Les tiques : de petites bêtes présentant de grands dangers

mercredi 23 janvier 2019
tiques

Bientôt, ce sera la période des grandes balades en forêt ou encore des activités agricoles. En effet, à partir du mois de mars jusqu’au mois de septembre, tout se prête à la réalisation de telles activités.

 

Même si ce sont des activités qui paraissent très divertissantes, il existe certains revers qui méritent d’être soulevés pour que vous portiez toute votre attention dessus.

 

Parmi ceux-ci, il y a le cas de propagation des tiques qui sont de petits parasites pouvant se révéler dangereux dans certains cas. Afin de vous aider à maîtriser ce phénomène, découvrez dans cet article tout ce qu’il y a à savoir sur les tiques, les risques encourus et les actions de prévention par rapport aux morsures.

 

Tout ce que vous devez savoir sur ces parasites

Premièrement, il faut savoir qu’en tant que parasites, les tiques sont des acariens qui vivent ancrés sur la peau de mammifères, d’oiseaux ou encore des reptiles. Ceux-ci se nourrissent du sang de leur hôte et, occasionnellement, peuvent laisser quelques bactéries présentant une menace pour la santé. De ce fait, les tiques ne sont pas forcément dangereuses dans l’immédiat, mais si vous tombez sur une qui est infectée, vous pourrez contracter certaines maladies comme celle de Lyme.

 

Pourquoi tirer la sonnette d’alarme en cette période diriez-vous ?

 

En fait, ce type d’acarien prolifère surtout entre le printemps et l’automne et les risques se multiplient sur cet intervalle de temps. Il faut aussi savoir que, quand ils ne jouent pas leur rôle de parasite et qu’ils ne s’ancrent pas dans  la peau, on les retrouve le plus souvent dans les forêts, les sous-bois, les prairies ou encore les herbes hautes.

 

De ce fait, il peut s’avérer facile de se faire piquer lors de vos activités en plein air.

 

Les risques encourus

Comme dit précédemment, les tiques, du moins celles infectées, peuvent présenter des dangers pour ceux qu’elles mordent. Parmi les maladies, dites vectorielles, qui résultent d’une piqure de tique, la plus dangereuse et la plus connue de toutes est la maladie de Lyme. Cette dernière peut parfaitement se soigner si elle est traitée à temps. En effet, si la maladie est diagnostiquée dès ses débuts le traitement peut se faire, sur 2 à 3 semaines, grâce à des antibiotiques. Toutefois, pour avoir une chance de la combattre, il est important d’en connaitre les symptômes.

 

Cette maladie d’origine infectieuse se manifeste le plus souvent entre les 3 à 30 jours après morsure. Les maux les plus marquants, apparaissant aux premiers stades, sont les maux de tête, la fatigue, les frissons, la fièvre et la faiblesse.

 

Cependant, le signe le plus distinctif de toute morsure de tique est l’éruption de plaque rouge ovale avec auréole autour. Selon l’avancement de la maladie, cet érythème peut être migrant.

 

Plus la maladie se répandra, plus les symptômes s’aggraveront, car à un stade avancé, il est possible que la personne infectée finisse par subir une perte d’audition, une paralysie faciale, des troubles de la vision, des douleurs musculaires, des nausées et vomissements ainsi que des problèmes cardiovasculaires.

 

Les actions préventives et les bons gestes à adopter contre les tiques

Comme le proverbe se plait à le dire, "il vaut mieux prévenir que guérir", et en termes de tiques et les maladies qu’elles emmènent avec elles, c’est parfaitement valable.

 

Ainsi, pour s’en protéger, il n’y a pas mieux que les répulsifs anti-tiques qui s’appliquent sur les zones découvertes de votre corps en cas de risque de contact ou tout simplement de porter des habits longs et des chaussures fermées. Le danger est qu’une morsure de tique est généralement indolore, ce qui peut faire en sorte que le parasite ne se remarque pas immédiatement et reste accroché des jours durant. Ainsi, une vérification minutieuse après les activités en forêt s’impose.

 

Dans le cas où vous voyez  une tique accrochée à votre corps, il y a certains réflexes à adopter le plus rapidement possible pour éviter les complications. Déjà, sachez qu’il ne servira à rien de tirer dessus pour le décrocher.

 

Ce qui est le plus adapté, c’est d’opter pour des tires tiques qui servent à débarrasser ce type d’acarien de manière sécuritaire. En outre, certaines personnes croient que l’endormir avec de l’éther, de l’alcool ou autres, alors qu’elle est encore accrochée à la peau, est la bonne solution. Il s’agit d’une grossière erreur, car cela ne fera qu’empirer les choses.

 

En effet, vous provoquerez un relâchement chez le parasite qui libèrera toutes ses bactéries dans votre organisme. Dès lors que vous réussissez à retirer la tique, il est primordial de désinfecter la zone de morsure et de rester attentif pour repérer les symptômes en cas d’infection.

 

Le cas particulier des animaux

Sachez que vos animaux de compagnie, mais aussi les animaux sauvages, courent également des risques face aux tiques. Pour prévenir des maladies dans ces cas, il faut utiliser des antiparasitaires externes.

 

Avec l’aide et les conseils d’un vétérinaire, vous pourrez trouver facilement l’antiparasitaire qui correspond au mode de vie de votre animal. Il n’est pas rare de rencontrer des infestations massives chez les animaux et là la solution reste le shampooing ou les sprays. Quoi qu’il en soit, des solutions existent et il faut toujours traiter tous les cas.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.