Suppositoires

Emoflon hémorroïdes - boîte de 10 suppositoires
Victime de son succès
5.10 €
Coquelusédal Adultes - 10 suppositoires
Produit en stock
3.35 €

Il arrive parfois qu’une maladie entraîne des vomissements chez le patient. Lui donner des comprimés ou tout autre médicament par voie orale ne serait donc que vain effort. Pour pallier un tel problème, il faut recourir à un médicament en suppositoire de façon à assurer son efficacité tout en préservant les vomissements du sujet.

 

Si telles sont les indications pour le suppositoire, pour qui est-il destiné ?

 

Pour qui sont conçus les suppositoires ?

Ainsi, il existe un suppositoire propice pour tout âge. Nourrisson, enfant, adolescent, adulte, tout le monde peut l’utiliser en fonction de son besoin et surtout de la prescription du médecin.

Pour les nourrissons et les enfants

 

Il va sans dire qu’un nourrisson ne doit pas avaler autre chose que du lait maternel jusqu’à ses 6 mois. Du coup, il n’est pas convenable de lui donner des médicaments à avaler.

Et si on lui en donne, il est fort probable qu’il le régurgiterait instantanément. De la sorte, un suppositoire serait le mieux adapté.

 

Mis à part le sirop, le suppositoire est très favorable à un enfant pour traiter diverses douleurs. C’est pour cela qu’il faut recourir à un tel médicament. C’est aussi ce que prescrit le médecin dans la majorité des cas, sauf pour ceux qui présentent des saignements au niveau rectal.

 

Adolescents et adultes

Il existe des suppositoires dédiés spécialement pour les adultes et les adolescents à partir d’un certain âge (15 ans). Si les pharmacologues ont opté ainsi c’est pour ne pas confondre la dose utile pour chaque tranche d’âge.

De plus, la morphologie du corps est plus ou moins similaire chez les adolescents et les adultes.

 

Quelles sont les spécificités du suppositoire ?

 

À la différence des autres formes galéniques, le suppositoire revêt deux actions distinctes : une action locale et une action générale.

 

L’action locale du suppositoire

Le suppositoire s’introduit dans le corps par voie rectale. Ce qui signifie que l’action locale joue généralement dans cette partie.

 

Dans le cas des hémorroïdes, le suppositoire s’avère être le médicament le plus rétribué pour soulager les douleurs locales. L’hémorroïde est d’ailleurs une de ces pathologies qui affectent souvent le canal anal. D’origine mécanique ou vasculaire, elle est plus connue comme la varice des veines anales. L’hémorroïde n’est pas toujours accompagnée de douleurs. Il se peut qu’elle s’accompagne de malaises de temps en temps. Les crises hémorroïdaires se traduisent des fois par des douleurs intenses au niveau de l’anus, particulièrement lors de la défécation. Bien que l’intervention chirurgicale soit le meilleur moyen d’y remédier, il est aussi important de soulager les douleurs via des anti-inflammatoires en suppositoire.

 

Outre les crises hémorroïdaires, les effets locaux des suppositoires sont également perçus lors des douleurs abdominales. Après une appendicectomie ou d’autres interventions chirurgicales au niveau de l’abdomen, les douleurs apparaissent une fois les effets de l’anesthésie partis. Le patient peut en souffrir, car ces douleurs s’intensifient au fur et à mesure que l’anesthésie disparaît. Pour éviter toute crise post-opératoire, il est indispensable d’opter pour des anti-inflammatoires locaux, les suppositoires en l’occurrence.

 

L’action du suppositoire lors d’une constipation peut aussi être considérée comme étant une action locale. Ainsi, le médicament agit presque instantanément pour faciliter la défécation. Une constipation se traduit en général par la difficulté de défécation. La glycérine contenue dans le médicament aide le corps à libérer les selles.

 

L’action générale du suppositoire

Un suppositoire peut aussi agir de façon généralisée. Dans ce cas, il agit sur un organe défini autre qu’au niveau rectal. C’est son rôle d’anti-inflammatoire qui intervient ici. Les substances actives traversent la muqueuse rectale pour atténuer les douleurs et la fièvre.

 

Plus facile à administrer par rapport aux comprimés et aux sirops, principalement chez les enfants, le suppositoire garantit une bonne efficacité du traitement. Les substances actives ici sont en général composées de paracétamol.

 

Comment utiliser le suppositoire ?

Avant d’introduire le suppositoire, il faut bien se laver les mains. Les mains sales augmentent le risque d’infections microbiennes au niveau du rectum.

 

Le suppositoire n’est pas difficile d’utilisation. Il suffit d’ouvrir son sachet et de l’introduire par l’anus. Un suppositoire possède une forme conique. Cette morphologie lui est attribuée pour faciliter son introduction dans l’anus, on insère son bout pointu. Mais certains ont déjà vécu l’expérience de refoulement du médicament. Du coup, il est conseillé de faire le mouvement en position inverse, c’est-à-dire insérer le suppositoire par son autre bout.

 

Cependant, avec une bonne lubrification, à la salive ou avec un peu d’eau, le médicament est toujours facile à administrer que cela soit par son bout conique ou par son bout plat.

 

Une fois introduit dans l’anus, le suppositoire va se loger dans le rectum pour se dissoudre rapidement. Sa dissolution va ensuite libérer son élément actif. Celui-ci gagnera à son tour la circulation sanguine au niveau de l’intestin pour jouer son rôle d’anti-inflammatoire.

 

Quelles sont les précautions d’utilisation ?

Pour assurer son efficacité, il est préférable de déféquer avant d’administrer le suppositoire. Il ne se perdra pas ainsi avec les selles.

 

Puisque le suppositoire est un médicament comme les autres, il est fortement déconseillé d’en ajouter la dose si, après l’avoir introduit, le sujet défèque. Cela augmenterait le risque de surdosage.

 

Il est à signaler qu’un suppositoire à effet laxatif agit directement au niveau local, c’est-à-dire au niveau du colon pour faciliter la défécation sans causer de douleur.

 

Puisque le suppositoire contient un anti-inflammatoire non stéroïdien, il est déconseillé aux personnes souffrant de maladie grave du foie, de l’estomac, de l’intestin ou des reins. De la sorte, avant d’en prendre, il vaut mieux avoir un avis préalable du médecin, ou du moins du pharmacien.

 

Comme tous les autres médicaments, le suppositoire peut provoquer des réactions allergiques si le sujet est hypersensible à l’une ou à plusieurs substances actives le composant.

 

Lorsque les selles sont accompagnées de saignements, il est fort probable que le sujet présente des problèmes du colon. De ce fait, il est conseillé de consulter un médecin pour y voir plus clair. Un suppositoire ne doit pas être administré si le rectum saigne.

 

Le suppositoire est en principe proscrit pour les femmes enceintes. Certaines femmes enceintes souffrent d’une constipation. Celles-ci éprouvent une douleur abdominale lors de la défécation. Pourtant, au-delà du 5ème mois de grossesse, le suppositoire n’est plus convenable pour leur corps.

 

Médicament à ne pas avaler, le suppositoire doit être conservé dans un endroit hors de la vue et de la portée des enfants. De préférence, il doit être conservé dans un endroit frais, à l’abri de la lumière et de la chaleur. La chaleur et la lumière altèrent vite le médicament.

 

Pourquoi utiliser un suppositoire au lieu d’une autre forme médicamenteuse ?

Les médicaments présentés sur le marché sont, pour la plupart, sous forme solide : comprimé, gélule, pilule, etc. dont la majeure partie s’administre par voie orale. Or, telles formes endommagent petit à petit l’estomac, le foie, les reins et l’intestin. Ajoutés d’une faible hydratation du corps, les effets secondaires sont inévitables.

 

Pourtant, l’action d’un suppositoire est directe. Depuis le rectum, ses substances actives vont directement rejoindre la partie du corps à soigner sans passer par ces organes vitaux.

 

En outre, lorsqu’on avale un médicament, une partie de sa dose est altérée au niveau de l’appareil digestif. L’acide gastrique en est le principal responsable ; viennent ensuite le suc intestinal et la bile. De ce fait, seule une infime dose parvient réellement au niveau de la circulation sanguine pour assurer le rôle de remède. Aussi, la dose réelle d’un médicament avalé n’est jamais connue. Contrairement à cela, le suppositoire regagne directement les petits vaisseaux sanguins sans être trop altéré. Il garantit ainsi une meilleure efficacité.

 

Le suppositoire est aussi une bonne alternative aux injections. En effet, il est indéniable que les injections donnent les mêmes effets rapidement. Mais ces dernières sont plutôt douloureuses et peuvent provoquer d’autres malaises ou de la fièvre. Ce qui n’est pas le résultat attendu. Bien qu’il provoque une sensation de malaise au début, le suppositoire est de loin facile à introduire, et ce, surtout quand il s’agit d’enfant de bas âge.

 

Quels sont les avantages de l’utilisation d’un suppositoire ?

Il se peut qu’une confusion apparaisse entre la raison de son utilisation et ses avantages. Néanmoins, le suppositoire procure des privilèges face aux autres formes médicamenteuses.

 

D’abord, il est plus efficace étant donné qu’une grande partie de ses substances actives arrivent à destination sans problème. La voie rectale est une voie rapide pour les médicaments parce que la paroi rectale est richement vascularisée. C’est ce qui permet aux substances actives d’atteindre très rapidement leur but. En d’autres termes, la paroi rectale favorise une très forte absorption.

 

Subséquemment, le suppositoire atteste une action rapide et donc accélère la guérison et le soulagement pour toutes les douleurs.

 

Quant aux effets secondaires, le suppositoire n’en présente pas le moindre. Sans passer par l’estomac ni par le foie, le suppositoire garantit l’absence d’effets secondaires. D’habitude, les anti-inflammatoires non stéroïdiens engendrent des brûlures de l’estomac, des troubles du foie et même des maladies rénales. C’est notamment le cas pour les médicaments administrés par voie orale. Mais le suppositoire, vu qu’il intègre aussitôt les vaisseaux sanguins, il épargne donc le sujet de tels effets. Dans cette optique, le suppositoire s’assimile aux injections.

 

Par ailleurs, la majorité des médicaments sont conçus pour n’être utilisés qu’à partir d’un certain âge. Ce qui n’est pas le cas des suppositoires. Le marché offre tout un arsenal de suppositoires qui peuvent être employés dès le plus jeune âge.

 

Bien que présentant de tels avantages, est-ce que le suppositoire arrive-t-il à gagner en notoriété en termes de pharmacopée ?

 

Comment perçoit-on le suppositoire dans la vie quotidienne ?

Les idées divergent en ce qui concerne le suppositoire. Il y en a qui l’apprécient, et il y a ceux qui en sont encore réticents. Plusieurs en sont les raisons. D’abord, pour ceux qui l’ont déjà utilisé, une grande partie, si ce n’est la totalité, est convaincue de son efficacité. L’absence d’effets secondaires, la facilité d’administration par rapport aux autres formes médicamenteuses ne sont que des exemples cités. Mais dans la majorité des cas, ce médicament est fortement utilisé chez les enfants pour la simple raison qu’il est plus aisé d’introduire un suppositoire que de faire avaler un comprimé ou un sirop.

 

De plus, l’efficacité d’un suppositoire est quasi-instantanée. En seulement 5 minutes, les douleurs disparaissent. Au plus tard, l’effet du médicament est perçu en une demi-heure.

 

Toutefois, cela n’empêche pas la disparité des idées là-dessus. Seule la manière de l’administrer peut provoquer une réticence sur certains individus.

 

Néanmoins, les suppositoires connaissent du vent en poupe en matière de soins médicamenteux. Les grandes marques de médicaments se penchent plutôt pour cette forme pour la simple raison de son utilisation facile et sans risque. Oui, sans risque, car il n’y a pas de risque de fausse route pour un suppositoire.

 

Côté prix, le suppositoire n’est guère plus cher que les autres formes. Par rapport à son action, il obtient un bon rapport qualité-prix. Aussi, les malades optent plus pour un suppositoire, d’abord par son prix plus ou moins égal à celui des autres médicaments aux mêmes effets, après par ses effets rapides et efficaces.

La forme pharmaceutique d’un médicament influe beaucoup sur son mode d’administration. Si certains sont mieux administrés sous forme solide, d’autres s’avèrent être plus efficaces en étant liquides. Encore faut-il ajouter qu’un médicament présenté à l’état solide n’est pas toujours facile à avaler. C’est le cas des suppositoires. En effet, ceux-ci sont introduits par voie rectale. Leur texture est d’ailleurs conçue pour cela.

 

Un suppositoire est né en remplaçant un médicament autrefois utilisé pour les lavements : le clystère. Ce dernier était un liquide que l’on introduisait par voie anale avec une seringue. Méthode qui s’est avérée désagréable, celle-ci a été rapidement relayée par le suppositoire. Le nom du suppositoire est donc tiré du mot latin : « supponere » qui signifie substituer.

 

Déjà inventé dans les temps de l’Égypte antique, le suppositoire jouait autrefois un rôle bien particulier pendant le lavement et la fertilisation des femmes stériles. Ce n’est qu’en 1762 que les premiers suppositoires à base de beurre de cacao sont apparus. Ce n’était d’ailleurs encore en ces temps qu’un médicament externe dont le bout supérieur fut attaché à un fil qui servirait ensuite à le retirer de là où le dispositif ait été introduit.

 

Ce médicament a connu une révolution pendant les guerres mondiales. La pénurie du beurre de cacao a poussé les pharmacologues à utiliser d’autres excipients.

 

À l’heure actuelle, bon nombre de médicaments sont désormais vendus en forme de suppositoire sur le marché. Mais de quoi est-il composé en principe ?

 

Compositions du suppositoire

Pour obtenir sa texture, le suppositoire est principalement composé des éléments suivants :

 

Un excipient gras à base de glycérine, permettant de faciliter l’administration par voie rectale. Le sphincter anal est conçu naturellement pour déféquer. L’introduction du suppositoire par cette voie va, de ce fait, à l’encontre de sa fonction naturelle. Aussi, pour faciliter l’administration et éviter une régurgitation, les experts ont donné une texture huileuse au médicament. La glycérine, en tant qu’excipent, s’expulse normalement avec les prochaines selles ou lors de gaz. Le suppositoire est d’une texture plus ou moins glutineuse, mais rien d’alarmant, c’est tout à fait normal.


Le suppositoire contient aussi parfois des agents diluants, des absorbants, des lubrifiants et des agents conservateurs antimicrobiens. Ces agents ont pour rôle de faciliter l’absorption des molécules par le corps.

 

La substance active d’un suppositoire dépend de son action. S’il s’agit d’un suppositoire anti-inflammatoire, il devrait alors contenir du paracétamol. Pour le suppositoire à but laxatif, c’est la glycérine qui agit non en tant qu’excipient, mais en tant qu’agent actif. Dans ce cas, il faut lubrifier le médicament avant de l’introduire pour éviter les irritations au niveau de l’anus.

 

Quand est-ce qu’il faut utiliser un suppositoire ?

Le suppositoire est principalement indiqué pour remédier à certains troubles comme les fièvres, les troubles colorectaux et diverses douleurs.

 

Le suppositoire, indiqué pour soigner les fièvres et les douleurs

Avant tout, le suppositoire se trouve être le médicament le plus rétribué pour baisser la fièvre. Les états grippaux, les états fébriles, la hausse de la température corporelle sont efficacement traités par un suppositoire.

 

Chez les enfants, la fièvre est plus difficile à baisser. Avaler un comprimé est un véritable calvaire pour les petits. Ils peuvent le régurgiter juste après, alors que le médicament n’a même pas eu le temps d’agir. Et il n’est plus à ajouter qu’une forte fièvre peut s’avérer fatale sans traitement rapide, une convulsion peut en être la conséquence directe. Aussi, utiliser un anti-inflammatoire en suppositoire est le meilleur moyen pour y remédier.

 

Par ailleurs, les toux et les maux de la gorge peuvent être traités par l’utilisation de médicaments sous forme de suppositoire. Lorsqu’on tousse ou quand on a mal à la gorge, il s’avère difficile d’avaler des médicaments. Les injections ne sont pas non plus tolérées par tout le monde. Raison pour laquelle il faut recourir au suppositoire pour obtenir un résultat efficace.

 

Bien sûr, il faut suivre un traitement sur conseil du médecin ou du pharmacien afin d’éviter tout risque de surdosage ou de sous-dosage.

 

Le suppositoire en tant que laxatif

On parle de troubles colorectaux, comme c’est le cas de la constipation et de l’hémorroïde. La constipation peut atteindre n’importe qui, qu’il soit enfant ou adulte. Même les nourrissons peuvent être constipés faute d’alimentation riche en fibre ou d’hydratation suffisante. Dans la majorité des cas, c’est l’alimentation qui joue un rôle primordial dans la défécation d’un individu.

 

En passant, il faut noter que la constipation se manifeste par des selles dures et peu fréquentes ou même l’absence de défécation. Chez les bébés, elle est le fruit d’une mauvaise alimentation de la mère et/ou du bébé lui-même. Une hydratation insuffisante mène également à une telle situation. Les enfants, eux aussi, sont souvent atteints d’une constipation étant donné leur caprice en termes de nourritures. La mauvaise alimentation et l’insuffisance en matière d’hydratation sont communes à tout le monde. Mais il se peut également que les troubles psychologiques affectent le processus de digestion et aboutissent au même résultat.

 

Dans ce cas, le meilleur remède n’est autre qu’un suppositoire à la glycérine. Pour ce médicament, l’élément actif est la glycérine. Substance plus connue sous une forme liquide, la glycérine est un très bon laxatif. Son action vise ainsi à relaxer le colon afin de libérer plus facilement les selles. Et avec une alimentation riche en fibres et une bonne hydratation, le suppositoire est plus efficace.

 

Il en est de même en cas d’hémorroïde, le laxatif du suppositoire permet de déféquer plus facilement, sans douleur.

 

Le rôle anti-inflammatoire du suppositoire

Ici, le suppositoire joue le rôle d’anti-inflammatoire, mais il peut également soigner d’autres douleurs du corps, à savoir les douleurs post-opératoires et les douleurs au niveau des articulations ou d’autres endroits précis.

 

Après une opération chirurgicale, des douleurs peuvent survenir à tout moment. L’autre problème est que le patient, après avoir subi une intervention chirurgicale, ne peut pas tout de suite manger. Il ne peut donc pas avaler de comprimé pour éviter tout risque de complication. Le suppositoire est alors un très bon alternatif pour soulager les douleurs ressenties après les effets de l’anesthésie.

 

Spécifiquement pour les femmes, le suppositoire est un très bon anti-inflammatoire lors des règles douloureuses. Dans le cas où une femme est atteinte d’une maladie ou d’autres troubles au niveau de son appareil génital, le médecin optera pour un suppositoire pour soulager les douleurs du pelvis.

 

Il en est ainsi lors des kystes de l’ovaire, d’une grossesse extra-utérine ou d’autres maladies génitales. Il existe sur le marché une multitude de médicaments sous forme de suppositoire destiné à cet effet.

Certains traitements sont longs lorsqu’il s’agit d’inflammations des articulations. C’est le cas notamment des arthroses douloureuses et invalidantes et des rhumatismes inflammatoires chroniques.

 

D’autres traitements peuvent être plus courts. Tels sont les cas de la tendinite, de la bursite ou des périarthrites. Il en est de même pour les inflammations du bas du dos, en cas de lombalgie, des articulations suite à des arthroses ou du nerf sciatique.