» » » Analyses

Analyses

Comment utiliser l’autotest ?

Quel que soit le type d’autotest que vous avez choisi, le mode d’emploi reste le même. La première étape consiste à mettre l’urine dans un gobelet. Placez ensuite votre dispositif d’autotest. Puis, attendez quelques minutes jusqu’à ce qu’une coloration apparaît. Et enfin, interprétez le résultat.

 

Le bilan est positif lorsque l’autotest indique un taux élevé de leucocytes et de nitrites, affirme le Docteur Henry Botto, chef du service urologie de l’hôpital Foch à Suresnes.

 

Si le test ne détecte que l’un de ces deux éléments, le résultat est douteux. Dans ce cas, il est conseillé de patienter un peu et de refaire un autre diagnostic.

Quand effectuer un autotest d’infection urinaire ?

L’autotest d’infection urinaire est à effectuer dans le cas d’une récidivité de cystites. Le but est de confirmer la présence de la maladie dès l’apparition des premiers signes et d’obtenir rapidement un traitement adapté.

 

L’autotest est également recommandé au cours des périodes à risque comme la grossesse.

 

Un autre autodiagnostic est conseillé à la fin de votre traitement afin de confirmer la guérison.

 

Selon le Dr Botto, lorsque le résultat est négatif, il n’y a aucune crainte. Par contre, quand le résultat est positif, la présence d’infection urinaire n’est pas sûre. D’autres tests peuvent alors s’avérer nécessaires. En effet, la présence des leucocytes et des nitrites dans l’urine peuvent être liés à d’autres maladies.

 

L’infection urinaire est justifiée par un test positif et l’apparition des symptômes tels que les douleurs et les brûlures lors des mictions, les envies fréquentes d’uriner, etc.

 

Si le test est positif, consultez immédiatement un médecin pour des examens complémentaires.

Quid de la fiabilité de l’autotest d’infection urinaire ?

Les dispositifs permettant de réaliser l’autotest sont fiables. Il est rare que le test affiche un résultat négatif lorsque la personne est atteinte de l’infection urinaire. Le test peut ne pas détecter l’infection urinaire au début de la maladie en raison de la concentration très faible des nitrites et des leucocytes.

 

Néanmoins, l’interprétation des résultats est souvent compliquée. C’est souvent de là que provient l’erreur de diagnostic et non de l’efficacité dispositif.

Nombre de produits : 13
Nos marques - Analyses

L’autotest est un dispositif destiné au dépistage de l’infection urinaire. Il détecte le taux de leucocytes et des nitrites dans l’urine. Ces deux signes indiquent la présence d’un germe et d’une réaction inflammatoire.

Quels sont les différents dispositifs pour effectuer un autodiagnostic ?

Il existe plusieurs types de dispositifs pour effectuer un autotest que vous pouvez trouver en pharmacie.

 

Le plus économique est l’Uritest2 de Siemens Healthcare Diagnostics. Il coûte entre 9 à 10 € sans le gobelet. Muni de dix bandelettes, ce dispositif convient au dépistage de la cystiste.

 

Plus simple à interpréter que le précédent, l’Urell Test de Pharmatoka est le plus fiable en termes de résultat (à 93%). Le résultat demeure visible pendant 24 heures. Son prix est en moyenne de 8 € l’unité. Le pack inclut une carte et un gobelet.

 

Exacto Test infections urinaires de Dectra Pharm est commercialisé à 7 € les 3 pièces dépourvues de gobelet. Ce dispositif diagnostique également la présence de sang ainsi que la teneur en protéines dans les urines afin d’identifier un problème rénal.