» » » Dépendance, alcoolisme

Dépendance, alcoolisme (Troubles du comportement)

Conseils santé

 

L'alcoolisme correspond à une consommation trop importante et régulière d'alcool, entraînant un mécanisme de dépendance. trois verres par jour chez l'homme et deux verres chez la femme sont les doses à ne pas dépasser au quotidien.


Une psychothérapie, voire une cure de désintoxication, est souvent nécessaire lorsque la dépendance est trop avancée, avec des troubles du comportement associés. l'homéopathie trouve une place de soutien pouvant aider à corriger ce trouble comportemental. 
Le traitement homéopathique des problèmes de comportement sous l'emprise de l'alcool consiste à prendre 5 granules le soir des deux remèdes les plus ressemblants : 

  • Nux vomica 9 CH : à utiliser chez les sujets nerveux, coléreux, impulsifs et impatients, avec souvent une tendance aux excès. Ce traitement homéopathique est également une aide pour prévenir la gueule de bois. 
  • lachesis 15 CH : indiqué en cas d'alcoolisme de l'âge mûr, vers la cinquantaine, avec un visage rouge, chez les sujets qui ont toujours trop chaud, ne supportant plus les vêtements qui serrent au niveau du cou (col roulé, cravate, collier), ayant un caractère suspicieux, fréquemment accompagné d'une tendance à beaucoup parler. 
  • Agaricus 15 CH : préconisé en cas d'alcool joyeux, de loquacité profuse avec emphase et chansons faciles accompagnée de tics. 
  • Veratum album 15 CH : conseillé en cas de délire érotique ou religieux lors des prises d'alcool. 
  • Arsenicum album 15 CH : à utiliser si le sujet a le vin triste, l'alcool faisant ressortir le côté pessimiste du personnage qui a la critique facile. 
  • Aurum metallicum 15 CH : à utiliser si le sujet est autoritaire, mélancolique, voit tout en noir, s'exaspère facilement, ne supportant pas la contradiction et/ou entrant dans les colères folles. 

En cas de troubles digestifs avec l'alcool, prendre 5 granules avec les prises d'alcool de la souche homéopathique la plus évocatrice : 

  • Nux vomica 5 CH : pour éviter la gueule de bois. 
  • Kalium bichromicum 5 CH :indiqué en cas de troubles digestifs des buveurs de bière.
  • Sulfuricum acidum 5 CH : oesophagite et gastrite provoquées par l'alcool chez le sujet qui n'aime pas boire de l'eau froide (ce qui lui provoque une sensation de froid dans l'estomac) et qui éprouve un désir d'alcool. Traitement utile dans les sevrages. 
  • Zincum metallicum 5 CH  à utiliser si le sujet a horreur de l'alcool, ne le supporte pas, chez qui boire du vin déclenche des maux de tête et des nausées. 
  • Carbonicum acidum 5 CH : à utiliser si le sujet a peut d'appétit, un désir d'alcool et de tabac, des troubles gastriques. 

En cas de troubles hépatiques liés à l'alcool, prendre 10 granules 1 fois par semaine de la souche la plus ressemblante et commencer un sevrage sans tarder : 

  • Phosphorus 9 CH : à prendre en cas de cirrhose ou de pancréatite, avec un arrêt obligatoire de toute prise d'alcool. 
  • Ethylicum 9 CH : à utiliser chez les sujets ayant un gros foie, des brûlures oesophagiennes, un manque d'appétit, des tremblements des mains (surtout à jeun), des troubles du caractère. 
  • Cadnium sulfuricum 9 CH : à utiliser si le sujet est affaibli, frileux, avec un foie hypertrophié, l'estomac irrité avec des éructations gastriques, des nausées. Aggravation par la consommation de bière. 

Le saviez vous ? L'alcoolisme est un phénomène fréquent dans notre pays et touche tous les niveaux sociaux et culturels. Beaucoup de personnes consommant plus de 3 verres par jour refusent de considérer comme alcooliques. Or, le fait de reconnaître cette dépendance est le premier pas pour se sortir de ce processus. Pour les bons vivants, la meilleure solution est d'éviter de boire tous les jours en maintenant deux à trois jours par semaine sans alcool du tout : cela permet d'éviter la création de la dépendance. Lorsque les sujets sentent qu'ils commencent à être "accrochés", à un alcool plus spécifique, un bon moyen pour désamorcer la tendance est d'éviter son alcool et de le réserver pour des occasions festives. Il faut aussi éviter de boire seul systématiquement, ce petit réflexe peut éviter le risque de dérapage.
 

Dépendance, alcoolisme

Un produit phare de l'homéopathie

Vous pensez à prendre un traitement homéopathique ? Si c'est le cas, faites d'abord appel à un médecin. Dosages et répartition des prises dans la journée : l'ordonnance vous indiquera toutes ces informations.

 

Histoire de l'homéopathie

Née au début du XIXème siècle, l'homéopathie a été inventée par un Allemand, Samuel Hahnemann. L'homéopathie est de nos jours largement reconnue : l'OMS la considère comme une spécialité médicale complémentaire. En outre, beaucoup de pays y ont recours, dont l'Allemagne, les États-Unis ou la France, par exemple. Plus de la moitié des Français faisant confiance à l'homéopathie, il est évident que cette médecine a un succès important aussi bien auprès des patients que des médecins, qui sont un nombre important à avoir choisi de prescrire divers traitements homéopathiques. Les pharmaciens sont dans la plupart des cas capables de vous donner des informations supplémentaires et ils vendent quasiment tous.

Des soins naturels pour toute la famille

Des enfants aux personnes du troisième âge, tout le monde peut profiter de la médecine homéopathique.

Granules, comprimés, etc. : les formes des remèdes homéopathiques sont très variées.

 

Les deux tendances de l'homéopathie

On fait la distinction entre les affections aiguës et les maladies récidivantes. Le médecin sait adapter les doses qu'il vous prescrit. La colique ou la grippe, entre autres, ne requièrent qu'un court traitement. En cas de maladie chronique ou récidivante, l'homéopathie va d'abord tâcher de freiner la fréquence des crises.

Il est possible de mettre en pratique l'homéopathie suivant deux formes. La première est l'homéopathie pluraliste, qui combine plusieurs substances. Un unique traitement parmi des centaines de produits peut soigner des maux distincts chez un malade : il s'agit du principe d'une branche homéopathique dite « uniciste ».

 

L'homéopathie et les types de troubles qu'elle soigne

L'homéopathie a prouvé son efficacité pour soigner de multiples pathologies. Parmi les plus fréquentes, on peut citer les troubles digestifs et l'anxiété. Un grand nombre de pathologies chroniques comme l'allergie au pollen ou l'herpès peuvent aussi être traitées grâce à l'homéopathie. En outre, il y a des produits homéopathiques pour diminuer les symptômes de la ménopause, aider les enfants souffrant d'hyperactivité ou pour guérir des problèmes cutanés. S'il serait insensé de dire que l'homéopathie guérit les cancers, elle constitue un atout précieux pour lutter contre les effets secondaires causés par les traitements de la médecine traditionnelle.

 

L'homéopathie : ses principes

Les capacités d'autoguérison du corps humain sont au cœur des principes homéopathiques. Pour aider notre corps dans son autoguérison, on peut utiliser un produit. C'est pourquoi le médecin étudie les différentes réactions physiques et psychiques d'un patient face à sa maladie, mais également ses antécédents, tout comme la maladie elle-même. L'analogie est à la base de cette médecine naturelle. Une substance qui, à hautes doses, peut causer des réactions chez un patient va, à doses minimes, en traiter un autre. L'homéopathie fait usage de substances d'origine animale ou végétale. De nombreuses substances d'origine naturelle sont susceptibles d'avoir des effets sur le corps ; c'est en outre le cas des substances minérales. Aux bonnes doses ainsi que sous une forme déterminée, elles peuvent devenir des remèdes homéopathiques. Les principes actifs font l'objet de nombreuses dilutions dans de l'eau ou dans un mélange d'alcool et d'eau. Le nombre de dilutions est crucial pour assurer l'efficacité du traitement.