» » qu'est ce qu'une pneumopathie ?

qu'est ce qu'une pneumopathie ?

jeudi 28 octobre 2021

 

Étymologiquement, la pneumopathie désigne une pathologie des poumons. Elle peut toucher une ou plusieurs parties de l’organe dont l’origine peut être infectieuse ou autre. Ce terme est souvent utilisé pour décrire une infection des poumons. Les pneumonies infectieuses aussi appelées pneumonies mettent en cause plusieurs genres de bactéries. Le Streptococcus pneumoniae ou pneumocoque s’avère être sa principale origine. On distingue d'autres formes de pneumopathies : d’inhalation et d’hypersensibilité, interstitielle, bronchite, bronchopneumonie, bronchopneumonie et pneumonie. Comment reconnaître la pneumopathie ? Le traitement repose généralement sur l’administration d’antibiotiques, mais il dépend aussi de l’état de santé du patient. Dans tous les cas, il convient de consulter un médecin.

 


 

pneumopathie

 

Qu’est-ce qu’on entend par pneumopathie ?

On parle de pneumopathie lorsqu’il y a une infection qui affecte le poumon et particulièrement les tissus pulmonaires. L’air pollué, la fumée et les maladies virales en sont les principaux facteurs.

 

La pneumonie infectieuse est la plus courante et confirme la présence d’une pathologie pulmonaire. Elle peut être aiguë ou chronique. La forme chronique est moins grave que la pneumonie infectieuse. Par contre, elle peut entraîner des complications sévères.

 

Les personnes à risque

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli ont plus de chance d’attraper une infection pulmonaire. Il s’agit notamment des personnes âgées et des enfants de bas âge. Chez les nourrissons, le système respiratoire n’est pas encore bien développé pour lutter contre la pneumonie et toutes sortes d’infections pulmonaires.

Les fumeurs et les alcooliques présentent aussi un risque élevé d’attraper une maladie pouvant affecter la voie respiratoire. La pneumopathie touche davantage les sujets atteints de SIDA.

 

Les personnes souffrant d’insuffisance rénale peuvent contracter facilement la pneumonie. Il faut également noter que le patient ayant subi une ablation de la rate peut facilement être atteint de maladies de la voie pulmonaire.

 

Diagnostic et examens

Lors de la consultation médicale, le diagnostic repose sur des questionnements et sur l’analyse de l’état de santé du patient en général. Le médecin s’intéresse particulièrement aux symptômes présentés par le malade. Est-ce qu’il a de la fièvre ? Ressent-il de la difficulté lors de la respiration ? Est-ce qu’il éprouve de la douleur dans le thorax ? Le médecin analyse aussi l’antécédent du patient et cherche une pathologie sous-jacente.

 

La radiographie du thorax est nécessaire pour confirmer le diagnostic. Des examens complémentaires peuvent également être envisagés si nécessaire. Le médecin peut recommander une analyse de crachat pour isoler le germe en cause.

 

Comment se manifeste la pneumopathie ?

fièvre

 

La pneumopathie provoque des symptômes variés en fonction des agents contaminants. D’une manière générale, elle cause une fièvre importante avec une température pouvant atteindre 39 à 40 °C. Des frissons peuvent survenir surtout la nuit. Le patient présente une respiration sifflante et des essoufflements. Il peut ressentir de la douleur au niveau du thorax et son rythme cardiaque peut augmenter. La pneumonie entraîne dans la majorité des cas de la toux sèche ou grasse. Les nausées et les vomissements sont aussi des signes d’une maladie pulmonaire.

 

En cas de pneumonie d’inhalation, on peut remarquer une difficulté lors de la respiration. Dans ce cas, une hospitalisation doit être décidée pour surveiller le patient.

Lorsque le malade tousse, des expectorants peuvent sortir. Cela peut être le signe d’une infection pulmonaire. Il peut aussi arriver que la tension artérielle du patient soit assez basse.

 

La pneumonie peut devenir plus compliquée et entraîner par la suite une pleurésie. Ce qui ne fera qu’aggraver la difficulté à respirer.

 

Quelles sont les formes de pneumopathie ?

Il existe différentes formes de pneumonie dont les causes sont multiples :

  • La pneumonie infectieuse : elle est généralement provoquée par des bactéries. La pneumonie résulte également d’une infection virale et peut aussi être contractée par des champignons ou des parasites. Des germes dits atypiques sont incriminés en cas de pneumopathie. D’autres maladies comme la coqueluche peuvent aussi entraîner des complications et se transformer en une maladie infectieuse de la voie pulmonaire.
  • Lorsqu’elle est d’origine virale, le virus de la varicelle, de la grippe et également de la rougeole peut en être la cause. Les parasites et les champignons sont rarement à l’origine de la pneumonie virale. Les personnes immunodéprimées sont les plus affectées par ce type de pneumonie.
  • La pneumonie d’inhalation : cette variante se caractérise par l’inhalation d’un liquide gastrique qui se dépose dans les voies aériennes inférieures ou au niveau du pharynx. Pour être plus claire, la pneumonie d’inhalation provient de passage de reflux gastrique ou d’aliments dans les voies respiratoires. Elle est communément appelée fausses routes. Ce genre de pneumopathie touche généralement les personnes âgées qui se trouvent dans le coma ou dans un état de santé critique. Elle peut aussi être l’effet secondaire d’une anesthésie, mais c’est rare. La toux accompagnée de crachat, la dyspnée et la fièvre en sont les symptômes les plus courants. Ce type de pneumonie peut être mortel. Le traitement repose sur la prise d’antibiotique et l’oxygénation.
  • La pneumonie interstitielle désigne une infection de la membrane qui couvre le poumon. Elle peut évoluer et entrainer des complications graves comme la difficulté à respirer. La pneumonie interstitielle est multifactorielle. Elle peut être d’origine virale ou bactérienne. Le fait d’inhaler les fumées ou les substances toxiques peut entraîner la survenue de ce type de pneumonie. Elle peut aussi provenir d’un cancer du poumon.
  • La pneumonie communautaire : elle est issue d’un milieu hospitalier. Il s’agit d’une infection pulmonaire dont la cause est le pneumocoque. Elle se manifeste par une fièvre et une gêne respiratoire. Cette forme de pneumonie est bénigne, mais peut aussi provoquer des complications.

Causes

La pneumopathie peut être provoquée soit par des bactéries soit par des virus. Dans tous les cas, un traitement doit être entrepris pour éviter toute complication. Si les symptômes sont légers, commencez par vous soigner avec des remèdes simples et naturels.

 

La bactérie à l’origine de la pneumonie est souvent la Streptococcus pneumoniae. Il s’agit d’une pneumonie à pneumocoque. La grippe peut se transformer en pneumonie sévère même s’il n’y a pas de surinfection bactérienne, selon les dires du Docteur Bervar.

 

Le Legionnelapneumophila se présente comme la deuxième bactérie à l’origine des pneumonies graves.

 

Des bactéries atypiques comme la pneumonie à mycoplasme ou Mycoplasma peuvent aussi être le facteur de la pneumopathie. Ces bactéries dites atypiques s’avèrent être moins graves.

 

Il existe aussi des formes de pneumonies qu’on contracte dans un milieu hospitalier. On parle alors des pneumonies communautaires des « pneumonies nosocomiales ». On peut également distinguer les pneumonies rares qu’on appelle pneumonie d’inhalation. Dans ce cas, les fausses routes alimentaires en sont souvent la cause. Mais, cela pourrait aussi être dû à l’inhalation des vomissements ou d’aliments.

 

Comment prévenir la pneumopathie ?

masques chirurgicaux gestes barrières

 

En prévention des pneumonies à pneumocoque, il est conseillé de faire un vaccin anti-pneumococcique. Ce vaccin doit notamment être effectué chez les personnes âgées (65 ans et plus). Les sujets immunodéprimés ou alcooliques ainsi que le patient atteint d’une maladie chronique doivent aussi faire l’objet d’une vaccination tous les 5 ans. Ce vaccin est également préconisé chez les enfants de moins de 2 ans. Les deux doses sont à administrer à un intervalle de 2 mois. Chez un bébé, le premier vaccin peut se faire vers l’âge de 2 mois et le second en tant que rappel doit être fait vers le 11e mois.

 

La plupart des maladies infectieuses de la voie pulmonaire proviennent d’une simple grippe. C’est pourquoi la vaccination contre la grippe peut avoir un pouvoir protecteur contre la pneumopathie.

 

Pour prévenir la pneumonie, vous devez vous alimenter correctement et sainement. Boostez votre immunité en consommant davantage d’aliments riches en zinc qui agissent contre les infections. Préférez les fruits et les légumes avec un bon profil nutritionnel pour protéger votre organisme contre les bactéries et les virus. Prenez le temps de bien manger et de s’hydrater d’une manière optimale.

 

Pneumonie, maladie contagieuse : que faire pour limiter la transmission

La pneumopathie est une maladie contagieuse. Pour éviter la propagation des pathologies infectieuses, des mesures d’hygiène s’imposent.

En cas de pneumonie, utilisez les mouchoirs à usage unique et vérifiez bien qu’ils soient jetés dans une poubelle pour éviter de contaminer votre entourage. Ne les laissez donc pas traîner partout. Il faut aussi réduire le contact avec vos proches et de bien couvrir la bouche et le nez lorsque vous toussez.

 

Ne vous servez pas des objets (serviettes, assiettes, vêtements…) déjà utilisés par une personne atteinte de cette maladie pulmonaire. Ces effets doivent passer par une désinfection pour éradiquer les virus ou les bactéries. Il faut bien garder une bonne distance et se tenir loin du malade pour ne pas attraper la pneumopathie.

Il est aussi important d’aérer convenablement la maison et de bien se laver les mains après chaque contact avec la personne malade avec du savon ou un gel hydroalcoolique. Évitez également les câlins et les baisers.

 

Traitements médicaux

Pour soigner la pneumopathie d’origine bactérienne, le meilleur traitement est l’antibiothérapie. Elle doit être réalisée le plus tôt possible pour faciliter la guérison. Si le patient présente des signes graves ou encore de facteurs de risque de mortalité élevé, l’hospitalisation sera de mise pour surveiller l’évolution de la maladie.

En cas de pneumopathie d’origine virale, les antibiotiques ne sont pas généralement efficaces. La pneumopathie virale ne requiert pas de traitement spécifique. Elle est généralement sans gravité, mais un contrôle radiologique doit être effectué quelques semaines ou quelques mois après le traitement notamment en cas de pneumonie sévère. Un médicament pour faire baisser les fièvres peut aussi être prescrit par le médecin.

 

Il faut prévoir une hospitalisation urgente en cas de complications. La pleurésie, la septicémie et l’abcès du poumon sont des formes graves de la pneumopathie. Les personnes âgées sont particulièrement les plus touchées par les formes graves. Un diagnostic bactériologique, la prise d’antibiotique et l’hospitalisation permettent de réduire le risque de mortalité.

 

En cas de complication, l’oxygénothérapie peut être prescrite, car le patient peut souffrir d’une atteinte respiratoire importante.

Des médicaments comme les corticostéroïdes permettent de limiter les inflammations et d’atténuer certains symptômes.

 

L’amoxicilline, la pristinamycine ou la spiromycine sont des traitements de première intention.

 

L’efficacité des médicaments repose sur le respect des doses prescrites et de la durée du traitement. Même si vous ressentez une amélioration de votre état de santé, évitez l’arrêt du traitement sans l’avis d’un médecin. Il ne faut pas non plus partager votre médicament à quelqu’un d’autre même si les symptômes sont identiques. 

 

Traitement homéopathique

homeopathie contre la pneumopathie

 

La médecine douce comme l’homéopathie propose des solutions pour soigner la pneumopathie. Les remèdes homéopathiques s’affichent comme une bonne alternative pour soigner une infection du tissu pulmonaire. Cette thérapie traditionnelle permet de traiter les infections broncho-pulmonaires. L’homéopathie propose des remèdes pour enlever tous les excédents de mucus pulmonaire.

 

Si la pneumopathie se caractérise par des douleurs et des sensibilités au froid, utilisez l’HeparSulfuris. Ce dernier agit comme un antidouleur puissant à prendre à une dose unique et à 15 CH de dilution lorsque la crise apparaît. Ce remède homéopathique réduit les inflammations des tissus pulmonaires provoquées par des microbes. Il assure le recouvrement rapide des cellules. Le mélange d’huile essentielle d’Eucalyptus, de Ravintsara aromatica et de Melaleuca Alternifolia serait efficace en massage.

En cas d’aggravation des symptômes, la meilleure solution est de prendre rendez-vous chez un spécialiste. Seul un médecin peut vous prescrite le traitement le plus adéquat pour les guérir.

 

Les huiles essentielles pour soigner la pneumopathie

Les huiles essentielles ont aussi leur place dans la guérison de la pneumopathie. Les huiles essentielles monoterpénols et phénols peuvent lutter contre le virus.

Fluidifiante, antiseptique, expectorante, l’huile essentielle de sapin de Baumier aide à combattre les maladies pulmonaires. Elle est également astringente et antispasmodique. En massage, cette essence est un anti-inflammatoire et un stimulant. Le baumier sous sa forme d’huile essentielle réconforte par ailleurs la défense immunitaire. On peut l’utiliser en bain ou en inhalation dans une pièce pour limiter la prolifération des virus.

 

Notez tout de même que l’usage de cette huile essentielle est à proscrire aux enfants de moins de 3 ans et aux femmes enceintes.

Il existe encore bon nombre d’huiles essentielles pouvant vous aider à lutter contre la pneumopathie. Elles s’utilisent en massage ou en friction pour soulager les douleurs. On peut même les administrer et/ou les utiliser en suppositoire pour obtenir plus d’effets.

 

En inhalation, l’essence d’Algérienne possède un grand pouvoir décongestionnant. Elle permet de soigner la broncho-pneumonie, le refroidissement ou la toux grasse. Dans ce cas, cette huile essentielle doit être combinée avec une essence de bois de santal et de menthe. Pour obtenir plus d’effet sur les voies respiratoires, on peut aussi l’associer avec de l’huile essentielle de thym, de Lavande et de Niaouli.

 

En cas de pneumonie sévère et par voie cutanée, mélangez les huiles essentielles suivantes avec la même dose de 30 ml : Eucalyptus globulus, myrtuscommunis, melaleucaquinquenerva et raventsara aromatica. Remplissez votre paume de main de cette préparation et réalisez un léger massage sur le thorax et le dos 3 fois par jour jusqu’à ce que vous ressentiez une nette amélioration. Afin d’éviter une éventuelle irritation cutanée, il faut ajouter 50 ml d’huile végétale dans la préparation.

 

Astuces naturelles pour guérir la pneumonie et la bronchite

La pneumonie et la bronchite peuvent être soignées par de simples traitements naturels. Ce sont des maladies qui se soignent bien excepté chez les personnes âgées dont le traitement doit faire l’objet d’un suivi de prés par un médecin. Néanmoins, en cas d’aggravation des symptômes, seul un thérapeute a la capacité de vous aider à venir à bout de cette pathologie.

 

Les remèdes naturels pour combattre la pneumopathie sont nombreux. Pour guérir une bronchite, le traitement repose sur le repos, une bonne hydratation et un bain chaud. Des aliments comme l’ail et le curcuma aident aussi à combattre les maladies pulmonaires. En revanche, ils ne remplacent pas les médicaments prescrits par le médecin surtout quand les symptômes s’aggravent. Découvrez ci-dessous les moyens simples pour traiter la pneumopathie.

 

Les aliments contre la pneumonie

Certains aliments renforcent le système immunitaire en raison de leur forte teneur en vitamines, en oligo-éléments et en minéraux. L’ail, l’oignon, la carotte et le gingembre entre autres possèdent des propriétés intéressantes pour la santé en général.

 

Le jus de carotte serait idéal en cas de pneumonie ou de bronchite. Cette boisson a pour action de fortifier les poumons. La carotte procure une quantité énorme d’antioxydants, pouvant traiter plusieurs maladies. Vous pouvez la manger crue en hachard ou dans les salades pour profiter encore plus de ses bienfaits. Par ailleurs, ce légume contient également de la vitamine A, du fer, du potassium, du calcium, de la vitamine groupe B et aussi du phosphore. Les professionnels de santé recommandent aux patients souffrant de pneumonie de boire beaucoup de jus de carotte durant le traitement. Il est possible d’ajouter plus de fruits dans votre jus pour une boisson rafraîchissante aux multiples avantages.

 

L’ail et l’oignon forment un bon mélange pour lutter contre la pneumonie. Ils laissent sans doute de mauvaises odeurs dans la bouche, mais leur efficacité contre les pathologies pulmonaires n’est plus à prouver. L’ail et l’oignon sont des antibiotiques naturels à la portée de tout le monde. Ces aliments peuvent soigner les poumons. L’ail permet aussi de purifier l’organisme. La préparation est simple, il suffit de hacher 2 gousses d’ail et 50 g d’oignon. Dans un verre d’eau, versez ces 2 ingrédients et une cuillère à café de miel. Mélangez le tout et buvez le remède chaque matin afin d’obtenir de bons résultats.

 

Le curcuma est un remède naturel pour soigner la pneumonie et autres infections respiratoires. N’hésitez pas à assaisonner vos plats avec cette épice pour les colorés mais également pour bénéficier de ses vertus thérapeutiques.

 

Le gingembre s’utilise pour traiter la pneumonie. On peut la consommer de différentes façons. Une infusion de gingembre agit comme un antibiotique et aussi un calmant. Cette infusion désenflamme les zones à traiter. Buvez 2 fois par jour un thé de gingembre pour se débarrasser facilement de la pneumonie.

 

Enrichies en vitamine C, la goyave, la fraise et la tomate sont également des fruits délicieux. Ce trio forme une alimentation essentielle afin de vaincre des maladies comme la pneumonie. Afin de stimuler ses défenses naturelles, l’organisme a besoin d’aliments sources d’énergie et de vitamine. C’est de cette manière qu’il serait capable d’éliminer les bactéries et les virus à l’origine de plusieurs maladies. Vous pouvez par exemple préparer une salade de fruits composée de fraise, de tomate, de goyave et d’autres fruits antioxydants pour combattre les radicaux libres pouvant affaiblir notre énergie.

 

Le repos, le bain chaud et l’hydratation

pneumopathie

 

Le corps a besoin de repos pour mieux faire face à des maladies comme la pneumonie et la bronchite. La récupération est tout aussi importante comme les remèdes pour se préserver de la fatigue et d’autres symptômes lassant en cas de pneumopathie. Un humidificateur peut être utilisé pour stimuler l’expulsion du mucus. Il faut bien s’hydrater pour éviter la sécheresse et pour rester en bonne santé. Buvez plus de thé et de bouillons pour faire disparaître la fièvre.

 

Les bains d’oxygènes sont aussi utiles en cas de pneumopathie. Les vapeurs d’eau chaude permettent de désenflammer les poumons et d’inhiber la résistance des mucosités dans les alvéoles. Un bain chaud stimule l’ouverture des voies respiratoires et les soulage.

 

Comment faire un bain d’oxygène ? Il suffit de remplir la baignoire d’eau chaude, 200 g de gros sel et 2 verres d’eau oxygénée. Profitez de ce bain durant une vingtaine de minutes tous les jours. N’oubliez pas de faire le plein d’énergie avec des fruits et d’autres aliments aux profils nutritionnels riches et variés.

 

Le drainage lymphatique

Le drainage lymphatique naturel constitue une technique de massage permettant de renforcer le système immunitaire. Il aide à stimuler la circulation sanguine et à apaiser les tensions musculaires ainsi que les douleurs. Ce drainage présente aussi l’avantage de faire évacuer les sécrétions pulmonaires. C’est un massage idéal pour les personnes souffrant de pneumopathie.

 

Par ailleurs, si vous souffrez de n’importe quelle maladie touchant les poumons, il faut éviter le stress et savoir apprécier les bonnes choses de la vie. Cela aide à mieux y faire face et à ne pas aggraver les symptômes de la pneumopathie : fatigue, fièvre, douleur musculaire, toux…

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 488
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164