» » » Quand un bouton de fièvre devient-il non contagieux ?

Quand un bouton de fièvre devient-il non contagieux ?


 

Maladie récidivante de la peau provenant d’un virus qu’on appelle HSV-1 (Virus Simplex Herpès 1), le bouton de fièvre est un bouton rempli de liquide qui apparaît au bord des lèvres. Il s’agit d’une pathologie très contagieuse que l’on contracte à travers un contact étroit avec la personne infectée.

 

Quels sont les symptômes du bouton de fièvre ? À quel moment devient-il non contagieux ? Comment réduire le risque de contamination ? Comment le soigner ? Telles sont les questions que l’on entend souvent. Découvrez les réponses dans ce dossier.

 


 

Les symptômes du bouton de fièvre

Provoqué par le virus HSV-1 (Virus Simplex Herpès 1), le bouton de fièvre ou l’herpès labial se contracte la première fois souvent avant l’âge de 20 ans. Une fois transmis dans le corps, le virus y reste pour la vie et dans la majorité des cas, il reste inactif. Toutefois, à cause du stress, de la fatigue ou d’autres facteurs, le virus peut se réveiller. Il se manifeste au bord des lèvres sous la forme de petits boutons appelés vésicules remplis d’un liquide contagieux.

 

bouton de fièvre

 

Avant la poussée, la personne infectée ressent des signes annonciateurs : des picotements, des démangeaisons et une sensation de brûlure au pourtour des lèvres ou d’autres zones où va se développer le bouton. Après quelques heures ou quelques jours, apparaissent ensuite les vésicules. Après 4 à 6 jours, ces derniers se rompent pour laisser place à une lésion et former à la fin une croûte. La guérison vient d’habitude 8 à 10 jours après l’apparition des premiers symptômes.                     

 

gestes barrière contamination bouton de fièvreLe bouton de fièvre : une maladie très contagieuse

Le bouton de fièvre est très contagieux. Une personne infectée peut contaminer les autres dès l’apparition des premiers signes annonciateurs tels que les picotements. Mais la phase où l’herpès labial est le plus contagieux est lorsque les vésicules éclatent. Ils continuent à être infectieux jusqu’à la guérison.   

 

Habituellement, cette pathologie se transmet à l’aide d’un contact direct avec la personne infectée. Les moyens de transmission sont la salive, les baisers sur la bouche ou sur la joue, les caresses bucco-génitales et les serrements de main. Bien que cela soit plus rare, on peut aussi contracter cette maladie par un contact avec des objets touchés par le porteur du virus tels que les serviettes, les rasoirs, les brosses à dents ou encore les ustensiles de cuisine.

 

 

Peut-on s’autocontaminer à partir d’un bouton de fièvre ?

La réponse est oui. Contaminer d’autres régions de votre propre corps est malheureusement possible lors de la poussée de l’herpès labial. On appelle ce phénomène l’auto-inoculation. La principale partie concernée est les yeux par le biais de frottements avec les doigts qui viennent de toucher votre bouton. Il faut faire très attention, car l’herpès oculaire constitue la première origine de cécité infectieuse dans les pays comme la France.

 

Chaque année, on estime qu’environ 60 000 de Français sont concernés par cette situation.   

 

Le bouton de fièvre peut-il se transmettre sur les parties génitales ?

Oui ! Selon les informations communiquées sur le site de la Mutuelle générale portant sur l’herpès labial et génital, environ 10 à 30% de l’herpès sur les parties génitales proviennent du bouton de fièvre. Ce dernier se transmet lors d’une fellation ou d’un cunnilingus.

 

Inversement, vous pouvez également contracter un herpès labial en mettant votre bouche en contact avec le sexe contaminé par le virus herpès.      

 

bouton de fièvreQuand est-ce que le bouton de fièvre cesse d’être contagieux ?

On entend (ou lit) souvent que le bouton de fièvre n’est plus contagieux quand la croûte se forme, c’est-à-dire au bout de 6 à 7 jours après l’apparition des symptômes de la poussée. Cette croyance est fausse, puisque la lésion cesse de contaminer seulement au moment où il ne subsiste aucune trace. Par ailleurs, dans de rares cas, il arrive que le virus se réactive dans le corps sans manifester aucun symptôme à l’extérieur.

 

D’une manière relative, bien que le risque soit très faible, il est toujours possible de contracter le bouton de fièvre dans ce cas.

 

Comment réduire le risque de transmission du bouton de fièvre ?

Pour que vous soyez moins contagieux, et protéger votre entourage lors de la poussée de votre bouton de fièvre, il est recommandé de ne pas entrer en contact direct avec les autres, particulièrement les personnes vulnérables. Évitez donc de câliner ou d’embrasser les enfants (les nourrissons particulièrement), les femmes enceintes, les personnes qui viennent de subir une transplantation d’organe. Il est également déconseillé de pratiquer les caresses bucco-génitales, de partager vos rouges à lèvres, vos serviettes…

 

Afin d’écarter les risques d’autocontamination, il est aussi conseillé de ne pas toucher ni de percer votre bouton et d’éviter de vous frotter les yeux. Prenez également l’habitude de vous laver fréquemment les mains.              

 

contamination bouton de fièvre

 

Comment soigner le bouton de fièvre ?

À l’heure actuelle, les chercheurs n’ont pas encore trouvé de traitement capable de faire disparaître définitivement le virus VHS1. Il existe toutefois des manières d’apaiser les douleurs, d’accélérer l’assèchement des lésions et de les guérir. Il existe des médicaments à prendre par voie orale tels que le paracétamol, l’Acyclovir, l’Euphorbium ou des crèmes antivirales à appliquer par voie cutanée telles que l’Erazaban, l’Hhérpesedermyl ou encore l’Activir.

 

Pour plus d’efficacité, l’idéal est de commencer ces traitements dès l’apparition des premiers signes annonciateurs de la poussée.

         

Les remèdes naturels du bouton de fièvre

Il existe également d’autres traitements naturels que vous pouvez appliquer sur la partie où se manifeste le bouton de fièvre.

 

huile essentielle bouton de fièvre

  • L’huile essentielle de tea tree (l’arbre à thé)

En dehors de sa propriété apaisante physique et psychologique, l’huile essentielle de tea tree est connue pour ses vertus antibactériennes et antivirales. Dès que vous ressentez les premiers picotements, posez sur la zone à traiter une goutte pure à l’aide d’un coton-tige 6 fois par jour.

 

En cas de peau fragile, vous pouvez diluer une goutte dans une crème labiale ou dans une huile végétale d’amande douce.

  • Une infusion d’Échinacée

En plus d’être cicatrisante, cette plante est également connue pour être un stimulant naturel des défenses immunitaires en cas d’agression virale. Dans une tasse d’eau bouillante, laissez infuser une cuillère à café de morceau de racine, de feuille et de fleur pendant 10 minutes.

 

Après avoir filtré l’infusion, buvez une tasse 3 fois par jour durant la période de crise. À utiliser quand même avec prudence, car utilisée de manière prolongée, cette plante pourrait induire une immunodépression. Sa prise n’est également pas recommandée aux personnes qui souffrent de maladies auto-immunes telles que le lupus ou encore la sclérose en plaques, et celles qui suivent des traitements affaiblissant les défenses immunitaires.

 

En savoir plus sur les boutons de fièvre : 

Quelles sont les causes d'un bouton de fièvre ? 

Quand un bouton de fièvre devient-il non contagieux ? 

Comment soigner un bouton de fièvre ? 

Quels remede pour soigner un bouton de fièvre ? 

Comment accelerer la cicatrisation d'un bouton de fièvre ? 

Comment enlever un bouton de fièvre en une nuit ? 

 

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.