Que faut-il savoir sur la mycose vaginale ?

lundi 25 février 2019
mycose vaginale

La mycose vaginale est une infection génitale, généralement bénigne, qui touche fréquemment une femme sur trois au moins une fois dans leur vie. Elle est causée par un champignon ressemblant à la levure : le Candida Albicans. Ce dernier est naturellement dans le tractus génital de l’être humain.

 

Les femmes sont souvent gênées pour discuter du sujet de cette maladie et sont donc mal informées sur les types de traitements disponibles, les méthodes de prévention, les causes et les symptômes de la maladie. La consultation d'un médecin est une étape obligatoire lorsque la maladie apparaît.

 

Lui seul dispose de l’expertise nécessaire pour fournir aux patientes le traitement approprié et toute autre information qu’il jugerait utile.

 

Les différents traitements pour la mycose vaginale

Il existe trois types de traitements pour traiter efficacement l’infection vaginale :

  • le traitement local
  • le traitement systémique
  • les traitements naturels

 

Le traitement local

Il s’agit d’un traitement conventionnel de la mycose vaginale. La méthode consiste à introduire des ovules ou des gélules dans le vagin de la femme. Ces médicaments sont disponibles dans les pharmacies sans ordonnance. L'application d'une crème ou d'une lotion antifongique sera nécessaire si la vulve de la femme a été atteinte.

 

La prise de comprimés par voie orale sera également recommandée si la maladie s'aggrave.

 

La durée du traitement

Le traitement vaginal dure généralement environ 3 semaines. Cependant, il existe actuellement des traitements en une dose qui durent trois jours.

 

La méthode d'utilisation

Les médicaments antifongiques vaginaux doivent être introduits la nuit, y compris durant les périodes de menstruation. La crème doit être appliquée 1 à 2 fois par jour sur la vulve.

 

Le traitement systémique

Ce traitement consiste à prendre par voie orale des comprimés ou des gélules antifongiques. L'utilisation de ces comprimés nécessite une consultation préalable d’un médecin, car ils ne sont disponibles que sur ordonnance. Un médicament antifongique fonctionne comme suit : il circule dans le sang, rejoint les muqueuses et détruit les champignons. Dans le cadre d'un traitement systémique, sachez qu'un médecin ou un gynécologue peut déterminer le micro-organisme incriminé en effectuant un prélèvement vaginal sur un écouvillon et en effectuant une analyse en laboratoire.

 

De cette manière, il peut prescrire le traitement le plus efficace pour éradiquer ou réguler la quantité normale de ce micro-organisme.

 

Les traitements naturels

Sachez qu’il existe 4 remèdes naturels pouvant guérir et rééquilibrer la flore vaginale des femmes.

 

L’extrait de pépins de pamplemousse

C'est un puissant antibactérien et antifongique.

  • Ses avantages

L'extrait de pépins de pamplemousse avec 1200 mg de bioflavonoïdes est utilisé pour pulvériser efficacement la mycose à Candida albicans. Il ne nuit pas à la flore intestinale et, contrairement au jus de pamplemousse, il ne présente jusqu’à aujourd’hui aucun effet secondaire. Une femme enceinte peut également utiliser cet extrait en toute sécurité. En effet, celui-ci n'interfère pas avec le développement normal du fœtus.

  • La méthode d'utilisation

Il faut prendre 5 gouttes de cet extrait diluées dans 1 cuillère à soupe d'huile de sésame. Faire tremper un tampon hygiénique et l'introduire dans le vagin. L'extrait doit être conservé durant 3 heures et la pratique se fait une fois par jour.

  • La durée du traitement

Le traitement à l'extrait de pépins de pamplemousse dure une semaine.

 

Le Yaourt

Riche en probiotiques, le yaourt naturel et biologique assure la reconstruction de la flore vaginale qui a été affaiblie par l’invasion des champignons Candida albicans. Néanmoins, n'utilisez pas de yaourt sucré. En effet, ces champignons adorent consommer du sucre.

  • La méthode d'application

Vous devez faire tremper un tampon hygiénique dans du yaourt. Il est ensuite nécessaire d'introduire doucement ce tampon dans le vagin et de le laisser reposer pendant 1 heure.

  • La durée du traitement

Le traitement doit être effectué deux fois par jour pendant quinze jours.

 

L’huile de noix de coco

Il s’agit d’une anti-levure naturelle. L'huile de noix de coco est aussi un antifongique et un antibactérien. Elle stimule le système immunitaire et aide à soulager les inflammations. Sachez que vous pouvez utiliser l'huile de noix de coco seule ou accompagnée d'huile essentielle d'arbre à thé (HE). Pour le traitement antimycotique, vous devez acheter de l'huile de noix de coco vierge pressée à froid.

  • La méthode d'application

Vous devez mettre l'huile sur une cuillère à café avec 1 goutte d'HE d’arbre à thé. Les parties infectées doivent ensuite être imbibées de coton stérile.

  • La durée du traitement

La durée du traitement anti-mycose à l’huile de noix de coco est indéterminée. En effet, la pratique peut être effectuée 2 à 3 fois par jour jusqu'à la disparition du muguet vaginal.

 

La propolis verte

La propolis verte est un antibactérien capable de pulvériser le champignon Candida albicans et de stimuler le système immunitaire. Elle est riche en flavonoïdes. Cela lui permet de jouer un rôle anti-inflammatoire, antioxydant et antimicrobien.

 

Sachez qu'un traitement antimycotique à la propolis verte dure un mois. Pour cela, le patient doit prendre 8 gouttes le matin et le soir. En suivant le dosage indiqué par le fabricant, le patient peut prendre la version en capsule de la propolis.

 

Le traitement du muguet vaginal : la nécessité d'un diagnostic

La mycose vaginale est une maladie qui peut être traitée facilement. Sachez toutefois que le rendez-vous chez le médecin est toujours l'option la plus parfaite pour établir le diagnostic de la maladie et obtenir le traitement le plus approprié.

 

Le diagnostic repose sur les symptômes et l'examen clinique. Il est établi lors de l'examen au microscope sur la présence de filaments mycéliens. Les interrogatoires du gynécologue permettront de découvrir les facteurs à l'origine de la mycose et le type de traitement nécessaire pour prévenir les récidives.

 

En cas de récidive, un prélèvement ou une culture de champignons sera effectué afin de connaître les espèces microbiennes présentes. Le meilleur traitement pour la situation sera alors prescrit au patient. L'analyse biologique de l'échantillon ou de la sécrétion vaginale peut également identifier d'autres causes de vaginite ou de pathologies plus graves telles qu'un polype ou l'herpès. Enfin, le mycogramme favorise un traitement compatible avec la souche de levure présente.

 

Il est à noter que l'abondance de champignons dans le corps et les symptômes du muguet vaginal ne sont pas forcément proportionnels.

 

Ce que vous devez savoir sur les mycoses vaginales

Également appelées « candidose vulvo-vaginale », les infections vaginales à levure sont des infections qui affectent la vulve, le vagin et les organes génitaux externes.

 

La cause principale de la pathologie est le champignon « Candida albicans ». Ce dernier est présent dans toutes les parties du corps : l’œsophage, le pharynx, la bouche, les intestins, la peau, etc., mais il a tendance à vouloir attaquer le vagin de la femme. Il existe d'autres familles de champignons pouvant causer des infections vaginales.

 

C'est notamment le cas du Candida tropicalis et du Candida glabrata.

 

La Mycose vaginale : une maladie non contagieuse

La mycose vaginale peut être transmise durant les rapports sexuels non protégés. Il ne s’agit cependant pas d’une contamination proprement dite. La mycose vaginale est en effet une maladie non contagieuse. Ce n'est pas non plus une infection sexuellement transmissible ou une IST. Néanmoins, le partenaire de la personne atteinte doit être traité pour éviter les récidives, en particulier s’il présente l’un des symptômes d’infection fongique sur son pénis.

 

La disparition spontanée de la mycose vaginale

Sachez qu'une mycose vaginale peut disparaître spontanément. Pour cela, le sujet doit avoir une meilleure hygiène intime. La disparition spontanée d'une mycose vaginale prend généralement de quelques jours à quelques semaines. Quoique, la plupart des femmes préfèrent la traiter rapidement pour s'en débarrasser le plus tôt possible.

 

En effet, l’infection vaginale est une maladie à la fois désagréable et gênante pour les femmes.

 

Ne pas confondre cette mycose avec d'autres maladies génitales

Il existe de nombreuses maladies ayant une grande ressemblance avec la mycose vaginale. C'est notamment le cas des pathologies dermatologiques telles que l'eczéma, le lichen scléreux, le psoriasis, la vulvite allergique, le trichomonas ou l'herpès. Il faut ainsi être très prudent pour ne pas confondre ces maladies avec le muguet vaginal.

 

Pour cela, il est impératif de consulter un médecin pour savoir de quelle maladie il s'agit. En effet, celui-ci effectuera un examen gynécologique complet du patient.

 

Les symptômes de la mycose vaginale

Vous pouvez reconnaître une infection vaginale à travers de nombreux symptômes :

  • Des démangeaisons intenses et permanentes à l'entrée du vagin et à l’intérieur de la vulve ;
  • Des pertes blanches crémeuses et épaisses ;
  • Des douleursvaginales pendant les rapports sexuels et en urinant ;
  • Des gonflements et desrougeurs de la vulve.

 

Ces symptômes sont les plus courants pour la mycose vaginale. Ceux-ci rendent la vie de la femme insupportable

 

Les causes de la mycose vaginale

Pour un tiers des femmes, une infection vaginale se transmet par contact sexuel ou par un objet infecté. Aux deux tiers, elle se manifeste spontanément et est causée par un changement de l'équilibre naturel de la flore vaginale. En principe, cette dernière repose sur une interaction complexe entre champignons, bactéries et autres organismes inoffensifs.

 

On y trouve de bonnes bactéries appelées "lactobacilles" ou bactéries lactiques. Elles maintiennent l'acidité dans le vagin (pH environ 4) et empêchent la prolifération incontrôlée des champignons. Lorsque l'équilibre naturel de la flore est rompu, les champignons se multiplient et provoquent la mycose vaginale.

 

Cette perturbation provoque l'apparition d'une mycose vaginale. Les facteurs qui la provoquent sont nombreux :

  • Le diabète ;
  • L’infection par le VIH ;
  • La consommation excessive de sucre et de boissons sucrées ;
  • La prise de médicaments perturbantla flore intestinale et affectant le système immunitaire du corps ;
  • Les changements hormonaux: cycle menstruel, grossesse, pilules contraceptives, dysfonctionnement de la thyroïde, ménopause, changement soudain vers une autre zone climatique, etc.
  • La Gastro-entérite troublant la flore vaginale et intestinale ;
  • L’exagération en matière d'hygiène intime ;
  • La grossesse ;
  • L’utilisation de produits d'hygiène inappropriés: produits de bain entraînant la prolifération de levures, savons parfumés, acides ou alcalins, etc.
  • Les rapports oraux-génitaux
  • Les rapports sexuels fréquents et intenses pouvant entraîner des microlésions de la paroi vaginale ;
  • La contamination intestinale ;
  • Les maladies endocriniennes ;
  • L’attaque chimique de la muqueuse vaginale par les savons chlorés et acides en piscine ;
  • L’infection par le virus du SIDA. Sachez que ce dernier cas ne se produit que rarement ;
  • Etc.


Se trouver à l’abri de la mycose vaginale et de ses récidives

Les bons gestes à adopter pour prévenir la mycose vaginale

Pour prévenir une infection vaginale, prenez l’habitude de porter des vêtements qui ne sont pas trop serrés (comme les pantalons minces) et des sous-vêtements en coton. De cette façon, la circulation de l'air sur la peau sera favorisée et les échanges de chaleur seront bien stimulés. Ce qui n’est pas le cas avec les vêtements serrés et le lin synthétique, le climat sera toujours chaud et humide. Cela favorise la prolifération des champignons.

 

Veuillez également changer vos sous-vêtements tous les jours. Lavez-les à l'eau à au moins 60 degrés. Pour les tissus minces et facilement décidables, lavez à 20 degrés avec un additif de lavage spécial. Ce dernier est disponible dans les pharmacies.

 

Les bonnes actions à adopter pour éviter les récidives

La mycose vaginale est une maladie sans gravité, facile à traiter. C'est aussi une infection qui a tendance à se manifester à plusieurs reprises chez un patient. La première chose à faire pour éviter que cela se reproduise est de traiter le couple. Même si c'est la femme qui est malade, l'homme doit être traité sur le même pied d'égalité.

 

De cette manière, le médecin peut déterminer s'il est également affecté. Il est aussi indispensable de porter des sous-vêtements en coton, lavables à 60°C et d'utiliser des lubrifiants lors des rapports sexuels. N’utilisez pas de bains désinfectants ni de savons parfumés lorsque vous prenez votre bain, ne portez pas de maillots de bain humides et rincez-vous immédiatement sous l'eau courante après une baignade dans la piscine. Évitez également de consommer trop de sucre.

 

Cela réduit la multiplication des champignons.

 

La question sur le traitement pour l’arrêt des récidives

Une étude a révélé qu'entre 5 et 8% des femmes avaient une candidose vulvo-vaginale récurrente. Des millions de femmes dans le monde souffrent donc de ces infections vaginales à Candida. En conséquence, leur qualité de vie et leurs relations sexuelles se retrouvent gravement affectées. De plus, les traitements représentent un coût considérable.

 

Dans le cadre du traitement de la candidose vaginale, aucun traitement n’est parvenu jusqu’à présent à éliminer définitivement la récurrence de cette maladie. Néanmoins, une équipe américaine a envisagé l'utilisation du "fluconazole (un antifongique réputé) » dans la prévention de cette récidive. Un traitement hebdomadaire au fluconazole a donc été testé sur environ 400 femmes durant six mois. Le résultat était convaincant car le nombre de récidives de mycose a remarquablement diminué. En outre, le temps moyen disponible avant le retour d’un nouvel épisode de candidose a augmenté dans le groupe de femmes traitées par le fluconazole.

 

En effet, ces femmes pouvaient bénéficier de 10,2 mois de bonne santé avant la réapparition de la maladie. Veuillez noter que le muguet vaginal revient généralement 4 mois après le traitement.

 

Nous pouvons ainsi constater que la cure à long terme au fluconazole permet de réduire le taux de récurrence de la candidose vulvo-vaginale. Cependant, ce n'est pas un traitement à long terme pour la maladie. Il s’agit tout simplement d’une méthode de réduction des récidives.

 

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.