» » » Infection urinaire, cystite

Infection urinaire, cystite (Problèmes urinaires)

Conseils santé

 

La cystite se manifeste par une douleur en urinant, une envie d'uriner fréquemment et des urines troubles, signes principaux d'une infection urinaire basse. Un traitement par antibiotiques est nécessaire après avoir isolé le germe lors d'une analyse d'urine. 
C'est à partir de quatre crises annuelles que la cystite est considérée comme récidivante chez la femme. Un bilan doit alors être entrepris afin d'identifier la cause, mais dans la majorité des cas, aucune cause n'est retrouvée. 


Le traitement homéopathique est efficace dans le cadre de la cystite à répétition qui peuvent devenir chroniques, mais aussi pour les cystites dites "sans germe". En homéopathie, la posologie est de 3 granules, toutes les heures pour les cystites aigües, et tous les soirs pour les cystites chroniques, des deux souches les plus évocatrices des symptômes. Pour une cystite aiguë dans l'attente d'un traitement antibiotique, on prendra : 

  • cantharis 5 CH : traitement homéopathique principal des cystites présentant une sensation de brulure
  • Mercurius Corrosivus 4 CH : indiqué lorsque la sensation de brûlure est doublée d'une sensation de ténesme du sphincter vésical. 

Pour les cystites à répétition ou chroniques : 

  • Lycopodium 7 CH : traitement homéopathique prescrit lorsqu'il y a présence de sédiments rouges dans les urines et en cas de cystites et de coliques néphrétiques à répétition, avec une perturbation du métabolisme des graisses et de l'acide urique. 
  • Sepia 5 CH : indiqué en cas d'infections à répétition (avec une sensation de pesanteur de la vessie), utile dans le cas des cystites survenant pendant la grossesse. 
  • Pareura Brava 4 CH : indiqué lorsqu'on ressent un besoin constant d'uriner, accompagné de brûlures avec miction difficile. La douleur peut irradier vers les cuisses. Chez l'homme, on retrouve une sensation d'éclatement au niveau du gland. Chez la femme, on peut retrouver des douleurs spasmodiques irradiant vers l'utérus. 

La fausse cystite, survenant lors de fortes contrariétés ou après un rapport sexuel, présente des douleurs qui cessent pendant la miction et qui reviennent ensuite avec la sensation d'avoir en permanence une goutte dans le canal de l'urètre. Dans ce cas, utiliser Staphysagria 15 CH, c'est un grand traitements homéopathique des cystites chroniques dites "sans germe". 


Il est possible d'associer au traitement 50 gouttes dans un verre d'eau matin et soir de Juniperus 1 DH et Fagus Sylvatica 1 DH. 
Si vous êtes adeptes des médecines naturelles, vous pouvez avoir recours à l'oligothérapie en prenant cu cuivre-or-argent 1 fois par jour avec manganèse-cuivre.


Le saviez vous ? Une alimentation et une hygiène adaptées permettent de limiter les risques de cystite. Boire au moins un litre et demi de liquide par jour, le plus souvent possible en petites quantités. Evitez de voire du vin blanc ou du champagne, qui en modifiant brutalement le pH urinaire, risquent de favoriser la multiplication des colibacilles. Aux toilettes, prendre le temps de bien vider sa vessie. La toilette intime est essentielle, mais ne doit pas être faire à l'excès : une fois par jour à l'eau et au savon. Eviter les longs bains moussants. Traiter les éventuels troubles du transit (constipation, diarrhée), car les germes de l'intestin contaminent facilement la vessie.
 

Infection urinaire, cystite


Un traitement homéopathique qui a la cote

Mieux vaut prendre rdv chez un médecin homéopathe. Les produits prescrits peuvent en effet s'étaler du matin au soir, surtout quand votre ordonnance homéopathique comporte de multiples produits.



Les principes fondamentaux de l'homéopathie : dilution et similitude

La pratique homéopathique obéit à un principe majeur : le corps humain a un pouvoir naturel d'autoguérison. C'est grâce à l'homéopathie que ce processus va être déclenché. Quelles sont les réactions du corps d'un patient face à la maladie ? Quels sont les antécédents de ce dernier ? Pour l'homéopathe, il est particulièrement important de répondre à ces questions avant d'envisager un nouveau traitement. La similitude correspond à l'un des piliers de l'homéopathie. Une substance qui cause des symptômes semblables à ceux provoqués par la maladie peut guérir le patient si elle est administrée dans de faibles doses. Le venin de serpent ou l'encre de seiche peuvent vous soigner. Le saviez-vous ? En ce qui concerne d'autres médicaments homéopathiques, des produits de type chimique ou minéral apparaissent dans leur formulation. Ce sont les substances actives mélangées à divers éléments neutres qui font la force de l'homéopathie. Les dilutions successives renforcent l'effet du produit. Selon les cas, le thérapeute va donc, par exemple, prescrire un remède à 7 CH, 9 CH, etc.

 

Des traitements courts ou longs

De façon générale, de nombreuses classes de pathologies, aiguës ou récidivantes, sont prises en charge par l'homéopathie. La diarrhée ou la grippe, notamment, ne nécessitent qu'un court traitement. Dans le cas d'une maladie chronique, on prescrit un traitement prolongé ayant pour but de réduire la fréquence et l'intensité des crises.

Si votre médecin homéopathe vous a recommandé de prendre divers médicaments homéopathiques à la fois, cela signifie qu'il a choisi une ordonnance pluraliste. L'homéopathie dite "uniciste" n'emploie pas de traitements complémentaires, mais une seule substance active.



L'homéopathie : un domaine qui séduit les Français

Le pionnier des recherches en homéopathie est sans conteste Samuel Hahnemann. Toutefois, il est évident que beaucoup de médecins ont participé aux progrès de cette discipline au cours des deux derniers siècles. Elle n'a cessé de prouver son efficience, comme l'ont expliqué un grand nombre de recherches médicales. L'homéopathie étant prescrite par beaucoup de médecins généralistes, elle est aujourd'hui plébiscitée par plus de 50% des Français. Si rien n'est plus simple que de se procurer des tubes homéopathiques, nous conseillons tout de même de d'abord consulter un professionnel.