» » Comment soigner un escarre ?

Comment soigner un escarre ?

mercredi 02 mars 2022

 

La Haute Autorité de Santé révèle que l’escarre affecte environ 300 000 personnes chaque année en France. Il s’agit d’une plaie engendrée par une immobilisation prolongée en position allongée ou assise. Elle apparaît généralement au niveau des zones de pression telles que les talons ou les fesses. Comment reconnaître l’escarre et la soigner ? Ce dossier vous informe sur tout ce qu’il faut connaître à ce propos.

 


 

massage escarre

 

Comment reconnaître une escarre et la soigner ?

Lorsqu’un individu est en position allongée ou assise pendant une longue durée, le poids de son corps exerce une pression sur les vaisseaux sanguins qui se trouvent sous sa peau. Ce phénomène entraîne une réduction de l’apport en oxygène au niveau des tissus cutanés. Au cas où la pression persiste, il se forme en conséquence une zone localisée d’ischémie (en manque d’oxygène) qui fait souffrir la peau et les tissus sous-cutanés. Une escarre peut apparaître au bout de seulement quelques heures. Au début, elle se manifeste par une rougeur qui ne s’efface pas si on appuie sur la peau. La lésion inflammatoire par cisaillement ou frottement engendre une nécrose du derme qui se transforme en une plaie pouvant devenir très grave, car elle peut se creuser et atteindre les muscles. Parfois, l’escarre peut même aller jusqu’à l’os. Cette lésion peut aussi survenir au niveau des points d’appui, à la suite d’une brûlure ou d’un traumatisme.

 

Il est tout à fait possible de soigner une escarre, mais le traitement s’avère souvent difficile et requiert la mobilisation fréquente du patient. Dans les cas les plus graves, la plaie nécessite des soins réguliers et douloureux.

 

La meilleure solution consiste à prendre systématiquement des mesures de précaution pour prémunir contre l’escarre une personne devant rester pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois en position assise ou allongée.

 

Comment apparaît une escarre ?

L’identification d’une escarre passe par la recherche de signes cutanés spécifiques chez un patient.

 

L’apparition d’une rougeur au niveau de la zone d’appui constitue le tout premier symptôme de l’escarre. Il est donc conseillé d’observer régulièrement les zones à risque afin de repérer toute éventuelle rougeur. Il faut palper la peau pour vérifier si elle est souple et pour détecter une réaction douloureuse. Ensuite, presser légèrement la zone où se forme la rougeur avec le doigt et relâcher la pression au bout de 3 secondes. Deux cas peuvent se présenter :

  • Une marque blanche apparaît et elle se recolore en rouge, aucune escarre n’est en formation. Il est alors recommandé d’opter pour un traitement préventif.
  • La peau reste rouge. C’est le signe d’un début d’escarre, le stade I de la maladie qui peut évoluer par l’ouverture d’une plaie. Dans ce cas, il importe d’en informer immédiatement l’infirmier (ère) ou l’aide-soignant afin de mettre en place des mesures de modification de la mobilisation et de la position du patient. Le professionnel de santé se chargera également de surveiller la rougeur et de protéger la zone affectée avec un pansement hydrocolloïde.

Si elle n’est pas rapidement traitée, la rougeur peut être de plus en plus marquée et arbore une teinte plus foncée jusqu’à devenir noire. S’ensuit une disparition de la peau nécrosée qui fait place à un ulcère. Les tissus sous-jacents apparaissent peu à peu à découvert. L’escarre peut atteindre les muscles, les tendons et parfois l’os. Les points d’appui fragiles comme les talons et la région fessière constituent ses terrains de prédilection chez un individu en position assise ou couchée sur le dos sur une longue durée.

 

personne âgée

 

La formation d’une rougeur au niveau de la zone d’appui ou un changement de l’état général du patient tel qu’une fièvre, une déshydratation, un arrêt de l’alimentation, une incontinence ou une sudation excessive doivent également être signalés au médecin ou à l’infirmier (ère). Ces symptômes risquent d’accroître les risques d’escarre. Il importe de préconiser une stratégie préventive adaptée.

 

Les personnes âgées contraintes à un alitement prolongé sont particulièrement vulnérables à l’escarre en raison de la finesse et de la fragilité de leur peau.

Le diagnostic peut aussi être tardif chez les patients en fauteuil roulant ayant perdu toute sensibilité, en cas de paraplégie, par exemple, notamment si la plaie se trouve dans le bas du dos ou dans la région des fesses.

 

Est-ce que les escarres font mal ?

Se caractérisant par une dégradation localisée des tissus sous-cutanés et de la peau, les escarres sont des plaies cutanées chroniques et elles font mal. Elles sont à l’origine de 2 types de douleurs :

  • La douleur chronique 

Elle est provoquée par la plaie elle-même et n’est pas proportionnelle à sa taille. L’inconfort positionnel peut être pénible ou douloureux, notamment en cas de lésions superficielles, quand les récepteurs nociceptifs des fibres C et A delta restent intacts ou à un stade faible de destruction. Paradoxalement, la douleur est moindre lorsque les lésions sont nécrotiques et profondes.

  • La douleur liée aux soins

Elle se manifeste lors du renouvellement du pansement ou des différentes manipulations. Une douleur qui réapparaît durant les pansements peut constituer un signe d’un bourgeonnement et d’une bonne cicatrisation de la plaie. Une insensibilité locale persistante doit inquiéter, car elle peut signifier un passage à la chronicité.

Les escarres sont à la fois douloureuses, difficiles à soigner et à se cicatriser. Si les plaies ne sont pas rapidement et efficacement prises en charge, elles sont susceptibles d’engendrer des lésions irréversibles.

 

Comment faire pour éviter les escarres ?

Pour prémunir un individu devant rester en position allongée ou assise pendant une longue durée, notamment une personne âgée contre la formation d’escarre, il importe d’adopter des mesures préventives. Il est conseillé de :

 

état de peau

  • Observer quotidiennement l’état de la peau du patient et changer régulièrement sa position sur son lit ou sur son fauteuil roulant.
  • Réaliser des massages fréquents, plusieurs fois dans la journée si possible, des zones immobilisées afin de stimuler la circulation sanguine. Appliquer à chaque fin de séance une crème grasse.
  • Inspecter souvent l’état de la peau au niveau des proéminences osseuses (talon, sacrum, occiput, coudes...), selon la position du patient. Toutefois, il ne faut pas masser ces zones sensibles afin d’éviter d’autres dégâts tissulaires.
  • Changer régulièrement les draps et préserver une hygiène correcte du corps du sujet en veillant à sécher soigneusement les zones à risque après la toilette quotidienne. Ces mesures permettent de prévenir l’irritation et la macération cutanées, notamment si le malade est incontinent ou transpire beaucoup.
  • Prémunir le patient contre la macération par le choix d’un matelas spécifique et d’un fauteuil adapté assorti d’un support réduisant les pressions d’appui comme un coussin de siège ou des cales de mousse. L’objectif consiste à optimiser le confort du patient en évitant le contact direct entre elles des proéminences osseuses.
  • Changer fréquemment la position du patient tant que son état de santé le permet. Les techniques de positionnement correct visent à minimiser les agressions de la peau dues aux frottements et aux forces de cisaillement.
  • Surveiller étroitement les sources d’humidité excessives (incontinence, transpiration, exsudats de plaies).
  • Une dégradation de l’état général du patient favorise l’apparition d’escarre. Pour éviter un risque de dénutrition, il importe de lui fournir une alimentation suffisante et de l’hydrater. Il est conseillé de planifier des apports en protéines, en suppléments nutritionnels et en eau.
  • Dès que l’état de santé du patient s’améliore, commencer sa rééducation afin qu’il puisse reprendre rapidement son autonomie, changer de position lui-même et, à terme, marcher.

Quels sont les stades de l’escarre ?

En fonction du niveau de gravité de la lésion, elle peut toucher différentes couches de la peau, à savoir :

  • L’épiderme, la couche superficielle de la peau.
  • Le derme, la partie qui assure la protection des fibres nerveuses et du réseau vasculaire.
  • L’hypoderme qui est formé par les tissus adipeux traversés par les vaisseaux et les nerfs allant jusqu’au niveau du derme.

Les stades évolutifs d’une escarre sont au nombre de 4 :

  • Stade 1 

Cette première phase de l’escarre se caractérise par l’apparition d’une rougeur qui ne blanchit pas à la pression du doigt sur la zone affectée (le talon, les fesses...). Cet érythème persistant peut être parfois douloureux et chaud. Sa périphérie peut présenter un œdème. À ce stade, la lésion atteint l’épiderme, voire le derme. Elle commence déjà à détruire les tissus sous-cutanés et les muscles qui sont plus sensibles à l’hypoxie par rapport à la peau.

  • Stade 2

Ce second stade de l’évolution de l’escarre se manifeste par une désépidermisation. Une plaie superficielle similaire à une simple bulle (cloque) ou une abrasion apparaît à la surface de la peau au niveau de l’appui. Le fond de la lésion est recouvert d’exsudat et de petits saignements.

  • Stade 3

Ce stade de l’escarre se traduit par une ulcération superficielle de la lésion. Une plaie profonde touche l’épiderme, le derme ainsi que les tissus cutanés, mais elle n’affecte pas les muscles sous-jacents. La formation d’une plaque de peau nécrosée indique la dévitalisation définitive des tissus cutanés.

  • Stade 4

Ce dernier stade se caractérise par l’ulcération de la lésion à cause de l’élimination de la nécrose s’étant formée au cours du stade 3. La plaie peut s’étendre, en fonction de la zone où elle est localisée. L’escarre peut atteindre le muscle, voire l’os.

 

Quelques complications de l’escarre

complication opération

 

Une escarre ne doit jamais être négligée. Même au stade 1, elle est susceptible d’engendrer des lésions musculaires sous-jacentes. Elle peut passer rapidement aux étapes suivantes si un programme de soin adéquat n’est pas mis en place en temps opportun. Les principales complications de l’escarre se traduisent par :

  • Une douleur vive chez les individus qui disposent encore d’une sensibilité cutanée ;
  • Une surinfection de la plaie et une ostéite, dans ce dernier cas, la lésion attaque les tissus nobles sous-jacents ;
  • Une plaie qui ne cicatrise pas malgré un traitement approprié.

Comment soigner les escarres ?

Les escarres figurent parmi les plaies cutanées difficiles à soigner. En marge des douleurs ressenties par les patients, le traitement de ces lésions peut aussi être onéreux. Par ailleurs, pour éviter toute éventuelle récidive, ce type de plaie requiert un suivi régulier.

  • Le traitement au stade 1

Pour prendre en charge une escarre au stade 1 de son évolution, il faut appliquer des mesures préventives dans le but de réduire les zones de pression. Une inspection régulière de la peau est également conseillée afin de détecter des signes d’amélioration ou d’aggravation de la lésion.

  • Soigner des escarres aux stades 2 et 3 

Le traitement des escarres à ces stades consiste à effectuer des soins locaux :

  • Dans un premier temps, il faut nettoyer la plaie avec un sérum physiologique. Tamponner délicatement afin d’éviter la formation de lésions supplémentaires à la périphérie de la lésion. À ce stade, l’usage d’un produit antiseptique reste exceptionnel.
  • Ensuite, retirer les tissus nécrosés en utilisant une pommade à base de trypsine (une enzyme protéolytique) qui aide les nécroses à décoller sans fragiliser les tissus affectés.
  • La 3e étape d’un soin local consiste à combler la cavité que la peau nécrosée éliminée a laissée. Pour accélérer la cicatrisation de l’escarre, il importe de recourir à des méthodes favorisant le maintien d’un milieu humide.
  • Il existe sur le marché des pansements spécialement conçus pour s’adapter aux contraintes liées aux localisations des escarres. Les plus courants sont les pansements en tulle gras ou hydrocolloïdes (présentés sous forme de pâte ou de plaque), car ils s’avèrent particulièrement performants si l’escarre est peu exsudative. Pour une escarre exsudative, il faut privilégier les pansements hydrocellulaires. Les compresses et les pansements à base de miel sont également de plus en plus présents sur le marché. Ils sont réputés pour leurs propriétés cicatrisantes.
  • En cas de surinfection locale, le traitement se réalise avec un produit antiseptique ou un pansement gras. La préservation de la propreté de la plaie détient toute son importance.
  • Un traitement chirurgical peut s’avérer parfois nécessaire, mais il ne peut s’effectuer que chez un patient, dont l’état de santé général est relativement conservé. Il doit avoir une peau suffisamment tonique et élastique pour espérer une cicatrisation de la plaie.

Comment soigner le début d’une escarre ?

Le traitement dépend de plusieurs facteurs : du stade d’évolution de la lésion, de la profondeur et de la localisation de la plaie, de l’exsudat et de l’état du sujet. Une évaluation de la plaie s’impose afin de vérifier l’existence d’éventuelle fistulisation, de décollement des berges, de contact osseux ou tendineux.

 

Prise en charge à ses débuts, une escarre se soigne comme n’importe quelle plaie, à l’aide de compresses d’huile de calendula. Cependant, il est déconseillé d’utiliser un pansement imperméable qui pourrait ramollir la peau. Au cas où l’escarre évolue au stade suivant, ce traitement ne suffit plus. Il faut arrêter tout effleurage pour empêcher le développement de l’ischémie sous-cutanée. Les zones d’appui doivent être soulagées par la mise en place de supports adaptés. Un pansement hydrocolloïdal très mince ou un film en polyuréthane permet de surveiller l’état de la peau. L’usage de draps ou de couvertures roulés est vivement déconseillé.

 

Quelle pommade contre les escarres ?

crème de soin escarre

 

Afin de prévenir et de limiter l’apparition d’escarres dues à un alitement ou à une position assise prolongée, il est recommandé d’utiliser une pommade protectrice contre les lésions de la peau.

 

La crème apaisante Tena à l’oxyde de zinc représente la solution idéale pour prémunir un patient contre les irritations cutanées qui sont généralement à l’origine des escarres. Cette pommade laisse sur la peau une barrière protectrice et empêche ainsi la formation de rougeur au niveau des appuis à la suite d’une position couchée ou assise pendant une longue durée. Composée à base d’oxyde de zinc qui exerce une action désinfectante et un effet légèrement asséchant, cette crème contient également de la vitamine E et de l’huile de soin naturelle. Elle ne renferme ni paraben ni parfum.

 

Présentée en tube de 100 ml, la pommade Tena est facile à appliquer et à étaler en fine couche sur les zones sensibles. Pénétrant aisément la peau, elle offre une protection efficace contre les escarres.

 

Comment guérir les escarres naturellement ?

Il existe plusieurs remèdes naturels pour soigner les escarres. En voici quelques exemples :

 

Dans certains hôpitaux, le personnel soignant utilise du sucre en poudre pour traiter des escarres constituées. Grâce à ses propriétés, le sucre absorbe les impuretés et active la régénération des tissus. Toutefois, l’usage du sucre est contre-indiqué en cas d’infection de la lésion.  

 

Des laboratoires homéopathiques proposent une large gamme de produits pour combattre les escarres comme du jus d’Aloe Vera, des gélules de levures de bière, de spiruline ou de Kito HFP (un réparateur tissulaire). Ils développent aussi une solution préparée avec du vinaigre de chêne et de la silice organique, des gélules à base de propolis pure, de grenade, d’açai et de baies de goji.

 

Une herboriste a élaboré une formule à base de pied de céleri-rave et d’huile d’amande douce.

 

Comment soigner les escarres avec du miel ? pot de miel

Possédant des vertus antalgiques, anti-inflammatoires et cicatrisantes, le miel est particulièrement performant pour soigner les escarres. Contenant de l’acide formique et de l’eau oxygénée, ce produit de la ruche constitue un puissant antiseptique et empêche la multiplication des bactéries. Le miel accélère la cicatrisation de la plaie sans risque d’infection. Certains hôpitaux l’utilisent pour traiter les escarres, les brûlures, les lésions chroniques et postopératoires.

 

Mode d’emploi : 

  • Laver l’escarre avec de l’eau ou du sérum physiologique.
  • Couvrir entièrement la plaie d’une fine couche de miel à l’aide d’une spatule.
  • Recouvrir d’une gaze stérile en veillant à bien fermer pour que l’air ne puisse pas passer.
  • Maintenir le pansement avec un sparadrap ou un bandage.
  • Changer souvent le pansement (toutes les 12 à 24 heures) jusqu’à cicatrisation complète de la lésion.

Privilégier le miel de manuka, de thym ou de lavande, car il détient d’importantes propriétés antibactériennes.

Le marché propose aussi une vaste palette de produits à base de miel de Manuka comme :

  • Le gel cicatrisant au miel de Manuka
  • Du miel de Manuka cicatrisant antibactérien en tube
  • Du pansement gel au miel de Manuka
  • Du pansement hydrogel adhésif au miel de Manuka
  • Du tulle au miel de Manuka.

Quelle huile essentielle pour soigner les escarres ?

Certaines synergies d’huiles essentielles peuvent être employées pour atténuer les douleurs, accélérer la guérison et favoriser la cicatrisation des escarres. Certaines essences détiennent des propriétés cicatrisantes (la Lavande aspic), d’autres stimulent la microcirculation du sang (le Ciste) ou possèdent des vertus antiseptiques cutanées (le Laurier noble).

 

Voici un exemple de préparation, à utiliser uniquement sous contrôle médical :

Quelle pommade pour la prévention des escarres ?

L’application régulière d’un produit d’hygiène approprié permet de limiter les risques de développement d’escarres chez les personnes alitées ou devant rester en position assise pendant une longue durée. Le marché propose des pommades à usage préventif pour protéger les sujets contre l’apparition de lésions cutanées. Comme elles sont conçues pour soigner les tissus abîmés, ces produits peuvent également être utilisés à titre curatif pour accélérer la cicatrisation des plaies.

 

Grâce à sa forte teneur en glycérine, Topicrem CICA Crème Apaisante Réparatrice 100 ml est un produit préventif performant, car il préserve la barrière au niveau de la peau pour assurer une meilleure protection de celle-ci. Ce soin complet hydrate, protège l’épiderme contre toute éventuelle irritation susceptible de favoriser la formation d’escarre.

 

La pommade Tena à l’oxyde de zinc est aussi recommandée pour limiter la propagation de microbes et former une barrière protectrice pour prémunir la peau contre les escarres.

 

Comme personne n’est à l’abri d’un long alitement ou d’un aléa de santé qui pourrait immobiliser pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, vous êtes maintenant mieux armé pour reconnaître et soigner une escarre.

 

A propos de l'auteur

 

Laurence Silvestre, Docteur en Pharmacie

 

Titulaire d’un diplôme d’État de docteur en pharmacie, j’exerce la profession de pharmacien en officine depuis plus de 30 ans. J’utilise mon expertise acquise durant ma formation universitaire et la pratique continue de mon métier pour rédiger des articles de qualité à l’attention du grand public. Ces textes contiennent des conseils scientifiques et pharmaceutiques sur différents domaines liés à la santé, au bien-être et à la beauté. Mon expérience professionnelle me permet de vulgariser ces informations pour une meilleure compréhension de la part des patients. En savoir plus sur Laurence Silvestre.

Liste des thèmes
Actualités 4
Santé 515
Beauté 8
Diététique & nutrition 32
Bébé & maman 2
Bien-être 8
Hygiène 4
Conseils Santé 3
Nature & plantes 164