» » Comment marche le gel hydroalcoolique ?

Comment marche le gel hydroalcoolique ?

Un gel hydroalcoolique ou GHA est un produit biocide de type TP1 hygiène humaine. Sa mise en vente sur le marché et son usage sont régis par le règlement européen (UE) n° 528/2012. Des réglementations qui se veulent désormais strictes afin d’éviter la débandade comme durant les premiers jours d’épidémie de coronavirus en France.

 

Depuis plusieurs mois déjà, l’usage de ce désinfectant se présente comme un must pour se préserver de diverses maladies, et ce, pas seulement du covid-19. On l’utilise tout le temps et partout : chez soi, au bureau comme au commerce du coin. S’en servir est vite devenu une habitude pour beaucoup. Cependant, avec le come-back du coronavirus ainsi que l’hiver et ses divers maux, il y a de fortes chances que ce produit soit très demandé. De ce fait, savoir comment s’en servir peut s’avérer utile pour faire face à toutes situations. Nous vous éclairons sur le sujet en vous livrant les secrets de sa fabrication.

 

Quelle est la composition du gel hydroalcoolique ?

Le gel hydroalcoolique est un produit à base d’eau et d’alcool. Il sert principalement à neutraliser les bactéries et les virus qui sont sur la peau. Sur Internet, vous pouvez trouver mille et une recettes de ce produit. Cependant, la fiabilité et l’efficacité de certaines formulations sont encore à prouver. Si vous êtes en quête d’une valeur sûre, il faut se référer à la composition de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). De manière générale, 1 litre de gel hydroalcoolique conforme aux normes imposées recèle :

  • 833,3 ml d’alcool (éthanol à 96 % V/V),
  • 41,7 ml de peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée) à 3 %,
  • 14,5 ml de glycérine de type glycérol à 98 %,
  • 1000 ml d’eau purifiée ou distillée q.s. p.

Mais pour être plus précis, l’arrêté du 17 avril 2020 modifiant l’arrêté du 13 mars 2020 admet la formule n°3 et la formule n°4 pour la préparation de GHA en France. Ces formules sont détaillées auprès du Journal Officiel de la République Française.

 

L’alcool demeure la substance active du gel. Il sert à éradiquer virus, champignons et bactéries. Le peroxyde d’hydrogène est un inactivateur de spores. Il limite les risques d’irritations cutanées tout en éliminant les spores bactériennes dans les flacons. Le glycérol dispose à la fois d’actifs humectant et émollient. Il confère au produit la texture gel. L’eau purifiée s’utilise à titre de solvant.

 

Il est à noter que ces formulations se réservent exclusivement aux professionnels de pharmacie et aux institutions agréées. Elle ne se destine en aucun cas au grand public à cause de l’effet corrosif et le danger de l’utilisation de certains composants.  

 

Hormis les compositions, on retrouve d’autres recettes de GHA. Ces derniers présentent des dosages différents et plus faibles. Cependant, les gels hydroalcooliques doivent présenter une teneur en alcool de 60 % minimum. On retrouve, en outre, des formules où le glycérol est troqué contre des adoucissants comme l’aloe vera. Dans certains cas, la solution est enrichie avec un antiseptique tel que le chlorhexidine à 0,5 %.

 

Quand utiliser un gel hydroalcoolique ?

Vous pouvez utiliser du GHA autant de fois que nécessaire. Ce produit s’utilise seul ou couplé à un lavage de main à l’eau et au savon. Son usage est particulièrement préconisé lors d’épidémie comme en cas de grippe par exemple.

 

C’est, en outre, préconisé en cas de gastro-entérite, très fréquente durant la saison froide. Assurez-vous d’y recourir après chaque selle et avant de manger afin d’éviter le « péril fécal ». Il s’agit d’un phénomène de transmission par lequel le virus responsable de la gastro se propage par contact avec le vomi et les selles du malade. 

 

Avec la reprise du confinement fin octobre 2020 en France, l’usage du GHA est plus que conseillé pour lutter contre la propagation du coronavirus. La pathologie SARS-CoV-2 se transmet directement via des gouttelettes de salives ou indirectement avec les mains. Partant sur cette base, se servir régulièrement du GHA trouve tout son sens auprès des institutions communautaires comme l’école, le domicile familial, les locaux professionnels, etc. Cela permet peu ou prou d’enrayer la propagation du virus et de réduire le risque de contagion interhumain de 60 %.

En prenant le contexte du coronavirus, la FHA ou friction hydroalcoolique est à effectuer dans les cas suivants :

  • Avant et après la manipulation de masque,
  • Avant la préparation, le service et la consommation de repas,
  • Avant et après une sortie à l’extérieur,
  • Après mouchage, éternuement et toux,
  • Après contact avec une personne malade,
  • Avant et après usage des transports en commun ou de véhicules partagés (taxi par exemple),
  • Après passage aux toilettes,
  • Après contact avec les éléments communs d’un immeuble.

En dehors des périodes d’épidémie, le gel hydroalcoolique s’utilise quand on n’a pas accès à l’eau pour se laver les mains. C’est notamment le cas lors de déplacements : voyage, en voiture, dans le métro, etc. Il aide aussi à se prémunir d’une tourista ou diarrhée du voyageur.

 

Chez les enfants de plus de 10 ans, ce produit s’utilise de manière ponctuelle à l’école, avant la cantine et surtout en cas d’indisponibilité des lavabos.

 

Voilà tout ce qu’il y a à dire sur l’utilité de ce produit désinfectant. Cependant, il faut savoir que son usage nécessite quand même certaines précautions. En outre, on évitera de s’en servir lorsqu’il y a un point d’eau à proximité. Il faudra toujours privilégier le lavage des mains à l’eau et au savon. Il faut aussi s’abstenir d’en appliquer sur les plaies à cause de son composant alcoolisé.

 

Pour limiter les risques de dermatites et de brûlures, évitez d’exposer les mains stérilisées avec un GHA aux rayons solaires. Il faut aussi attendre que les mains soient complètement sèches après usage du produit si l’on doit s’occuper d’un bébé. Les mesures à respecter sont les mêmes lorsqu’il est question de manipuler des surfaces métalliques électrostatiques ou d’utiliser une source (objet ou substance) inflammable.

 

Faites aussi attention de ne pas en mettre dans les yeux. Ce produit hydroalcoolique peut éventuellement brûler la cornée en à peine quelques secondes. Il faut éviter de se baigner à la piscine après usage pour éviter que l’alcool se répande dans l’eau et touche les yeux. Cela prévaut surtout chez les enfants. C’est aussi essentiel pour préserver l’efficacité du produit et éviter que l’alcool soit dilué dans l’eau. De plus, le peroxyde d’hydrogène peut provoquer des irritations au contact de l’eau.

 

Le GHA est peu recommandé pour les personnes ayant une peau fragile ou fragilisée par un eczéma ou un psoriasis. Idem en cas d’inflammation de l’épiderme. Et même si c’est un désinfectant, il ne se destine pas à la stérilisation d’une plaie à vif.

 

Un flacon de GHA doit être utilisé dans le mois suivant son ouverture. Au-delà de cette durée, il perd en efficacité. 

 

Comment se laver les mains avec du gel hydroalcoolique ?

Se laver les mains avec du gel hydroalcoolique est chose aisée. C’est similaire au lavage avec l’eau et le savon. On procède essentiellement par friction. Les étapes préconisées par l’OMS se présentent comme suit :

  1. Sur mains sèches et non souillées, déposez une noisette de GHA dans le creux de chaque paume.
  2. Étalez le produit sur toute la surface, puis frictionnez.
  3. Effectuez des mouvements de rotation paume contre paume.
  4. Réalisez un mouvement allant d’avant en arrière avec la paume de la main droite sur le dos de la gauche, puis vice versa.
  5. Faites un mouvement d’avant en arrière, paume contre paume et doigts entrecroisés.
  6. Exécutez un mouvement d’aller-retour latéral en tenant la moitié des dos des doigts dans la paume des mains opposées.
  7. Saisissez le pouce de la main gauche avec la main droite, et effectuez des mouvements de rotation, puis vice versa.
  8. Faites des gestes rotatifs pour nettoyer les ongles, la pulpe des doigts de la main droite contre la paume de la main opposée, puis vice versa.

La durée du « lavage des mains » avec un GHA s’étend de 20 à 30 secondes. En principe, ce rituel de désinfection prend fin lorsque les mains sont bien propres et sèches. Cela ne requiert aucun rinçage.

 

Comment faire un désinfectant pour les mains ?

La concoction de désinfectant pour les mains se fait de deux manières suivant la nature des ingrédients utilisés.

 

Recette à base d’alcool

Il faut comme composants :

  • De l’alcool isopropylique pour usage cutané à 95 % d’alcool : 2/3 d’une tasse,
  • Du gel aloe vera pur et sans conservateur : 1/3 d’une tasse,
  • Des huiles essentielles (lavande, cannelle, clou de girofle, menthe poivrée) : 8 à 10 gouttes (facultatif).

La préparation requiert un récipient où on mélange l’alcool et le gel d’aloe vera avec une cuillère. Au besoin, épaissir la solution avec une cuillère d’aloe vera ou la liquéfier légèrement avec une cuillère d’alcool. Une fois la mixture bien lisse, incorporez l’huile essentielle goutte par goutte jusqu’à obtenir l’odeur qui vous convient. Laissez reposer avant de transvaser le mélange dans un flacon via un entonnoir.

 

Recette à base d’hamamélis

Ceux qui n’apprécient pas l’agressivité de l’alcool peuvent à la place utiliser l‘hamamélis. Dès lors, la recette requiert :

  • Du gel d’aloe vera pur et sans conservateur : 1 tasse,
  • De l’hamamélis : 1,5 cuillère à café,
  • De l’huile essentielle d’arbre à thé (tea tree) : 30 gouttes,
  • De l’huile essentielle pour aromatiser le gel (lavande ou menthe poivrée) : 5 gouttes (facultatif).

Pour la préparation, il faut mélanger le gel d’aloe vera avec l’hamamélis et l’huile essentielle d’arbre à thé. Si nécessaire, ajustez la texture du gel en rajoutant une cuillère d’hamamélis ou de gel d’aloe vera. Introduisez l’huile essentielle faisant office de parfum en y allant goutte par goutte. Transvasez la mixture dans un flacon.

  • Comment faire du gel hydro alcoolique ?

Une fois les ingrédients à disposition, la préparation préconisée par l’OMS se déroule comme suit :

  • Versez l’alcool dans un contenant en utilisant un bécher ou un berlin gradué.
  • Incorporez petit à petit l’eau oxygénée (peroxyde d’hydrogène) avec un cylindre gradué.
  • Introduisez le glycérol via un cylindre gradué (si besoin, rincez son contenant d’origine avec une petite quantité d’eau distillée de la préparation).
  • Versez l’eau distillée restante.
  • Mélangez délicatement, puis transvasez la mixture dans des flacons.

Il est à noter que la concentration en alcool doit être à hauteur des 60 % pour assurer l’efficacité du GHA. Il faut aussi attendre au moins 72 heures avant d’utiliser le produit pour que le peroxyde d’hydrogène prenne bien effet.

 

Attention, des arrêtés du ministère des Solidarités et de la Santé autorisent à titre dérogatoire la préparation et la vente de solutions et de gels hydroalcooliques en France pour les acteurs ci-après :

 

- Pharmacies d’officine, facultés de pharmacie et pharmacie à usage intérieur (formules 1 et 2 de l’OMS),

- Établissements industriels (établissements pharmaceutiques fabriquant des médicaments à usage humain, établissements cosmétiques, établissements fabriquant des produits biocides).

  • Comment fabriquer du gel hydroalcoolique BIO ?

En plus de ces recettes de base, l’OMS propose également une formulation de GHA avec des ingrédients plus doux et disponibles en version BIO. Pour en faire, il faut :

  • 190 ml d’alcool à 90 ° (à raison d’une proportion de plus de 70 %),
  • 50 ml de gel d’aloe vera,
  • 10 ml d’huile végétale (amande douce ou olive),
  • 15 gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (tea tree).

Pour la préparation, il suffit de mélanger dans un récipient propre l’alcool, les huiles et le gel d’aloe vera. Puis, transvasez la solution dans un flacon-pompe préalablement désinfecté à l’alcool pour faciliter l’usage.

 

Le gel d’aloe vera servira à donner sa viscosité au gel. Avec l’huile végétale, il hydrate et adoucit la peau. L’alcool à 90 ° fait office de désinfectant. Par ses multiples composés comme le terpinen-4-ol, l’huile essentielle de tea tree sert de virucide et de bactéricide.

À titre indicatif, les GHA faits maison ou industriels ne conviennent pas aux enfants de 3 ans et moins.

 

Sinon, il existe une autre recette de gel hydroalcoolique toujours à base de composants bio. Cette autre formulation contient :

  • 15 g de gel d’aloe vera,
  • 9 g d’alcool à pharmacie de 60 ° minimum ou idéalement de 90 °,
  • 0,6 g de glycérine végétale,
  • 1 g de lanoline ou idéalement un substitut végétal pour éviter les risques d’allergie,
  • 5 gouttes équivalant à 0,15 g d’huile essentielle d’origan ou 96 gouttes équivalant à 3 g d’huile essentielle de Ravintsara (pour les propriétés antivirales, anti-infectieuses et hydratantes).

En ce qui concerne la préparation, il faut verser le gel d’aloe vera dans un bol. Mettez l’alcool et éventuellement les huiles essentielles dans un autre bol. Puis, mélangez dans un même récipient et avec un petit fouet le quart de chaque bol jusqu’à obtenir une mixture bien homogène. Procédez ainsi jusqu’à ce que les deux bols soient vides. Ajoutez au mélange obtenu la lanoline ou son substitut végétal, puis la glycérine végétale. Fouettez énergiquement. Transférez le gel dans un flacon-pompe.

 

Est-ce que le gel hydroalcoolique tache ?

Un gel hydroalcoolique peut tacher de bien des manières en dépit de son apparence visqueuse, de sa volatilité et de sa texture translucide.

 

D’une part, ce produit peut générer des taches brunes après exposition au soleil. Les dermatologues affirment que sa concentration d’alcool entraîne un dessèchement et une fragilisation de la peau face aux rayons du soleil. Cela prévaut particulièrement pour les enfants qui ont une peau plus fine et plus fragile. Cela induit un risque de brûlure important et d’irritations. La peau rouge et irritée qui en résulte peut générer une dermite de type hyperpigmentation qui se caractérise par l’apparition de taches brunes. Ces taches peuvent prendre des années avant de disparaître. Autant que possible, on évitera les produits de GHA parfumés ou avec des huiles essentielles. Leurs contenants aromatisés ont un effet photosensibilisant pour la peau.

 

D’autre part, la composition du GHA peut décolorer un tissu, le bois et le carrelage. Ce produit peut également être une source de problème s’il est renversé en grande quantité sur les sacs ou les chaussures en cuir.

 

Pourquoi privilégier l’achat en pharmacie de gel hydroalcoolique ?

Certes, le prix des gels fabriqués en pharmacie s’avère nettement plus élevé que dans les autres établissements de vente agréés. Cependant, ces produits bénéficient de meilleures garanties et d’un contrôle de qualité. Ils sont fiables. Ils sont dotés d’étiquette de conformité à la norme NF EN 14 476 (protection contre les virus de type coronavirus résistants aux désinfectants et aux détergents). Ils sont aussi gratifiés des normes NF EN 1040 (contre les bactéries) et NF EN 1275 (contre les champignons).

 

L’étiquette d’un GHA conforme aux réglementations en vigueur se veut transparente quant à son nom, sa composition, sa concentration en alcool exprimé en V/V, sa date de fabrication, le nom de son fabricant et son numéro de lot. S’ajoutent à cela des informations relatives aux conditions de conservation, les mentions obligatoires (pour application cutanée uniquement, éviter tout contact avec les yeux, maintenir hors de la portée des enfants, liquide inflammable) ainsi qu’un mode d’emploi succinct.

 

De plus, les pharmacies ont l’avantage d’une autorisation de vente de leurs propres GHA en cas de rupture de stock. Cette dérogation est affranchie par le ministère des Solidarités et de la Santé.

 

Combien coûte du gel hydroalcoolique ?

Entre le 6 mars 2020 et le 11 juillet 2020, le Journal Officiel nous a communiqué les mesures imposées par le ministère de l’Économie quant aux tarifs des gels hydroalcooliques. Ces dispositions visent essentiellement à répondre à la demande, à préserver les consommateurs d’une éventuelle surenchère du prix de ces produits et à éviter la pénurie. Celles-ci sont applicables jusqu’au 10 janvier 2021.

 

De ce fait, le prix de vente maximum des GHA se dépeint comme suit :

 

Prix TTC (toutes taxes comprises) au détail :

  • 50 ml maximum : 35,17 € TTC le litre ou 1,76 € TTC par flacon, à raison de 50 ml maximum,
  • Plus de 50 ml à 100 ml maximum : 26,38 € TTC le litre ou 2,46 € TTC par flacon, à raison de 100 ml maximum,
  • Plus de 100 ml à 300 ml maximum : 14,68 € TTC le litre ou 4,40 € TTC par flacon, à raison de 300 ml maximum,
  • Plus de 300 ml : 13,19 € TTC le litre ou 13,19 € par flacon, à raison de 1 litre maximum.

Prix HT (hors taxe) en gros :

  • 50 ml maximum : 30 € HT par litre,
  • Plus de 50 ml à 100 ml maximum : 20 € HT le litre,
  • Plus de 100 ml à 300 ml maximum : 10 € HT le litre,
  • Plus de 300 ml : 8 € HT le litre.

Suivant l’évolution du marché et le reconfinement actuel, ces réglementations tarifaires peuvent faire l’objet d’un nouvel arrêté.

 

La mise en application de ces dispositions est assurée par la DGCCRF ou Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. Dans un communiqué du 16 juillet, le gouvernement français informe qu’un non-respect de ce plafonnement de prix est passible d’une contravention de 5e classe, c’est-à-dire d’une amende de 7500 € par produit vendu.

 

Il est aussi à noter que ces réglementations tarifaires s’accompagnent d’un assouplissement des autorisations de fabrication. Pour les pharmacies, un arrêté du 6 mars 2020 abrogé et remplacé par un arrêté du 23 mars 2020 leur donne la compétence de fabriquer leurs propres solutions hydroalcooliques suivant les recommandations de l’OMS et en cas de rupture d’approvisionnement. Et suivant l’arrêté du 14 mars 2020, le prix des fabrications « maison » des pharmacies peut légèrement être renchéri par un coefficient multiplicateur. Cela est valable pour les pharmacies d’officine et les pharmacies à usage intérieur.

 

Ce coefficient s’élève à 1,5 pour les GHA de 300 ml ou moins et à 1,3 pour les produits de plus 300 ml vendus au détail. Pour les gels vendus en vrac, on a 1,2 pour les flacons de 300 ml ou moins et 1,1 pour une contenance de plus de 300 ml. De ce fait, un gel vendu au détail au sein de ces institutions se vend entre 50 % et 30 % plus cher que le prix de base.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.