» » » Quelles précautions avant de prendre de l'ibuprofene ?

Quelles précautions avant de prendre de l'ibuprofene ?


 

L’ibuprofène est un anti-inflammatoire non stéroïdien comme le doliprane ou l’aspirine.

 

Recourir à ce type de médicament pour calmer certaines douleurs est très fréquent, car son action demeure jusqu’ici plutôt satisfaisante. Toutefois, il faut prendre un certain nombre de précautions avant de prendre de l’ibuprofène étant donné que celui-ci peut nuire à la santé, entre autres, s’il est consommé à forte dose. Ainsi, pour éviter de tomber dans le panneau de l’ignorance, il s’avère important de respecter les précautions d’utilisation.

 

Quelles précautions avant de prendre de l’ibuprofène ? C’est la question du jour.

 

Répondre à cela signifie prévenir les éventuels effets pervers de ce médicament et rappelons-le, l'ibuprofène s'obtient sans ordonnance.

 


 

ibuprofene

Quand prendre de l’ibuprofène ?

L’ibuprofène est souvent prescrit pour soulager les douleurs chroniques ou pas. En effet, il est préconisé pour soulager les migraines et les céphalées. Ce sont les formes les plus fréquentes de maux de tête. L’origine exacte de la migraine demeure jusqu’ici un mystère, mais les symptômes se ressemblent plus ou moins à ceux de la céphalée, notamment une douleur intense dans la tête. De nombreuses personnes se tournent vers la prise d’ibuprofène pour soulager les douleurs qui peuvent parfois être invalidantes.

 

En plus des maux de tête, l’ibuprofène est aussi préconisé dans le traitement des douleurs causées par des règles douloureuses. Les aménorrhées deviennent difficiles à supporter chez certaines femmes en âge de procréer. Pour soulager les douleurs, l’ibuprofène se hisse parmi les médicaments préconisés. Le paracétamol et l’aspirine sont également proposés à cet effet.

 

maux de tête

 

Les gênes causées par les maladies hivernales telles que la grippe et le rhume peuvent aussi être traités par l’ibuprofène. Il s’agit ici de soulager l’état grippal et fébrile. En effet, la grippe ou le rhume s’accompagne souvent d’un état fébrile.

 

En outre, les douleurs dentaires ou celles laissées par une intervention chirurgicale s’avèrent parfois pénibles. Pour les atténuer ou les faire disparaître, l’on recourt à l’ibuprofène.

 

D’autres types de douleur se soignent par l’ibuprofène. C’est le cas des douleurs articulaires ressenties lors des crises d’arthrose ou de rhumatisme. La lombalgie en fait également partie bien que des polémiques tournent autour de son utilisation pour traiter les douleurs lombaires.

 

Quelles précautions faut-il prendre avant de prendre l’ibuprofène ? consultation médecin

Certes, l’ibuprofène est un très bon anti-inflammatoire. Son utilisation nécessite des précautions auxquelles il faut être attentif. L’ibuprofène peut être dangereux pour la santé. Ainsi, les précautions d’utilisations suivantes méritent la plus grande attention.

  • Bien lire la notice avant de commencer le traitement

C’est dans la notice que l’on trouve la liste des différents composants de l'ibuprofène, sa posologie ainsi que les effets indésirables. En lisant celle-ci, l’on prend connaissance des différentes formes de réaction allergique aux composants de l’ibuprofène. Il en est de même pour la malabsorption de certains éléments constituants ce médicament.

 

Et comme la notice peut ne pas toujours suffire, il faut également avoir l’avis du médecin ou du pharmacien.

L’ibuprofène se procure sans ordonnance. Aussi, le pharmacien sera un bon conseiller qui peut être consulté avant de débuter un traitement.

  • Respecter la dose prescrite

Il faut impérativement respecter la posologie indiquée dans la notice. La dose normale pour une prise d’ibuprofène varie de 200 mg à 400 mg. Il ne faut pas prendre ce médicament au-delà de 1200 mg par jour. Certains experts avancent même la thèse que l’ibuprofène est encore tolérable à une dose de 2400 mg par jour, mais par précaution, il vaut mieux s’en tenir à la dose normale pour éviter toute complication.

 

En cas de surdosage, les risques sont multiples et parmi tant d’autres, on retient l’ulcère de l’estomac. Le plus dangereux avec l’ibuprofène c’est qu’il peut entraîner le coma.

 

Pour éviter tout surdosage, il est préférable de commencer le traitement avec la dose minimale. Si le traitement en question ne procure pas de résultats positifs en 3 jours, il faut l’arrêter immédiatement et consulter un médecin.

  • Attention aux autres noms de l’ibuprofène

L’ibuprofène est un principe actif. Il est présent dans plusieurs médicaments sans porter son nom. Il en est ainsi de l’Advil, du Nurofen, du Spedifen, du Spifen. L’ibupamol fait aussi partie de la liste des médicaments contenant de l’ibuprofène.

 

Si vous suivez déjà un traitement avec l’un de ces médicaments, il ne faut jamais en prendre d’autres. Cela augmente encore le risque de surdosage à l’ibuprofène. Pour être certain que le traitement ne va pas interagir avec les autres médicaments, il faut consulter un médecin et lui communiquer tous les médicaments en cours. Le but étant de prévenir un surdosage à l’ibuprofène.

  • Éviter le mélange avec d’autres anti-inflammatoires ou de l’aspirine

L’ibuprofène est un anti-inflammatoire. Le prendre en même temps qu’un autre anti-inflammatoire n’est autre que doubler la dose. Les anti-inflammatoires ont les mêmes effets sur l’organisme. Le plus souvent reste l’ulcère de l’estomac et les maladies rénales.

 

Les anti-inflammatoires augmentent le risque d’hépatite et de maladie cardiovasculaires. Trop de quantité d’anti-inflammatoires entraineront l’apparition de telles maladies. Dans les cas les plus graves, le patient tombera dans le coma.

 

L’aspirine est souvent prise par les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires pour apaiser certaines douleurs. Ce médicament interagit directement avec l’ibuprofène et les effets sur la santé peuvent être dangereux.

 

aspirine

 

Si de l’aspirine est prescrite avec de l’ibuprofène (uniquement sous avis médical), alors il faudra espacer la prise entre ces deux médicaments d’une demi-heure au minimum (l’aspirine à prendre en premier).

 

La prochaine prise d’aspirine se fera après que 8 heures se soient écoulées après la prise de l’ibuprofène.

  • Attention aux contre-indications ibuprofène femme enceinte

La majorité des médicaments, notamment ceux d’origine chimique présentent des contre-indications. Il en est autant de l’ibuprofène. Cet anti-inflammatoire est en effet contre-indiqué aux personnes souffrant de troubles digestifs comme la malabsorption de la substance ou de l’ulcère de l’estomac.

 

Un traitement à l’ibuprofène peut altérer le processus de coagulation du sang. En cas de varicelle, l’usage de ce médicament est également interdit.

 

Pour les personnes qui souffrent de maladie coronarienne, hépatique ou rénale, l’ibuprofène est proscrit. Seulement, un avis préalable du médecin peut justifier les prises. Un suivi médical est dans ce cas indispensable afin de voir s’il y a eu effets indésirables ou pas.

 

L’ibuprofène perturbe aussi le développement du fœtus. De ce fait, il est déconseillé aux femmes enceintes lorsque la grossesse touche le troisième trimestre.

Le passage de l‘ibuprofène dans le lait maternel est possible. Ainsi, les femmes allaitantes ne doivent pas recourir à un tel traitement. Les effets se répercutent chez le nourrisson.

 

Il est aussi à signaler que l’ibuprofène est en principe proscrit aux enfants de moins de 12 ans. Le médecin pourrait prescrire ce médicament aux enfants, mais sous certaines conditions.

  • Ne jamais prendre de l’ibuprofène sans nourriture et sans protecteur gastrique

L’ibuprofène attaque le tube digestif, notamment l’estomac. Un estomac vide est un terrain favorable à l’ulcère suite aux prises d’ibuprofène. Pour éviter un tel problème, il faut prendre ce médicament avec de la nourriture.

 

Les prises devront être effectuées au moment des repas en vue de minimiser le risque de problème gastrique.

Ce médicament doit aussi être avalé avec un grand verre d’eau afin d’éviter qu’il colle à la paroi digestive.

Et puisque l’ibuprofène peut toujours causer des problèmes gastriques, le mieux c’est de l’accompagner de protecteur gastrique. En général, c’est le métronidazole qui est le plus utilisé.

 

Enfin, pour minimiser tout risque de complication, il faut espacer les prises de 6 heures au minimum.

  • Risque de retard de diagnostic

L’ibuprofène est un bon anti-inflammatoire et cela ne signifie pas qu’il faut toujours le prendre au moindre trouble. Parfois, les maux de tête ou d’autres douleurs sont des signes d’une autre maladie. Un traitement immédiat à l’ibuprofène pourrait masquer les symptômes de la maladie et risque de retarder ou même de fausser le diagnostic.

 

Aussi, lors de la consultation, il faut être le plus précis possible avec le médecin afin de ne pas omettre le moindre détail. Un traitement à un anti-inflammatoire ne fait que dissimuler une maladie dans certains cas.

  • Savoir quand cesser de prendre de l’ibuprofène

Le traitement à l’ibuprofène ne doit pas dépasser 3 jours. À la fin du traitement, il faut évaluer si le médicament a su faire effet ou non. Si les effets escomptés s’avèrent positifs, l’arrêt du traitement est donc justifié. Dans le cas contraire, l’ibuprofène n’est pas l’anti-inflammatoire à prescrire pour la personne ou tout simplement que les douleurs ressenties par celle-ci sont des symptômes d’une autre maladie.

 

Au-delà de 3 jours, si les douleurs persistent, il est préférable de consulter à nouveau un médecin.

 

Par contre, si des effets indésirables comme un vomissement et des nausées surviennent au cours du traitement, cela pourrait être une réaction allergique au médicament. Il faut dans ce cas arrêter le traitement et consulter sans tarder, car l’ibuprofène peut être dangereux pour la santé.

 

Les effets secondaires de l’ibuprofène boire de l'eau

Comme les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens, l’ibuprofène calme les douleurs comme les maux de tête, les douleurs dentaires et menstruelles. Son action vise à diminuer la sécrétion d’hormones de la douleur, la tendresse et l’inflammation. Ce qui diminue la sensation de la douleur après le traitement.

 

Néanmoins, les effets ne sont pas toujours les mêmes chez tout le monde. De plus, l’ibuprofène peut provoquer des effets secondaires tels que des troubles cardiovasculaires, des problèmes gastriques, hépatiques et rénaux.

  • L’ibuprofène entraine des douleurs gastro-intestinales

Même pris avec de la nourriture, l’ibuprofène peut entraîner des problèmes au niveau de l’appareil digestif. Des problèmes gastriques se produisent souvent après les prises fréquentes d’ibuprofène. Et même avec une dose minimale, la personne peut en souffrir. Le risque est encore plus élevé chez les individus ayant des antécédents d’ulcère.

 

Par ailleurs, les intestins peuvent subir une perforation après un traitement à l’ibuprofène. Un ulcère gastrique peut aussi survenir. En général, cette maladie est souvent le fruit de la consommation de substances nuisibles comme l’alcool. Cependant, ses effets se font ressentir après un traitement avec ce médicament. Ainsi, il vaut mieux prendre l’ibuprofène avec de la nourriture et boire beaucoup d’eau.

  • L’ibuprofène et les problèmes cardiovasculaires

Utilisé à long terme, l’ibuprofène peut s’avérer nuisible au cœur et au système vasculaire. Ce médicament peut augmenter le risque de crise cardiaque. En même temps, il affecte le processus de coagulation du sang. Il en est ainsi notamment en interaction avec l’aspirine, car l’ibuprofène inhibe l’action protectrice de l’aspirine. Cette interaction peut toutefois se faire si les précautions d’emploi sont suivies à la lettre. Il s’agit des intervalles de prise des deux médicaments.

 

Par ailleurs, il faut signaler au médecin si le patient souffre de maladie coronarienne. Le risque pourrait être fatal si le médicament est pris à tort.

  • L’ibuprofène, responsable des maladies hépatiques et rénales

Le foie et les reins peuvent potentiellement être atteints après un traitement à l’ibuprofène. Les anti-inflammatoires ont tous cette mauvaise réputation sur leur action sur ces organes vitaux. Les maladies surviennent plus facilement si le traitement est effectué sur le long terme ou à une dose supérieure à la normale. Cependant, il ne faut pas non plus écarter l’absence d’une bonne hydratation et d’une bonne alimentation.

 

Les douleurs sont en général les résultats de la forte présence d’acide ou d’autres substances comme l’ibuprofène dans le foie et dans les reins. Ainsi, ces derniers ne peuvent plus exercer leur fonction de filtre.

 

Quand faut-il cesser le traitement et consulter ?

Comme tous les autres médicaments, l’ibuprofène est aussi néfaste s’il est pris dans les mauvaises conditions. Il peut également se révéler nuisible à la santé si la personne en est allergique.

 

Les symptômes d’allergie et d’effets indésirables sont les suivants : Le gonflement du visage, le gonflement de la langue, de la gorge, ou des languettes.

 

Les effets indésirables se manifestent aussi par des difficultés respiratoires. De surcroît, l’ibuprofène peut entraîner des nausées et des vomissements. Ce sont les signes extérieurs de problèmes gastriques et intestinaux. L’essoufflement ou l’hypertension artérielle sans oublier l’arythmie cardiaque sont des possibles effets indésirables de l’ibuprofène. Alors, si ces symptômes surviennent après ou au moment du traitement à l’ibuprofène, consulter un médecin est plus qu’indispensable.

 

Parfois, les effets se manifestent de manière plus grave.

C’est le cas des signes ci-après :

  • Une Douleur abdominale, une perte d’appétit, un ictère ou une urine foncée ou en petite quantité. Ce sont des signes plus graves de problèmes gastriques, hépatiques ou rénaux.
  • Un important gain de poids
  • Apparition d’éruptions cutanées et d’eczéma

eczéma

 

Bien que l’ibuprofène traite les fatigues musculaires, il peut aussi en être l’origine. En effet, au lieu de soulager les douleurs, l’ibuprofène peut dans certains cas entraîner de nouvelles douleurs plus intenses au niveau des muscles et des articulations. Une forte envie de dormir, une somnolence peuvent être ajoutées à ceux-là.

 

Les difficultés respiratoires plus prononcées comme l’obstruction de la voie respiratoire comptent aussi parmi les symptômes les plus graves liés à la prise d’ibuprofène.

Il convient de noter que les signes alarmants sur la prise de ce médicament peuvent se présenter qu’après des jours, voire des semaines après le traitement. Il est donc plus difficile de les diagnostiquer. Toutefois, après un bon diagnostic, il est possible de révéler l’implication de l’ibuprofène.

 

Il est également bon de savoir que certains effets, moins graves peuvent disparaître rapidement et une consultation ne sera pas nécessaire. Il s’agit, notamment d’une simple irritation de la peau, des oreilles qui bourdonnent, d’une flatulence abdominale, d’une diarrhée, d’une constipation.... Le trouble de la vision ou la nervosité disparaissent également sans traitement.

 

L’ibuprofène et les autres anti-inflammatoires non stéroïdiens

Dans le cas où l’ibuprofène est proscrit, il est possible de se tourner vers d’autres anti-inflammatoires comme le paracétamol. C’est d’ailleurs le médicament le plus recommandé pour soulager les douleurs. Plusieurs médicaments à base de paracétamol sont aujourd’hui disponibles sans ordonnance. Il en est ainsi de l’Efferalgan et de ses dérivés ainsi que du doliprane.

 

médicaments

 

Ce qu’il faut savoir sur les anti-inflammatoires non stéroïdiens c’est que ceux-ci ne doivent pas être pris au même moment. Les effets s’accumulent et provoquent un surdosage qui peut s’avérer fatal.

 

Par mesure de sécurité, il faut d’abord consulter un médecin avant de commencer un traitement aux anti-inflammatoires non stéroïdiens. Il se peut que le nom du médicament soit méconnu et donc seuls le médecin ou le pharmacien peuvent confirmer s’il s’agit d’un anti-inflammatoire ou pas.

 

L’ibuprofène et les autres médicaments

Un traitement concomitant avec d’autres médicaments peut augmenter le risque de survenue d’ulcère gastrique ou duodénal. Cela peut à la longue provoquer une hémorragie gastrique. C’est le cas notamment des antidépresseurs du type ISRS ou des corticoïdes oraux.

 

Par contre, des médicaments à visée protectrice gastrique doivent s’administrer simultanément avec l’ibuprofène. Ce dernier est connu pour son action négative sur l’estomac et l’appareil digestif en général. Ce qui implique l’augmentation de la précaution si le traitement avec l’ibuprofène reste le seul traitement possible. Il peut aussi être substitué par d’autres anti-inflammatoires.

 

Le paracétamol est le plus recommandé du fait que c’est un médicament générique connu pour soulager les douleurs en tout genre.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.