Tout savoir sur le syndrome du côlon irritable

jeudi 28 février 2019
côlon irritable

De nombreuses personnes se demandent encore exactement ce qu’est le syndrome du côlon irritable et ce que signifie cette expression. En fait, c’est une maladie bénigne qui est caractérisée par des troubles digestifs en plus de maux au niveau de l’abdomen.

 

À cela s’ajoutent des problèmes de transit. Notez toutefois que le trouble dont il est question ici est aussi connu sous le nom de « colopathie fonctionnelle » ou « syndrome de l’intestin irritable ». En tout cas, définir l’origine de ce mal n’est pas évident. Cet article est plus explicite à ce sujet.

 

Le syndrome du côlon irritable : définition

Le SCI ou syndrome du côlon irritable est une pathologie digestive. Lorsqu’elle sévit, le patient est en proie à des maux abdominaux en plus de problèmes de digestion chroniques. Deux phénomènes sont en cause. Déjà, il se peut que le sujet ait un problème de diarrhée du fait de la circulation rapide du bol alimentaire. Sinon, il est possible que le bol alimentaire circule de manière lente et que le sujet se retrouve alors constipé. Cependant, la paroi intestinale demeure normale.

 

Chez certaines personnes, la diarrhée et la constipation surviennent l’une après l’autre. Une fois que les selles sont évacuées, le patient n’a plus mal. Parfois, ce problème s’accompagne de ballonnements et de flatulences.

 

Les femmes sont plus souvent touchées par le SCI que les hommes. Ce phénomène est d’autant plus fréquent dans les pays de l’ouest où 20 % de la population est en proie à ce problème.

 

Qu’est-ce qui provoque le syndrome du côlon irritable ?

Les causes du syndrome du côlon irritable ne sont pas encore bien établies, mais les recherches se multiplient et pour le moment, deux hypothèses sortent du lot. Il se peut que le sujet atteint de SCI soit en proie à des contractions intestinales douloureuses et anormales par la même occasion.

 

La seconde hypothèse consiste à dire que le patient est peut-être plus sensible aux mouvements du rectum et du côlon qui sont normalement imperceptibles.

 

Sinon, il se pourrait également que la maladie soit due à un stress familial ou socioprofessionnel. Par ailleurs, l’âge n’est pas un facteur à prendre en compte étant donné que le problème peut toucher aussi bien les personnes âgées que les jeunes adolescents.

 

Ainsi qu’il a été précisé, les femmes sont plus concernées par le trouble, mais celui-ci devient plus grave lorsque les menstruations arrivent. Selon les chercheurs, les changements hormonaux peuvent être à l’origine de cette pathologie.

 

En outre, certaines données permettent aussi de dire que 25% des cas de SCI surviennent suite à une infection gastro-intestinale. Le problème peut alors venir de la flore intestinale.

 

Les signes du syndrome du côlon irritable 

Les symptômes du SCI diffèrent d’une personne à une autre. Les signes les plus fréquents sont les crampes et les douleurs au niveau du ventre.

 

Ces derniers disparaissent au moment où le sujet évacue des gaz et des selles. La constipation et la diarrhée alternées sont aussi des signes. Il y a également les flatulences, les ballonnements, les envies urgentes d’aller à la selle et les bruits venant des intestins. Il ne faut pas oublier la présence de mucus dans les selles.

 

Parfois, le patient ne se sent pas plus léger après avoir évacué. À noter que ces signes apparaissent généralement après les repas.

 

Diagnostiquer le synfrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable n’est pas similaire aux autres maladies de l’intestin et il ne se caractérise pas par des modifications de l’intestin. Cela relève de pathologies plus graves à l’instar de la maladie de Crohn.

 

Le syndrome du côlon irritable ne peut-être diagnostiqué par des examens, mais la maladie peut quand même être mise en évidence par des examens et des analyses. Les médecins recommandent la coloscopie, toutefois, il est aussi possible de passer par une analyse des selles. Sinon, le diagnostic repose sur un questionnaire établi par le thérapeute. Effectivement, le spécialiste n’hésite pas à interroger ses malades pour en savoir plus sur le problème.

 

Comment traiter le syndrome du côlon irritable ?

Pour traiter le SCI, il est conseillé d’éviter les aliments fermentescibles. Tel est le cas du chou. Ainsi, il n’y aura pas de surproduction de gaz. Sinon, il est aussi conseillé de consommer plus d’aliments riches en fibres. L’hydratation est également nécessaire, car elle empêche la constipation.

 

L’objectif du traitement est en fait d’atténuer les symptômes du SCI. Pour limiter les douleurs, il est possible de prendre des antispasmodiques.

 

Le traitement des symptômes

Pour traiter le syndrome du côlon irritable, il est nécessaire de consommer des aliments à forte teneur en fibres qui sont utiles tant pour la diarrhée que pour la constipation. C’est pourquoi il est recommandé de manger des céréales complètes ou encore des compléments alimentaires.

 

De nombreux médecins préfèrent opter pour la méthode consistant à prendre des compléments alimentaires contenant du psyllium. Ici, il n’y a pas d’effets secondaires à craindre. Évitez cependant les compléments alimentaires composés de fibres venant de son de blé, car ils sont plus dangereux. Sinon, le médecin peut recommander les laxatifs dans le cas où le traitement aux fibres serait inefficace.

 

Il faut noter que les douleurs ressenties pour leur part sont dues à des contractions involontaires des muscles qui entourent la zone du côlon.

 

Pour atténuer ces peines, les patients sont souvent conviés à prendre des antispasmodiques. Pour ce faire, il y a le Siméticone qui inhibe la formation de bulles. Aussi, les gaz intestinaux sont évacués facilement et les poches de gaz n’apparaissent pas. Sinon, il est envisageable de prendre de l’huile essentielle de menthe poivrée qui est aussi un bon antispasmodique.

 

Le médecin prescrit parfois des topiques absorbants qui se chargent justement d’absorber l’eau contenue dans le côlon. Par ailleurs, ils augmentent également la consistance des selles en plus de fixer les toxines et autres substances. Pour les ballonnements, le kaolin et le charbon végétal sont indiqués.

 

Pour traiter les causes du syndrome du côlon irritable

Ayant étudié le rôle de la flore intestinale dans l’apparition du SCI, les chercheurs ont conclu que l’usage de probiotiques peut aussi servir à guérir ce genre de maladie. Les probiotiques en question jouent un rôle de taille dans la digestion. D’ailleurs, certains d’entre eux sont utilisés pour traiter le SCI.

 

En outre, il est aussi important de traiter le stress, car il joue un grand rôle dans l’apparition de ce dernier. Il en est de même pour l’anxiété. Parfois, le patient doit passer par une psychothérapie pour se sentir mieux. Des exercices de relaxation peuvent également le soulager. C’est pourquoi le médecin peut prescrire des séances de yoga.

 

Que faire en cas de complications ?

Le SCI ne cause pas de conséquences néfastes sur la muqueuse intestinale. Elle n’est pas comme la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn. Il n’y a pas de risque de cancer colorectal. De ce fait, le SCI est plus un trouble fonctionnel et peu de personnes la voient comme une maladie. Cependant, il est quand même important de trouver des solutions par rapport à la diarrhée et à la constipation, car elles peuvent être incommodantes.

 

Le SCI peut impacter sur le quotidien professionnel et social en même temps. Lors des menstruations, le SCI est difficilement supportable. Si les maux deviennent insoutenables, il vaut mieux consulter un médecin. Si les selles présentent du sang ou si le patient est fiévreux, il faut en parler au thérapeute. À force d’évacuer les selles, le sujet peut perdre du poids et être atteint d’une fatigue générale. Aussi, il vaut mieux consulter un spécialiste pour ne pas arriver à ce stade.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.