le manque d’activités physiques rend les muscles moins toniques. Par la suite, ils ne peuvent pas exercer leur fonction vitale. C’est pourquoi la sédentarité favorise la formation des varices.

  • Certains sports sollicitant les muscles

Bien que les activités physiques soient nécessaires pour garder les muscles en forme, certains sports peuvent toutefois se révéler mauvais lorsqu’ils sont pratiqués de façon excessive. Il en est ainsi du volley-ball, du basket-ball et du hand-ball. Tels sports sollicitent trop les muscles au risque de leur faire perdre leur dynamisme. C’est pareil pour l’haltérophilie.

  • La chaleur

La chaleur constitue un autre facteur de risque d’apparition de varices. Le bain très chaud est donc déconseillé aux personnes souffrant de troubles de la circulation. Il en est de même pour le hammam ou le sauna.

 

L’alcool et les habits trop serrés entraînent également des contractions veineuses.

  • La grossesse

grossesse

 

Au fur et à mesure que le fœtus prend du poids, il devient de plus en plus lourd à porter. Par conséquent, les veines abdominales, et parfois celles des jambes, se trouvent comprimées. C’est ce qui donne naissance aux varices pendant la grossesse. Dans ce cas, la mère souffre soit uniquement de varice des jambes, soit cette dernière s’accompagne de varice pelvienne.

Parfois, ces troubles veineux disparaissent d’eux-mêmes quelque temps après l’accouchement. Elles ne requièrent pas de traitements dans ce cas.

  • Le surpoids

Chez les personnes en surpoids, les jambes doivent supporter plus de poids que la normale. À la longue, la pression exercée se répercute sur la circulation sanguine. Les jambes n’arrivent plus à supporter le poids du corps et perdent progressivement leur capacité. L’effet de cette anomalie se répercute sur les muscles des jambes, qui n’arrivent plus à pousser le sang normalement vers le cœur.

  • La position debout, allongée ou assise prolongée

Rester debout pendant longtemps tout en exerçant des piétinements permanents est un facteur de risque de développer des varices, notamment des jambes. Telle position rend difficile la poussée sanguine de bas en haut, c’est-à-dire contre la pesanteur. Parallèlement, la sédentarité expose les veines à un risque de varices.

 

À quel âge peut-on souffrir des varices ?

Selon certaines études menées, environ 30 % de la population mondiale souffre de varices. Tels troubles veineux peuvent attaquer à tout âge et sans distinction de sexe. Néanmoins, le sexe féminin est plus exposé au risque de développer des varices. Sachez que les femmes sont 2 à 3 fois plus touchées que les hommes.

Les varices peuvent survenir à n’importe quel âge, mais elles sont plus fréquentes à partir de la mi-trentaine. Avec l’âge, le risque augmente.

 

Chez la femme, la varice notamment pelvienne est plus fréquente avant la quarantaine, surtout si le sujet a à effectuer de nombreux gestes. Sa prévalence augmente avec le nombre de grossesse.

 

Les symptômes de la varice

Les symptômes de la varice varient selon son stade. Au fur et à mesure que la maladie évolue, les symptômes deviennent de plus en plus prononcés.

  • Les premiers symptômes de la varice

Apparition des veines bleues et roses qui longent les jambes, notamment au niveau des mollets et des chevilles
Des démangeaisons accompagnées d’une sensation de fourmillements au niveau de la jambe atteinte,
Une sorte de jambe lourde suivie d’une tension. Le sujet ressent également des sensations de brûlure au niveau de la zone atteinte,
Des œdèmes et des crampes de plus en plus souvent des jambes,
Des douleurs progressives, notamment dans le cas d’une varice pelvienne, lors duquel les douleurs sont plus importantes juste avant les règles.

Les douleurs s’intensifient avec la chaleur et s’avèrent plus prononcées en fin de journée. Les varices peuvent ne pas être accompagnées de douleurs. Elles sont seulement disgracieuses. Chez la femme enceinte, les varices apparaissent au cours du premier trimestre de la grossesse.

 

Comment savoir qu’on développe une ou des varices ? Diagnostic

varices

 

Quand la personne souffre de varices des jambes, un examen clinique suffit pour diagnostiquer les varices. Les autres types requièrent également une échographie Doppler ou une phlébographie. Telles méthodes sont également nécessaires lorsqu’il n’y a pas de signe apparent de varice. Un gonflement de la cheville traduit généralement une varice qui ne semble pas encore visible.

 

Une échographie Doppler est un examen qui permet de mesurer le flux sanguin. Elle donne en outre la possibilité de déterminer les troubles de la circulation sanguine et d’en trouver la source. Cette technique médicale est également un moyen de trouver l’origine de la varice.

 

La phlébographie est aussi un procédé pratiqué par les professionnels de la santé pour diagnostiquer une varice. Il s’agit de radiographier les veines.

 

Les complications d’une varice

Rares sont les fois où les varices se compliquent. Cependant, leur aggravation peut se révéler douloureuse et peut affecter l’état de santé général du patient. La complication la plus fréquente des varices se traduit par une hémorragie qui survient lorsque les veines atteintes s’éclatent. Cet incident est souvent lié à un choc que le membre a subi.

 

Par ailleurs, les veines atteintes de varices peuvent à un moment donné se boucher. C’est ce qu’on appelle phlébite. Telle pathologie se manifeste par l’apparition de cordon rouge et douloureux sur une partie de la veine affectée. Le cordon est chaud au toucher et la douleur s’accentue sous la pression.

 

La forme la moins fréquente, mais la plus dangereuse suite à une complication de varice c’est l’ulcère. Il s’agit d’une plaie qui peut surinfecter ou même nécroser. Une nécrose peut ensuite entrainer l’amputation du membre atteint.

 

Ainsi, il faut soigner les varices bien avant qu’elles ne se compliquent.

 

Les traitements disponibles

Il existe plusieurs types de prise en charge des varices. Un traitement est adapté à un stade de la maladie.

  • Les traitements non médicamenteux

bas de contention

 

Avant même que les varices n’apparaissent, les veines forment des sortes de toile d’araignée sans pour autant être en relief. Dans ce cas, il faut commencer le traitement. Il faut porter des bas de contention. Tels dispositifs sont disponibles en pharmacie et peuvent faire l’objet d’un remboursement partiel s’ils sont prescrits par un médecin. Le rôle des bas de contention consiste à contenir le sang afin de favoriser leur retour vers le cœur. Les bas les compriment, permettent d’éviter la formation de varice qui se définit comme une inflammation des petites veines variqueuses.

 

Dans le cas où les varices atteignent un stade plus avancé, les bas de contention doivent être plus serrés de façon à comprimer le genou et la cuisse en même temps. Pour ce faire, il faut les porter dès le réveil le matin. Les bas de contention sont des dispositifs médicaux. Le médecin prescrit le modèle adapté selon le cas de chacun.

Les bas de contention existent en plusieurs degrés de contention. Ils peuvent également être utilisés pour soulager les douleurs causées par les varices. Il faut souligner que de tels dispositifs sont contre-indiqués chez les personnes atteintes de maladies des artères des jambes ou artérite.

 

Outre les bas de contention, il est aussi conseillé de surélever les pieds par-dessus le niveau du cœur. Restez dans cette position pendant une quinzaine de minutes afin d’assurer le retour veineux. Pour ce faire, le mieux c’est de s’allonger et mettre les pieds sur un oreiller. Cette action est très facile et ne requiert autre chose que du temps et un oreiller. C’est à la pesanteur d’assurer ensuite la descente du sang vers le cœur.

 

Pour pouvoir soigner les varices, les douches sont plutôt conseillées le soir que le matin. Après chaque toilette, il faut masser les jambes atteintes avec de l’eau tiède. Le massage se fait ensuite de bas en haut, de manière à favoriser le retour veineux.

 

  • Traitements médicamenteux

En ce qui concerne les traitements médicamenteux, il y en a plusieurs.

 

Les médicaments veinotoniques : 

 

Il s’agit en premier lieu des veinotoniques. Les médicaments veinotoniques sont surtout prescrits pour traiter les varices des jambes. Ils sont recommandés en cas d’insuffisance veineuse. Ce sont des remèdes à base de plantes médicinales à savoir l’hamamélis, le mélilot, le marron de l’Inde et la vigne rouge. Ces produits pharmaceutiques sont pourtant prescrits pour soulager l’inflammation sans pouvoir agir sur l’origine de la pathologie. De ce fait, les médicaments veinotoniques ne remplacent pas les bas de contention. Ils ne sont pas pris en charge par l’assurance maladie du fait de ce problème lié à leur efficacité.

 

La sclérothérapie : 

 

piquer des varices

 

Cette méthode consiste à injecter un produit irritant à l’intérieur de la veine variqueuse. Il peut être sous forme de liquide ou de mousse. L’injection se fait parfois au moyen d’un guidage échographique.

Le but de la sclérothérapie est d’induire une inflammation au niveau de la varice avant de la faire disparaître au bout de quelques jours. Elle est surtout utilisée pour traiter les varices localisées et de petites tailles. Cette méthode est également sujette à quelques contre-indications. Entre autres elle n’est pas adaptée aux personnes allergiques et celles dont la pathologie veineuse se révèle être grave.

 

La méthode endoveineuse : 

 

Le traitement endoveineux consiste à détruire la veine atteinte de la varice. Il porte sur l’application d’une énergie qui va se convertir en chaleur à l’intérieur de la veine variqueuse. Une fois convertie en chaleur, l’énergie introduite va causer une occlusion qui va entraîner l’arrêt du fonctionnement de la veine.

La méthode endoveineuse se pratique de deux façons : la radiofréquence et le laser. Aujourd’hui, la radiofréquence est remboursée par l’assurance maladie tandis que le laser ne l’est pas.

 

La radiofréquence : 

 

La radiofréquence ou closure consiste à introduire un cathéter muni d’une électrode dans la veine atteinte de la varice. L’électrode va augmenter la température à l’intérieur de la veine jusqu’à 85 °C. Ce qui va ensuite entraîner une obturation de la veine, et donc de son occlusion.

 

Le laser : 

 

Le laser est également une technique endoveineuse qui a pour but d’inhiber la veine atteinte. Pour ce faire, il faut introduire une fibre optique dans la veine. Un faisceau laser va ensuite obstruer la veine. Une veine non fonctionnelle va disparaître au bout de quelque temps. Il faut insensibiliser le patient au moyen d’une anesthésie locale.

 

Le recours à la chirurgie : 

 

Lorsque les varices s’avèrent plus étendues ou plus profondes, il faut recourir à une intervention chirurgicale. Cette technique médicale est plus douloureuse que la méthode endoveineuse. En plus, elle est moins agréable à subir, car elle laisse une trace après l’intervention. Il faut noter qu’une chirurgie de la varice nécessite une période de convalescence et donc un arrêt temporaire du travail.

 

Lors d’une intervention chirurgicale, l’utilisation d’une anesthésie est souvent requise. Il revient au chirurgien de décider du type d’anesthésie à employer ; ceci en fonction de l’état des varices et du patient.

 

Il existe plusieurs façons d’opérer le patient

Le stripping : 

 

Le stripping est utilisé pour retirer une veine. Il s’agit en général des veines de gros calibre. Pour ce faire, il faut introduire un stripper allant de la cheville jusqu’à l’aine. Une anesthésie péridurale, voire générale, est nécessaire avant l’opération.

 

La méthode de CHIVA : 

 

Cette méthode vise à détourner le sang vers une veine plus profonde afin qu’il ne passe plus par la veine variqueuse. L’opération consiste donc à ligaturer les veines superficielles. Avec l’essor des méthodes médicales, celle-ci n’est plus pratiquée actuellement.

 

La phlébectomie : 

 

Cette technique est destinée à opérer surtout les veines superficielles. Le chirurgien va retirer les fragments de veines atteintes de la varice avec un petit crochet. L’anesthésie locale ou locorégionale est suffisante pour insensibiliser le patient lors de l’intervention.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 514
Beauté 8
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164