» » Quels sont les symptômes et le traitement de la gale ?

Quels sont les symptômes et le traitement de la gale ?

mercredi 27 février 2019

 

La gale est une maladie cutanée hautement contagieuse. Si la contagion est aussi élevée, c’est parce que le parasite peut survivre hors de son hôte jusqu’à deux jours. Elle fait partie des maladies ectoparasitoses. La gale prend une forme inhabituelle chez les personnes atteintes de HTLV1 ou de SIDA. Lorsque la gale est issue d’une défaillance immunitaire due à d’autres maladies, le SIDA par exemple, elle provoque des croûtes généralisées. Dans ce cas, on dit que c’est de la gale norvégienne ou gale profuse.

 

Beaucoup pensent que la gale est une maladie liée à la malpropreté, mais c’est totalement faux. En réalité, il s’agit d’une dermatose due à un minuscule parasite de type acarien : le sarcopte ou sarcoptes scabiei hominis. Si la gale est souvent associée à la saleté, c’est parce que le sarcopte peut survivre malgré une bonne l’hygiène quotidienne, y compris au savonnage. Il doit sa résistance à sa localisation dans l’épiderme. Ce parasite est spécifique à la race humaine et ne peut pas se transmettre aux animaux.

 

La gale est considérée par l’OMS comme une maladie tropicale négligée. En effet, elle est endémique aux pays en voie de développement, en particulier ceux qui se trouvent dans les zones tropicales.

 

Dans les pays développés, la gale se manifeste sous forme d’épidémie dans les collectivités. Elle sévit dans les prisons, les écoles et les EHPAD, par exemple. Il faut savoir que près de 300 millions de personnes dans le monde attrapent la gale chaque année. Son mode de transmission est le contact humain direct. Le sarcopte peut se transmettre d’une personne à une autre via la literie ou les vêtements. En cas de complication, la gale induit une surinfection streptococcique à cause du grattage récurrent.

 

Pourquoi et comment attrape-t-on la gale ? Comment se manifeste-t-elle ? Et comment traiter la gale efficacement ? Telles sont les questions auxquelles nous allons répondre dans cet article pour mieux appréhender cette maladie.

 


 

Qui est l’agent responsable de la gale ?

Dermatose très contagieuse, la gale est due à une invasion des sarcoptes « scabiei hominis ». Ce sont des parasites microscopiques invisibles à l’œil nu. Le sarcopte est un parasite de type acarien. Il mesure environ 0,4mm. Ce type d’acarien est typique à l’homme.

 

De ce fait, il ne peut pas se transmettre aux animaux. La femelle pond ses œufs après avoir creusé un sillon sous l’épiderme. 3 à 4 jours après la ponte, les œufs commencent à éclore pour donner des larves. Ces quelques jours correspondent à la période d’incubation.

 

La personne contaminée ne ressent rien et ne manifeste aucun signe de la gale. Dans certains cas, la période d’incubation peut être plus longue et s’étendre jusqu’à 2 à 3 semaines sans présenter de signes visibles de la gale. Une fois écloses, les larves de sarcopte vont migrer vers la surface de la peau, puis elles se transforment en nymphes. Ils vont à leur tour creuser de nouveaux sillons appelés « sillons scabieux ».

 

Après une dizaine de jours en général, les nymphes deviennent adultes et vont se reproduire à leurs tours. Les nouvelles femelles vont ainsi creuser d’autres sillons pour y pondre leurs œufs, et ainsi de suite. On dit qu’une personne a la gale lorsque 5 à 10 acariens colonisent sa peau. Le cycle de reproduction très court du sarcopte marque la recrudescence de la gale.

 

C’est une maladie de la peau contagieuse. Elle est causée par le sarcopte, un acarien microscopique qui a la faculté de pénétrer la couche superficielle de la peau.

 

La gale peut se transmettre de façon directe, par contact prolongé entre humains, mais aussi de façon indirecte par échange de vêtements ou de literie. Cependant, cette dernière ne se fait que très rarement, car une température de plus de 60°C peut tuer le sarcopte. La gale peut également être considérée comme une infection sexuellement transmissible vu qu’elle peut provoquer une contamination sexuelle.

 

Contrairement à ce que les gens pensent, elle ne choisit pas ses cibles. Il lui est possible d’attaquer toutes personnes de tous âges et de toutes catégories sociales. Elle peut également se présenter sous forme d’épidémie dans les lieux défavorisés, dans les foyers pour personnes âgées ou chez des individus ayant des moyens de défense immunitaire faibles.

 

Voici les différents types de gale : gale du nourrisson, gale hyperkératosique, gale profuse. Il existe aussi sous des formes compliquées comme la gale animale et sous plusieurs apparences comme les boutons de gale.

 

Où vit le parasite de la gale ?

Le sarcopte vit au niveau de la peau. Il creuse la couche cornée pour se nourrir et pour pondre ses œufs. Le sarcopte ronge donc en quelque sorte l’épiderme. En ce qui concerne son cycle reproductif, la femelle pond environ 3 à 5 œufs par jour. Les œufs mettront, quant à eux, 5 jours tout au plus pour éclore. Après cela, les larves vont rejoindre la surface de la peau.

 

C’est là que se forment les sillons scabieux. Si la gale commune est caractérisée par une quinzaine de femelles sarcoptes, la gale profuse présente jusqu’à des milliers de femelles. Cette dernière est parfois provoquée par une immunodépression.

 

Les femelles peuvent atteindre un nombre conséquent. Des millions de femelles conquièrent un seul hôte. Cette forme de la gale est caractéristique aux personnes atteintes du VIH ou de maladies immunodépressives.

 

Les démangeaisons et les lésions liées à la gale sont causées par la présence des œufs du sarcopte dans la peau de la personne atteinte. Comme la température de la peau est adaptée à ce parasite, il pourra parcourir plusieurs centimètres par heure dans la peau. La femelle de cet acarien creuse un sillon dans l’épiderme pour y pondre ses œufs.

 

Le saviez-vous ? 

 

Pendant sa durée de vie qui est d’environ 1 mois, elle va pondre plus de 40 œufs qui vont mettre 20 jours pour éclore. Une fois adultes, les nouvelles générations de sarcoptes vont s’accoupler pour se multiplier. Contrairement à la gale commune où le nombre de femelles n’est seulement que de 10, ceux de la gale profuse et hyperkératosique peuvent aller jusqu’à plusieurs millions.

 

Quant à la gale animale, elle peut prendre différentes formes : gale de chien, gale de mouton… Elle provoque les mêmes symptômes que les types de gale classique et peut se transmettre à l’homme.

 

Comment peut-on attraper la gale ?

La gale s’attrape par une infestation de sarcoptes sur la peau. Le parasite peut se transmettre d’un hôte à un autre par contact direct ou par l’intermédiaire de vêtements contaminés. Les parasites à l’état larvaire se transmettent rarement. Après la fécondation, la femelle recherche un endroit où pondre ses œufs. De ce fait, le simple contact avec une personne contaminée peut transmettre le parasite.

 

Par extension, la gale est dite sexuellement transmissible, car elle peut s’attraper lors d’un rapport sexuel. Le contact direct constitue la majorité des cas de transmission de la gale (95 % environ).

 

Lors d’une gale profuse, il suffit d’un contact, même rapide, pour attraper la maladie.

La transmission indirecte est aussi possible. Le parasite responsable de la gale peut survivre sans hôte jusqu’à 3 jours. Il peut ainsi rester en latence sur les vêtements, les serviettes ou la literie. Parfois, les meubles capitonnés comme les fauteuils, peuvent abriter des sarcoptes.

 

Même si le sarcopte ne peut pas se développer chez les animaux de compagnie, ces derniers peuvent être un vecteur de transmission.

 

Enfin, la précarité est l’un des facteurs favorisant l’infection par le sarcopte. Néanmoins, la gale n’est pas liée à un manque d’hygiène.

 

gale milieu défavorisé

 

Comment savoir si on a la gale ?

En général, la gale met un certain temps avant d’apparaître. La période d’incubation varie de quelques jours à quelques semaines. Lors d’une première infection, cette période dure quelques semaines, un mois au plus. En cas de réinfection, les premiers signes de la maladie apparaissent après 3 à 4 jours à peine.

 

Ce sont les prurits qui conduisent à penser que l’on a la gale. Les larves qui creusent des sillons au niveau de la peau provoquent des démangeaisons. Celles-ci prédominent durant la nuit. Quand cela arrive, il est primordial de consulter le dermatologue pour voir si on a attrapé la gale. Les prurits entraînent l’envie de se gratter.

 

Quels sont les premiers symptômes de la gale ?

La gale possède plusieurs aspects. La gale commune se caractérise par des prurits généralisés à prédominance nocturne. Elle est particulièrement féroce dans les zones à plis ou l’ombilic. Chez l’homme, elle se manifeste sur la partie externe de l’appareil génital. Chez la femme, les seins sont les plus touchés.

 

En plus des symptômes communs, la gale provoque des lésions secondaires chez le nourrisson. Ils se manifestent notamment sur le visage. Par contre, chez le sujet adulte, la gale ne se manifeste pas sur le visage. Les prurits apparaissent plutôt sur le dos. Le cuir chevelu peut aussi abriter des parasites.

 

Au début, la gale se traduit par des lésions scabieuses. Lorsque la maladie s’aggrave, des vésicules ou des pustules peuvent apparaître au niveau des zones à plis.

Un retard de diagnostic pourrait engendrer une gale hyperkératosique. Dans ce cas, la peau présente des squames, en particulier sur la paume des mains.

 

Généralement, les premiers symptômes de la gale sont de vives démangeaisons le soir et des lésions cutanées causées par les grattages. Ainsi, le diagnostic de la gale commune repose sur l’observation des symptômes et des lésions de la peau. En effet, leur localisation sur certaines parties du corps peut évoquer la gale. Généralement, les parties touchées sont les doigts, les coudes, la surface antérieure des poignets, les fesses, les cuisses ou la partie intime de l’homme.

 

La gale chez l’enfant et le nourrisson : les symptômes sont plutôt des vésicules ou des pustules au niveau du palmo-plantaire. Alors, si l’un de ces signes se présente, n’hésitez pas à consulter un médecin rapidement.

 

Un grattage de la peau au niveau des sillons permet parfois d’identifier le sarcopte au microscope. Cependant, un résultat négatif ne permet pas d’annuler le diagnostic, la recherche étant difficile en dehors des formes profuses et hyperkératosiques.

 

Parfois, le médecin peut effectuer un test avec de l’encre de Chine. Celle-ci est appliquée sur les zones de la peau qui sont rouges et qui démangent. Après un lavage à l’alcool, si des sillons sont présents, ils vont retenir l’encre qui apparaîtra en noir.

irritation gale

 

Où ressent-on les démangeaisons quand on a la gale ?

Ainsi, le sarcopte vit dans l’épiderme. C’est un parasite qui se nourrit de la peau humaine. Il apprécie certains endroits du corps plus que d’autres. De ce fait, les zones interdigitales, c’est-à-dire entre les doigts, sont souvent les plus atteintes.

 

Les poignets et les aisselles hébergent également le sarcopte. Il en est de même pour le ventre, la zone autour du nombril et les appareils génitaux, que cela soit chez la femme que chez l’homme. Enfin, les femmes présentent des démangeaisons intenses dues à l’invasion du sarcopte au niveau des seins.

 

 

 

Est-ce que la gale fait gratter la tête ?

Les manifestations de la gale sont nombreuses. Chez les nourrissons par exemple, le visage peut présenter des lésions cutanées dues à la colonisation des larves ou des femelles ayant pondu leurs œufs. En ce qui concerne les adultes, la gale se développe au niveau de la tête. Le cuir chevelu est une zone où les parasites peuvent élire domicile. Les premiers symptômes ne se manifestent pas toujours sur la tête.

 

Mais au bout de quelques jours, la gale finit par y causer des démangeaisons.

Les prurits sont plus intenses pour ceux qui ont des cheveux longs, car la chaleur liée à l’abondance des cheveux favorise les démangeaisons.

 

Quand n’est-on plus contagieux ?

Seulement une dizaine d’acariens suffisent pour développer la gale. Avant de présenter tout symptôme de la maladie, la personne infectée passe par une période d’incubation. Pendant cette phase, la maladie ne se manifeste pas encore à l’extérieur. A l’issue de la période d’incubation, les larves et les parasites regagnent la partie superficielle de la peau pour former des sillons scabieux.

 

Le fait de se gratter transporte également les acariens d’un endroit à un autre de la peau. C’est la raison pour laquelle il est indispensable d’éviter le grattage, même si les démangeaisons sont particulièrement intenses. Les liquides qui proviennent des sillons scabieux transportent également des parasites. Ils peuvent les transmettre d’une personne à une autre par contact direct ou via les vêtements ou mobiliers.

 

Il faut savoir qu’une personne ne transmet pas systématiquement la gale, même avant la guérison totale. Ainsi, lorsque les effets personnels de la personne contaminée sont totalement désinfectés, la contagion est limitée. Il en est de même lorsque la literie infestée est bien nettoyée.

 

Les parasites responsables de la gale survivent 2 à 3 jours sans hôte. Pendant ce temps, ils peuvent se trouver un nouvel hôte pour se nourrir et pour y pondre leurs œufs. Pour limiter la contagion, il faut que les effets personnels des personnes malades soient nickel.

 

Mais bien nettoyer les vêtements et la literie ne suffit pas. Il faut également nettoyer les meubles susceptibles d’abriter des acariens de la gale. Les fauteuils en tissu, les chaises et les rideaux, qui ont probablement été au contact avec le malade doivent être totalement désinfectés.

 

Enfin, lorsque les vésicules et les pustules ont disparu, la personne ne transmet plus la gale bien qu’elle ne soit pas encore complètement guérie. En général, il faut 48 heures pour soigner les lésions.

 

Est-ce que la gale se propage dans l’eau ?

L’eau est la principale source de vie. Elle peut donc abriter toutes sortes de bactéries, y compris les parasites de la gale. Sans eau ni nourritures, le sarcopte ne survit que 3 jours au maximum. Dans un environnement humide, il peut résister plus longtemps sans hôte. L’utilisation d’une eau commune peut augmenter la prévalence de la maladie.

 

Les étangs ou les amas d’eau peuvent transporter les parasites responsables de la gale si celles-ci ont été utilisées par une personne infectée.

 

Cette forme de contagion explique aussi le fait que les zones tropicales enregistrent plus de cas chaque année.

Comment soigner la gale ?

La gale se soigne par voie cutanée et par voie orale. Il existe également des traitements naturels pour cette maladie. Toutefois, traiter uniquement la personne contaminée ne suffit pas. Il faut impérativement prévoir un traitement approprié pour son environnement (vêtements, objets personnels, etc.) afin d’éviter que la maladie se propage.

 

Le traitement le plus connu contre la gale est l’ivermectine. Elle se prend par voie orale. Il faut savoir que l’ivermectine est un antiparasitaire utilisé depuis longtemps dans la médecine vétérinaire. Présenté sous forme de comprimés non sécables de 3 mg, l’ivermectine est prévue pour traiter toutes les formes de parasitose, incluant la gale.

 

Toutefois, il agit seulement sur les acariens à l’âge adulte. Il est donc inactif sur les œufs. Son action sur les larves demeure inconnue jusqu’à maintenant. En pharmacie, l’ivermectine est plus connue sous le nom de Stromectol.

 

L’action de ce médicament sur le parasite consiste à inhiber sa fonction musculaire. Cela va conduire à une paralysie totale et à une asphyxie. Les systèmes nerveux et musculaire des sarcoptes ne résistent pas à l’action de l’ivermectine. Ce médicament a été mis sur le marché en septembre 2001. Utilisé en traitement contre la gale, il a été jugé efficace à 24 %.

 

Toutefois, l’utilisation d’ivermectine est contre-indiquée chez les enfants de moins de 2 ans. En termes de poids, il est proscrit pour tous les enfants pesant moins de 15 kg. Les femmes enceintes ne doivent pas non plus recourir à l’ivermectine en cas d’infection au parasite de la gale. Il en est de même pour les femmes allaitantes. Il faut préciser que l’ivermectine est proscrit à la femme enceinte ou allaitante, par simple mesure de précaution. En effet, la barrière hémato-méningée pourrait laisser passer le produit.

 

L’ivermectine s’administre par voie orale. D’ailleurs, c’est le seul médicament par voie orale destiné au traitement de la gale. En ce qui concerne le mode d’administration, il faut prendre le comprimé avec un grand verre d’eau. Il faut s’abstenir de manger deux heures avant et après chaque prise pour garantir son absorption et éviter les éventuelles interactions.

 

traitement contre la gale

 

En général, la posologie pour l’ivermectine est de 0,2 mg par kilo de poids. Par extension, il faut 1 comprimé de 3 mg pour un enfant de 15 à 20 kg, et ainsi de suite.

Il existe également des traitements par voie cutanée pour soigner la gale. Pour cela, plusieurs produits sont envisageables :

 

La perméthrine est un médicament à utiliser par voie cutanée. On estime qu’il est plus efficace que l’ivermectine. Pour son application, il faut passer le produit sur tout le corps, sauf sur la tête. La perméthrine est présentée sur le marché sous forme de crème pour application cutanée. Après chaque application, le médicament a une tenue jusqu’à 12 heures. Contrairement à l’ivermectine qui est déconseillée aux enfants en bas âge, la perméthrine est autorisée dès l’âge de 2 mois. Il est faiblement toxique. C’est la raison pour laquelle il s’agit du produit le plus utilisé dans nombreux pays. La perméthrine est disponible en tube de 30 g de crème à 5 %. Notez que son nom commercial diffère d’un pays à un autre.

 

Avant chaque application, il faut bien nettoyer et bien séchez le corps. Il faut également laisser la peau refroidir un peu après la douche ou un bain, pour favoriser l’action de la crème. Pour garantir une efficacité du produit, il est interdit de se laver les mains au cours des 8 heures qui suivent l’application. Après 8 ou 12 heures, il faut se laver ou prendre un bain pour éliminer les résidus du produit. Le traitement avec ce médicament s’effectue en 2 phases. La première dure les 7 premiers jours. La deuxième s’étend du 7e au 14e jour de traitement. Il faut rappeler que la gale peut se manifester sur le visage du nourrisson. Il faut donc en mettre sur son visage.

 

Le benzoate de benzyle, un produit toxique pour les acariens de la gale. Sa première utilisation connue date de 1932 à Copenhague. Le benzoate de benzyle a ensuite été associé au sulfirame. Il est présenté sous forme de lotion depuis les années 80. Il peut être utilisé chez tout le monde, y compris les nourrissons à partir de 1 mois.

 

Contrairement à la perméthrine, le benzoate de benzyle peut s’avérer irritant pour certains. Il peut aussi être allergisant et irritant pour les yeux et les muqueuses. C’est pour cette raison qu’il ne doit pas être utilisé chez le nouveau-né, car sa peau est encore vulnérable. Il faut donc rincer abondamment le benzoate de benzyle s’il se trouve au contact avec les muqueuses.

 

Puisque les enfants ne peuvent pas faire attention au produit après son application, il est vivement conseillé de leur mettre des gants. Cela les empêchera de mettre directement leurs mains dans la bouche. L’application du benzoate de benzyle se fait en deux passages, en badigeonnant la peau à intervalle de 10 à 15 minutes.

  • Quel est le traitement le plus efficace contre la gale ?

Comme mentionné précédemment, un traitement par voie cutanée est plus efficace pour lutter contre la gale. En effet, il agit directement sur les parasites en les tuant. Le traitement externe est aussi avantageux, car il offre une possibilité de prolonger le traitement sans causer de dommage sur l’appareil digestif. Notez que les experts ont démontré dans certaines études sur le sujet, que seule une partie du médicament parvient à sa cible lorsqu’il est ingéré. Par contre, le médicament administré par voie cutanée offre ainsi plus de résultat.

  • Quelle pommade pour la gale ?

La seule pommade efficace contre la gale est la perméthrine. Si l’ivermectine ne présente que 24 % d’efficacité, la perméthrine présente un taux de résultats positifs plus élevé. Utilisé sans rinçage après application, il garantit une disparition totale des lésions après quelques jours. De plus, cette pommade est plus ou moins hypoallergénique.

Puis-je aller travailler avec la gale ?

Sachant que la gale est fortement contagieuse par simple contact avec une personne contaminée, il est impératif de s’isoler de toutes les collectivités tant que le parasite est actif.

Comment se débarrasser définitivement de la gale ?

Se débarrasser définitivement de la gale nécessite un traitement long. L’application d’une crème ou d’une lotion antiparasitaire est le moyen le plus efficace pour y arriver. Pour optimiser l’efficacité du traitement, il faut également désinfecter l’environnement du patient afin d’exterminer tous les parasites.

 

L’utilisation de produits désinfectants est conseillée pour cela. En outre, le malade doit éviter tout contact avec son entourage durant les 48 heures qui suivent le début du traitement. Cette éviction vise à confiner les parasites et à les éliminer efficacement.

Comment se débarrasser naturellement de la gale ?

Il existe des solutions naturelles pour se débarrasser de la gale. L’huile essentielle de clou de girofle est particulièrement efficace contre la gale. Pour l’utiliser ainsi, il faut mélanger 2 ml d’huile essentielle de girofle avec 75 ml d’huile d’Argan. Une application par jour pendant 5 jours suffira normalement pour éliminer tous les parasites. Il faut toutefois respecter une bonne hygiène corporelle.

 

Avant toute chose, il faut savoir que les huiles essentielles sont contre-indiquées pour les enfants de moins de 6 ans et les femmes enceintes. Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à demander l’aide d’un pharmacien avant d’en acheter, parce que certaines d’entre elles peuvent provoquer des allergies. Les meilleures options restent :

 

- L’Huile essentielle de tea tree : elle s’applique directement sur les sillons. Le soir, avant de vous coucher, vous pouvez recouvrir les parties traitées avec de la vaseline.

- L’huile essentielle de girofle : ce produit ne doit être utilisé que chez les personnes adultes et les enfants de plus de 15 ans. Avant de l’utiliser, il sera préférable de faire un test de tolérance. Pour garantir son efficacité, il pourra être mélangé avec de l’huile végétale.

 

La gale : les moyens de prévention gel hydroalcoolique

On ne peut pas prévenir la contamination par les parasites quand on est en relation rapprochée avec des individus atteints de la gale. Cependant, comme il s’agit d’une maladie très contagieuse, il sera nécessaire de prendre quelques mesures pour éviter sa propagation :

 

- Éviter tout contact cutané avec les personnes malades. Aussi, il ne faut pas partager la literie, les vêtements, les serviettes…

- Respecter les traitements prescrits par le médecin.

- Désinfecter les objets lavables par des aérosols antibactériens que vous pouvez facilement trouver dans les pharmacies.

- Lorsque vous lavez les linges souillés, il faut utiliser des gants jetables. Prenez de nouvelles paires tous les jours.

- Passer quotidiennement l’aspirateur dans chaque pièce de la maison et éviter de garder les résidus à l’intérieur de votre maison. Pour information, le sarcopte ne peut pas vivre 24h hors contact humain.

 

Assurez-vous que votre chien ne se gratte pas sans arrêt, qu’il n’a de pellicules ou de rougeurs sur sa peau. Si vous remarquez une de ces choses, nous vous conseillons de l’emmener rapidement chez un vétérinaire, car il se pourrait qu’il soit atteint de la gale animale.

 

De même, si vous avez des doutes, n’hésitez pas à demander l’aide de votre pharmacien. Gardez en tête que la gale ne choisit pas ses cibles, que tout le monde peut en être victime. Malgré cela, elle reste une maladie guérissable. En effet, si vous respectez bien les traitements et les conseils donnés par le médecin, votre maladie disparaîtra en 48 heures.

 

N’oubliez pas qu’il faut avoir une bonne hygiène : traiter votre environnement, les chambres de votre appartement, votre literie et sans oublier vos vêtements.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 471
Beauté 7
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164