» » Qu’est-ce que la mélatonine ?

Qu’est-ce que la mélatonine ?

mercredi 20 février 2019

 

Il n’est pas rare de voir des médicaments qui se composent de mélatonine dans leur formule. D’autant plus qu’il ne s’agit pas de quelque chose d’anodin. En effet, la mélatonine est plus connue sous le nom d’hormone du sommeil.

 

De nombreuses personnes pensent que les produits qui contiennent cette substance sont miraculeux et qu’ils permettent alors de retrouver un sommeil paisible. Ce qui n’est pas vraiment faux, mais il ne faut pourtant pas perdre de vue ses véritables utilités. La plupart du temps, elle est commercialisée sous forme de complément alimentaire visant à réguler le sommeil et à apaiser les problèmes causés par le décalage horaire.

 

Certes, la mélatonine est librement vendue en pharmacie, mais elle ne se prend pas n’importe comment. Éclaircissement.

 


 

Comment définir la mélatonine ?

La mélatonine est en fait une hormone qui est secrétée par le cerveau. Plus précisément, elle est produite par la glande pinéale. La sécrétion en question est à son summum au moment où il fait sombre. La mélatonine est produite entre 2h et 5h du matin. Sachez alors que la lumière est un facteur qui empêche la production de l’hormone en question.

 

Cette hormone a comme fonction principale de maintenir le rythme « veille — sommeil » d’une personne, c’est-à-dire son rythme ou cycle circadien. Elle régule les rythmes chronobiologiques, à savoir son horloge biologique.

 

La production de la mélatonine provoque le besoin de sommeil. Elle favorise l’endormissement.

 

Une fois que l’individu passe le cap des 55 ans, la mélatonine n’est plus très présente et là, le sommeil commence à être de moins bonne qualité. C’est à cet instant que la mécanique du sommeil n’est plus maîtrisée.

 

mélatonine trouble du sommeil

 

La mélatonine peut aussi se définir comme étant une hormone qui règle le cycle circadien. Actuellement, c’est une substance qui est commercialisée et qui est aussi produite de manière artificielle. Elle permet de venir à bout des problèmes de sommeil et du jet lag.

 

Historique de la mélatonine

La mélatonine a été découverte en 1958 par Aaron Lerner, un professeur de l’université de Yale. Une campagne médiatique sur ses bienfaits sur le sommeil a créé l’engouement du grand public pour cette hormone à partir de 1995. Elle était considérée comme une drogue naturelle pour le corps et a fait naître de folles espérances. Actuellement, le ton est plus modéré. Certains chercheurs avancent qu’il faut traiter la mélatonine avec circonspection, de par le fait qu’il s’agit d’une hormone. Aussi, ses effets à long terme sont encore mal connus. Toutefois, de nombreux chercheurs croient qu’elle a plusieurs effets thérapeutiques bénéfiques.

 

Fonction de la mélatonine dans l’organisme

La mélatonine joue un rôle important dans la régulation du cycle circadien. Ce dernier est en quelque sorte l’horloge biologique du corps humain. Il interagit avec d’autres fonctions essentielles de l’organisme. La nuit, certaines fonctions sont mises au repos ou ralenties, comme la fonction digestive. Par contre, d’autres fonctions sont stimulées en mobilisant les ressources qui ne sont pas disponibles la journée. C’est le cas, par exemple, des défenses immunitaires.

 

Le principal rôle de la mélatonine est d’aider l’organisme à détecter l’alternance jour et nuit. Appelée aussi hormone d’endormissement, elle prépare l’organisme à l’émergence du sommeil. Elle contribue à la réduction de la chaleur corporelle. En effet, celle-ci doit s’abaisser légèrement pour permettre au sommeil de s’installer. La mélatonine induit aussi une vasodilatation des artères pour alimenter les extrémités et les réchauffer, tout en refroidissant le sang.

 

Les vertus de la mélatonine

La mélatonine a de nombreuses qualités qu’il est nécessaire de savoir avant de se lancer dans son utilisation.

 

La mélatonine lutte contre le décalage horaire. En effet, certaines études affirment qu’elle anticipe les effets de ce phénomène. Le produit est plus efficace lorsque le sujet est amené à traverser plus de 5 fuseaux horaires. C’est également le cas dans le cadre des voyages vers l’Est. Il est alors conseillé de prendre 0,5 mg de mélatonine avant d’aller se coucher. Cette pratique est à commencer 3 jours avant de partir. Elle ne s’arrête que lorsque l’individu s’adapte au nouveau fuseau horaire. trouble du sommeil

 

Par ailleurs, la mélatonine est capable de résoudre les troubles du sommeil. Effectivement, c’est une substance qui semble favoriser l’endormissement. Dans cette optique, la dose à prendre est de 1 mg avant le coucher.

 

La mélatonine est aussi utilisée pour aider les personnes âgées de plus de 55 ans à combattre les problèmes de sommeil. De même, cette hormone aiderait les malvoyants à mieux dormir étant donné qu’ils ne perçoivent pas bien la lumière.

 

Mieux encore, la mélatonine aide les personnes qui dépendent des somnifères à se sevrer. Ainsi, ils auront de nouveau un sommeil régulier et naturel.

 

Bien utiliser la mélatonine

La mélatonine se retrouve en pharmacie. Elle est vendue sous forme de compléments alimentaires. Normalement, il s’agit de gélules ou de comprimés à avaler ou à sucer.

En dépit du fait que la mélatonine soit perçue comme étant un complément alimentaire, le ministère de la Santé affirme qu’elle n’est pas sans danger. Cependant, il est mieux de ne pas la prendre avec d’autres médicaments, car les interactions ne sont pas à écarter.

 

Par ailleurs, la mélatonine est un produit vénéneux et de ce fait, sa prise n’est pas sans risque. Pour tout dire, la mélatonine ne se prend pas sans avis médical. Il importe alors de se conformer à la posologie indiquée par le médecin. Dans le cas où des effets indésirables inconnus apparaissent, mieux vaut arrêter de prendre le médicament et de discuter avec le thérapeute.

 

Etudes et utilisation de la mélatonine pour le sommeil

La prise de mélatonine est intéressante en cas de désynchronisation ou de perturbation du cycle circadien. Cette désynchronisation peut être due à un décalage horaire suite à un long voyage. Avec l’âge, le cycle circadien subit également des modifications. Par ailleurs, le cycle de sommeil est perturbé chez les personnes qui travaillent suivant un horaire décalé. L’exposition tardive à une lumière trop fort émanant d’un écran ou d’une lampe LED par exemple perturbe aussi le cycle.

  • La mélatonine favorise l’endormissement

Cette hormone agit de deux façons au niveau du cerveau. D’une part, elle favorise le sommeil. De l’autre, elle aide à synchroniser le rythme circadien avec le sommeil.

La mélatonine s’avère efficace pour traiter les troubles du sommeil liés à un syndrome d’avance ou de retard de phases de sommeil. Dans les deux cas, les études ont conclu une efficacité de la mélatonine pour restaurer le rythme de sommeil.

  • La mélatonine prévient les effets du décalage horaire

décalage horaire

 

Des essais ont montré que la prise de mélatonine à l’heure du coucher diminue les effets du décalage horaire chez un voyageur qui a traversé 5 fuseaux horaires ou plus. Cela correspond à la période entre 22 heures et minuit. La prise s’effectue après votre arrivée à destination lors d’un voyage longue distance. Dans ce cas, il est possible d’augmenter l’efficacité de la mélatonine en vous couchant plus tôt ou plus tard, mais en respectant ce mode de prise.

 

D’autres études faites sur la mélatonine ont montré qu’elle est bénéfique pour lutter contre les troubles d’endormissement.

  • La mélatonine permet de lutter contre l’insomnie chez les personnes de 55 ans et plus

La prise de mélatonine à libération prolongée favorise une amélioration du sommeil chez cette catégorie de personnes. Les résultats sont certes modestes, mais les bénéfices sont supérieurs aux risques.

  • La mélatonine permet de traiter l’insomnie avec des troubles neuropsychiatriques

Des chercheurs ont mené des études portant sur l’utilisation de la mélatonine dans le traitement de l’insomnie chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique. Globalement, il en ressort que cette hormone améliore le sommeil en augmentant sa durée et en diminuant le délai d’endormissement. Elle aide également à limiter le nombre de réveils nocturnes. Les comportements diurnes des enfants s’en trouvent ainsi modifiés.

  • La mélatonine et le trouble du déficit de l’activité avec ou sans hyperactivité

Des études ont été réalisées sur les effets de cette hormone sur le sommeil des personnes souffrant du trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Elles ont conclu que la mélatonine prise quelques heures avant le coucher diminue le délai d’endormissement.

  • La mélatonine et le sevrage de somnifères

Les études faites sur des personnes en phase de sevrage de somnifères ont montré qu’à faible dose, la mélatonine n’est pas efficace. À forte dose, les résultats sont palpables, notamment dans le sevrage de médicaments de la famille des benzodiazépines. La prise d’une dose de 5 mg de mélatonine par jour a aidé les personnes addictes à consommer moins de somnifères.

  • La mélatonine et la réduction des douleurs chroniques

Des études ont donné des résultats encourageants concernant la capacité de la mélatonine à réduire les douleurs. Chez les humains, la prise de mélatonine à la dose de 2 à 5 mg par jour a permis de soulager les personnes souffrant de migraines ou du syndrome de l’intestin irritable. Des études menées sur des nouveau-nés intubés à la suite de problèmes respiratoires ont également mis en avant les bienfaits de la mélatonine sur la douleur. Ces études ont montré que la mélatonine a diminué la douleur et l’inflammation. Ces effets ont été évalués suivant une échelle de valeurs.

  • La mélatonine et la démence

La mélatonine peut réduire certains types de symptômes psychologiques associés à la démence, notamment la dépression, l’anxiété et l’agitation. Les résultats de ces recherches ont fait état d’une diminution des troubles comportementaux et de l’agitation. Les études ont, par contre, démontré que la mélatonine n’a pas d’effet sur les facultés cognitives.

  • La mélatonine et l’insomnie secondaire

dormir mélatonine

 

Des essais préliminaires ont montré que la mélatonine est tolérée et améliore le sommeil chez les personnes souffrant d’insomnie. Elle agit aussi bien sur les enfants que sur les adultes. Elle est utile pour soulager les insomnies associées à diverses maladies comme la schizophrénie, la maladie d’Alzheimer ou divers troubles psychologiques.

  • La mélatonine et les autres troubles du sommeil

La mélatonine peut être utilisée pour traiter le syndrome de retard de phase de sommeil. Elle est efficace après un traitement préconisant la prise de 3 à 12 mg par jour, pendant 8 semaines. Après ce délai, on peut observer une amélioration notable du trouble avec cette posologie. L’efficacité maximale de la mélatonine est observée chez les personnes ayant pris 6 mg de mélatonine par jour. Mais de tels résultats nécessitent encore des études plus poussées, pour être véritablement concluantes.

  • La mélatonine et le traitement du trouble du comportement en sommeil paradoxal

Aux États-Unis, la mélatonine est utilisée pour traiter les troubles du comportement en sommeil paradoxal. Les sujets sont en action et sont violents pendant leurs rêves.

Elle peut également être préconisée pour traiter les troubles du sommeil liés à un dérèglement du cycle circadien chez les aveugles.


Autres études sur l'utilisation de la mélatonine

  • La mélatonine et le cancer

Des études ont été menées sur l’utilisation de la mélatonine comme adjuvant dans le traitement du cancer, en combinaison avec la chimiothérapie ou la radiothérapie. Huit études ont montré que la prise d’une dose de 20 mg/jour de mélatonine diminue le risque de récidive et d’effets secondaires associés à la thérapie standard.

  • La mélatonine et l’anxiété

Dans le cadre d’une étude menée sur les actions de la mélatonine chez des patients devant subir une intervention chirurgicale, on a découvert que cette hormone réduit l’anxiété avant et après l’opération. Ces résultats restent à confirmer par des études plus poussées, car les conclusions de son effet sur la douleur sont controversées.

  • La mélatonine et la colite ulcéreuse

Des chercheurs se sont intéressés à l’effet de la mélatonine sur la colite ulcéreuse. Selon eux, elle jouerait un rôle modulateur sur l’inflammation de l’intestin.

 

Présentation et forme de la mélatonine

  • La mélatonine en médicaments

La mélatonine est présentée sous forme de médicaments dosés à 2 mg par comprimé, qui sont délivrés uniquement sur ordonnance. Elle est réservée aux personnes de plus de 55 ans qui ont des problèmes de sommeil ou des difficultés à s’endormir, et aux individus sujets à des réveils nocturnes ou précoces. Il est conseillé d’avaler la mélatonine en comprimé 30 min avant le coucher. Sous cette forme, la mélatonine est à libération prolongée.

 

La mélatonine est en vente libre sous deux formes. Elle peut être soit à libération prolongée, soit à libération immédiate. Toutefois, il est utile de préciser que la forme à libération prolongée est vendue sur ordonnance en Europe.

 

Les suppléments se présentent sous forme de comprimés dosés entre 1 et 5 mg. Ils sont à avaler directement ou à faire fondre sous la langue (comprimé sublingual).

Certaines formes sont associées à d’autres suppléments comme la vitamine B6, ou encore des extraits de plantes qui favorisent le sommeil comme la passiflore ou la mélisse.

  • La mélatonine en compléments alimentaires

complément alimentaire mélatonine

 

La mélatonine utilisée dans les compléments alimentaires a des origines diverses. En général, il s’agit d’une mélatonine naturelle que l’on associe à une mélatonine synthétique. Elle est plus faiblement dosée que la forme médicamenteuse. Proposée en compléments alimentaires, elle a l’avantage d’être plus puissante, sans présenter de risques notables pour la santé et sans causer de dépendance.

 

Il existe aussi une mélatonine dite végétale, qui est extraite des feuilles et des racines de certaines plantes.

 

La mélatonine en complément alimentaire est indiquée pour les personnes qui présentent un vrai retard de phase du sommeil. Elle peut leur permettre de s’endormir et de se réveiller plus tôt. Souvent associée à des plantes sédatives comme la passiflore ou la valériane, elle doit apporter moins de 2 mg/jour.

 

En cas d’insomnie légère, la dose recommandée est de 1 mg/jour. Il est conseillé de prendre la mélatonine 3 à 4 heures avant l’endormissement spontané. Par exemple, si celui-ci survient à 2 h de matin, il faut la prendre vers 11 h du soir. Des ajustements peuvent être nécessaires, en fonction de la réaction de l’organisme à la prise de la mélatonine. Si la somnolence est rapide, il faut la prendre plus tard. Par contre, si la mélatonine n’a pas d’effet, il faudra ajuster progressivement la posologie jusqu’à trouver le moment idéal pour la prise.

 

Effets secondaires de la mélatonine et contre-indications

Qu’elle soit présentée sous forme de médicaments ou de compléments alimentaires, la mélatonine peut être dangereuse pour certaines personnes. En effet, elle peut entraîner de graves effets secondaires.

 

Plusieurs symptômes ont été signalés suite à la prise de mélatonine, dont des céphalées, des vertiges, des cas de somnolence, de l’irritabilité et des cauchemars. On a également pu constater des troubles neurologiques comme de tremblements, ainsi que des troubles gastroentérologiques tels que des nausées, des vomissements et des douleurs abdominales.

 

La consommation de mélatonine sous forme de compléments alimentaires doit être soumise à l’avis d’un médecin. Compte tenu des incertitudes sur ses effets à long terme, elle est proscrite aux femmes enceintes ou allaitantes et aux enfants.

 

La prise de mélatonine est interdite aux personnes souffrant de maladies inflammatoires comme la maladie de Crohn, la rectolite hémorragique et la polyarthrite rhumatoïde.

Elle est aussi contre-indiquée pour les personnes présentant des troubles immunitaires en raison de sa capacité à stimuler ou à freiner les réactions du système immunitaire.

 

Les personnes qui suivent un traitement médicamenteux anxiolytique ou antidépresseur doivent impérativement demander l’avis d’un médecin avant de prendre de la mélatonine.

 

Un avis médical est aussi nécessaire pour les personnes qui présentent des troubles épileptiques, asthmatiques, ainsi que pour les personnes présentant des troubles de l’humeur, du comportement ou de personnalité.

 

Pour les personnes devant exercer des activités qui nécessitent une vigilance soutenue ou pouvant poser des problèmes de sécurité en cas de somnolence, la mélatonine doit être prescrite par un médecin.

 

Elle doit être prise sous surveillance médicale chez les personnes souffrant de cancers ou de la maladie d’Alzheimer.

 

Intéractions

  • Interactions avec des plantes ou des suppléments

camomille

 

En théorie, des plantes aux propriétés sédatives comme la camomille, le houblon, la valériane et la passiflore peuvent être associées à la mélatonine.

En cas de prise simultanée de la mélatonine avec des plantes ou des suppléments anticoagulants, cette hormone peut augmenter les risques de saignements.

  • Interaction avec des médicaments

Selon certains chercheurs, la prise de la mélatonine avec un antidépresseur pourrait augmenter la biodisponibilité de la mélatonine. Elle pourrait donc être utile en cas d’insomnie réfractaire.

 

La mélatonine peut influencer la coagulation du sang dans le cas de prises d’anticoagulants. La prudence est donc de mise dans ce cas.

Pour les personnes qui sont sous bêtabloquants (médicaments pour traiter l’hypertension), la mélatonine peut réduire les effets indésirables de ces médicaments.

  • La mélatonine chez les enfants

Les résultats concernant l’efficacité de la mélatonine sur le sommeil des enfants sont contradictoires. Cela s’explique par la diversité des sujets et des différences de dose, de moment de prise de la mélatonine.

 

Il n’existe pas de lignes directrices concernant l’utilisation de la mélatonine chez les enfants. Toutefois, son utilisation chez les enfants souffrant d’insomnie doit être de courte durée, malgré son efficacité à lutter contre ce type de trouble. Si elle réduit la période d’endormissement et allonge la durée du sommeil, il n’existe pas d’études probantes sur son effet chez les enfants de moins de 2 ans. La prise doit être réalisée sous surveillance médicale.

 

Chez les enfants en bonne santé, l’innocuité de la mélatonine sur le long terme n’est pas encore établie. Les protocoles disponibles n’entérinent pas clairement ce traitement. Si la mélatonine semble être bien tolérée, dans la majorité des cas, son utilisation est à éviter chez les enfants ayant des troubles immunitaires et sous traitement immuno-modulateur.

 

Autres précautions 

La mélatonine n’est pas une solution miracle contre l’insomnie. Elle diminue seulement le temps d’endormissement, mais n’améliore pas de façon notable la qualité et la durée du sommeil, d’après plusieurs études. Son efficacité est donc limitée. Son efficacité sur la réduction de la période d’endormissement et de la somnolence est reconnue, certes. Toutefois, les évaluations de ses effets sur la qualité du sommeil restent encore sujettes à débats. Les résultats sont difficiles à comparer. Par exemple, les résultats restent modestes chez les travailleurs de nuit.

 

Il n’existe pas encore un consensus sur la dose à utiliser dans la majorité des cas.

 

La mélatonine est rapidement éliminée par l’organisme. Sa durée de vie est très courte (seulement 20 min) d’où son efficacité limitée. Son effet sur la phase d’endormissement est transitoire et rapide. La prise de mélatonine est difficile à standardiser, car la dose et le moment de la prise varient d’un individu à un autre. La mélatonine agit chez certaines personnes, mais n’a aucun des effets chez d’autres. Par ailleurs, aucune étude n’a montré d’effets significatifs chez les insomniaques chroniques. Si la mélatonine aide à trouver le sommeil, elle ne peut pas être utilisée comme traitement de fond. Le problème doit être traité à la source si les insomnies sont liées à un stress, à des contrariétés ou un autre traitement médical.

 

Bien qu’il n’y ait aucun effet à court terme sur la santé, les effets d’une prise continue sur le long terme sont encore inconnus.

Il faut aussi noter que beaucoup d’études restent à faire sur les effets à long terme de la mélatonine, car le corps médical émet des doutes sur l’effet d’une hormone sur le long terme jusqu’à maintenant.

 

Si la mélatonine a fait l’objet de spéculations concernant le traitement de l’hyperactivité, les études effectuées sur le sujet n’ont pas donné de résultats concluants. Il est donc dangereux de donner de la mélatonine à un enfant hyperactif. La prise de cette hormone à des doses élevées peut entraîner un déséquilibre de la production des hormones thyroïdiennes, et peut même provoquer des réveils nocturnes.

 

De même, un surdosage peut causer des troubles du système immunitaire. Il faut donc faire preuve de vigilance dans le dosage.

Bien que considérée comme un complément alimentaire en Europe, la mélatonine est classée dans certains pays comme une substance vénéneuse et donc potentiellement dangereuse.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 515
Beauté 8
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164